Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 09:38
caf.JPG
*
Social lundi 17 décembre 2012
*

Des agents de la Sécurité sociale sont en grève à l’appel de la CGT, ce lundi. À Rennes, une vingtaine d’entre eux se sont réunis cours des Alliés, à Rennes, à 11 h 30. Ils réclament « une augmentation des salaires de 6 % et un rattrapage immédiat de 300 € ». Et protestent contre le manque de personnel.

*

« Faire plus avec moins »


Des « files d’attente à n’en plus finir ». Des agents et des allocataires « qui tirent la corde ». Les employés de la sécurité sociale sont en colère. « D’abord nous exigeons une revalorisation des salaires de 300 €, indique Jean-Pierre Gaudin, délégué CGT. Mais nos revendications portent aussi sur les embauches, car on nous demande de faire plus avec moins de personnes. »


40 000 dossiers en retard ?


« La caisse d’allocations familiales (CAF) d’Ille-et-Vilaine a actuellement 40 000 dossiers en retard (34 000 selon la direction, N.D.L.R.), ajoute sa collègue Carole Le Trionnaire. Les délais pour les allocataires sont de six semaines à deux mois, c’est énorme. »

*

187 000 allocataires en Ille-et-Vilaine

*

« C’est vrai qu’on fait face à une augmentation de la charge de travail, répond Corinne Hallez, la directrice de la CAF d’Ille-et-Vilaine. Nous avons un peu plus de 187 000 allocataires dans le département, soit une augmentation de 2,3 %, alors que la moyenne nationale est de 1,4 %. » Pour la directrice, cette situation s’explique « par une augmentation du nombre de familles, des naissances et par un plus grand nombre de demandes liées au contexte économique ».

*

Mais Corinne Hallez précise que la Caf a embauché 20 personnes pour faire face à cette hausse : « Dix viennent de finir leur formation d’un an et les dix autres prendront leurs postes au mois de juin. »

*

2,8 millions d’euros de prime de Noël

*

À noter que la CAF a versé 2,8 millions d’euros de prime de Noël à 13 439 personnes en Ille-et-Vilaine en cette fin d’année, grosso modo le même montant que l’année dernière. « Cette prime s’élève à 152 € pour une personne seule », précise la directrice de la CAF.

*

http://www.ouest-france.fr/region/bretagne_detail_-Caf-d-Ille-et-Vilaine.-Plus-de-34-000-dossiers-en-retard-les-agents-en-colere_40823-2145038_actu.Htm

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 09:02

*

17 décembre 2012 à 11h48 

*

Trois cents salariés d'Alcatel-Lucent ont débrayé ce matin, à Lannion, inquiets d'une mainmise des banques sur les activités du groupe.

*

 

Alcatel-Lucent, qui a lancé la semaine dernière un plan social prévoyant 1.350 suppressions d'emplois en France (dont 139 à Lannion), a annoncé vendredi avoir obtenu des facilités de crédit d'1,615 milliard d'euros auprès de la banque américaine Goldman Sachs et du Crédit Suisse. Mais en contrepartie, le groupe aurait gagé une partie de ses actifs. "En cas de difficultés de remboursement, Goldman Sachs et Le Crédit Suisse se retrouveraient propriétaires d'une partie des activités et des brevets d'Alcatel", prévient Hervé Lassalle, délégué CFDT.

*

L'intersyndicale CFDT-CGT-CGC estime que cette annonce crée une situation nouvelle sur le plan économique, qui remet en cause la procédure d'examen du plan social, qui avait débuté jeudi dernier devant le comité central d'entreprise. Les syndicats ont alerté le gouvernement et seront reçus mercredi par un conseiller de Fleur Pellerin, ministre déléguée à l'économie numérique. Les élus du CCE ont aussi lancé un droit d'alerte, qui sera examiné lors d'une réunion extraordinaire jeudi prochain.

  • Jean-Luc Le Roux

*

http://www.letelegramme.com/local/cotes-d-armor/lannion-paimpol/ville/alcatel-lucent-les-salaries-craignent-une-mainmise-des-banques-17-12-2012-1946409.php

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 10:07

14 décembre 2012 

Une première réunion du comité central d'entreprise (CCE) d'Alcatel-Lucent examinait, hier, le plan de sauvegarde de l'emploi (PSE), mis en place par la direction.

 

À la sortie, les délégués syndicaux s'attendaient à une «guerre des tranchées». La direction présentait, donc, au siège d'Alcatel-Lucent France (ALF), sa «logique de décision par activité et par site», a précisé Hervé Lassalle, salarié lannionnais et délégué CFDT au niveau national, évoquant un climat «assez houleux» et indiquant que la réunion risquait de devoir se dérouler sur plusieurs jours. «Il y a de la mobilisation. Les gens réagissent», après avoir été «sous le choc», a indiqué StéphaneDubled (CGT).

«C'est un marathon qui s'annonce»

Peu avant 19h, alors que le CCE se préparait à s'achever pour reprendre en janvier, Hervé Lassalle laissait poindre sa colère: «On n'a abordé, aujourd'hui, qu'un cinquième de l'ordre du jour. Sans même évoquer les mesures d'accompagnement. On va devoir reporter, au mois de janvier, la suite des débats qui ont été houleux.

 

On a contesté les chiffres et les explications de la direction qui a entamé son exposé sur le pourquoi des suppressions de postes, secteur par secteur. Sur dix branches, nous en avons examiné seulement deux. C'est un marathon qui s'annonce, une guerre de tranchées». Par ailleurs, «des listes circulent, contrairement aux engagements (listes où figure le détail des postes que la direction veut supprimer, NDLR). C'est malsain!».

500 manifestants dans la matinée

Dans la matinée, quelque 500 personnes s'étaient rassemblées sur le site lannionnais pour dire «Non à la casse de l'outil industriel». Vers 10h30, le cortège de manifestants s'est rendu à l'aéroport. Ils répondaient à l'appel d'une intersyndicale CFDT-CFE/CGC-CGT-CFTC à la mobilisation, à travers la France, contre le plan social annoncé la semaine dernière, qui prévoit 1.350 suppressions de postes en France, dont 139 à Lannion.

*

Il y avait environ 1.000 grévistes sur le site de l'équipementier Télécom à Vélizy (Yvelines). Ceux d'Orvault (44), Nozay (Essonne) et Villarceaux (Val-d'Oise) étaient bloqués, selon différents responsables syndicaux.

*

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/cotesarmor/lannion-alcatel-guerre-des-tranchees-en-vue-14-12-2012-1942075.php

 

Lire aussi:

*

http://www.letelegramme.com/local/cotes-d-armor/lannion-paimpol/ville/alcatel-500-manifestants-a-l-aeroport-14-12-2012-1942235.php

*

http://www.ouest-france.fr/region/bretagne_detail_-Alcatel-Lucent.-Nouvelles-mobilisations-a-Orvault-et-Lannion_55257-2143609_actu.Htm

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 08:51

arton354
*

Courant octobre, la direction du groupe Louisiane, entreprise spécialisée dans la fabrication de mobil-homes de luxe, annonçait un plan de 37 licenciements à son usine de Loudéac.

*

Cette usine emploie 149 salariés. C'est donc plus de 25 % de l'effectif, en majorité des ouvriers, qui étaient visés.

Passé le choc de cette brutale annonce, la majorité des travailleurs ont décidé de ne pas se laisser faire et se sont mobilisés contre le plan.


Les travailleurs ont rejeté l'argumentation de la direction, qui les rendait responsables des pertes financières enregistrées fin 2011. Elle expliquait notamment que ces mauvais résultats avaient été provoqués par l'arrêt de la fabrication des mobil-homes durant l'été 2011 à cause des travaux de désamiantage d'urgence des ateliers de production.


À l'époque, les travailleurs avaient simplement fait valoir leur droit de retrait, refusant de continuer à s'empoisonner avec l'amiante contenu dans les plafonds.


La mobilisation des travailleurs de Louisiane a fait capoter ce premier plan de licenciements.

*

Mais la direction est revenue à la charge et en a présenté un nouveau le 4 décembre. Lors de cette réunion avec les délégués, la majorité des travailleurs a débrayé pour affirmer une nouvelle fois son opposition au plan patronal. Celui-ci prévoit 35 licenciements au lieu des 37 du premier ; mais c'est encore 35 de trop !

*

La bataille ne fait que commencer, mais les travailleurs de Louisiane sont bien décidés à ne pas se laisser voler leur gagne-pain par le groupe Finadorm, groupe qui ne manque pas de moyens.

*

Correspondant LO

*

http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2315&id=29

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 08:41

tumblr l1ujkoARdh1qb9yj1o1 500

*

L'accord conclu pour le site de Florange entre le gouvernement et Mittal concerne aussi l'usine de Basse-Indre, près de Nantes en Loire-Atlantique, spécialisée dans la production d'acier destiné à l'emballage.


Une soixantaine de postes devraient être supprimés dans l'entreprise, qui emploie directement 546 salariés et 150 autres dans la sous-traitance, où la direction entend également tailler dans les effectifs. Les soixante postes représentent deux secteurs d'activité, le décapage et le laminage, qui seraient externalisés dès 2013 à Florange.


Ces deux secteurs sont des secteurs clés pour l'entreprise, et les salariés ont appris la nouvelle avec surprise et inquiétude.


À Basse-Indre comme à Florange, personne n'a confiance en Mittal pour « sauver les emplois », comme le répète Jean-Marc Ayrault pour justifier son plan.

 

L'usine a déjà subi une baisse de ses effectifs depuis quelques années, avec le licenciement d'une grande partie des intérimaires, et a même connu des périodes de mise en chômage technique. Certains disent même que, si le décapage et le laminage disparaissent, ce sera la mort de l'usine.


Lundi 10 décembre, 24 heures de grève ont eu lieu à l'appel de l'intersyndicale pour dire non à ce plan et soutenir aussi l'action des salariés de Florange.

 

Les salariés étaient nombreux à bloquer les portes de l'usine avec feux de palettes et café-sandwiches et à refuser d'aller travailler. Ils ont eu le soutien d'autres travailleurs des communes voisines et aussi d'élus de gauche, dont le maire socialiste d'Indre, qui tenait à soutenir les salariés de l'usine de sa commune et qui regrette, lui aussi, l'accord passé entre Ayrault (encore député dans cette deuxième circonscription de Loire-Atlantique) et Mittal.


La poursuite de la grève a été votée en assemblée générale devant les portes de l'usine jusqu'au vendredi matin, 14 décembre. La veille se sera tenu un comité central d'entreprise, opportunité pour les salariés de faire une nouvelle journée d'action en même temps que les autres sites.

*

Correspondant LO

*

http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2315&id=26

 


 


Partager cet article
Repost0
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 07:55
classe

*

Porte-parole du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) et ancien candidat à la présidentielle de 2012, Philippe Poutou est venu ce matin apporter son soutien aux salariés de l'usine ArcelorMittal de Basse-Indre, en grève depuis hier.

*

Pour lui, "la seule solution pour défendre les emplois des salariés d'ArcelorMittal, Petroplus, Sanofi, PSA ou Alcatel-Lucent, et empêcher les patrons de faire ce qu'ils veulent, c'est la nationalisation".

*

En milieu de matinée, un huissier mandaté par la direction est venu constater le blocage du site. Une centaine de salariés, dont une majorité de cadres et d'agents de maîtrise, ont fait savoir qu'ils voulaient reprendre le travail. Mais le personnel de production entend poursuivre la grève jusqu'à vendredi matin. 

*

Plus d'informations à lire ce mardi et demain dans Presse Océan

*

http://www.nantes.maville.com/actu/actudet_-Nantes.-ArcelorMittal-Philippe-Poutou-NPA-avec-les-grevistes-de-Basse-Indre_fil-2260273_actu.Htm

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 11:40

 

manifestants-hopital-SUD-copie-1

Social mercredi 12 décembre 2012
*

Les organisations syndicales SUD, CFDT, CFTC du centre régional de gériatrie de Chantepie appellent tous les salariés à une journée de grève le jeudi 13 décembre 2012.

*

Un rassemblement des personnels aura lieu de 12h à 14h30 devant le standard de l’établissement.

*

Les salariés entendent protester contre un plan de retour à l’équilibre financier qui a des incidences sur les conditions de travail. Des services vont disparaître (laboratoires), d’autres voient leur survie mise en question (activité de soins palliatifs) avec des conséquences sur l’emploi.

*

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Greve-au-centre-regional-de-geriatrie_40771-2143109-pere-bre_filDMA.Htm

 

 


Partager cet article
Repost0
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 12:34

*

10 décembre 2012 à 17h47 

*

 

L’intersyndicale de la Banque de France en Bretagne (CFE-CGC, CFTC, CGT, SNABF) s’alarme du nouveau projet de restructuration présenté lors du comité central d’entreprise le 7 décembre dernier par le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer. Ce projet se traduirait selon eux par la suppression d’une centaine d’emplois en Bretagne et la fermeture d’antennes.


Lors d’une précédente restructuration, entre 2003 et 2006, cinq unités avaient été fermées sur les onze que comptait alors la Bretagne. Les syndicats défendent le maintien des missions de la Banque de France sans réduction d’effectifs à un moment où la conjoncture impose de répondre au mieux aux attentes des acteurs économiques et sociaux.


Manifestation nationale le 22 janvier


"Notre forte implication dans le développement économique des territoires et notre rôle dans la lutte contre l’exclusion financière rendent nécessaire notre présence aux plus près des territoires. Ces missions, qu’elles soient rendues aux particuliers ou aux acteurs économiques et sociaux, contribuent au bon fonctionnement de l’économie réelle", soutient l’intersyndicale.


Une manifestation nationale, avec appel à la grève, est annoncée pour le 22 janvier 2013.

*

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/bretagne/bretagne-appel-a-la-greve-a-la-banque-de-france-en-janvier-10-12-2012-1937760.php

*

 Quimper. Selon les syndicats, huit postes menacés à la Banque de France

*

Économie lundi 10 décembre 2012
*

La Banque de France a lancé, au niveau national, un plan de restructuration. À Quimper (Finistère), ce projet contesté par les syndicats entraînerait la suppression de huit postes (sur 19).

*

Une centaine de postes en Bretagne

*

Ce lundi matin, deux responsables syndicaux bretons de la Banque de France ont participé à une assemblée générale du personnel dans les bureaux de la banque, zone de Créac’h Gwen. Une autre initiative doit avoir lieu à Pontivy (Morbihan). Mardi, il est prévu un arrêt de travail au niveau national. En Bretagne, ce serait une centaine de postes, sur 320, qui seraient menacés d’ici 2020 selon les syndicats. Un départ en retraite sur deux ne serait pas remplacé.

*

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Quimper.-Selon-les-syndicats-huit-postes-menaces-a-la-Banque-de-France_40820-2142314------29232-aud_actu.Htm


Partager cet article
Repost0
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 11:53

*

10 décembre 2012

*

Ses deux casquettes lui donnent une double légitimité pour s'exprimer sur le plan social d'Alcatel-Lucent. Ingénieur et élu, André Coënt, appelle à la mobilisation politique et rappelle qu'un poste supprimé «c'est trois emplois perdus».

*
Jeudi, vous étiez parmi les 300 salariés d'Alcatel-Lucent qui ont débrayé pour s'ériger contre la suppression annoncée de 139 emplois à Lannion. C'est le salarié qui manifestait?


Alcatel, j'y suis entré il y a 32 ans. Nous étions en 1980, c'était l'euphorie des télécoms. Avec l'arrivée du numérique, nous changions d'époque. Dix plans sociaux plus tard, je travaille désormais pour Hewlett-Packard (HP), car Alcatel a externalisé sa gestion du parc informatique et des réseaux il y a trois ans. Nous sommes aujourd'hui 175 personnels d'HP à ne travailler qu'exclusivement pour ALF (Alcatel-Lucent France). Et il est évident que les restructurations en cours vont avoir un impact direct sur notre situation. Moins de projets, moins de personnels chez Alcatel, c'est autant moins de travail pour nous qui sommes prestataires. On est inquiets.
*
Vous craignez un effet domino, une onde de choc?


HP est déjà en plein plan social. 27.000 emplois vont être supprimés dans le monde et 550 en France. HP ne va pas se priver pour tailler dans les effectifs. Au-delà de notre situation propre, on peut s'interroger sur l'étendue des répercussions à l'échelle du Trégor. Car ce qui est communément admis sur le plateau, c'est qu'un poste supprimé chez Alcatel, c'est trois emplois de perdus pour le territoire. Notamment auprès des entreprises prestataires (lire ci-dessous les craintes partagées par Pol LePivaingt, délégué CFDT chez AEG Power Solutions).

La «Telecom valley» trégorroise est donc dépendante d'Alcatel-Lucent?


Alcatel-Lucent et France-Telecom sont deux piliers de la vallée. Ces entreprises ont tiré et tirent encore d'autres vers le haut. Elles y ont essaimé leurs technologies. Si Alcatel supprime 139 postes, 500, peut-être 600 emplois vont en pâtir. Et derrière ces emplois, il y a des personnes, des familles. C'est toute une économie que l'on fragilise ou qui disparaît...

Le déclin est-il inéluctable?


Certainement pas! Il faut se battre. Alcatel a multiplié les plans sociaux, externalisé des services, pris le parti de produire dans des pays low-cost... Résultat: la seule variable d'ajustement qui a permis au groupe de gagner en profitabilité, c'est toujours le salarié. On licencie et la bourse repart! Sauf qu'un emploi perdu à Lannion, c'est un emploi créé à Shanghai. Les vases sont communicants entre le Vieux continent et l'Asie. Idem avec les États-Unis. À nous d'afficher une volonté politique pour protéger nos technologies, nos savoir-faire, face à une mondialisation qui nous est défavorable.

C'est-à-dire?


Les États-Unis, la Chine mettent des contraintes. Ils font du protectionnisme. On ne peut pas rester sans rien faire. D'autant que se profile un enjeu de taille avec la technologie 4G: si on n'investit pas, on va être en retard et ce sera terrible. Pareil pour la fibre optique (permettant des connexions internet à très haut-débit, NDLR). Devra-t-on se résoudre à ce que ce soit Huawei (géant des télécoms chinois, NDLR) ou les Américains qui nous l'installent sur nos territoires? À l'échelle du département et de l'Agglo où j'interviens aussi, la bataille de l'emploi est une lutte de tous les jours. Notre députée Corinne Erhel (PS) s'emploie, de son côté, auprès du gouvernement. Il va falloir afficher une très forte volonté politique pour relever le défi. On a des atouts à mettre en valeur dans le Trégor. C'est l'avenir national de toute une filière qui se joue à Lannion.

  • Recueilli par Arnaud Morvan

Inquiétude chez le prestataire AEG

*

Pol Le Pivaingt est délégué CFDT chez AEG Power Solutions (*), ancienne filiale d'Alcatel basée rue de Broglie. Le 29octobre, le jeudi noir où la direction d'Alcatel a détaillé son plan social, le syndicaliste a tenu à apporter son soutien à ses collègues et voisins d'ALF. Son intervention au micro devant environ 400 manifestants a dénoté d'une inquiétude qui gagne l'ensemble du plateau télécom. Voici son allocution.
*
«De tout coeur»
*
«Je vous exprime la solidarité du personnel d'AEG dans votre combat contre le plan que l'on tente de vous imposer. Nous comprenons d'autant mieux vos préoccupations que nous sommes nous-mêmes confrontés à de sérieuses difficultés, que la vente de notre entreprise, la troisième en sept ans, devrait avoir lieu dans les semaines à venir et que nous ne connaissons ni le nom du repreneur, ni sa stratégie, ni les conséquences pour l'emploi. Nous vous souhaitons de tout coeur que votre combat porte ses fruits».
*
* 31M€ de CA, 2,5M€ de pertes en 2011 (Source: société. com)

*

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 11:39

mittal 1

*

10 décembre 2012 à 10h43 

*

Mobilisation ce lundi matin à Basse-Indre, près de Nantes, sur le site de l'usine ArcelorMittal : plusieurs centaines de salariés se sont rassemblés pour protester contre le transfert d'activités du site vers l'usine de Florange. Ils craignent pour l'avenir de leur usine.

*

Les syndicats CGT, FO et CFDT de l'usine ont appelé à une grève d'une journée, ce lundi, indique Le Parisien. Ils entendent protester contre le transfert d'activité vers les hauts fourneaux de Florange en Moselle.

Le site ArcelorMittal de Basse-Indre est spécialisé dans la fabrication d'acier plat pour emballages alimentaires et industriels. Il emploie près de 550 CDI et quelque 150 sous-traitants. 

*

Accord entre le gouvernement et Mittal

*
Le projet de  transférer les activités de laminage et de décapage de Basse-Indre à Florange fait partie de l'accord signé par le Premier ministre et Mittal, lors des discussions sur l'avenir du site de Moselle.

*

"Une grosse inquiétude pour l'avenir"

*
"On l'a amère. On pense que le deal entre le gouvernement et Florange n'est pas de bon augure pour Basse-Indre", confiait Frédéric Gautier, délégué CGT, il y a quelques jours. "Le laminage va disparaître, alors que c'est le coeur de notre métier. Il y a une grosse inquiétude pour l'avenir".

*

Pour le retrait du projet

*
Ce lundi matin, plusieurs centaines de salariés ont répondu à l'appel des syndicats. "Nous allons demander à la direction générale qu'elle retire son projet, qui met non seulement en danger Basse-Indre mais aussi la filière packaging du groupe", explique Lionel Bellotti pour Force Ouvrière.

*

Le risque ? "La fermeture du site de Basse-Indre"

*

 "Ce qui risque d'arriver à long ou moyen terme, c'est la fermeture du site de Basse-Indre", craint  de son côté le maire de la commune d'Indre, Jean-Luc Le Drenn.

*

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/nantes/basse-indre-44-des-salaries-d-arcelormittal-protestent-contre-le-transfert-d-activites-10-12-2012-1937664.php

*

ArcelorMittal. Plus de 500 manifestants au site de Basse-Indre

*

Social lundi 10 décembre 2012
*

Plusieurs centaines de salariés sont rassemblés, ce lundi, devant le site de l’usine ArcelorMittal de Basse-Indre (Loire-Atlantique) pour protester contre le transfert de certaines de leurs activités vers Florange (Moselle).

 

*

Dès 5 h 30 ce matin, les syndicats CGT, FO et CFDT de l’usine ont appelé à une grève d’une journée. Les élus locaux sont à leurs côtés comme le maire d’Indre Jean-Luc Le Drenn. Ou de nombreux habitants venus soutenir la mobilisation. Il est même envisagé une opération ville morte aujourd’hui.


Les abords du site d’Arcelor Mittal sont filtrés par des salariés en grève et la circulation ralentie par ces actions. Un seul mot d’ordre pour Lionel Bellotti (FO)

*

« Nous allons demander à la direction générale qu’elle retire son projet, qui met non seulement en danger Basse-Indre mais aussi la filière packaging du groupe ».

*

Actuellement, l’usine emploie 546 personnes en CDI et 150 sous-traitants, et ce transfert d’activités concernerait 60 personnes qu’il faudra reclasser au sein de l’usine, selon les syndicats.

*

http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-ArcelorMittal.-Plus-de-500-manifestants-au-site-de-Basse-Indre_55257-2142263_actu.Htm

Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg