Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 08:22

Le Syndicat CGT appelle les salariés du CHRU Brest/Carhaix à un débrayage et un rassemblement dans le hall de l'hôpital de La Cavale-Blanche, ce mardi, à 8h45, à l'occasion de la réunion du conseil de surveillance à 9h.

 

«Nous souhaitons interpeller les membres du conseil de surveillance à propos du malaise qui s'est installé dans le CHRU autour de la mobilité entre les deux sites séparés de près de 100km, écrit la CGT.

 

La direction refuse de tenir compte du volontariat comme préalable à toute affectation ou mouvement de personnel sur Carhaix. La prise en compte du temps de trajet (deux heures trente par jour) dans le temps de travail représente un écueil supplémentaire en terme d'amplitude de travail et de sécurité.

 

Inédite en France, la fusion des deux hôpitaux sert aujourd'hui de laboratoire pour le ministère de la Santé. Aucune disposition juridique ne protège ou prévoit d'indemniser des salariés qui iraient de Brest à Carhaix.

 

Le conseil desurveillance a la compétence pour saisir le ministère et entamer la rédaction d'une charte de la mobilité», ajoute la CGT qui demande des négociations avec l'ensemble des représentations syndicales pour l'ensemble des catégories professionnelles du CHRU Brest/Carhaix.

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 08:07

23 octobre 2010 - Le Télégramme


Après le dépôt pétrolier, le Collectif en marche contre l'injustice sociale, assisté de Force ouvrière, a bloqué l'entrée du dépôt de bus de l'agglomération brestoise dès 4 h du matin, hier.À 15 h 30, il a levé le camp, permettant un retour du traficà la normale.


Incontournables sur le front du blocage des sites stratégiques brestois depuis dix jours, le Collectif en marche contre l'injustice sociale, associé à la CNT (Confédération nationale du travail) et à l'union départementale Force ouvrière, a jeté, hier, son dévolu sur le dépôt de bus de Brest Métropole Océane. «Ils sont arrivés à 4h du matin, empêchant toute sortie des bus», indique Hervé Cohadon, directeur de Bibus-Keolis. La veille, déjà, ils avaient initié une action de même nature. «Mais àpartir de 8 h seulement. Les bus étaient partis depuis longtemps».

Trafic très perturbé

Là, à Brest, Plougastel, Guilers, Gouesnou, Bohars et Plouzané, ils ont paralysé le trafic des transports en commun. « Dans les communes du Relecq-Kerhuon, de Guipavas et de Guilers, où nous travaillons en sous-traitance, une partie des bus a roulé». Le dépôt, par ailleurs proche de la rupture de carburant, a été ravitaillé par un camion-citerne, peu après midi. La police a sécurisé le secteur avant que, vers 15 h 30, les manifestants ne se dispersent d'eux-mêmes. Promettant, pour certains, de revenir ce matin. La section CFDT de Bibus, représentant 92% des salariés, a déploré, par communiqué, le blocage du dépôt par «une dizaine de personnes s'identifiant du comité de chômeurs, complètement étrangère à l'entreprise. L'intersyndicale vient de réaffirmer que la décision d'action revenait aux salariés des entreprises». Un peu plus bas, dans la zone industrielle de Kergonan toujours, la CGT-BMO, en grève reconductible pour huit jours au moins, a poursuivi le blocage du centre technique communautaire, initié jeudi.

Aucune benne n'est sortie

«Aucune benne n'est sortie. La collecte des ordures ménagères ne s'est pas faite. Demain (ce matin, NDLR), nous bloquerons à partir de 6 h 45 jusqu'à midi et nous reprendrons le mouvement lundi à 5 h», indique Sébastien Autret. Face à la situation, Brest Métropole Océane observe une position d'attente. «Nous avons pris acte de la démarche. Nous pratiquerons un examen quotidien de la situation. Une partie des tournées de collecte des ordures a été assurée la semaine dernière et, il y a trois jours, elles l'ont été encore partiellement. Nous demandons simplement aux gens, dans la mesure du possible, de ne pas sortir leurs bacs à ordures ménagères ».

  • Karine Joncqueur
Partager cet article
Repost0
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 09:56

22 octobre 2010 à 08h59


Une centaine de lycéens de l'Harteloire et de Dupuy-de-Lôme bloquent en ce moment le pont de l'Harteloire où ils ont installé des feux de poubelle. Circulation bloquée donc alors que du dépôt de bus, bloqué également, aucun bus n'a pu prendre son service ce matin. Seuls circulent les bus de ligne (en partie) 22, 24, 25, 27 assurées essentiellement par les affrétés. 
 
Du côté du boulevard Blum, circulation fluide en revanche. La cité Kerichen, lycée vauban et écoles comprises, sont pourtant toutes bloquées, mais sans incidence sur le trafic.

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 07:39

21 octobre 2010 à 09h31 - Le Télégramme


Le mouvement de protestation contre la réforme des retraites se poursuit ce jeudi matin à Brest. Des manifestants ont bloqué le dépôt pétrolier du port de commerce avant d'être délogés par les CRS vers

9 h 30. Une heure plus tard, c'est la gare de Brest qui était bloquée. Quelque 300 lycéens occupaient les rails. A proximité, 150 métallos remontés du port de commerce assistaient à la scène. Vers 12 h 30, il restait 80 manifestants prêts à quitter les lieux.

 



Une centaine de manifestants bloquaient les deux accès au dépôt pétrolier de Brest depuis ce matin 5 h. Vers 9 h, 19 fourgons de CRS sont arrivés sur les lieux. Quelques minutes plus tard, le sous-préfet a lancé les sommations réglementaires avant d'ordonner la dispersion des manifestants par une soixantaine de policiers. Voyant les forces de l'ordre avancer, les manifestants ont allumé les importantes barricades dressées aux deux entrées du dépôt. Avant de battre en retraite. Le dépôt pétrolier est désormais débloqué. L'activité a repris peu après 10 h.

Métallos et lycéens à la gare

 
Après avoir été délogés, une quarantaine de manifestants ont pris la direction du port de commerce en passant par le rond-point des Foulques pour y retrouver les 300 métallos qui ont débrayé ce matin. Ces derniers ont tenu vers 9 h une assemblée générale devant le bassin du Matterhorn pour décider des actions à mener. Vers 10 h 30, le cortège est monté à la garde de Brest, rejoignant une centaine de lycéens mobilisés depuis ce matin. Ces derniers ont investi les rails, bloquant le trafic ferroviaire pendant plusieurs minutes. Ils ont ensuite quitté la gare avant d'y revenir peu avant midi.


Nouvelle action demain matin


Vers 12 h 30, le mouvement commençait à s'essoufler. Il ne restait plus que 80 personnes (lycéens, CGT marins, étudiants, FO et Sud rail) à bloquer la gare. Une AG a eu lieu sur les rails. Les participants ont décidé de retourner demain matin à l'aube bloquer le dépôt pétrolier. Une nouvelle assemblée générale, destinée aux étudiants devait avoir lieu à 12 h 45 à la faculté Victor Segalen.

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 07:34

22 octobre 2010 - Le Télégramme

Mercredi, réunis en assemblée générale extraordinaire, les personnels de BMO du syndicat CGT ont voté une grève reconductible de huit jours. À 5h du matin, hier, ils ont bloqué le centre technique communautaire, empêchant le ramassage des ordures ménagères.


«Les gars sont déterminés. Le gouvernement ne nous écoute pas sur le problème des retraites. Nous irons jusqu'au bout pour le faire plier. Huit jours de grève, c'est pour commencer», informe Sébastien Autret, membre du bureau CGT-BMO. Par moins un degré, à 5h du mat', les grévistes ont, comme ils l'avaient annoncé la veille, convergé vers un point stratégique: le centre technique communautaire. Objectif: empêcher le ramassage des ordures sur l'ensemble de la communauté de communes (Plougastel, Gouesnou, Guipavas, Plouzané, Bohars...). «Tous les camions de BMO font également le plein, ici, au dépôt. Même ceux qui n'y stationnent pas. Ils vont vite se retrouver à sec».

Aucun camion n'est sorti du centre

Au coeur du piquet de grève, installé devant les deux entrées du site, Zone Industrielle de Kergonan, un gros barbecue, qu'alimentent des bûches, réchauffe l'atmosphère. Il est encore trop tôt pour que les effets du mouvement se fassent sentir. Malgré tout, BMO recommande aux usagers, de ne pas sortir leurs bacs d'ordures ménagères jusqu'à la reprise normale du service. À Kergonan, la relève des grévistes s'est faite à 17h. «Nous n'avons eu la visite d'aucun élu, d'aucun huissier. Aucun camion n'est sorti du centre communautaire. Des agents de maîtrise sont toutefois venus en voiture chercher les gars du service propreté qui n'étaient pas en grève pour balayer les rues et vider des sacs».

La CFDT ne suit pas le mouvement

Pour la nuit, les grévistes ont placé des plots en béton devant les entrées du site. «Ils sont impossibles à déplacer», assure Sébastien Autret. «Nous serons sur site à partir de 5h demain matin (NDLR, ce matin)». Ils ne seront pas épaulés dans le mouvement par leurs collègues de la CFDT, syndicat majoritaire à BMO. Une assemblée générale extraordinaire leur a été proposée hier matin, à 10h. Ils n'ont été que 70 à y assister. «Il va falloir que nous en cherchions la raison mais, compte tenu de ce petit nombre, nous sommes partis sur l'idée de nous abstenir», a commenté Bruno Boudin, secrétaire adjoint de la section. «Nous sommes favorables, en revanche, à répondre positivement à l'intersyndicale du pays de Brest pour mener, sur le secteur, des actions autres que les manifestations».

  • Karine Joncqueur

Note: BMO, c'est le nouveau nom de l'ancienne CUB, la communauté de communes de la région et ses services techniques.

 

Collecte des ordures : piquet de grève au centre technique
Maintenir la pression avant le vote final, les vacances... Depuis jeudi matin, la CGT de BMO bloque le ramassage des ordures ménagères
Blocus au centre technique

Le blocus a été installé jeudi à 5 h. Aucun camion-benne ne pouvait plus sortir du centre technique communautaire (CTC) de Kergonan pour collecter les poubelles des huit communes de Brest métropole océane. Cette action a été décidée, mercredi, par la CGT de BMO, lors de son assemblée générale extraordinaire. « Une grève reconductible », indique Marc Pibouleau de la CGT-BMO. La reconduction sera décidée mercredi.


C'est quoi le Centre technique communautaire ?


« Le centre compte 400 agents répartis dans neuf services, explique Marc Pibouleau. Un service pour la signalétique, trois pour la voirie, un service « mouvement chauffeur», un service propreté et celui de la collecte sélective, des ordures ménagères et spécifiques... »


Les tournées de collectes


C'est du CTC que partent les camions de collecte. « 23 camions tournent le matin, entre 5 h 30 et 12 h 30, 5 l'après-midi entre 13 h et 19h. » Ensuite, les camions se rendent ensuite à l'usiqne d'incinaération du Spernot.


Un dépôt de carburant


Au CTC se trouve aussi un dépôt de carburant pour les véhicules de service de BMO. « Il y a pour l'instant 40 000 litres de gazoil en réserve. » En attendant le déblocage, les véhicules peuvent s'approvisionner au centre technique municipal.


Les perturbations


« Aucune camion ne peut sortir. La collecte est bloquée », résume le cégétiste devant le piquet de grève. « Le ramassage est fortement perturbé depuis mardi, avec la manifestation et notre AG. Tout comme le service propreté de BMO. De ce fait, des chantiers, qui génèrent des déchets, sont stoppés. » Celui du tram se poursuivait hier.


Une recommandation


« Les tournées de collectes des ordures ménagères de plusieurs secteurs n'ont pu être réalisées normalement, relève BMO dans un communiqué. Il n'est pas possible à ce stade de déterminer de date précise pour la reprise des collectes. » Il est recommandé aux usagers de rentrer leur bac d'ordures ménagères jusqu'à la reprise du service.


Quelles suites ?


Par la voix de Marc Pibouleau, les grévistes se disent « déterminés ». Ils pensent aussi à d'autres actions telles le « blocage du Spernot s'il le faut ». Ils ont mis en place une caisse de solidarité pour soutenir les grévistes.


Côté chauffage


Au Spernot, la combustion des déchets fait fonctionner le réseau de chaleur urbain géré par Dalkia (filiale de Véolia). Il alimente l'équivalent de 21 400 logements. « Nous avons eu la semaine dernière de nombreuses demandes de mises en chauffe émanant de BMH notamment », indique Vincent Gouesbet, de Dalkia-Bretagne. Pour l'heure, il semble qu'il n'y ait pas d'inquiétude. « Nous avons du fioul en réserve. Mais, pour l'instant, on n'en a pas besoin, il ne fait pas assez froid. »


Chiffres clés


55 084 tonnes d'ordures ménagères sont collectées chaque année. Soit 257 kg par an et par habitant. BMO collecte aussi 17 478 tonnes d'emballages ménagers recyclables.


 

Sophie MARÉCHAL.
Partager cet article
Repost0
21 octobre 2010 4 21 /10 /octobre /2010 09:37

21 octobre 2010 à 09h13 - Le Télégramme

 

Nouveau barrage filtrant au port de commerce de Brest.

 

Une centaine de manifestants de FO, Sud, accompagnés par une poignée de jeunes militants du Collectif contre l'injustice sociale, bloquent les voies d'accès au dépôt pétrolier depuis 6 h du matin. A 9 h, les forces de l'ordre présentes sur le site n'étaient pas encore intervenues.

 

Les lycéens actuellement au centre-ville devaient rejoindre ces manifestants sur le port de commerce dans la matinée. A noter : avant le blocage, une centaine de camions-citernes avaient pu entrer dans le dépôt pétrolier.

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2010 4 21 /10 /octobre /2010 07:53
jeudi 21 octobre 2010

Plus de collecte des poubelles pendant huit jours ! C'est l'une des conséquences de la décision votée, mercredi matin, par l'assemblée générale des personnels techniques CGT de Brest métropole Océane. A compter de ce jeudi, 5 h, le syndicat bloquera le centre technique communautaire, pour une durée de huit jours.

Celui-ci abrite notamment les camions de collecte des ordures ménagères. Une collecte déjà perturbée dans la journée de mardi, en raison de l'appel à la grève lancé au plan national contre le projet de réforme des retraites. Le mouvement de la CGT n'aura pas de conséquence sur le chauffage urbain, celui-ci n'étant pas encore en route.


Les responsables du syndicat indiquent que « le blocage se fera par roulement. La CGT lance le mouvement, mais nous sommes ouverts aux autres organisations qui souhaiteraient nous rejoindre ». La CGT a également décidé de bloquer les cantines scolaires, crèches périscolaires et haltes-garderies, jeudi et vendredi, jour des vacances de Toussaint.

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2010 4 21 /10 /octobre /2010 07:42

21 octobre 2010 - Le Télégramme

Syndicalistes, salariés non encartés, lycéens, étudiants, précaires... Hier, c'est sur le port de commerce que s'est concentrée la mobilisation. Les barrages filtrants se sont peu à peu transformés en jeu du chat et de la souris avec les policiers. Un contre-la-montre parfaitement orchestré.


«Puisque le président ne veut pas nous entendre, puisqu'il ne voit pas les grévistes, il ne nous laisse guère le choix... Ilnous contraint àbloquer l'économie. Et pour ça, la solution la plus efficace, c'est d'empêcher les distributions de carburants...». Dès 5h du matin, hier, plus de 200 personnes, protestant contre la réforme des retraites, avaient ainsi pris place sur les ronds-points du port de commerce. Parmi les manifestants: FO et le collectif des précaires, comme les jours précédents. Mais aussi, cette fois: Sud-Solidaire, la CGT,  des étudiants, des salariés non encartés... Tous avec une même détermination: «Empêcher les camions citernes d'atteindre le dépôt pétrolier, dans le calme,sans provocation et sansheurts».

Le chat et la souris

À 8h30, ils ont été rejoints par une cinquantaine de lycéens de L'Iroise. Puis, à 9h45, par 150 élèves, de Vauban, Kérichen et Lesven principalement. Certains avaient visiblement envie d'en découdre. Mais ils ont été, très habilement et efficacement, remis dans le droit chemin par les portes-parole syndicaux. Ambiance bon enfant donc, jusqu'à ce que le sous-préfet fixe un ultimatum. À 11h15, il leur a laissé 45 minutes pour évacuer le rond-point des Macareux. Tensions dans les rangs. Quelques visages masqués. Deux ou trois attaques verbales en règle. Des feux de palette. Mais au final, aucun débordement. Quand les 40 policiers sesont alignés, les manifestants ont spontanément rebroussé chemin. Et quand les forces de l'ordre ont fait demi-tour, ils ont fait de même. Ce petit jeu du chat et de la souris a duré un petit moment.

Nouveau blocage du dépôt ce matin

À 13h20, le sous-préfet a donc pris l'initiative de passer à la vitesse supérieure. Des jets de lacrymo ont permis de repousser les troupes au-delà du Moulin-Blanc. Lesquelles ont fait route jusqu'à la piscine, sous bonne escorte. Là, vers 15h, avant de partager un pique-nique, les manifestants, plutôt satisfaits d'avoir fait tourner en bourrique les policiers, ont voté la reconduction du blocage du dépôt dès ce matin. Ils devraient être rejoints par les salariés de la Sobrena. Au final, à 13h30, les accès du dépôt pétrolier étaient libérés. Le ballet des camions a pu reprendre doucement. Mais avec trois quarts d'heure de retard, le temps de réparer une mystérieuse panne électrique...

  • Sarah Morio et Brendan Troadec

BMO-CGT: grève des «poubelles» votée pour huit jours

Réunie, hier, enassemblée générale, la CGT deBrest Métropole Océane a voté, àl'unanimité, unegrève de huit jours. Dès 5h cematin, sesmembres bloqueront lecentre technique communautaire.


Quelles seront les conséquences concrètes de la grève et des actions décidées par la CGT de Brest Métropole Océane? «Lecentre technique communautaire abrite le dépôt de carburant, les services de répurgation (entretien des égouts, des réseaux d'assainissements, collecte et élimination des déchets,NDLR) et de signalisation. En clair, il n'y aura pas de ramassage de poubelles pendant huit jours à compter de demain matin, 5h (ce matin, NDLR). Les agents pourront rentrer dans le centre mais aucun véhicule ne sortira», informe Éric Pellenec, secrétaire CGT éducation et enfance.

«On ne joue plus!»

Le mouvement a été voté une première fois, hier, pour huit jours. «On ne joue plus!». Une décision prise dans l'urgence, face à la volonté du gouvernement de faire passer coûte que coûte son projet de loi concernant la réforme des retraites. «À BMO, nous rentrons dans un mouvement plus dur. Nous devons passer à la vitesse supérieure, rompre avec tout attentisme et envisager de nouvelles actions.


Les manifestations de masse ne suffiront pas, appuie Marc Pibouleau, secrétaire adjoint de BMO-CGT. Nous allons taper du poing sur la table. Si les autres syndicats veulent se raccrocher à notre mouvement, ils peuvent le faire». Il n'est pas exclu que le centre municipal, situé rue de l'Eau-Blanche, soit aussi bloqué. L'assistance, fournie (150 personnes) a pleinement adhéré au propos. En fin de matinée, des représentants d'EDF et des cheminots l'arejointe. Les seconds, en grève reconductible depuis neuf jours, poursuivent dans cette voie. Les premiers, eux, pourraient prochainement mener des actions ponctuelles. Physiquement, ce matin, ils apporteront leur soutien aux grévistes. En parallèle de cette action nouvelle, de grosses perturbations sont également attendues dans les établissements scolaires de la ville "cantine, garderie" aujourd'hui et demain.

La section CFDT ville de Brest Métropole Océane ?syndicat majoritaire? organise une assemblée générale extraordinaire sur le conflit des retraites, aujourd'hui, à 10h, salle des conférences au sous-sol de l'hôtel de ville. La CFDT appelle ses adhérents à se prononcer, ensemble, sur les suites à donner au mouvement.

  • Karine Joncqueur
Partager cet article
Repost0
20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 12:27

 

Social mercredi 20 octobre 2010 Ouest France

La CGT a organisé ce mercredi matin une assemblée générale du personnel technique de la communauté urbaine de Brest. Les participants ont voté le blocage, dès jeudi, 5 h, du centre technique communautaire de Brest. Ce centre regroupe notamment les moyens nécessaires au service de répurgation, de signalisation. Le blocage est voté pour huit jours. Ce mouvement s’inscrit dans la contestation du projet de réforme des retraites.

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 12:08

20 octobre 2010 - Le Télégramme


«Qu'importe les chiffres, les salariés étaient là en masse. Les jeunes aussi». Pour l'intersyndicale de Brest, la manifestation d'hier n'avait rien d'un baroud d'honneur. D'autres actions sont déjà prévues.

Mobilisation soutenue. 10h30, ce n'est peut-être pas l'heure stratégique pour un rassemblement. Hier, les syndicats ont eu une petite frayeur quand, à cette heure-là, la place de la Liberté n'était que partiellement occupée. Mais, vers 11h, les salariés ne souhaitant débrayer qu'une heure sont arrivés en nombre d'un peu partout. Les lycéens étaient déjà sur place.

 

Résultat: 11.000 manifestants selon la police, 18.000 selon la CFDT, 28.000 selon la CGT... Dix-sept mille selon notre comptage effectué du promontoire du Cours Dajot. Des encouragements. Cet impressionnant cortège confirme l'orientation de l'Intersyndicale qui était d'inscrire ce mouvement dans la durée. Pour Olivier Le Pichon (CGT), ça porte ses fruits: «Le gouvernement a dit que cette réforme ne s'appliquera pas aux marins, ni aux infirmières... Voici quelques signes de reculs, ça craquelle, il faut tenir bon».

 

Même détermination, pleine et entière, du côté de la CFDT où Patrick Jagaille scande que «le report de vote par les sénateurs à jeudi doit inciter à poursuivre et amplifier». Des jeunes organisés. Les lycéens avaient commencé à revendiquer, dès 8h, en mettant en place un barrage filtrant boulevard Léon-Blum. À Kérichen, un service d'ordre regroupant une trentaine de jeunes était présent. La descente, dans le centre-ville, du cortège qui s'est progressivement gonflé, s'est déroulée sans incident. Seul un caillassage de bus, sans blessé ni dégâts, est à déplorer. Au plus fort de la manif, ils étaient quelque 1.500 à donner de la voix.


Quatre blessés.


La tension est en revanche montée, vers 13h30 à la gare. À l'issue du défilé, quelque 200 manifestants avaient entrepris de faire un sit-in sur les rails. Ils ont été vigoureusement délogés. «Certes, il y avait quelques provocateurs. Mais cette initiative était pacifique. On regrette que ça se soit passé ainsi, surtout que le train ne serait pas parti, quoiqu'il arrive, puisque la gare de Morlaix était bloquée à l'arrivée...», s'est étonné Olivier Cuzon de (Sud-Éducation). Bilan, tout de même: quatre blessés transportés à l'hôpital.

 

De l'endurance.

 

Et maintenant? Les organisations syndicales invitent tous les salariés à se réunir, dès aujourd'hui, au sein de chaque entreprise, publique ou privée, pour décider de nouvelles actions.

 

Faites du bruit.

Le collectif «La retraite, une affaire de jeunes» propose une opération «Faites du bruit», aujourd'hui, à 14h30, place de la Liberté. Une action soutenue par l'UNL.

 

Blocage des ponts. Autre action sérieusement envisagée: le blocage des ponts à compter de vendredi.


Trafic SNCF. Aujourd'hui, sont prévues sept circulations TGV Paris-Brest dont une par correspondance à Saint-Brieuc et autant dans l'autre sens. 76% des TER devraient fonctionner normalement. Renseignements au 0.800.88.05.62.

 

Dépôt pétrolier. FO, la CNT et le collectif des précaire appellent à un nouveau blocage du dépôt pétrolier, aujourd'hui, à partir de 5h.

 

BMO. Le syndicat CGT de Brest Métropole Océane organise une assemblée générale de l'ensemble de ses adhérents et ses sympathisants, à 10h, aujourd'hui, salle des conférences de la mairie. «Des décisions importantes seront prises», souligne un communiqué.

  • Sarah Morio
Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg