Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 octobre 2011 4 13 /10 /octobre /2011 08:34

 6201618503 911b799915

Démarré depuis le 17 septembre à l'appel d'un collectif anticonsumériste canadien, Adbuster (Casseurs de pub), le mouvement anti-Wall Street s'est brusquement étendu en ce début d'octobre, à la suite des représailles policières qui ont attiré l'attention des médias et des syndicats.

Au départ, les manifestants voulaient occuper Wall Street, à la façon de la place Tahrir du Caire, pour exiger que les choses changent. Espérant réunir 20 000 personnes, ils se sont retrouvés à 1 000 pour manifester près de la Bourse de New York, puis à 200 pour occuper une place proche rebaptisée « place de la Liberté », puis moins encore au fil des jours. Mais dans d'autres villes de semblables « occupations » ont eu lieu.

Au départ, ce sont des jeunes qui se sont lancés pour dénoncer les banques responsables des saisies immobilières, les riches qui font payer les pauvres, la corruption, le chômage et le manque de débouchés, le prix des études, les inégalités croissantes. Certains dénoncent les guerres, d'autres le réchauffement climatique ou l'exécution de Troy Davis. Ils se disent les 99 % tenus à l'écart par les 1 % les plus riches. Leur révolte exprime leur ras-le-bol de tous les maux que cette société injuste et folle fait subir aux populations et à la jeunesse.

Les procédés de la police, faisant usage de jets de poivre contre les manifestants, l'arrestation de 24 d'entre eux qui occupaient l'entrée d'une Bank of America à Boston et l'arrestation le 1er octobre de 700 manifestants sur le pont de Brooklyn à New York, parce qu'ils défilaient sur la chaussée, ont suscité l'indignation et attiré l'attention des médias. Une nouvelle journée de manifestations a été programmée pour le mercredi 5 octobre, soutenue cette fois par de nombreuses organisations syndicales, des enseignants aux infirmières, des employés des transports aux ouvriers de l'automobile ou de l'acier, etc.

À New York, pas moins d'une trentaine d'organisations syndicales ont appelé à manifester le 5 octobre. Et cette fois ce sont plusieurs milliers de personnes qui se sont jointes à la manifestation. Les estimations varient entre 5 000 et 12 000 personnes. D'autres manifestations, de moindre ampleur, ont eu lieu dans des dizaines d'autres villes, dont Boston, Chicago, Los Angeles, Seattle, Dallas, Washington, etc.

Richard Trumka, le président de l'AFL-CIO, la grande centrale syndicale américaine, a annoncé son soutien au mouvement dont il dit qu'il « a suscité l'imagination et la passion de millions d'Américains ». Trumka s'est indigné que « ceux qui font fonctionner notre grand pays sont dépouillés non seulement de leur revenu mais aussi de leur voix ». Mais c'est tenter de faire oublier les responsabilités de l'appareil syndical dans ce hold-up.

Les dirigeants syndicaux prétendent représenter les travailleurs, mais ils font systématiquement passer la compétitivité des entreprises et les intérêts des patrons avant ceux des syndiqués et de l'ensemble des travailleurs, acceptant tous les sacrifices exigés par le patronat. Alors, maintenant ils cherchent à bénéficier de la publicité et de la sympathie pour le mouvement des « indignés », afin de redorer un peu leur blason dans les milieux populaires. Ils pensent sans doute que le mouvement pourrait être un contrepoids au Tea Party et un atout dans la campagne électorale pour les élections générales de novembre 2012.

Obama et le vice-président Joe Biden viennent eux aussi de déclarer qu'ils comprennent ou partagent « la frustration » des manifestants. Ils ne manquent pas de culot. Mais il n'est pas dit que les indignés américains se laissent récupérer si facilement.

Dominique CHABLIS

 

http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2254&id=32

Repost 0
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 12:33

mediapart270310

Le 17 septembre 2011, dans la foulée d’un appel lancé, dès fin juillet, sur le site Adbusters – un site qui indique sa volonté «de changer la façon dont l’information se diffuse, dont les firmes...
Repost 0
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 11:55

 

12/10/2011 - Rédaction

 

Naomi Klein, journaliste canadienne et auteur de La Stratégie du choc, était invitée à s’exprimer par le mouvement Occupy Wall Street, à New York. Pour elle ce mouvement va durer, car le combat contre le système économique « injuste et hors de contrôle » prendra des années. Objectif : renverser la situation en montrant que les ressources financières existent, qui permettraient de construire une autre société.

 

 

[Lire ici la suite]
Repost 0
8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 11:45

humour_wall-street.jpg

Par Cinzia Arruzza, David Murray, Gilles Bourque le 2-10-2011

 

Le pont de Brooklyn a une longueur de près de deux kilomètres. Deux kilomètres suspendus en l’air par des câbles d’acier sur les eaux de l’East River et qui, le 1er octobre, se remplirent d’une masse de gens bien différents des touristes habituels qui s’y pressent pour assister au romantique coucher de soleil [...]

 

 

Lire la suite ici

Repost 0
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 13:30

dexia.jpg

 

En ce début du mois d’octobre 2011, la faillite virtuelle de la banque franco-belge Dexia est un signe supplémentaire de l’ampleur de la crise qui amène les pouvoirs publics à se mettre entièrement au service des intérêts privés en abusant des finances publiques. Cette faillite de Dexia montre que le maillon faible de la chaîne de la crise de la dette est constitué par les banques privées alors que les gouvernants et les médias dominants mettent l’accent sur la crise de la dette publique (1). En septembre 2011, devant l’ampleur des menaces qui pèsent sur l’ensemble du secteur financier privé confronté aux effets de sa politique aventuriste,
Repost 0
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 12:16

07/10/2011 - Agnès Rousseaux

 

La Commission européenne vient de proposer une taxe sur les transactions financières, assez proche de la « taxe Tobin », défendue depuis dix ans par Attac. Pour Dominique Plihon, économiste et président du conseil scientifique de l’association altermondialiste, cette décision est une première avancée intéressante, malgré ses limites. Et il reste encore à convaincre de nombreux États européens de la nécessité d’une telle mesure.

 

[Lire la suite ici]

Repost 0
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 09:30


PAR AGNÈS ROUSSEAUX (3 OCTOBRE 2011)


Du jamais vu : 700 arrestations de manifestants en quelques heures à New York. Le mouvement « Occupons Wall Street » ne cesse de se renforcer, désormais soutenu par plusieurs syndicats, dont l’AFL-CIO. Alors que des soupçons pèsent sur les motivations de la police new-yorkaise, qui a récemment reçu une importante « donation » de la banque JPMorgan.

 

    La police new-yorkaise a procédé à 700 arrestations samedi 1er octobre, sur le pont de Brooklyn. Les manifestants, participant au mouvement de protestation contre le système financier « Occupy Wall Street », sont partis de Zuccotti Park, dans le quartier de la finance, où ils campent depuis le 17 septembre. Des vidéos montrent que les policiers n’ont pas cherché à les empêcher de traverser le pont de Brooklyn, puis, lorsqu’ils s’y sont engagés, les ont encerclés avant de procéder aux arrestations.

     

    « Pendant les manifestations contre le Sommet de l’OMC en 1999 à Seattle, il y a eu 600 personnes arrêtées en plusieurs jours. La police de New-York a fait mieux en cinq heures », dénonce les animateurs du mouvement sur Twitter. Certains interrogent également l’indépendance du NYPD (New York Police Department) vis-à-vis de Wall Street. Ces arrestations massives interviennent alors que la banque JPMorgan a fait un don de 4,6 millions à la Fondation de la police new-yorkaise. Ce don sans précédent devant permettre à la NYPD de « renforcer la sécurité » dans la ville, selon le communiqué de la banque, et d’équiper 1 000 voitures de patrouille en ordinateurs portables.

     

    Un soutien de plus en plus important des syndicats


    Le mouvement Occupy Wall Street dénonce notamment le renflouement des banques en 2008 ou les saisies immobilières. Dans la manifestation du 1er octobre, les pancartes appelaient à « en finir avec la Fed » (la Réserve fédérale) ou à lancer des « bombes au poivre sur Goldman Sachs », la banque d’investissement qui a joué le premier rôle dans la crise des subprimes. Le mouvement semble prendre chaque jour de l’ampleur. Ils étaient 2 000 à défiler jusqu’au quartier général de la police de Manhattan vendredi 30 septembre, pour protester contre l’arrestation de 80 d’entre eux la semaine précédente.

    Ce même jour, Richard Trumka, président du plus grand syndicat états-unien AFL-CIO, a officialisé son soutien au mouvement : « Wall Street est hors de contrôle », a-t-il déclaré, affirmant qu’attirer l’attention sur ce fait et protester pacifiquement est tout à fait légitime. Dans un communiqué, le syndicat United Steelworkers (USW), qui revendique 1,2 million de membres, a également exprimé sa solidarité et son « important soutien » à Occupy Wall Street. Le syndicat des transports de New York, Transport Workers Union / Local 100, qui regroupe 38 000 travailleurs du secteur des bus et métros, a voté à l’unanimité son soutien aux manifestants. Le syndicat a prévu une marche vers Wall Street le 5 octobre, pour rallier le mouvement de protestation. De plus en plus de syndicats annoncent leur participation à cette journée d’action. Le mouvement s’est par ailleurs étendu à de nombreuses villes des États-Unis, dontWashingtonBostonLos Angeles ou Chicago.

    La carte des mobilisations aux États-Unis :

    Les images de la manifestation du samedi 1er octobre à New York :

     

    Pour suivre le mouvement :


    - Le site de Occupy Wall Street

    - Le direct (streaming) : http://www.livestream.com/globalrev...

    - Sur Twitter : le compte @OccupyWallSt ou le hastag #OccupyWallStreet

    - Sur Facebook : http://www.facebook.com/OccupyWallSt

    - Les comptes rendus quotidiens des Assemblées générales du mouvement à New York

    - Le mouvement international AntiBanks

    - Le site de soutien Occupy Together

    - Des témoignages sur le site Nous sommes les 99%

    - Et d’autres outils recensés pour suivre #occupyWallStreet

    Repost 0
    3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 08:38

    Un manifestant dans l'un des espaces occupés depuis le 17 septembre

     

    Plus de 700 manifestants anti-Wall Street, qui protestent depuis deux semaines à New York contre le système financier, ont été arrêtés samedi soir après avoir bloqué la circulation sur le pont de Brooklyn et avoir tenté de lancer une manifestation non-autorisée.
     
    « Certains se sont exécutés et ont emprunté la voie piétonne et n’ont pas été arrêtés. D’autres sont allés sur la route et ceux-là ont été arrêtés« , a-t-il ajouté.
    Fermé pendant plusieurs heures, le célèbre pont suspendu a été rouvert à la circulation à 00h05 GMT dimanche.

    La majorité des personnes arrêtées ont été libérées après avoir reçu une citation à comparaître.
    Des témoins présents sur place ont décrit des scènes de chaos lorsque la vague de policiers a déferlé sur le pont pour encercler les manifestants dont certains ont tenté de s’enfuir.

    Des dizaines de protestataires ont été menottés et attendaient, assis sur le pont, d’être emmenés par la police, ont rapporté des témoins et les organisateurs.
    Les manifestants avaient quitté vers 19h30 GMT leur campement érigé à Zuccotti Park près de Ground Zero à Manhattan où le réalisateur Michael Moore et l’actrice Susan Sarandon se sont récemment rendus pour apporter leur soutien au mouvement.

    Lancé le 17 septembre, le mouvement « Occupy Wall Street » dénonce entre autres le renflouement des banques en 2008, les saisies immobilières et le taux de chômage culminant à 9%.

    Vendredi soir, plus d’un millier de manifestants avaient défilé jusqu’au quartier général de la police à Manhattan pour protester contre l’arrestation de 80 personnes lors d’une manifestation précédente.

    Ray Sanchez, Marine Pennetier pour le service français
    Par Reuters
    Repost 0
    30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 10:30

    mrmoneybags.jpg

    Par François Chesnais le Mercredi, 28 Septembre 2011

     

    François Chesnais vient de publier un livre important, intitulé « Les dettes illégitimes. Quand les banques font main basse sur les politiques publiques » (Editions Raisons d’agir, 2011). Un livre pédagogique dégageant les mécanismes financiers et bancaires à l’origine de la dette dite souveraine.

     

    Lire la suite ici

    Repost 0
    29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 10:20

    rollingstonebanksters

     

    « Nationalisation des banques : le grand retour ? », titre le journal économique Les Échos. « Faut-il nationaliser (temporairement) les banques ? », s'interroge Le Nouvel économiste. La presse se fait l'écho des discussions qui agitent en ce moment les milieux de la finance et les gouvernants.

    Ils s'interrogent pour savoir s'il serait préférable que l'État accorde de nouveaux prêts aux banques, comme cela s'est déjà fait en France en 2008, ou bien s'il ne vaudrait pas mieux que l'État « rachète » un tiers, la moitié ou la totalité de leur capital, une alternative qui, d'une façon ou d'une autre, revient au même.

    Leur point commun, dans ce débat, est de reconnaître que ces banques, et plus généralement l'économie capitaliste, ne peuvent pas survivre sans l'aide de l'État. Ce n'est pas vraiment nouveau ! Tous considèrent qu'il est dans l'ordre des choses que l'État paye, et qu'il est tout aussi normal que les banques soient aidées avec l'argent de la collectivité.

    Aucun de ces beaux esprits n'envisage un seul instant que la collectivité prenne directement le contrôle de ces banques, et plus généralement de l'ensemble des institutions financières, sans indemnité ni rachat, pour en faire un instrument au service de tous. C'est pourtant la seule mesure qui permettrait de dégager la société de l'emprise de cette spéculation qui l'entraîne au bord de la catastrophe.

    Au contraire, « nationaliser » les banques, par exemple en rachetant leurs actions avec l'argent de l'État, cela signifierait remettre à leurs actuels actionnaires de l'argent frais avec lequel ils pourraient spéculer de plus belle.

    Ce que ces experts et autres tenants de l'économie capitaliste appellent « recapitalisation » ou « nationalisation » se résume à des apports d'argent frais aux banques pour essayer de leur éviter de faire les frais de cette crise qu'ils ont déclenchée, afin d'en transférer les effets catastrophiques sur les classes populaires.

    J. S.

     

    http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2252&id=11

    Repost 0

    Contactez le NPA du Finistère

     

    faou

     

    UNE-190.JPG

     

    cgt-gg.jpg

     

    affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

     

    encart npa taille normale

     

     

    nukleel-nam-bo-ket.jpg

    accueil
    *

    Brest

    06 42 22 96 37

    brest.npa@gmail.com

     

    Quimper

    06 59 71 42 21

    quimper.npa@gmail.com
     

    Le blog sur les

    questions maritimes

    L'autre grenelle de la mer

     

    Le blog de solidarité avec

    les camarades arabes

    Revolution arabe 

     

    fermoez-fesse.jpg

    Recherche

    Actions !

    Pour plus de détails voir les liens: 

     

    diapo prisonnier palestine

    Soirée prisonniers palestiniens

    AFPS Brest

    mardi 16 avril

    20H30

    Maison des syndicats

     

    sortir-copie-1.jpg


    manifestants-hopital-SUD-copie-1


    Quimper Gourmelen

    Rassemblement

    vendredi 19 avril

    8 h 45


    foto2-205-ebf3f

     

    Fermez Cofrents

    (pays Valencian)

     

     

    laniion.jpg

      Concert à Lannion

     

    no nuk

     

    Dimanche 28 avril

    Brennilis

    anti-r-1-r-copie-1.jpg

     


    robertbelle5mai13DZ

     

     

    Mardi 7 mai

     Yves-Marie Le Lay,

    Président de

    Sauvegarde du Trégor

      Douarnenez

    Librairie l'Ivraie à 20h00

     

    nddk.jpg

     

    yy.jpg

     

    st nnonon

     

    grece.jpg