Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 09:10



NPA

 

"Le NPA condamne la campagne ignoble contre Ali Soumaré, tête de liste du PS dans le Val d'Oise, à l'instigation d'élus UMP.

Cette campagne s'inscrit dans un climat délétère et raciste que le « débat » sur l'identité nationale n'a fait qu'amplifier.

Plombé auprès de la population par la politique de Sarkozy, l'UMP essaye, par ce moyen, de faire oublier les attaques du gouvernement contre les services publics, les droits sociaux, comme la retraite à 60 ans."


------------------------------------------------

 

Les accusations portées par l'UMP contre Ali Soumaré se dégonflent...

NOUVELOBS.COM | 23.02.2010 |

 

 

 

 

Ali Soumaré en campagne (photo de son profil Facebook)

Ali Soumaré en campagne (photo de son profil Facebook)















Le parquet de Pontoise (Val-d'Oise) a indiqué mardi 23 février que deux des condamnations judiciaires, imputées par l'UMP au candidat socialiste Ali Soumaré, n'existaient pas.
Tête de liste PS aux élections régionales dans le département du Val d'Oise, d'Ali Soumaré avait été accusé par Francis Delattre, maire UMP de Franconville, d'être un "délinquant multirécidiviste". Un terme repris dans la foulée par le député Axel Poniatowski, tête de liste de la majorité dans le Val d'Oise.
La mise au point de la justice permet d'y voir plus clair dans les cinq affaires mentionnées par les élus UMP :


1. Un homonyme

Pour l'une de ces affaires (des accusations de vol aggravé et usage de carte de paiement contrefaite), la procureure de la République de Pontoise, Marie-Thérèse de Givry, confirme la version d'Ali Soumaré : il s'agit bien d'un "problème d'homonymie".
"Le jugement du 8 février 2007 n'est pas un jugement rendu par le tribunal correctionnel, c'est un jugement rendu par le tribunal pour enfants et il ne concerne par Ali Soumaré, qui est né le 25 décembre 1980. (…) C'est un problème d'homonymie", a-t-elle expliqué sur France Bleu.


2. Pas d'ordonnance pénale pour "conduite sans permis"

En outre, Marie-Thérèse de Givry confirme qu'une ordonnance pénale, évoquée par l'UMP pour conduite sans permis n'existe pas non plus. "Le dossier pour conduite sans permis par retrait de points est en cours de traitement au parquet et aucune ordonnance pénale n'a été rendue à l'encontre de M. Soumaré", a-t-elle dit.


3. Une "erreur de jeunesse"

Parmi les dossiers évoqués par l'UMP, figure aussi une condamnation à six mois de prison ferme pour un vol commis en 1999. Le candidat PS la reconnaît et parle "d'erreur de jeunesse dont j'ai tiré les conséquences." Il avait alors 18 ans. "Les faits remontent à plus de 10 ans. (…) Selon moi, il y a réhabilitation", commente Me Jean-Pierre Mignard, son avocat.


4. Une condamnation "pas définitive"

Quant à l'autre affaire que reconnaît Ali Soumaré, une condamnation à deux mois de prison ferme en 2009 pour rébellion à agent de la force publique, prononcée en son absence, elle n'est pas définitive, a souligné la procureure de la République. Elle conteste sa culpabilité. "M. Soumaré a fait appel et il est donc présumé innocent, c'est un principe de notre droit", a-t-elle déclaré.


5. Reste une histoire de violences

La dernière affaire concerne des violences aux personnes. Ces faits auraient été commis le 25 mai 2008. L'avocat d'Ali Soumaré assure qu'il s'agit là aussi d'une homonymie. Les élus UMP maintiennent leur version, assurant que la personne en cause est bien née le 25 décembre 1980, comme le candidat PS. Ils citent aussi les noms des deux victimes.
Interrogé par Nouvelobs.com, Me Jean-Pierre Mignard relève que "quand bien même il s'agirait de la bonne personne", le fait que cette affaire ait été transmise à la maison de la justice et du droit indique que la gravité des actes reprochés est relative. Quoi qu'il en soit, la procédure serait encore en cours.


Plainte en diffamation

L'avocat et les proches d'Ali Soumaré ont dit s'interroger sur la provenance des documents produits par l'UMP, que seule la police ou la justice peut, en pratique, obtenir. D'autant plus que la procureure de Pontoise précise que "les décisions rendues par le tribunal des enfants ne sont pas publiques".
Agé de 29 ans, Ali Soumaré s'est fait connaître comme le porte-parole des familles de Villiers-le-Bel, lorsque deux adolescents en mini-moto avaient été tués dans une collision avec une voiture de police le 25 novembre 2007.
Cette affaire a débouché sur un non-lieu pour les policiers mais les familles des deux jeunes gens viennent de déposer plainte à nouveau contre eux pour faux témoignage, se fondant sur des rapports d'expertise de l'enquête initiale.

Partager cet article

Repost0
23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 09:21


Logo_600_800_24cl.png


Alors que le gouvernement stigmatise les travailleurs immigrés, le 1er mars, une « journée sans immigrés » est organisée en France afin de « changer le regard sur l’immigration ».

En septembre 2009, le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, suscitait l’indignation  en disant, lors de l’université d’été de l’UMP : « Quand il y en a un, ça va, c’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes ». Confronté au manque d’initiatives des acteurs de la gauche, un collectif1 s’est créé et a décidé d’organiser une action, le 1er mars, une « journée sans immigrés ». Ce jour-là, les immigrés sont appelés à ne pas participer à la vie économique du pays, c’est-à-dire ne pas se rendre au travail et ne pas consommer. « 24 heures sans nous » sera le slogan de cette journée, une action inédite qui a pour but de montrer que l’immigration n’est pas un « problème » mais représente au contraire un apport important à l’économie du pays.


Une action similaire, « A day without an immigrant », a eu lieu, le 1er mai 2006, aux États-Unis sous l’administration Bush, après l’annonce d’un projet de loi prévoyant que « toute personne résidant illégalement aux États-Unis sera considérée comme criminelle, ainsi que toute personne hébergeant ou employant un immigré clandestin ». Près de deux millions de manifestants avaient défilé ce jour-là à Los Angeles.


En France, le mouvement de grève des 6 000 travailleurs sans papiers, qui a débuté le 12 octobre, a fait tomber l’argument mensonger de la droite présentant les immigrés comme des assistés profitant des aides sociales. De nombreux secteurs d’activité sont touchés par ces grèves : sociétés de nettoyage, chantiers du tramway, BTP, boîtes d’intérim, aides aux personnes…


Les grévistes réclament leur régularisation et l’accès aux droits fondamentaux de tous les travailleurs. Ils font éclater au grand jour leurs conditions de travail et leur exploitation indigne. Ils montrent qu’ils sont au cœur d’un système, utilisés comme une main-d’œuvre bon marché par des entreprises privées et publiques tout en étant victimes de la répression policière. Cette grève met les patrons et le gouvernement dans l’embarras car elle montre clairement que la situation des sans-papiers profite aux patrons en leur permettant de dégrader les salaires et les conditions de travail de tous les travailleurs.


L’initiative de la journée sans immigrés du 1er mars se veut une action coup de poing, une occasion de montrer que la France ne peut se passer de l’immigration et de susciter une prise de conscience dans la population. Elle est devenue rapidement très populaire auprès des immigrés et des enfants issus de l’immigration. Les réseaux sociaux, tels que Facebook ou Twitter, ont contribué à ce boom médiatique. Des milliers de personnes se déclarent aujourd’hui prêtes à rejoindre ce mouvement du 1er mars.


Même si on peut se réjouir de cette initiative, aucune manifestation n’est prévue ce jour-là afin, selon les fondateurs du collectif, d’éviter des débordements. Le cadre organisationnel s’est voulu dès le départ informel et flou pour « rester une plateforme la plus large possible, pour toucher le plus grand nombre, de droite comme de gauche » (Nadia Lamarkbi, présidente du collectif). Une lettre a même été envoyée par le collectif à Nicolas Sarkozy pour qu’il se joigne à cette initiative de par ses origines hongroises. On espère que c’est par dérision…


Les personnes victimes du racisme au quotidien sont souvent les plus précaires et les plus pauvres et certaines ont déclaré ne pas pouvoir prendre le risque de s’absenter du travail. Le collectif n’a pas su impliquer les syndicats pour déposer un appel à la grève massive à cause d’une prétendue peur de récupération politique. Il propose à défaut la mise en place d’un brassard solidaire. Un appel à la grève associé à une manifestation aurait permis à un plus grand nombre de personnes, immigrées ou pas, de s’impliquer et de rendre cette action plus visible.


Aucune stratégie à long terme n’a été définie et on peut regretter le manque de revendications. Une telle initiative aurait pu être l’occasion de faire le lien avec la régularisation de tous les sans-papiers, la suppression du ministère de l’Identité nationale.


Les limites de la journée sans immigrés du 1er mars en France ne doivent pas nous empêcher de constater que cette action est une des rares propositions concrètes qui a émergé au moment où le gouvernement utilise le racisme comme arme de division. La gauche française a été malheureusement incapable ces derniers mois d’apporter une réponse conséquente à la question du racisme d’État et aux multiples dérapages du gouvernement.


Le NPA doit à présent se saisir de cette journée et être une force de proposition, soutenir cette action et la rendre plus combative afin qu’elle serve comme point d’appui pour la suite. Dans le contexte que nous vivons, le NPA fait de la question du racisme une priorité et cherche à construire un large mouvement antiraciste.


Laetitia

1. http://www.la-journee-sans-immigres.org

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 08:24


Le ministre de l'Immigration et de l'Identité nationale a proposé, le 15 janvier, de faire signer à tous les jeunes Français, à leur majorité, une "charte des droits et des devoirs". L'idée, aussi aberrante qu'elle soit, ne fait que refléter les dérives xénophobes d'une partie de la droite européenne, en pleine crise économique.


21.01.2010|François Gross|Le Temps (Repris par Courrier International)

Eric Besson assiste à un débat sur l'identité nationale, 15 janvier 2010

Eric Besson assiste à un débat sur l'identité nationale, 15 janvier 2010

Un peu d'imagination, voyons ! Le stade Charléty est politiquement trop connoté, depuis qu'en 1968 la gauche y a rêvé à des lendemains qui chantent.


Pourquoi pas la place de la Concorde ou l'esplanade des Invalides? Les Françaises et les Français âgés de 18 ans, dûment authentifiés comme tels, y seraient alignés au cordeau face à une tribune où le président de la République, flanqué de son ministre de l'Immigration, leur remettrait en les priant de la signer une "charte des droits et devoirs du citoyen".


Pour éviter les couacs, un texte de La Marseillaise aurait été au préalable distribué à chaque participant. Vrai, une sorte de première communion civique.


Peut-être la nouvelle a-t-elle échappé à l'attention du lecteur bouleversé par les images venues d'Haïti? Eric Besson, chef d'orchestre du débat sur l'identité française, envisage de saisir Nicolas Sarkozy d'une idée de son cru: souder la communauté nationale en couchant sur le papier des principes "moraux et politiques" censément partagés par tous les enfants de la patrie. La proposition est de la même farine que si le Père Ubu l'avait rédigée lui-même.


Demander aux jeunes Français de parapher ces tables de la loi avant d'être admis à approcher l'autel du local de vote est une aberration. On ne s'étonne pas de l'entendre dans la bouche d'un personnage déjà dépeint dans Napoléon-le petit par Victor Hugo quand il y parle de "tous ces hommes qui passent si facilement d'un bord à l'autre quand il n'y a à enjamber que de la honte".


Il reste que cette énormité a été avancée par un membre actuellement très en vue du gouvernement et qu'elle n'a pas suscité l'ombre d'une indignation dans les rangs de la majorité. C'est qu'elle correspond à une résurgence dans la droite européenne - mais pas dans la droite seulement - de thèmes qui firent les turbulentes années du nationalisme préfasciste.


Peur du terrorisme, de la grippe, du réchauffement climatique, du chômage, d'une rechute dans les folies boursières. Peur, surtout, de l'autre, cet étranger attiré par le Vieux Continent quand l'agriculture manquait de bras et que la machine industrielle tournait à plein. Qu'il s'en aille maintenant!


Des individus, des associations que l'on croyait immunisés contre la xénophobie tiennent soudain d'étranges propos. La crise laisse décidément derrière elle de vilaines traces. Ni l'approche d'élections régionales en France, ni une situation économique labile ne justifient la traque de boucs émissaires sans défense quand sont, dans le même temps, épargnés par la justice ceux qui ont bouté le feu à la planète.

Partager cet article

Repost0
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 10:38
h-20-1830033-1260270454

 ... une campagne infecte pour quelques voix de plus


« Nous débattrons jusqu'à fin 2010 », a affirmé Éric Besson dans un entretien publié lundi 21 décembre dans Le Parisien. Initialement prévu pour durer jusqu'au 31 janvier, le débat sur l'identité nationale pourrait ainsi se poursuivre jusqu'à la fin de l'année 2010. Pourquoi pas, pourrait-on ajouter, jusqu'aux élections présidentielles de 2012 !

Malgré l'indignation soulevée par les « dérapages » racistes de son entourage - le dernier en date étant celui de la ministre de la Famille Nadine Morano - Sarkozy ne cesse de réaffirmer la nécessité de ce débat, au prétexte que tel serait le souhait de la population. Éric Besson a même prétendu dans une interview que ce débat « continue de passionner nos concitoyens » !

Ce n'est pas vrai, à en juger par le résultat d'un sondage paru dans le journal Le Parisien selon lequel seulement un Français sur trois souhaite la poursuite du débat, et par la pétition lancée par SOS-racisme pour l'arrêt de ce débat, signée en quelques jours par six mille personnalités et intellectuels.

Le gouvernement mène une campagne infecte au travers de ce débat sur l'identité nationale. Et il sait parfaitement ce qu'il fait. Sa seule perspective est d'obtenir l'adhésion de l'électorat le plus réactionnaire. Et pour cela il est prêt à surfer sur les préjugés les plus crasseux et les a-priori xénophobes, dans l'espoir de garder les voix de cette frange de l'électorat de droite que Sarkozy avait réussi à prendre à Le Pen lors de l'élection présidentielle de 2007.

Comme le dit le texte de la pétition de SOS-racisme, Sarkozy a « libéré la parole raciste ». Il a libéré aussi la « parole » nationaliste. Le danger pour la classe ouvrière est de se diviser entre ouvriers français et ouvriers immigrés. Le danger, c'est aussi de ne pas voir qu'il n'y a rien de commun entre un grand patron, qu'il soit ou non français, et un travailleur. Racisme et nationalisme sont deux facettes de la même médaille, des poisons mortels qu'il faut absolument combattre.

Aline RETESSE

Partager cet article

Repost0
26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 09:33


Le seul noir jouant dans un orchestre de blancs, dansant avec une blanche!
Les hôtels refusaient de le loger pendant les tournées!
Les restaurant de le servir.
Le nom du chef de Band : Gene Krupa
, ex batteur de Benny Goodman, le trompettiste Roy Eldridge, la chanteuse Anita O'Day.

Source: http://louisproyect.wordpress.com

link

Partager cet article

Repost0
11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 09:02

Communiqué du NPA.

«Il boit de la bière et mange du cochon » entend-on dans l'entourage de Brice Hortefeux à propos d'un jeune militant de l'UMP d'origine maghrébine, à l'occasion de la récente université d'été du parti présidentiel.


Et l'ex-ministre de l'immigration et de l'identité nationale de répondre en disant : « Il ne correspond pas du tout au prototype alors. Il en faut toujours un. Quand il y en a un ça va, c'est quand il y en a plusieurs qu'il y a des problèmes ».


Les pitoyables explications de son entourage ne tromperont personne sur le caractère écoeurant et nauséabond de ces propos dignes du Front national. Le NPA condamne ces propos racistes de l'actuel ministre de la sécurité, fer de lance de la politique contre les immigrés du gouvernement Sarkozy avec, par exemple, 29 000 expulsions de sans-papiers l'an dernier.


Après avoir mis à la retraite le préfet qui trouvait qu'il y avait trop de noirs parmi le personnel à Roissy, il devrait s'appliquer la même peine et quitter, dès maintenant, ses fonctions de ministre.

Partager cet article

Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg