Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 14:03

fric

*

Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 188 (28/03/13)

*

Au plus bas dans les sondages, Hollande a dû passer jeudi 28 mars le grand oral du 20h de France 2 pour « expliquer » sa politique. Pendant plus d’une heure, il a donc défendu point par point sa politique et annoncé la suite du menu. Loin, très loin d’un programme de gauche !

 

C’était un rendez-vous important pour Hollande et au final cela aura été un flop, puisque seulement 32 % des téléspectateurs l’ont trouvé convaincant. Et pourtant, il en aura fait des efforts pour « expliquer » et défendre la politique menée depuis 10 mois. Pendant une grande partie de cette émission interminable, il a défendu toutes les « réformes» mises en place : contrats d’avenir, contrats de générations, cadeau fiscal de 20 milliards, loi sur la « sécurisation professionnelle »…

 

Des « outils » qui permettront d’inverser la courbe du chômage ! Il en aura usé de la pédagogie pour nous faire croire que sa politique était une bonne politique pour les salariés, les chômeurs et… les entreprises. Car ce n’est ni au monde du travail ni aux immigrés (qu’il n’a même pas évoqué), à qui s’est adressé Hollande mais bel et bien au patronat, aux entreprises. C’est à eux qu’il a annoncé « un choc de simplification », ainsi que des « aménagements de la fiscalité ». En défendant, la loi de sécurisation professionnelle et l’accord compétitivité chez Renault, il leur confirmait, avant même que s’ouvre la discussion parlementaire, que la messe était dite et que la loi du Medef sera bien appliquée.


Le renoncement c’est maintenant…


Mais le fait marquant de ce grand oral est, une nouvelle fois, ses renoncements en matière de réformes dites de gauche. Le cumul des mandats ? La réforme sera effective « avant la fin de mon mandat », loin d'une réforme applicable dès les prochaines municipales en 2014. Le mariage pour tous ? Hollande ne reviendra pas dessus mais enterre une de ses promesses de campagne : le recours à l'assistance médicale à la procréation pour les couples de femmes (PMA) qui est « renvoyée au comité d'éthique ».


De plus, pour la population, les temps vont continuer à être difficile.

 

A commencer par l'annonce de l’allongement de la durée de cotisations pour les retraites et une augmentation de la TVA en 2014... tout en affirmant qu'il n'y aura pas à l'avenir d'augmentation des impôts. On se moque du monde. Et bien entendu, rien pour les services publics ou pour les salaires.


Comment s’en étonner quand Hollande affirme qu’il n’est « maintenant plus un président socialiste » ? « Je suis le président de tous les Français, le président de la France. » Et surtout de ses entreprises aurait-on envie de rajouter. Hollande assume une forme de continuité, non pas avec les promesses du candidat présidentiel mais avec la politique de son prédécesseur. Les « outils » sont déjà en place ?

 

Face à ce bricolage capitaliste, il est nécessaire de construire une opposition de gauche qui agisse dans le sens de la convergence des luttes, de la préparation d’un mouvement d’ensemble, tout en traçant la perspective politique d’un gouvernement anti-austérité. La crise ouverte par la mise en examen de Cahuzac et le discrédit grandissant contre ce pouvoir nous en donne l’occasion.


Sandra Demarcq

Partager cet article
Repost0
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 11:00

 

Commentaire:

 

Edwy Plenel n'est pas rancunier! TOUS les medias l'ont accusé de "preuves insuffisantes"! Et ils continuent à ne pas enquêter, ils attendent les communiqués!

Partager cet article
Repost0
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 12:24

*

31 mars 2013 à 12h11

*

 

 

"Nous ne toucherons pas à l'âge légal. Le fil conducteur de nos décisions, c'est la justice.

*

Cette réforme traitera la pénibilité au travail, la complexité des régimes et résoudra les inégalités. Au final, nous paierons les retraites, nous préserverons les plus petites retraites, et nous pérenniserons les régimes de retraite pour les générations à venir" : dans une interview au JDD, Jean-Marc Ayrault assure que l'âge légal de départ à la retraite à 62 ans ne sera pas repoussé.

*

Lors de son intervention télévisée, jeudi soir, François Hollande avait abordé le sujet et parlé d'augmenter la durée de cotisation. 'Les régimes de retraite seront en déficit de 20 milliards d'euros en 2020 si nous ne faisons rien. Plusieurs options doivent être débattues", a encore précisé le Premier ministre. En soulignant : "pas question que les petites

retraites soient pénalisées."

*

http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/reforme-des-retraites-ayrault-nous-ne-toucherons-pas-a-l-age-legal-31-03-2013-2054026.php

Partager cet article
Repost0
30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 13:41

*
« EDF et Areva poussent leurs pions en Arabie saoudite »


Faut pas charia ! Officiellement, la France est intervenue militairement au Mali "pour la démocratie", et en particulier pour "sauver la population de l'application de la charia". Or, dans la dictature qu'est l'Arabie saoudite, la même charia est appliquée, des gens sont fouettés, d'autres exécutés, des mains sont coupées...

Mais là, ça ne pose pas de problème ! Les autorités françaises et le lobby nucléaire (EDF, Areva) s'accommodent parfaitement bien de ces pratiques obscurantistes, de ces exactions, de ces crimes. L'atome passe toujours avant les droits humains.  Pour mémoire, l'armée françaises a été envoyée au Mali pour sécuriser les mines d'uranium du Niger voisin et assurément pas pour faire cesser la charia, tellement appréciée par ailleurs...


Dépêche de Cercle finance : http://bit.ly/XEerpW
  
« Areva a organisé un évènement à Riyad avec EDF »
Article des Echos : http://bit.ly/ZurFZf  

Partager cet article
Repost0
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 13:09
483893 390275074413569 916177614 n

*

Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 188 (28/03/13)

 

Après le bide de sa sortie à Dijon, Hollande a tenu le deuxième round d'explication de sa politique avec une grande messe cathodique sur France 2.

 

Pendant 1 heure et quart, il a défendu point par point ses premiers 10 mois au pouvoir, avec comme premier objectif réaffirmé l'inversion de la courbe du chômage d’ici la fin de l’année, et comme fil conducteur de son action la restauration de la sacro-sainte croissance. Et d’annoncer la suite du menu...


Hollande n’a pas une seule seconde remis en cause sa politique en faveur du Medef et des plus riches.

 

Une politique de « rigueur » même si le mot lui fait visiblement peur, un orientation faite d’austérité qu'il dit pourtant combattre, et bien entendu de« réduction des déficits ». Pire cette politique sera accentuée avec la mise en place du « choc de simplifications » censé favoriser l'investissement... Après son prédécesseur, le « président des riches », voici donc maintenant le président des entreprises, fier de son pacte de compétitivité.


Par contre pour la population, les temps vont continuer à être difficile. A commencer par l'annonce de l’allongement de la durée de cotisations pour les retraites et une augmentation de la TVA en 2014... Tout en affirmant qu'il n'y aura pas à l'avenir d'augmentation des impots. On se moque du monde. Et bien entendu, rien pour les services publics ou pour les salaires.


Hollande n’a donc annoncé aucun changement favorable au plus grand nombre, mais assume la continuité. Les« outils » sont déjà en place. Face à ce bricolage capitaliste, il est nécessaire de construire une opposition de gauche qui agisse dans le sens de la convergence des luttes, de la préparation d’un mouvement d’ensemble, tout en traçant la perspective politique d’un gouvernement anti-austérité.

 

Tout l'opposé de ce qu'Hollande a défendu ce soir. Vraiment ce président et son gouvernement méritent une bonne gauche !


Communiqué du NPA - Montreuil le jeudi 28 mars 2013

Partager cet article
Repost0
23 mars 2013 6 23 /03 /mars /2013 13:25

Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 187 (21/03/13)

 

Le gouvernement a reporte la fin de la trêve hivernale au 30 mars. Il était difficile de faire moins, vu le froid et la neige.

 

Ce report de 15 jours de la date des possibles expulsions souligne l’extrême précarité de celles et ceux qui sont sous le coup d’une décision de justice, qui craignent la venue de l’huissier, de la police, qui peuvent voir en un instant leur monde basculer, comme leurs affaires jetées sur le trottoir. Le 30 mars, les expulsions locatives vont pouvoir reprendre. Cécile Duflot s’était engagée à ne plus faire dépendre du froid la politique de l’hébergement. Manifestement on en est encore là !


Le prix humain et financier de l’expulsion


Les lieux d’hébergement sont saturés, particulièrement dans la région parisienne. Le 115 est une machine aveugle, qui décourage tous ceux qui s’y confrontent, qui fonctionne sur une logique qui n’a rien à voir avec les besoins des personnes qui sont contraintes d’y avoir recours. La DRIHL (chargée de gérer l’hébergement pour la région parisienne), une fois les résidences et foyers pleins, sous-traite les places d’hébergement auprès de prestataires privés, associatifs ou non, qui proposent des places d’hôtel dans les périodes creuses du tourisme : l’exclusion du logement nourrit ainsi des organismes qui assurent leurs fins de mois.

 

Et puisque c’est géré régionalement, une famille d’Aubervilliers, banlieue nord, peut se voir proposer une nuit d’hôtel en banlieue sud pendant qu’une autre de Viry-Châtillon est affectée à Garonor, zone industrielle du nord. Inutile de dire que les conditions de vie d’une famille dans un lieu où elle n’a pas le droit de cuisiner par exemple sont particulièrement difficiles. Sans parler de vouloir emmener les enfants dans leur école. Ceci peut durer des années pour un prix exorbitant. Bref c’est la loi du marché qui prime.


Avec la fin de la trêve, les places mobilisées pendant l’hiver vont être fermées. La situation va s’aggraver inévitablement, parce que les difficultés rencontrées par les familles ne vont pas disparaître avec les beaux jours et que les expulsions locatives vont reprendre. Plusieurs habitants, en Seine-Saint-Denis, expulsés d’immeubles insalubres ces dernières années et hébergés depuis à l’hôtel, ont reçu du prestataire un avis de fin de la prise en charge pour le 15 mars. Émotion, mobilisation : les pouvoirs publics interpellés garantissent qu’il n’y a aucune menace de rupture des prises en charge pour le moment. Mais la méfiance et l’inquiétude sont grandes.


Moratoire et réquisition


Les représentants de la Fondation Abbé-Pierre et de la fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale ont revendiqué un moratoire sur les expulsions locatives dans une tribune publiée le 12 mars dans Libération. La manifestation traditionnelle des associations mobilisées sur la question du logement samedi 16 mars revendiquait la fin de cette pratique barbare. Mais le gouvernement n’a pas voulu recevoir de délégation à cette occasion.


Autre sujet d’inquiétude : Cécile Duflot ne parle plus de réquisition d’immeubles vides. Elle avait annoncé les premières pour décembre 2012. En décembre, elle renvoyait cette perspective à la fin de la trêve hivernale. Et aujourd’hui plus rien… Les sous-préfets, qui ont été mobilisés pour établir des listes d’immeubles vides, disent aujourd’hui, du bout des lèvres, qu’il y a des difficultés juridiques. Tout cela sent le recul à plein nez.


Pas d’expulsion sans relogement


Il faut interdire les expulsions qui assassinent celles et ceux qui en sont victimes et qui coûte très cher à la collectivité. Il faut interdire les expulsions parce que le droit au logement doit être inaliénable comme le droit à l’eau et à l’énergie.
C’est le seul moyen de mettre la priorité absolue sur le maintien dans le logement (ou dans un autre, sans passage par l’hôtel) et de mettre en œuvre les procédures qui existent pour le locataire (traitement du surendettement, aides…) et pour les propriétaires (assurances, fonds de garantie des conseils généraux). Refuser cette interdiction, c’est avouer être prêts à laisser grossir la foule des SDF.


JMB

Partager cet article
Repost0
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 15:27
483893 390275074413569 916177614 n

*

Le Premier ministre dans son discours de réponse à la motion de censure de l'UMP a pris la pose du chef de gouvernement courageux qui assume l'impopularité au nom de la rigueur !

 

Et bien, aucun doute, il va en avoir de l’impopularité tant il n'a convaincu personne, obsédé qu’il est de réduire les déficits en imposant l'austérité. Il n’a pu redonner le moindre crédit à son gouvernement déconsidéré par sa politique, qui prétend lutter contre le chômage alors qu'elle est entièrement soumise à la course à la rentabilité financière, à la compétitivité exigée par le Medef.


La démission forcée du ministre du budget, Jérôme Cahuzac, soupçonné de blanchiment de fraude fiscale, intervient comme un symbole des faux-semblants et du mensonge officiel, du cynisme du pouvoir.


Il y a urgence à construire une opposition de gauche à ce gouvernement pour oeuvrer à la convergences des luttes contre les licenciements, pour imposer l'abrogation de l'ANI, l'accord Medef-gouvernement contre les salariés, pour mettre un coup d'arrêt à une politique qui fait le lit de la droite extrême et de l'extrême-droite.

*

http://npa2009.org/node/36220

Partager cet article
Repost0
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 14:25

483893 390275074413569 916177614 n

 

*

18 mars 2013 par Rozenn Le Carboulec

*

Les familles monoparentales, composées surtout de femmes avec leurs enfants, subissent la crise de plein fouet:

*

  une sur trois vit sous le seuil de pauvreté. Elles sont les grandes oubliées de la politique sociale du gouvernement. Alors que François Hollande s’apprête à dévoiler son « plan d’urgence pour le logement », le nombre de mères célibataires qui tombent dans la précarité ne cesse d’augmenter. Reportage auprès de ces premières victimes d’une politique publique totalement inadaptée.

 

Christine et son fils Loïc, 16 ans, vivent à deux dans un 24 m².

 

Le loyer est modeste : 290 euros, payés à un propriétaire privé. Mais l’humidité, les souris et les cafards, que l’on aperçoit se promener sur les murs et la porte du placard, attestent de l’insalubrité des lieux. Le propriétaire ne veut pas rénover. Au milieu du salon, qui sert aussi de chambre à coucher, impossible d’avoir une once d’intimité. Au dessus d’un tas de sacs et de valises, signes de plusieurs années de galère et d’un déménagement précipité, le lit superposé occupe la moitié de la pièce. Christine dort en bas et son fils en haut. Une situation qui s’éternise depuis 2005.


Avant, Loïc et sa mère de 39 ans ont vécu d’hôtel en hôtel pendant deux ans. Victime de violences conjugales, Christine a décidé de quitter son conjoint en 2003, suite à une hospitalisation d’un an. « Si je suis partie, ce n’est pas pour le plaisir. J’ai risqué la paralysie et le fauteuil roulant à vie », raconte-t-elle, pour justifier ce qu’elle appelle avec pudeur « sa situation compliquée ». Sans travail ni ressources, elle a contacté plusieurs associations, qui les ont finalement logés dans un hôtel à Montreuil, en attendant de trouver mieux. Leur appartement actuel, obtenu avec l’aide d’une amie, n’est pas encore à l’image de ce « mieux » qu’ils espèrent... depuis 10 ans. « On cherche un logement depuis que mon fils a 8 ans. Des assistantes sociales sont venues. En vain. La mairie ne nous propose rien. On me dit que je ne suis pas prioritaire, car mon enfant est trop âgé », déplore Christine, en pointant du doigt les attributions de logements sociaux, qu’elle estime injustifiées.

 

Une famille monoparentale sur trois sous le seuil de pauvreté

 

Lire la suite

Partager cet article
Repost0
16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 08:50

cr4.jpg

*
C’est toute l’année qu’il faut interdire les expulsions du logement !

 

Le gouvernement vient de décider de reporter la date fatidique de la fin de la trêve hivernale au 30 mars. Difficile de faire autrement, l’hiver ayant, lui aussi, décider de reporter sa date de fin. 15 jours de gagnés pour toutes celles et ceux qui sont menacés par une décision de justice d’être expulsés de leur logement.

 

Encore faut-il qu’ils ne soient pas squatters ou Rroms, parce que dans ces cas il n’y a pas de répit.

 

Valls d’ailleurs annonce, dans la grande tradition sarkozienne, la poursuite du démantèlement des bidonvilles, politique indigne qu’il habille d’humanité, confortant sur le dos des Rroms son image de fermeté.


Quelle pratique barbare que l’expulsion du logement, du squat, du bidonville.

 

Comme si ceux qui sont contraints d’y vivre étaient responsables de la crise, du chômage, de la précarité des revenus, de la pénurie des logements. 230 000 foyers ont vu leurs contrats d’électricité ou de gaz résiliés en 2012.

 

La violence s’ajoute à la violence.


Le report de la date des expulsions n’est pas une avancée. Il ne devrait pas y avoir de date. C’est toute l’année que les expulsions doivent être interdites. Le droit au logement est un droit fondamental qui devrait être inaliénable. Comme le droit à l’énergie, à l’eau. Ce qui implique évidemment d’oser remettre en cause le droit de propriété.

Partager cet article
Repost0
15 mars 2013 5 15 /03 /mars /2013 12:08
manuel valls 2

*

Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 186 (14/03/13)

*

Plus arrogant que jamais, Manuel Valls, premier flic de France, indiquait dimanche que « la justice allait être saisie »

*

à la suite des heurts qui se sont produits la semaine passée devant le siège social de Goodyear à l’occasion de la réunion du Comité central d’entreprise dont l’ordre du jour portait sur la suppression de 1 173 postes. Depuis, quatre policiers ont même déposé plainte contre les manifestants.


Comment les salariéEs en lutte pour le maintien de leur emploi ne pourraient-ils pas tous se sentir visés par de tels propos qui, au-delà du personnel de Goodyear, concernent l’ensemble des salariéEs des entreprises touchées par des plans sociaux ?

 

Ces paroles ne peuvent être comprises par toutes celles et tous ceux qui font les frais de la politique ultralibérale du gouvernement que comme une déclaration de guerre à qui aurait l’impudence de s’opposer aux diktats du Medef.

 

Finies les promesses et les gesticulations du marchand de sable, l'agitateur de carottes Arnaud Montebourg,  curieusement muet depuis deux semaines, c’est la politique du bâton qui s’imposera face aux mobilisations. Car la répression est bien là, et s’installe un peu plus chaque jour comme principale politique de gestion de la crise.
Chasse aux sans-papiers, expulsions de Roms, pression policière à chaque rassemblement ou manifestation, condamnations exorbitantes pour de simples collages ou tags…


Ce gouvernement entend imposer l’ordre des patrons et des actionnaires.

 

L’heure n’est plus à tergiverser ni à attendre des lendemains électoraux qui chantent, elle est au rassemblement de notre camp social, à la convergence des luttes et à l’organisation de la riposte. Celle-ci passe par une solidarité sans faille contre la répression, qu’elle touche les Goodyear, les PSA, les sans-papiers, les antifascistes ou les occupants de Notre-Dame-des-Landes… Elle nécessite un positionnement clair de toutes les organisations, et un investissement qui dépasse les simples déclarations d’intention.


Il n’y a que deux côtés à une barricade, les anticapitalistes ont depuis longtemps choisi le leur.


Alain Pojolat

Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg