Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 13:24

 

Social jeudi 14 octobre 2010 Ouest France

Une bonne centaine de personnes se sont rassemblées ce midi devant la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Brest. Et ce, à l’appel de l’intersyndicale CFDT, CFTC, CGC, CGT, FSU, Solidaires et Unsa qui se mobilise contre la réforme des retraites.

 

Pourquoi la CCI ? « Parce que c’est le lieu du Medef, du patronat et que la réforme de Sarkozy est celle du Medef », estime Olivier Le Pichon pour la CGT.


« Il faut que samedi soit de nouveau un grand mouvement pour l’étendre et le généraliser », appelle Olivier Le Pichon. Une nouvelle manifestation est fixée à samedi prochain. Le rendez-vous est prévu à 14 h 30, place de la Liberté à Brest.

 

Et « on sait qu’il y aura des choses la semaine prochaine ». Pour le cégétiste, « les jeunes ont tout à fait raison d’être dans le mouvement. L’avenir qui se dessine pour eux est fait de précarité ». Olivier Le Pichon rapporte que « des assemblées générales se tiennent un peu partout, dans l’Education nationale notamment ».

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 11:48

64.jpg

 

65.jpg

 

 

 

62

 

68.jpg

 

67.jpg

 

66.jpg

 

63.jpg

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 15:49

04.jpg

 

 

02.jpg

 

005.jpg

 

 

 

08.jpg

 

09.jpg

 

13.jpg

 

19

 

33.jpg

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 15:45

58.jpg

 

57.jpg

 

 

23.jpg

 

26.jpg

 

51.jpg

 

53.jpg

 

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 15:38

61

 

60.jpg

 

59

 

34.jpg

 

35.jpg

 

36.jpg

 

37.jpg

 

38.jpg

 

46.jpg

 

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 13:01

9 octobre 2010 à 09h06 - Le Télégramme


Le préfet de région et le président du conseil régional ont annoncé un projet de centrale électrique au gaz de 450 MW dans le Nord-Finistère, le site de Lanvian, à Guipavas, ayant été cité.

 

Pour combattre ce projet, mais aussi pour proposer des alternatives qui permettront une réelle autonomie énergétique de la Bretagne, du Finistère et du pays de Brest en particulier, une réunion en vue de la constitution d'un collectif «Pour une énergie durable en Bretagne» (nom provisoire) se tiendra vendredi, à 20h, au centre socioculturel l'Alizé, à Guipavas. Le collectif définira les actions à mener. Cette réunion est ouverte à tous.

Renseignements
Par courriel, ae2d.29@gmail.com

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 11:20


8 octobre 2010 - Le Télégramme

 

Des représentants des cinq sites IUFM de Bretagne se sont donné rendez-vous, hier, devant la présidencede leur université de tutelle. Ils entendent défendre sept postes menacés. 


C'est à l'occasion de la tenue du conseil d'administration de l'UBO que les personnels des cinq sites des instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM) de Bretagne se sont réunis, hier, pour faire entendre leurs voix. Répondant à l'appel de l'intersyndicale, environ 70 personnes venant de Brest, Quimper, Saint-Brieuc, Rennes et Vannes ont défilé entre l'IUFM de Brest et la présidence de l'UBO. Le malaise n'est pas récent, il est le fruit d'un ensemble de réformes de la formation des maîtres et de la loi sur l'autonomie des universités. La principale cause de mécontentement est aujourd'hui le rattachement de la gestion des personnels des IUFM à l'UBO. En effet, dans ce cadre, l'université a choisi de transférer des postes de formateurs sur d'autres secteurs. «On peut crier sur les toits que l'UBO vise l'excellence mais, si on supprime la formation des professeurs, vers quelle excellence va-t-on?», s'interroge René Olier, professeur émérite ayant enseigné 17 ans à l'UBO. 

Conflits d'intérêts 

Cela fait à peu près une heure que les discussions du conseil d'administration tournent autour de la question des IUFM quand les représentants des manifestants sont invités à venir exposer leur point de vue. C'est donc devant Pascal Olivard, président de l'UBO, et l'ensemble du conseil d'administration chargé de voter ces aménagements qu'ils ont exprimé leur lassitude et exhorté le conseil à ne pas voter les suppressions de postes. 

Peu de résultats 

Leur demande d'un moratoire d'un an destiné à juger des charges réelles du personnel et du taux d'encadrement devait être soumise aux votes. Les chiffres avancés actuellement par les deux parties étant notablement différents, la discussion ne peut pas être constructive sur ce point. C'est avec un peu d'amertume que les manifestants sortent de cette rencontre. «Ils considèrent les IUFM comme un vivier de postes pour l'UBO, regrette Maud Rouviere, formatrice. Concrètement, cette mesure peut nous mettre dans l'impossibilité d'ouvrir des masters dans certaines disciplines, cette année». La volonté de conserver une masse salariale constante contraint déjà certains enseignants de l'IUFM à exercer actuellement dans deux ou trois établissements. La seule avancée connue de cette journée est la sauvegarde d'un poste de formateur sur les sept menacés.

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 12:52

C’est dans un concert de casseroles, poêles que les manifestants se sont mobilisés ce jeudi midi devant la sous-préfecture de Brest. Une cinquantaine de personnes étaient réunies vers 12 h 30.

 

« Une casserolade pour dire au gouvernement qu’il fait fausse route. Il doit être attentif aux revendications des salariés », a dit au micro le cégétiste Olivier le Pichon. Une « mise en jambe » avant la manifestation de mardi prochain. « Tout nous laisse penser qu’il y aura beaucoup de monde », estime le militant au nom de l’intersyndicale CFDT, CFTC, CGC, CGT, FSU, Unsa et Solidaires.


Le point de rassemblement du 12 octobre est fixé à 11 h, place de la Liberté à Brest. « Nous effectuerons le grand tour », explique l’intersyndicale. Par l’avenue Georges-Clémenceau, Salaun-Penquer, la rue Roosevelt et celle du Château. « On y va à fond les ballons et si cela ne suffit pas, on continue ! »

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 12:43
Partager cet article
Repost0
3 octobre 2010 7 03 /10 /octobre /2010 12:38

 

3 octobre 2010 - Le Télégramme

 

Quatorze mille manifestants,le 23 septembre, contre la réforme des retraites. Quinze mille, hier. La mobilisation ne s'étiole pas vraiment. Il y avait des nouveaux dans les rangs, ceux et celles pour lesquels il est difficile de faire grève.

La police, le 23 septembre, avait donné 8.000 manifestants. 9.000, hier. Il y a une semaine, les syndicats évoluaient entre 18.000 et 25.000. Hier, entre 20.000 et 28.000. Voilà pour les comptes, un sujet toujours épineux. L'ennemi, en fait, aurait pu venir de l'extérieur, de la pluie. C'était la crainte, pas infondée, des syndicats. Respectueuse, elle n'a commencé à tomber qu'en fin de manifestation. Le rassemblement était un peu différent des précédents, intervenus en semaine. Il y avait alors davantage de banderoles «marquées», identifiant l'origine des manifestants, leur entreprise ou secteur d'activité.

Davantage en famille

Elles n'avaient pas disparu hier mais étaient moins nombreuses. On a manifesté davantage en famille. Et plus d'un ou d'une était là pour la première fois. Parce que faire grève a un coût financier qui n'est pas toujours supportable ou n'est pas forcément aisé dans telle ou telle structure, ou quand on exerce en libéral. «Cela tombe bien que ce soit un samedi. Je ne suis pas concerné mais j'ai des enfants qui le seront. C'est pour cela que je suis là», expliquait une orthophoniste. Une ouvrière de l'État, de l'ex-arsenal, manifestait pour la première fois. Son départ à la retraite est prévu à la fin de l'année, or le calcul du montant se fait sur les six derniers mois. Il n'est donc pas judicieux pour elle de multiplier les absences. Une autre manifestante effectuait cette observation technique: «J'ai vu descendre du train des gens venus pour manifester. D'autres ont pris le car, ce qui ne leur est pas possible quand il y a grève dans les transports».

«Ce n'est pas plié»

Au vu de la mobilisation, Olivier Le Pichon, secrétaire général de l'union locale CGT, commentait: «Cela montre bien que ce n'est pas plié». Nouveau rendez-vous est pris, au moins, pour le 12 octobre. Un commerçant, qui observait le cortège, remarquait: «Cela prouve que l'on peut venir en centre-ville». Allusion, sans doute, aux travaux du tramway. Bref, quand on le veut, on peut. Pour être complet, les voitures qui souhaitaient accéder au centre, hier après-midi, ont dû sérieusement patienter ou avoir recours à des ruses de Sioux. On ne peut pas contenter tout le monde en même temps...

  • Vincent Durupt
Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg