Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 09:52
787-ecole-en-danger,bWF4LTQyMHgw

Cette stratégie de refuser aux enfants de moins de trois ans le droit à l'éducation est insupportable...»

Les parents, élus et enseignants demandent donc que soit pris en compte la réalité des effectifs de l’école maternelle.

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 20:34

viewer-copie-3

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 08:31

13 janvier 2011 - Le Télégramme

 

Des affiches portant le titre «La mafia juive, les grands prédateurs internationaux » ont été placardées au centre-ville de Concarneau, dans le courant de la semaine dernière. Depuis, la plupart ont été lacérées ou arrachées, seuls quelques morceaux subsistent avenue Pierre-Guéguin ou à l'entrée de la Ville-Close.

 

Ces affiches antisémites sont la reproduction de la couverture de «La mafia juive», un livre d'Hervé Ryssen, auteur controversé, présenté comme proche de l'extrême droite. Sur son blog, l'écrivain reconnaît cette promotion de son ouvrage à Concarneau. Sammy Ghozlan, président du Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme a annoncé son intention de déposer plainte auprès des services de police de Concarneau.

 

femme.jpg

Plounéour-Ménez (29). La mallette d'un médecin juif retrouvée

12 janvier 2011 - 

 

Rebondissement dans les recherches sur la famille juive de Plounéour-Ménez, victime de la Shoah. La mallette médicale du père a été retrouvée.

Une petite mallette de médecin en cuir marron, usée par les années. C'est tout ce qui reste d'Ihil Perper, médecin juif déporté à l'automne 1942 au camp d'extermination nazi de Sobibor, avec sa femme et ses trois enfants. «Plusieurs indices nous amènent à confirmer l'identité du propriétaire de la mallette, précise Christine Berthou-Ballot, conservatrice des archives municipales de Brest. La sacoche a été retrouvée dans le grenier de la mairie de Plounéour-Ménez, dernier lieu de résidence de la famille Perper».

Mallette et stéthoscope

Une origine confirmée par le témoignage de Solange Briant, originaire de Plounéour-Ménez. «Je peux vous dire avec certitude que les meubles de la famille ont été entassés dans le grenier de la mairie à leur départ. C'est là que j'ai trouvé une mallette de cuir marron dans laquelle il y avait un stéthoscope», écrivait-elle, dans une lettre adressée à Marie-Noëlle Postic, auteur du livre «Sur les traces perdues d'une famille juive en Bretagne», publié en 2007. Fascinée, à l'époque (entre1944 et 1946), la petite Solange avait emporté la mallette et laissé le stéthoscope sur place. C'est en novembre dernier, soit environ 65ans après, qu'elle a restitué l'objet historique aux archives municipales de Brest, à la suite d'un appel à témoignages relayé par les journaux.

Faire revivre une histoire

C'est probablement pour fuir la persécution des lois antijuives de 1940 que cette famille d'origine ukrainienne décidait de quitter Brasparts pour s'installer dans la commune voisine de Plounéour-Ménez. Le docteur Perper continuera d'y exercer sa profession pendant les neuf mois qui précédèrent son arrestation par la gendarmerie française. «L'intérêt de cette découverte est de faire revivre une histoire concrète, qui s'est passée à côté de chez nous», explique Julien Simon, coauteur de la pièce de théâtre «La vie comme la vie». Avec sa troupe, il tente de restituer la mémoire des victimes de la Shoah sous le régime de Vichy, en collaboration avec la première littéraire du lycée Pavie, à Guingamp (22). La mallette les y aidera certainement. Pratique Prochaine représentation de la pièce «La vie comme la vie», le 10 février à Guingamp.

  • Mathilde Debry

http://www.letelegramme.com/local/finistere-nord/morlaix/stthegonnec/ploueourmenez/plouneour-menez-29-la-mallette-d-un-medecin-juif-retrouvee-12-01-2011-1171675.php

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 17:42

villewer.png

 

viooewer

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 08:07

24 novembre 2010 - Le Télégramme


L'association le Crade a installé sa recyclerie de vélos dans un local désaffecté derrière la capitainerie. Concessionnaire du bâtiment, la CCI a entamé une procédure contre cette occupation.


 

Le courrier est arrivé en début desemaine: une «sommationinterpellative», à l'initiativede la chambre de commerce etd'industrie de Quimper (CCI), à«vider immédiatement et sans délai de ses meubles et occupants» le local de la rue des Thoniers (derrière la capitainerie) oùleCrade (Centre de recherches sur l'avenir des déplacements écologiques) a installé sa «recyclerie». Un atelier où chacun peut venir chercher un vélo, trouver des pièces de rechange, apprendre à réparer sa bicyclette, pour un prix libre. Un lieu d'échanges et d'informations aussi. Cette sommation fait suite au passage d'un huissier en fin de semaine dernière. La CCI avance des «raisons de sécurité» pour expliquer cette procédure.

Des locaux inoccupés

L'association Crade, créée en septembre2010, s'est «réapproprié» ce local désaffecté, dont la CCI est concessionnaire, il y a quelques mois. Après des travaux d'électricité et d'étanchéité dans ce bâtiment de 135m², elle y a installé cet atelier commun de réparations de vélos qui est aussi un lieu de recyclage et de stockage. «D'un côté, il y a des locaux professionnels inoccupés sur le port; de l'autre, des associations qui cherchent des locaux», plaident Xavier et Rémi, créateurs du Crade. Sur le marché, les mercredis et vendredis, depuis juillet, ils ont commencé d'aider à la réparation de vélos. À mettre le débat sur les déplacements et leurs enjeux sur la place publique, à organiser des «vélorutions» régulièrement. «Les usagers s'approprient notre action. La mairie (*) aussi était avec nous dès le début mais ne nous a pas proposés de locaux. Pourtant, nous nous inscrivons dans la politique actuelle de développement durable», déplorent les deux militants de la «vélonomie» (mélange de vélo et autonomie) dans les déplacements.

«Trouver une solution»

L'association, qui compte 31 adhérents et revendique plus de 200 personnes aidées dans leur réparation de vélo ou «remises en selle», ne perçoit pas de subvention. «On fait des choses pour la collectivité, on donne une bonne image de la ville. Mais quelle image doit-on donner de la mairie qui ne nous aide pas? On nous met des bâtons dans les roues alors que nous commençons à rouler», plaident Rémi et Xavier. L'association «veut trouver une solution. Notre objectif est de développer le lieu et nos actions. Tout ceci, c'est du temps et de l'énergie dépensés au détriment des usagers. Alors que le Crade a plein de projets: développer la location de vélos, travailler avec les services de collecte pour récupérer les vélos condamnés à la déchèterie, gérer un parc permettant l'accès de la ville à vélo, éditer un guide du cycliste à Concarneau...».

(*) Sollicitée par Le Télégramme, la municipalité n'a pas été en mesure de répondre hier. À savoir La recyclerie est ouverte tous les jours, de 13h à 19h.

  • Claire Marion

http://www.letelegramme.com/local/finistere-sud/quimperle-concarneau/concarneau/velorution-la-recyclerie-sommee-de-quitter-son-local-24-11-2010-1126031.php

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 07:47

24 novembre 2010 - Le Télégramme

 

La grève du personnel du Comité départemental d'action sociale de Concarneau, entamée vendredi, a révélé un malaise plus général. Les méthodes de gestion du personnel par la hiérarchie du conseil général sont clairement visées par la CGT.

 

Hier, une délégation a rencontré Pierre Maille. 23 grévistes sur 26 employés au Centre départemental d'action sociale de Concarneau vendredi : le mouvement est massif. «Concarneau, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase, résume Lionel Bocher, secrétaire CGT. Les conditions de travail y sont devenues insupportables. Il y a de la souffrance, un vrai problème de gouvernance locale mais aussi plus général». Des personnels des CDAS de Quimper, Pleyben-Carhaix, Châteaulin, Pont-l'Abbé et Morlaix-Landivisiau se sont joints à cette dénonciation de «la dégradation des conditions de travail».

Le management contesté

«Depuis quelques années, c'est un mille-feuille hiérarchique qui s'est mis en place, dit LionelBocher. Le nombre de cadres a été multiplié.

 

Face aux nouvelles techniques managériales, certains cadres font de la résistance, d'autres du zèle et d'autres perdent les pédales. Les assistants sociaux font un métier difficile avec des usagers pour lesquels il faut trouver des solutions. Ils subissent en plus des pressions de la hiérarchie».

 

«À Concarneau, le personnel, encadrant et encadré, ressent un profond mal-être». Pour la CGT, cette politique managériale date de l'arrivée en 2005 d'un nouveau directeur général. Les délégués des CDAS ont donc demandé hier, à Pierre Maille, la réunion d'un comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail.

 

Une demande que Pierre Maille tarde à satisfaire selon la CGT. «Je ne vois pas pourquoi il refuse de réunir un CHSCT pour apaiser la situation», s'interroge Lionel Bocher. Hier, Pierre Maille n'a pas souhaité commenter le problème.

 

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/finistere/conseil-general-la-politique-manageriale-contestee-24-11-2010-1125438.php

 

CDAS : le management crée un malaise
mercredi 24 novembre 2010 Ouest France

Au comité départemental d'action sociale, le management passe mal auprès des agents qui ont débrayé hier matin.

Hier matin de nombreux comités départementaux d'action sociale (CDAS) comme ceux Concarneau, Quimper, Pont-l'Abbé, Châteaulin Pleyben-Carhaix, Morlaix-Landivisiau, ont débrayé de 9 h à 11 h à l'appel de la CGT. La plupart de leurs représentants se sont réunis hier devant le conseil général à Quimper, où ils ont été reçus de 10 h à 11 h, à l'exception de l'antenne de Morlaix-Landivisiau, qui a débrayé sur place et transmis un communiqué.

Pourquoi ce mouvement plutôt inhabituel chez les travailleurs sociaux du département. « Pas à cause des conditions de travail proprement dites, mais des techniques managériales qui isolent et ne favorisent pas le travail en commun. Il y a de plus en plus de personnes en difficulté, et il nous est de plus en plus difficile de fournir une aide efficace dans ces conditions » expliquait Lionel Bocher, secrétaire du syndicat CGT du conseil général


Concarneau a craqué


Selon Lionel Bocher, c'est la mise en place d'un « mille-feuille hiérarchique » avec ses lourdeurs et ses contradictions qui est à l'origine de ce mal-être. C'est à Concarneau que le malaise est devenu public après un premier débrayage vendredi dernier. « Là-bas, la rupture entre la direction et les agents est complète. Sur les 26 agents, ils sont aujourd'hui 23 à débrayer » rappelle Lionel Bocher qui a demandé hier à Pierre Maille, président du conseil général, la convocation d'un comité d'hygiène de sécurité et des conditions de travail (CHSCT). Le syndicat FO s'est uni à cette démarche » C'est le CHSCT, l'instance officielle en la matière » explique encore Lionel Bocher. Au terme de cette rencontre, Pierre Maille « n'a pas jugé cette convocation justifiée » selon la CGT, « tout en acceptant d'examiner le problème ». Un préavis de débrayage reconductible jusqu'au 3 décembre a déjà été déposé le 19 novembre.

 

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-CDAS-le-management-cree-un-malaise-_40734-1596991------29019-aud_actu.Htm

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 10:44

19 novembre 2010 à 15h35 - Le Télégramme

 

Mis entre parenthèses depuis la fermeture des urgences de nuit, le dossier de l'avenir de l'hôpital, dans un contexte de «projet de territoire», est revenu sur la table, mercredi soir.


D'ici l'été 2011, l'union hospitalière de Cornouaille regroupant le centre hospitalier de Cornouaille (Concarneau et Quimper), les hôpitaux de Douarnenez, Pont-l'Abbé et le centre de convalescence de Saint-Yvi sera mise en place. Comme certains syndicats, le comité de défense de l'hôpital du Porzou redoute les conséquences d'une éventuelle concentration des activités et souhaiterait avoir des précisions sur l'avenir du site concarnois. L'une de ses membres, la conseillère municipale Dominique Dieterlé, a interrogé le maire à ce sujet lors des questions diverses, en fin de séance. Membre du conseil de surveillance du CHIC, André Fidelin a précisé plusieurs assurances que lui a apportées Jean-Roger Pautonnier. La première, la plus sensible: «Il n'est pas question de fermer les urgences, le recrutement de deux urgentistes va consolider le service dans l'état actuel».

«On ne vous entend pas»

Autres annonces: l'implantation d'un scanner, la constitution d'un pôle d'excellence soins de suite et rééducation, le développement de la gériatrie... Ou encore le projet de création d'une «maison de santé», semblable à celle du Pays bigouden, associant médecins de ville et hospitaliers pour assurer une permanence des soins, notamment les soirs et les week-ends.

 

Cette idée est loin de susciter l'enthousiasme des conseillers socialistes, à l'image de Marie Le Meur, pour qui «les libéraux ne doivent en aucun cas pallier les manques de l'hôpital public, cela va créer d'évidentes difficultés». «Pourquoi ne défendez-vous pas plutôt une vraie politique de santé de proximité? Êtes-vous d'accord avec les orientations actuelles? On ne vous entend pas sur l'avenir de l'hôpital», ajoute-t-elle, se disant certaines que «les urgences de jour finiront par disparaître».

 

Dominique Dieterlé plaide pour la recherche d'autres solutions, «qui existant», et attend du maire «plus de volonté dans le débat». Celui-ci se défend en disant que «le conseil de surveillance (qui remplace le conseil d'administration depuis la loi HPST) a moins d'implication dans les projets d'établissements: les élus n'ont désormais qu'un rôle secondaire».

  • R.P.
Partager cet article
Repost0
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 10:39

12 novembre 2010 - Le Télégramme


Résistant, déporté, Walter Bassan, 83ans aujourd'hui, n'a jamais cessé de militer, fidèle aux idéaux du Conseil national de la Résistance. Le documentaire que Gilles Perret lui a consacré sera diffusé le 19 novembre, au Sterenn.


Après les conférences-débats de Susan George, en octobre, et Bernard Friot, début novembre, c'est une projection-débat autour du documentaire de Gilles Perret, «Walter, retour en Résistance», qui est proposée au Sterenn. Le troisième acte d'une thématique «militante» proposée, cet automne, à la MJC de Trégunc, par les groupes locaux d'Attac et de la Ligue des Droits de l'Homme (LDH). Dans ce documentaire, sorti en 2009, Gilles Perret dresse le portrait de Walter Bassan, Haut-Savoyard aujourd'hui âgé de 83 ans, fils d'immigrés italiens antifascistes, ancien résistant communiste, ancien responsable CGT et rescapé du camp de Dachau. «Il n'a jamais cessé de militer, souligne Michèle Daloz, responsable de la LDH. Il a toujours eu la même ligne de conduite».

Résistants d'hier et d'aujourd'hui

D'écoles en manifestations, de discours engagés en témoignages de la guerre, cet «infatigable résistant» mène un long combat, fait de petites batailles, contre toutes les formes de démagogies, d'injustices et d'oppressions. Un homme en colère lorsqu'il voit «les symboles de la Résistance récupérés par Nicolas Sarkozy qui, voulant sa Roche de Solutré, a choisi le plateau des Glières avant et après son élection, fustige Youenn Le Flao, d'Attac 29. Alors même que le socle social que le Conseil national de la Résistance a réussi à établir dans une France exsangue - Sécurité sociale, retraite... -, est mis à mal aujourd'hui». Entouré d'amis et de proches, dont Stéphane Hessel, l'ancien résistant organise des pique-niques citoyens et appelle à l'insurrection pacifique. Une association est née, «Citoyens résistants d'hier et d'aujourd'hui». «Cette année, 4.000 personnes étaient ainsi rassemblées sur le plateau des Glières», rappelle Youenn Le Flao.

Débat animé par François Ruffin

Deux questions se posent tout au long du film: «Qu'avons-nous fait des idéaux du Conseil national de la Résistance?» et «Résister se conjugue-t-il au présent?». Cela avait valu à Gilles Perret, lors de la sortie du film, cette déclaration de Bernard Accoyer, président de l'assemblée nationale (UMP): «Les méthodes utilisées [par Gilles Perret] sont scandaleuses. Il fait un amalgame entre deux périodes qui n'ont rien a voir». Pour Michèle Daloz, «il ne s'agit que de conserver l'esprit du CNR. Ce film rétablit une vérité historique, alors que nous subissons presque quotidiennement des tentatives de réécriture de l'histoire, d'asservissement de l'histoire à des fins politiques».

 

Le 19 novembre, après la projection, un débat sera organisé avec François Ruffin, journaliste au Monde diplomatique, à Fakir et collaborateur de Daniel Mermet pour l'émission radiophonique «Là-bas si j'y suis».

Pratique «Walter, retour en Résistance», projection le 19 novembre, à 20h, au Sterenn, à Trégunc, suivie d'un débat avec François Ruffin. Entrée libre.

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2010 7 31 /10 /octobre /2010 07:12

31 octobre 2010 - Le Télégramme

Manque de bénévoles, conditions de travail des salariées, incertitudes sur l'avenir... Tension et inquiétude étaient palpables lors de l'assemblée générale de l'ADMR, vendredi soir.

 

L'assemblée générale de l'ADMR Concarneau-Trégunc, vendredi soir, s'est déroulée sous l'égide de Jean-Michel Delafosse, administrateur fédéral, et président de l'ADMR de Scaër, qui «préside» l'association locale en l'absence de bénévole volontaire pour occuper ce poste depuis plusieurs mois déjà. Les salariées de l'association ont manifesté leurs inquiétudes. Sur la situation au niveau fédéral de l'ADMR mais aussi au niveau local. Incertitudes financières, concurrence du secteur privé, baisse d'activité, manque de bénévoles... «Ça sent le roussi, non?, interpellait l'une d'elles. Parce qu'il faudrait le dire, simplement. Qu'on arrête de s'inquiéter... Votre intime conviction, c'est quoi M.Delafosse?» «J'espère que le réseau pourra survivre», répondait-il. Les aides à domicile ont également évoqué leurs conditions de travail - temps partiel, augmentation des demi-heures d'intervention...

«L'ADMR de Concarneau est-elle condamnée?»

Certaines sont aussi revenues sur la «séparation» entre Concarneau et Trégunc. Avec pour objectif d'essayer d'améliorer le fonctionnement de l'association, une «sectorisation» des activités a été décidée entre Concarneau et Trégunc. Une ADMR a même été créée à Trégunc, avec conseil d'administration, bureau, local... Elle devait entrer en activité au 1er janvier 2010. Activité qui n'a toujours pas démarré pour l'instant. «Il y a des bénévoles à Trégunc, mais pas d'activité. Il y a de l'activité à Concarneau, des salariés mais pas de bénévoles. Tout va bien!», ironisait une salariée. «L'ADMR de Concarneau est-elle condamnée?, demandait une autre. Les personnes aidées aussi se posent des questions». Le bilan d'activités (lire ci-dessous), s'il indique une baisse du nombre d'heures, montre une augmentation du nombre de personnes aidées; et un déficit d'exploitation inférieur à l'année passée. Mais «les premiers chiffres de 2010 indiquent une perte de près de 1.000 heures d'activité par mois», indiquait Jean-Michel Delafosse.

«Que les règles du jeu soient claires»

Les solutions semblent difficiles à trouver dans un contexte aussi incertain, notamment en terme de financements. Quant au fonctionnement de l'association locale, il s'améliorera peut-être avec l'élection d'un nouveau bureau. Trois bénévoles se sont déclarés candidats pour entrer au conseil d'administration, en plus de deux précédemment cooptés: Nicole Le Thellec, adjointe au maire de Concarneau en charge des affaires sociales, M.Dondelinger et M.Barreaux. Ce dernier a prévenu: «Les bénévoles veulent bien venir mais il faut que les règles du jeu soient claires». Le seuil minimum de membres ayant été atteint, le conseil d'administration va, peut-être, pouvoir élire un bureau. Si des bénévoles sont volontaires pour en occuper les différentes fonctions. Le «mandat» de Jean-Michel Delafosse arrive en tout cas à terme à la fin de l'année.

  • Claire Marion
Partager cet article
Repost0
26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 12:25

 

9782843031632.jpg

mardi 26 octobre 2010

La MJC de Trégunc invite l'économiste et sociologue à parler des retraites, au Sterenn, le 5 novembre.

La MJC de Trégunc a ouvert un cycle « d'éducation populaire » sur les sujets qui agitent la vie politique et sociale. « Il ne s'agit pas de convaincre, explique la directrice Catherine Le Grand, mais de donner des éléments de réflexion. À chacun ensuite de se faire son opinion. »
Ces rencontres ont lieu en partenariat avec le groupe Attac et la Ligue des Droits de l'homme.

Le prochain invité est Bernard Friot, qui donnera une conférence vendredi 5 novembre, à 21 h, au Sterenn de Trégunc. Le thème annoncé est « Ne pas battre en retraite ».


« Réflexion citoyenne »


« Mais la discussion sera plus large que le problème des retraites, » précise Catherine Le Grand. Pour Michèle Daloz, présidente de la Ligue des Droits de l'homme, « nous assistons à un changement de société, une remise en question de notre système social, créé en 1945.

 

Il faut enclencher une réflexion citoyenne, présenter des alternatives, sans fausses promesses. » Du côté d'Attac, il s'agit de mettre un terme « à une opération de démolition de notre protection sociale ».


Bernard Friot abordera toutes ces questions. Économiste et sociologue, il est professeur à l'université de Paris-Ouest. Ses travaux portent sur le financement de la protection sociale, les politiques européennes en matière d'emploi et de pensions, et le statut des salariés. Son dernier livre est L'enjeu des retraites, paru en 2010 aux éditions Le Dispute. Il prépare pour 2011 L'enjeu des salaires.


L'entrée à la conférence est gratuite.

Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg