Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 11:41
on-ne-paie-rien.png

Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 168 (01/11/12)

 

Des millions de salariés en grève, rejoints dans les manifestations par des étudiants, des chômeurs, des retraités… Voilà ce qui nous attend le 14 novembre !

 

Depuis l’appel à la grève générale « contre l’exploitation et l’appauvrissement » lancé par la GTP, le principal syndicat portugais, les grandes centrales syndicales espagnoles, grecques, chypriotes et maltaises ont pris la décision d’appeler elles aussi les salariés de leur pays à se mettre en grève ce jour-là.

Il faut dire que le niveau des mobilisations dans ces pays est depuis plusieurs mois d’une intensité exceptionnelle.

Au Portugal par exemple, les manifestations ont permis le 22 septembre de faire reculer le gouvernement qui voulait adopter une mesure de transfert de 2 milliards de cotisations sociales des poches des salariés vers celles des employeurs.

Cette grève générale coordonnée est donc une décision de bon sens prise sous la pression populaire : s’unir contre la Troïka, qui conditionne l’aide aux États endettés à l’adoption de plans d’austérité, et s’unir face aux gouvernements qui les appliquent.

Dans cette situation, la Confédération européenne des syndicats a même lancé un appel « à une journée d’action et de solidarité » partout en Europe le 14 novembre.

Nous sommes concernés : depuis l’adoption scandaleuse du TSCG (traité européen) par le Parlement français, il est évident que le gouvernement Hollande est aussi prompt à appliquer les mesures d’austérité que le sont les gouvernements du sud de l’Europe.

On souhaitait donc que la réunion intersyndicale du 26 octobre, en présence de la CFDT, la CGT, la FSU, l’UNSA et Solidaires, soit elle aussi à la hauteur de la solidarité internationale et du combat nécessaire contre l’austérité généralisée. Il en sort un appel « à manifester selon des modalités permettant la participation la plus large ». Espoirs déçus.

Nous devons pourtant, partout où des luttes se mènent contre l’austérité, partout où des collectifs unitaires existent, essayer de mobiliser largement ce jour-là.

Le cadre unitaire contre l’austérité et la dette, qui a notamment organisé la manifestation le 30 septembre contre le TSCG, appelle « à soutenir et à participer aux manifestations organisées à l’initiative de l’Intersyndicale ». La réussite de cette journée sera un pas supplémentaire vers l’Europe que nous voulons, celle des luttes des peuples grecs, espagnols et portugais !

Vanina Giudicelli
Partager cet article
Repost0
4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 10:22

 


 

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 13:49
logoNPA29
Communiqué du NPA Pays Basque:

 

Manuel Valls, premier flic de France, a osé.

 

Il a remis, quatre heures à peine après son arrestation, à la sauvette, honteusement, la militante basque Aurore Martin à la police espagnole dont on sait qu’elle torture. Hollande-Valls ont donc appliqué le mandat d’arrêt européen (MAE) qui menaçait Aurore depuis deux ans et que Sarkozy-Guéant n’avaient pas mis à exécution face à la mobilisation quasi-unanime en faveur de la militante.


Aurore risque désormais jusqu'à 12 ans de prison.


Faut-il rappeler qu’Aurore Martin faisait l’objet d’un mandat d’arrêt européen à la demande de Madrid pour des faits de participation, en 2006 et 2007 à 6 réunions publiques, 4 dans l’Etat espagnol, deux en France et la rédaction d’un article dans le journal Gara, journal parfaitement légal, dans tous les kiosques du pays basque.

 

Son crime ?

 

Etre membre du parti politique Batasuna, illégal dans l’Etat espagnol, parfaitement légal en France. 6 réunions publiques, un article ! Comme le rappelle le Syndicat de la Magistrature : « Il n’y a ni armes, ni contacts avec ETA, ni apologie de la violence, rien ».

 

Bien au contraire, Aurore Martin a prôné dans ces réunions et cet article la solution d’une paix négociée, en Pays basque.

 

Tout comme son parti, Batasuna, depuis deux ans, tout comme l’immense majorité de la population basque qui aspire à la paix enfin. Et aujourd’hui en Iparralde, Aurore est une militante active au sein de Bake Bidea, en faveur de la résolution politique, démocratique et pacifique du conflit basque.


Cette extradition est donc une provocation policière qui vise la liberté d’expression de ceux qui, de part et d’autre des Pyrénées, considèrent que la solution à 40 années de guerre est enfin à portée de main. C’est l’acte odieux de deux gouvernements qui veulent donc attiser la violence, poursuivre la guerre et continuer à verser le sang.

 

Manuel Valls est un pyromane dirigé par un irresponsable, Hollande, qui, aussitôt élu, tourne le dos à ses promesses (déclaration de juillet 2011). Le gouvernement Hollande, avec en fer de lance son ministre de l’intérieur Valls en lien étroit avec le gouvernement Rajoy, tente de saboter le processus de résolution du conflit.


Les comités NPA du Pays basque sont inconditionnellement aux côtés de toutes celles et tous ceux qui exigent la liberté pour Aurore Martin !


Nous appelons aux rassemblements et initiatives qui seront organisés pour demander la libération d’Aurore et son retour en Euskal Herri, entre autres celle du lundi 5 novembre à 13h00 devant la sous-préfecture de Bayonne.

NPA Pays basque, 2 novembre 2012

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 13:38

Communique de la LDH La militante basque française Aurore Martin, a été interpellée le 1er novembre au matin plus d’un an après une première tentative avortée à Bayonne, ont annoncé la gendarmerie et le parquet.


Aurore Martin, membre de Batasuna, a été arrêtée à Mauléon (Pyrénées-Atlantiques) en exécution d’un mandat d’arrêt européen délivré par la justice espagnole, après un premier rejet récent pour insuffisance de motif d’une demande identique.

 

Cette arrestation atteste d’un acharnement relayé par les autorités françaises.


La Ligue française des droits de l’Homme condamne avec force à la fois le recours à une procédure aussi violente vis-à-vis des droits de la défense et des libertés individuelles et l’aveuglement qui la sous-tend.

 

Rappelons que les juridictions espagnoles qui viennent d’obtenir la remise d’ Aurore Martin sont des juridictions d’exception, ont été dénoncées par la Cour d’appel de Pau comme ayant cautionné des actes de torture, et, pour cette raison, se sont vues refusées les demandes d’extradition formulées.

 

La décision du gouvernement français n’en est que plus incompréhensible et condamnable. Elle s’inscrit davantage dans la volonté d’une criminalisation des opposants politiques à l’initiative des gouvernements des deux pays que d’une lutte efficace contre le terrorisme.

 

http://www.ldh-france.org/Arrestation-d-Aurore-Martin-la-LDH.html

 


Partager cet article
Repost0
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 12:23

JPEG - 3.5 ko
vendredi 2 novembre 2012 - 22h07

Dans un communiqué rendu public ce soir, l’UD CGT 64 dénonce l’extradition d’Aurore MARTIN et exige sa libération immédiate.

Renforçons la mobilisation pour sa libération !


 

Le gouvernement français vient d’arrêter et d’extrader Aurore MARTIN, militante politique française en raison de sa participation à diverses manifestations publiques et politiques (en France et en Espagne) organisées par un parti légal en France, Batasuna.


L’Union Départementale CGT 64 :


Condamne le recours à la procédure qui conduit à ce qu’un(e) citoyen(ne) (e) soit poursuivi(e) par les autorités d’un État européen pour des faits que la France ne considère pas comme illégaux ;


S’inquiète de ce qu’il soit envisagé l’application d’une loi d’exception pour la participation à des réunions et à des conférences de presse ;


Considère que ce recours traduit une volonté non de lutter contre le terrorisme mais de criminaliser l’action politique et d’instrumentaliser la justice.


Appelle les autorités européennes à réviser profondément la procédure du mandat d’arrêt européen afin de garantir les libertés individuelles et à ne pas permettre de tels dévoiements de cette procédure.


L’UD CGT 64 condamne fermement cette décision du gouvernement français.


L’UD CGT 64 exige du gouvernement français qu’il mette tout en œuvre pour permettre à Aurore MARTIN de recouvrer immédiatement la liberté.


Bayonne, Le 02 Novembre 2012.

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 11:56
Union syndicale Solidaires 2 novembre 2012

Le cas d’Aurore Martin est symbolique du scandale de l’utilisation par les Etats du Mandat d’Arrêt Européen.

 

Citoyenne française, elle est poursuivie par l’Etat espagnol et risque 12 ans d’incarcération dans les prisons espagnoles pour s’être exprimée politiquement (dans des réunions, conférences de presse, médias) en tant que membre de Batasuna, organisation légale en France.


Nous le rappelions en juin 2011, sous l’ère de Sarkozy/Guéant : « L’Union syndicale Solidaires est attachée au respect des droits humains fondamentaux, et notamment au respect des libertés individuelles, à l’expression politique, et au respect des droits de la défense. Accepter cette demande d’extradition serait admettre qu’une personne soit poursuivie par les autorités d’un pays européen pour des faits que ses propres autorités ne considèrent pas comme illégaux ».

 

C’était quelques jours après qu’une mobilisation populaire ait mis en échec les forces de police de l’Etat français qui voulaient arrêter Aurore, soutenue par de nombreuses organisations associatives, syndicales, politiques refusant la dérive liberticide.


Le Ministre de l’Intérieur Guéant affirmait qu’il mettrait tout en œuvre pour exécuter ce Mandat d’Arrêt Européen.

 

Le Ministre de l’Intérieur Valls a exaucé le voeu de Guéant !


Tandis que la gauche syndicale, associative, politique indépendantiste basque s’exprime et agit depuis des années en faveur d’une résolution démocratique, politique et pacifique du conflit au Pays Basque, le gouvernement socialiste français s’allie au gouvernement espagnol pour accentuer la répression … rendant d’autant plus difficile cette solution pacifique !


Ainsi utilisé, le mandat d’arrêt européen est un instrument liberticide aux mains des Etats. Il s’applique aujourd’hui à Aurore Martin. Demain, il pourrait s’appliquer à n’importe quel militant-e politique ou syndical de l’espace européen.

 

L’Union syndicale Solidaires condamne le transfert d’Aurore Martin vers l’Espagne (d’autant que les témoignages sur les violences exercées à l’encontre des militant-es basques par les forces répressives de l’Etat espagnol sont nombreuses). L’Union syndicale Solidaires participera aux initiatives unitaires de soutien et de solidarité, en lien avec les forces syndicales, associatives, politiques qui refusent cette dérive liberticide.


Solidaires, le 2 novembre 2012

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 11:20
16 05 12 MANUEL-VALLS-RAMBO-SB
Politique samedi 03 novembre 2012
L'expulsion d'Aurore Martin pourrait mettre en péril le processus de paix au Pays Basque.

L’arrestation par la France et la remise aux autorités espagnoles de la militante basque française Aurore Martin, membre du parti indépendantiste


Batasuna, a fait monter la tension au Pays Basque. Des élus communistes, des Verts et même des élus socialistes critiquent la décision du ministre de l’Intérieur Manuel Valls, accusé de jouer un jeu dangereux.

« Ce que Guéant n’avait pas osé faire, le ministre Valls vient de le commettre », a ainsi dénoncé dans un communiqué le porte-parole du PCF Olivier Dartigolles.

 

Le député EELV Noël Mamère reproche au ministre de vouloir se construire une image de fermeté sur le dos d’Aurore Martin. « M. Valls joue un jeu extrêmement dangereux dans le but de soigner son image de ministre de l’Intérieur intransigeant. Il est en train de mettre en péril le processus de paix qui est engagé au Pays basque, alors même que l’ETA a annoncé en 2011 qu’elle déposait les armes et qu’un immense espoir se lève ».


Liens avec Batasuna

 

Aurore Martin, 33 ans, a été interpellée jeudi par la gendarmerie lors d’un contrôle routier fortuit à Mauléon-Licharre, en exécution d’un mandat d’arrêt européen émis par l’Espagne le 13 octobre 2010 et validé le 16 décembre suivant par la justice française. La justice espagnole reproche à Aurore Martin ses liens avec le parti indépendantiste Batasuna, illégal dans ce pays car considéré comme lié à l’organisation politico-militaire Eta, mais légal en France. Elle a notamment participé à deux réunions publiques de cette organisation.

 

Risque 12 ans de réclusion

 

Entrée durant six mois dans la clandestinité avant de réapparaître et de recevoir le soutien de nombreux politiques et de la Ligue des droits de l’Homme, reprochant aux autorités françaises d’accepter de livrer un de ses ressortissants à un autre pays pour des faits qui ne sont pas condamnables en France, Aurore Martin avait épuisé tous les recours possibles. Une tentative d’arrestation avait échoué en juin 2011, des militants s’opposant aux policiers venus la cueillir dans l’appartement de sa sœur à Bayonne. Elle vivait depuis à visage découvert mais savait qu’elle pouvait à tout moment être arrêtée. Elle risque jusqu’à 12 ans de réclusion.

 

Des élus socialistes consternés

 

Aurore Martin a été placée vendredi en détention provisoire par la justice espagnole en attendant son jugement. Des protestations se sont immédiatement fait entendre. Seize élus « socialistes et républicains » du Pays basque, dont la sénatrice PS Frédérique Espagnac, les députées PS Sylviane Allaux et Colette Capdevielle, et le vice-président PS du Conseil régional d’Aquitaine François Maïtia, se disent « consternés » dans un communiqué commun.

 

Critiques à gauche, mais aussi à droite

 

« Nous rappelons que les faits visés par l’Espagne ne sont pas répréhensibles en France : appartenance à un parti politique légal en France et participation à des manifestations publiques », peut-on y lire. « Nous demandons le retour immédiat de notre compatriote sur le territoire français. » Le député européen écologiste José Bové, s’est dit opposé « à l’application du mandat d’arrêt européen, danger pour le processus de paix ».


Provocation

 

Le conseiller général UMP Max Brisson a vu « un nouveau signal préoccupant pour tous ceux qui œuvrent pour un Pays basque apaisé et le vivre ensemble » et le sénateur MoDem Jean-Jacques Lasserre s’est dit « choqué de voir de quelle façon ce gouvernement utilise des méthodes extrêmement brutales pour traiter des problèmes délicats ». L’association humanitaire pour les réfugiés basques Anai Artea a qualifié d’« acte minable » et de « provocation » le fait de livrer Aurore Martin à Madrid de la part d’un « ministre de l’Intérieur qui ne sait plus s’il roule pour Paris ou Madrid ».


Pas de Pays Basque français

 

La remise à l’Espagne d’Aurore Martin est intervenue quatre jours après une interview accordée par Manuel Valls au quotidien espagnol El Pais, où il annonçait qu’il n’y aurait pas de Pays basque français dans la prochaine loi de décentralisation.

 

Il a ainsi mis fin aux espoirs de nombreuses organisations basques dont une délégation avait présenté le 11 octobre dernier à la ministre de la Réforme de l’Etat Marylise Lebranchu un projet de Collectivité territoriale à statut particulier (CTSP). Manuel Valls avait surtout ajouté qu’il refusait d’ouvrir ce débat tant qu’Eta n’aura pas « restitué ses armes ».

Cette soudaine montée d’adrénaline au Pays Basque un an après que l’Eta a annoncé la fin définitive de la lutte armée devrait être illustrée le 10 novembre lors d’une manifestation à Bayonne en faveur du respect des droits des prisonniers et des réfugiés politiques basques.

 

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Expulsion-d-Aurore-Martin.-Le-jeu-dangereux-de-Manuel-Valls_6346-2129180-fils-tous_filDMA.Htm

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 10:34

aurore x

3 novembre 2012 à 09h39

 

Agrandir le texte

L'interpellation, jeudi, de la militante de Batasuna Aurore Martin, première Française remise à l'Espagne dans une affaire basque, a suscité, hier, un concert de protestations. 

Dans un texte commun, seize élus «socialistes et républicains» ont condamné l'application du mandat d'arrêt européen (MAE) dont Aurore Martin faisait l'objet depuis 2010 et réclamé son «retour immédiat (...) sur le territoire français». Madrid reproche à Aurore Martin d'avoir participé en Espagne à des réunions publiques comme membre de Batasuna, parti considéré par Madrid comme le bras politique de l'organisation séparatiste basque ETA et interdit en Espagne alors qu'il est légal en France.

La jeune femme, qui avait échappé de justesse à une première tentative d'arrestation à Bayonne en juin 2011, a été incarcérée, hier, à Madrid, après avoir été présentée à un juge de l'Audience nationale (tribunal chargé notamment des affaires de terrorisme). Elle encourt 12 ans de prison pour «appartenance à une organisation terroriste». Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF et conseiller municipal de Pau, a qualifié cette interpellation de «honte». «Choqués» également, Europe Écologie-Les Verts (EELV) Aquitaine et Pays basque se sont inquiétés de voir «pratiquer une répression que rien ne justifie dans le climat actuel».

A Bayonne, 500 personnes de toutes obédiences se sont rassemblées hier soir derrière le slogan "Nous sommes tous des Aurore Martin" rapporte sud-Ouest. 

Valls critiqué

De nombreuses critiques ont visé Manuel Valls, plusieurs élus voyant la main du ministre de l'Intérieur derrière cette arrestation. «Ce que Guéant n'avait pas osé faire, le ministre Valls vient de le commettre», a ainsi dénoncé Olivier Dartigolles. «Dans cette affaire, Manuel Valls n'a pris aucune décision. Il n'y a donc nulle raison de le mêler à cette polémique», a répondu Jean-Jacques Urvoas, président de la Commission des Lois de l'Assemblée. Le député PS finistérien s'est dit «assez surpris» de voir le ministre critiqué à ce sujet.

 

http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/aurore-martin-une-extradition-vivement-condamnee-03-11-2012-1894318.php

 

Commentaire: Monsieur Urvoas est prof de droit et donc enseigne la théorie de la "séparation des pouvoirs". Mais même en théorie qui peut croire que le ministre de l'intérieur n'a pas lui-même supervisé la localisation et décidé de livrer Aurore martin?

 

 

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 08:09
Partager cet article
Repost0
2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 07:50

aurore-x.jpg

 

 

Communiqué du NPA Liberté pour Aurore Martin, non à l’exécution du mandat d’arrêt européen ! 

 

logonpa #Corse Communiqué du NPA : Liberté pour Aurore Martin, non à l’exécution du mandat d’arrêt européen !

 

Nous condamnons fermement l’arrestation d’Aurore Martin militante de Batasuna au Pays Basque nord.

 

Cette militante politique risque 12 ans de prison dans l’Etat Espagnol pour avoir participé à des réunions publiques de l’autre côté des Pyrénées.


  Cela est tout simplement inacceptable et correspond à une véritable remise en cause de la liberté d’expression. Nous ne pouvons pas tolérer que cette militante qui a été contrainte à la clandestinité depuis le 21 décembre 2010 soit expulsée vers Madrid où sa condamnation est assurée.


Le mandat d’arrêt européen (MAE) ne doit pas s’appliquer. Ironie de l’histoire la première exécution du MAE contre une ressortissante du Pays Basque Nord risque de voir le jour sous un gouvernement à majorité socialiste.

Le NPA réaffirme qu’il n’y aura pas de solution à la question basque sans passer par le droit à l’autodétermination. Les dernières élections au Pays Basque sud confirment cette affirmation. Nous participerons à la manifestation du 10 novembre à Bayonne en faveur des droits des prisonniers basque.


Nous restons disponible pour toute action de solidarité et de mobilisation pour exiger et obtenir la libération d’Aurore Martin.


NPA

Montreuil, le 1 novembre 2012

 

Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg