Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 09:36

23 novembre 2010 à 07h48 - Le Télégramme

 

Le procès en appel des six jeunes ayant pris part aux manifestations pour la défense de l'hôpital de Carhaix, en juin2008, à Quimper, se déroulera lundi prochain, à 16h, à Rennes.

 

Ils sont accusés de «violence sur agent détenteur de l'ordre public». Pour mémoire, tous avaient été relaxés par le tribunal correctionnel de Quimper, le 12 mars 2009. Le maire de Carhaix, Christian Troadec, et sa majorité dénoncent ce procès en appel dans un communiqué:

 

«Les actions des Centre-Bretons, même si elles ont été spectaculaires, n'ont jamais été véritablement violentes et étaient uniquement animées par la volonté de défendre la maternité et la chirurgie de leur hôpital, menacées de fermeture par le ministère de la Santé».

 

Ils appellent à participer à un rassemblement de soutien, lundi, place du Parlement de Bretagne, à Rennes.

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 10:05

7 novembre 2010 - Le Télégramme


La mobilisation contre la réforme des retraites reste forte dans le Poher. Bravant la pluie, près de 900 personnes ont à nouveau manifesté, hier, dans les rues de Carhaix.

À l'appel de l'intersyndicale et du collectif de défense du Kreiz-Breizh notamment, près de 900 personnes sont descendues battre le pavé carhaisien, hier, pour redire une nouvelle fois leur opposition à la réforme des retraites, fraîchement votée par le Parlement. La mobilisation est donc sensiblement égale à celle de la journée du 28 octobre qui avait rassemblé un millier de manifestants dans la capitale du Poher. Satisfaction donc, pour les organisateurs qui redoutaient un essoufflement du mouvement. «C'est la sixième manifestation organisée à Carhaix. Les gens sont un peu fatigués et on joue de malchance avec la météo», faisaient-ils ainsi remarquer peu avant le départ du cortège.

«Passage en force»

Foire oblige, celui-ci s'est rassemblé exceptionnellement devant la gare où François-Philippe Lecoulant a pris la parole au nom de l'intersyndicale. «La détermination qui ne faiblit pas démontre qu'il y a de nombreuses inquiétudes sociales, un refus de cette réforme des retraites et un profond mécontentement face à ce gouvernement qui a choisi le passage en force», insiste le militant CGT. «De toutes les manifs», Nathalie, 38 ans, agent administratif, abonde dans ce sens. «La réforme souffre d'un manque de dialogue criant! «On ne peut pas imposer de diktat sur des sujets qui engagent tout un chacun». Après cette unique prise de parole, le cortège dans lequel ont pris place des lycéens de Paul-Sérusier, s'est élancé vers 15h, direction le centre-ville. Le parcours a été raccourci par rapport aux précédentes manifestations. Après avoir remonté la rue principale et défilé devant la mairie, le cortège s'est disloqué au carrefour du Kreiz-Ker vers 15h30.

Nouvelle manifestation fin novembre

«Cette manifestation ne sera par la der des ders», promettent les organisateurs, qui ont appelé à un nouveau rassemblement à Carhaix, dans le cadre de journée de mobilisation nationale, prévue entre le 22 et le 26novembre.

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2010 5 29 /10 /octobre /2010 13:41

29 octobre 2010 - Le Télégramme


Malgré les vacances scolaires et le vote de l'Assemblée, un millier de personnes a défilé hier matin, à Carhaix. Et certains veulent clairement une radicalisation du mouvement.

C'était la grande interrogation du jour, du côté des syndicats. Après l'adoption de la réforme des retraites par l'Assemblée nationale mercredi, ce nouvel appel à la mobilisation allait-il faire «pschitt»? A 10h30, heure de rassemblement donnée par les syndicats (au passage, quel intérêt pour une manif qui part à 11h passées?), la réponse semblait bien positive. Place du Champ- de-foire, quelque 200 manifestants font alors grise mine.

«Samedi sera décisif»

Une bonne demi-heure plus tard, ils sont pourtant près d'un millier, selon nos estimations. Loin des derniers rassemblements (plus de 2.000 personnes), certes. Mais pour les syndicats, on a largement évité le bouillon tant redouté. «C'est dur, parce que le mouvement est long, et que les gens ne peuvent pas, financièrement, faire grève indéfiniment. Mais la journée de samedi sera décisive», avance François-Philippe Le Coulant (CGT). Des propos prolongés par Pierre Moal (CFDT): «Aujourd'hui, c'est une belle mobilisation, mieux que ce qu'on craignait. Mais il faudra battre les scores samedi. Il faudrait même faire ville morte, fermer les commerces pour marquer le coup».

«Dire qu'on n'oubliera pas»

De toute évidence, pas de trace de résignation en tête de cortège, hier. Mais quelques mètres plus loin, le ton est tout autre. «On sait qu'ils ne bougeront plus maintenant, mais on est là pour dire à Sarko qu'on n'est pas d'accord. Et qu'on n'oubliera pas ce qui s'est passé quand il faudra voter en 2012», résume un couple de quadras venu de Poullaouen. Vers 12h, alors que le cortège se dissipe, d'autres ont choisi de passer à un autre mode d'action. A l'appel du Collectif de défense du Kreiz-Breizh, une cinquantaine de personnes investit le centre des impôts de Carhaix.

«Fini de promener les drapeaux...»

«C'est un lieu symbolique, celui de la collecte de l'argent public. On est là pour dire qu'on conteste leur redistribution des richesses dans ce pays», lance Matthieu Guillemot, pour le Collectif. Rapidement, une assemblée générale est organisée. Le collectif veut «passer au stade supérieur. On a promené les drapeaux dans les rues: c'est bien, mais le gouvernement s'en moque. Il faut maintenant radicaliser les actions». La parole tourne, la conclusion est la même pour tous: «Le centre des impôts, c'est bien pour le symbole, mais ça ne sert à rien. Il faut taper là où ça fait mal: l'économie».

Le Centre Leclerc bloqué pendant deux heures

Un vote à main levée entérine la nouvelle étape. A 13h, le groupe met le cap sur le Centre Leclerc. Quelques-uns ont renoncé en cours de route, mais une trentaine de personnes parvient à bloquer l'accès au supermarché et à son espace culturel pendant deux bonnes heures, sous l'oeil de la gendarmerie (*). Quelques clients assez remontés tenteront bien de forcer le passage, mais sans succès. Peu après 15h, le groupe lève son blocage, sans incident. La suite? Le Collectif entend multiplier les actions de ce type, et «monter en puissance» dans les prochains jours.

* La direction de l'établissement n'a pas demandé de faire lever le blocage. Sollicitée, elle n'a pas souhaité apporter de commentaire.

  • Pierre Chapin
Partager cet article
Repost0
20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 12:17


20 octobre 2010 - Le Télégramme

La mobilisation ne faiblit pas à Carhaix. Quelque 2.200 personnes, selon nos estimations, ont défilé dans les rues hier matin. Mais syndicats comme salariés s'interrogent sur la suite à donner au mouvement.

A quelques grappes humaines près, la mobilisation aurait été égale à samedi dernier. 2.200 personnes dans les rues de Carhaix, en semaine, pour une énième manifestation? On n'a pas vu ça depuis mai 68, assurent les mémoires carhaisiennes. Mais visiblement, le grand soir n'est pas pour tout de suite. Alors, après ce nouveau «succès», on fait quoi? Nouvelle manif, grève générale, radicalisation du mouvement? Du côté du collectif de défense du Kreiz-Breizh, «on ne veut pas lâcher, même si le gouvernement est sourd et aveugle», lâchent de concert Henri Guillemot et Hélène Mangeney. «S'il faut aller vers la radicalisation, on accompagnera la population».

«La suite dépendra de la base»

Même tonalité à Sud. «Nous, on est pour la grève générale depuis le début. Il n'y a que ça à faire pour que ça bouge», milite Laurence de Bouard, de Sud, syndicat qui a un pied dans le collectif, et l'autre dans l'intersyndicale. Chez les poids lourds de l'intersyndicale, le ton est plus mesuré. Et on marche sur du velours en attendant les mots d'ordre nationaux. «La suite dépendra de ce que veut faire la base», indique François Régis Le Coulant (CGT). «C'est aux salariés, dans les entreprises, de s'emparer du mouvement». «D'ici jeudi, localement, on va faire remonter ce qui se passe dans les boîtes, prolonge Pierre Moal (CFDT). Ici, c'est sûr que c'est compliqué. Les gens ont déjà fait grève deux, trois jours. C'est lourd financièrement. En plus sur le secteur, il n'y a que des petites boîtes: je ne vois pas comment on peut aller vers des grèves reconductibles».

«Un trou dans le porte-monnaie»

Au milieu du cortège, trois cantinières donnent un bel écho au débat. Elles travaillent à Plounévézel ou Poullaouen, en sont à leur cinquième manifestation depuis le début du mouvement. Les deux premières étaient en grève hier; la troisième a simplement débrayé une heure. «On a des petits salaires, ça commence à faire un trou dans le porte-monnaie». Corinne quittera donc ses camarades à mi-parcours. Non sans s'abandonner à un certain défaitisme. «Ils n'écoutent pas les manifs, et on n'a pas les moyens de se lancer dans une grève reconductible. Je ne vois pas comment on va en sortir...».

 

Qu'importe l'issue, nos trois cantinières n'ont pas encore baissé les bras. Car, répètent-elles, «on ne pourra pas porter des gamelles jusqu'à 67 ans». Alors on les reverra encore battre le pavé, à Carhaix, si possible. Et «le samedi, ou en fin de journée», pour pouvoir continuer à faire entendre leur voix. Sans crier famine.

  • Pierre Chapin
Partager cet article
Repost0
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 14:18

2500 personnes ont à nouveau manifesté ce matin à l'appel des organisations syndicales et du collectif pour la défense des retraites. Les lycéens toujours mobilisés étaient bien entendu de la partie.

La prétention de ce gouvernement illégitime et parasitaire à imposer à tous une réforme des retraites qui fera porter sur les petits le poids de l'engraissement de la bourgeoisie ne passe et ne passera pas.

Encore une fois les Centre Bretons ont montrés leur détermination à obtenir le retrait ce cette loi faite par les riches pour les riches. Car comme pour la défense notre hôpital nous resterons intransigeant face à cette bande de prévaricateurs sans scrupules !


ON NE LACHERA RIEN !

doc5-0020ab.JPG

doc5 0026ab

doc5 0010ab

doc5 0011ab

 

doc5-0006ab.JPG

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 13:53

19 octobre 2010 à 13h16 - Le Télégramme

 

Juste devant le rassemblement de mardi dernier, et derrière celui de samedi. Ce matin, quelque 2.200 personnes ont manifesté dans les rues de Carhaix contre la réforme des retraites, à l'appel de l'intersyndicale, du Collectif de défense des retraites du Kreiz-Breizh, et du Parti socialiste (Note: et pas du Npa?). De nombreux lycéens, dont certains venus de Rostrenen, participaient également au rassemblement.

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 08:25

doc5-0002a.JPG

 

Du jamais vu depuis la grande manifestation qui avait réuni 10 000 personnes à Carhaix pour sauver l'hôpital.


Largement plus de 3000 personnes ont défilé à Carhaix ce samedi à l'appel des syndicats, du collectif pour la défense des retraites su Kreiz Breizh et bien sur des lycéens nombreux dans le défilé.


Contrairement au matraquage médiatique la mobilisation ne faiblit pas. Au contraire elle se renforce et se durci face à un gouvernement de plus en plus déconnecté et isolé des réalités du pays.


Une nouvelle journée qui démontre bien que jeunes ou vieux, actifs ou retraités toutes et tous sont plus que jamais déterminés à se faire entendre et surtout respecter dans leur choix de mettre la reforme Sarkozy-Woerth à la place qui lui convient : le cimetière des idées à la con du MEDEF.


De nouvelles actions sont prévue dès le début de la semaine prochaine, face à l'arrogance d'un pouvoir totalement discrédité et illégitime.


Carland

doc5-0028a-copie-1.JPG

doc5-0004a.JPG

doc5 0009a

doc5-0019a.JPG

doc5 0024a

doc5-0031a.JPG

doc5-0010a.JPG

doc5-0039a.JPG

Et bien entendu un grand merci au groupe Re An Are notament George Cadoudal qui ont animé en musique cette manifestation.

doc5-0056.JPG

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 11:24

manif7_12_10_10.JPG

 

Avec plus de 2500 manifestants dans les rue de Carhaix la mobilisation est en hausse par rapport aux 2000 personnes ayant manifesté le 2 octobre.


Face au mépris affiché par Sarkozy et Woerth son ministre de la retraite des Bettencourt, face au cynisme du roitelet de Neuilly la détermination ne faiblit pas bien au contraire. C'est l'ensemble de la population qui a défilé ce matin dans les rues de Carhaix pour exprimer son ras le bol de n'être pas écouté et respecté par la clique au pouvoir.


Lycéen, salariés, retraités, chômeurs, précaires... tous ont manifestés derrière la même banderolle et avec le même objectif : exiger le retrait sans condition de la loi Sarkozy-Medef de casse de la retraite par répartition.


Tous sont conscient de l'importance d'empêcher les prévaricateurs d' essayer d'en finir avec le programme du CNR pour livrer aux spéculateurs et aux banquiers l'avenir de leurs retraites.


Et si la manifestation s'est déroulée dans une ambiance bon enfant, le gouvernement par son attitude provocatrice portera l'entière responsabilité du durcissement du mouvement qu'il aura lui même provoqué. Car ce gouvernement en guerre contre son peuple devra se soumettre ou se demettre...


D'ores et déja une nouvelle manifestation aura lieu samedi à Carhaix le 16 octobre à Carhaix.

 


banderolle_12_10_10-copie-1.JPG

manif3_12_10_10.JPG

doc5 0025

manif5 12 10 10

doc5-0019.JPG

doc5-0054.JPG

doc5-0005.JPG


12 octobre Le Télégramme 


De mémoire de manifestant, on n'avait encore jamais vu ça. Suite à la mobilisation du 2 octobre dernier à Carhaix, où la gendarmerie avait estimé le nombre de personnes dans la rue à 200 (contre 2.000 selon les organisateurs), le collectif de défense des retraites du centre-Bretagne avait organisé, ce matin, un comptage officiel du nombre de personnes descendues dans la rue.

 

Carhaix (29). Un système de comptage innovant

Profitant de "l'entonnoir" offert par une rue étroite, deux responsables du collectif ont ainsi comptabilisé 1.500 manifestants, sous un panneau "Souriez, vous êtes comptés". "A deux personnes près, on était d'accord", a même expliqué l'une des deux militantes.

 

Toutefois, au cortège parti de la place du Champ-de-Foire sur les coups de 11h sont encore venues s'ajouter plusieurs centaines de personnes, portant le nombre de total des manifestants à environ 2.000. Soit un chiffre "très satisfaisant" pour les organisateurs, et ce d'autant plus que l'intersyndicale (CGT-CFDT) avait appelé ses sympathisants à aller manifester à Brest, Quimper, Morlaix et Quimperlé.

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 12:28

Le collectif de défense des retraites organisera bien une manifestation mardi, à Carhaix. Mais sans la CGT et la CFDT, qui préfèrent appeler au rassemblement à Quimper ou Morlaix.

La pluie ininterrompue qui s'est abattue sur le cortège carhaisien samedi dernier aurait-elle fini par avoir raison de l'enthousiasme des unions locales CFDT et CGT ? Leurs représentants semblaient pourtant unanimes pour annoncer un nouveau rassemblement mardi 12, à Carhaix, quand les 2.000 manifestants arpentaient le pavé.

«Cette fois, c'est en semaine...»

Pourtant, hier, dans un communiqué commun, UL CGT et CFDT changeaient de ton : si elles «se satisfont de la mobilisation du 2 octobre qui aura vu plus de 2.000 manifestants dans les rues de Carhaix», elles appellent, «dans la poursuite du mouvement», à «participer aux différents rassemblements décidés au niveau départemental à 11h, à Quimper, Morlaix, Quimperlé, Brest» (*). Exit Carhaix ! Leur communiqué n'explicite pas davantage ce choix géographique, et nous ne sommes pas parvenus à joindre les responsables des deux UL, hier. À l'union départementale CGT, à Brest, on nous expliquait simplement que «la donne change cette fois-ci parce que la manifestation n'aura pas lieu un samedi, mais en semaine. On veut éviter le risque d'un trop faible rassemblement». L'argument est recevable, mais paraît toutefois à rebours des témoignages collectés, samedi, à Carhaix. De nombreux manifestants venus de Carhaix, Gourin ou Rostrenen s'y félicitaient de ce rassemblement centre-breton, quand ils avaient l'habitude de renoncer à des déplacements plus lointains (notre édition de lundi).

«Évident» pour le Collectif

Ce choix des deux principales forces syndicales n'a toutefois pas refroidi le Collectif pour la défense des retraites en centre-Bretagne (NPA, Sud Santé, SLB, FASE, NPA, UDB, et... CFDT!). «C'est le choix des syndicats, nous n'avons pas à le commenter. Pour nous, après le succès inattendu de la manifestation de samedi, la question de remettre ça à Carhaix ne se posait pas», affirme Hélène Mangeney. «Une manifestation ajoutera du monde à la masse, avec des gens, comme les retraités, qui n'iraient pas à Quimper ou Morlaix. Et on a vu que le succès de Carhaix n'a rien enlevé aux manifestations de Quimper ou Morlaix», prolonge Michel Madec. Le Collectif ne se mouille pas, en refusant d'avancer un chiffre qui ferait le succès de la mobilisation. «Il nous reste quelques jours pour tracter, et sensibiliser notamment les lycéens. La manif partira à 11h, car elle permet aux gens de faire un débrayage de 55 minutes, qui n'impactera pas leurs salaires», précise Matthieu Guillemot. Le cortège s'élancera de la place du Champ-de-foire et plus de la maison des syndicats, comme c'était le cas samedi dernier.

* La CGT et la CFDT organisent un départ collectif devant l'union locale, mardi 12, à 9h30.

Partager cet article
Repost0
19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 08:30

19 août 2010 - Le Télégramme


La semaine dernière, l'antenne brestoise de la police judiciaire avait convoqué un employé communal de Carhaix à propos de l'utilisation d'un camion de la ville lors d'une manifestation pour le maintien de l'hôpital, il y a deux ans.

 

Hier, deux autres membres du personnel ont été entendus par les policiers:Yvon Cariou, directeur général des services, et Mathieu Serandour, directeur des finances, ont passé chacun près d'une heure dans les locaux de la PJ. Ils étaient soutenus par une vingtaine de personnes, dont le maire, Christian Troadec.

 

«Les élus ont toujours assumé les manifestations. Les personnels de la mairie n'ont pas à être inquiétés», a commenté le premier magistrat de la commune. «C'est l'attitude d'un État revanchard qui n'a pas accepté que la justice nous donne raison».

 

Brest : deux employés municipaux carhaisiens auditionnés par la Police judiciaire
Politique mercredi 18 août 2010 Ouest France

Deux employés municipaux de la ville de Carhaix sont auditionnés par la Police judiciaire, ce mercredi matin, à Brest.

 

Sur réquisition du procureur de la République de Morlaix, les policiers enquêtent sur les circonstances d’une manifestation demandant le maintien des services maternité et chirurgie de l’hôpital de Carhaix en 2008 à Morlaix.

 

L’organisation de cette manifestation aurait fait appel à des moyens de la ville de Carhaix, en particulier des véhicules. La semaine dernière, un employé municipal carhaisien avait déjà été entendu par la Police judiciaire et, au mois de mai, le maire de Carhaix, Christian Troadec.


Ce matin, Christian Troadec faisait partie d’un groupe d’une vingtaine de personnes venues apporter leur soutien aux employés municipaux auditionnés par la Police judiciaire devant le commissariat de police de Brest. Il dénonce le caractère « revanchard » de leur convocation.

 

« L’Etat n’a toujours pas digéré que le tribunal administratif nous ait donné raison en ordonnant la réouverture des services maternité et chirurgie de l’h'ôpital de Carhaix. »

 

 

Correspondance:

 


Un trentaine de personnes la plus part Carhaisien-ne-s se sont rassemblé-e-s hier matin devant le commissariat de Brest, de 10h à midi.


Le premier salarié de la commune de Carhaix a été relâché au bout d'une demi heure, faut-dire qu'il est embauché à Carhaix... seulement depuis 3 mois et ne pouvait donc pas faire partie des services communaux à l'époque des manifs de Carhaix pour l'hôpital.


Du coup, l'interrogatoire du second salarié prévue à 14h s'est faite dans la foulée, et s'est terminée peu avant midi. La libération se faisant sous les applaudissements et le son du biniou.


On peut craindre que les convocations ne s'arrêtent malheureusement pas là.
Après les Jeudis du Port, Brest connait donc les ''mercredis du poulet'' !

 


Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg