Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 12:26
arton354
Économie lundi 12 novembre 2012

Les vingt-huit salariés de l’entreprise de travaux publics Seeg de La Motte ont repris leur mouvement de grève ce lundi matin.

 

Depuis vendredi, les grévistes protestent par rapport à des heures supplémentaires « qui n’ont jamais été payées ». De son côté, la direction affirme qu’il s’agit d’un malentendu et que ces fameuses heures supplémentaires sont intégrées au salaire.

 

Depuis 9 h ce matin, une délégation du personnel rencontre la direction. Pendant ce temps, le personnel gréviste attend dans la rue devant l'entreprise « puisque le portail nous a été fermé », déclare un gréviste. Ils attendent l’issue de la réunion.

 

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-La-Motte-les-salaries-de-la-Seeg-toujours-en-greve_40771-2132025-pere-redac--22113-abd_filDMA.Htm

Journée de grève pour les salariés de l'entreprise Seeg - La Motte

samedi 10 novembre 2012
Vendredi matin, aucun camion de l'entreprise de travaux publics Seeg n'a démarré.
Les 28 salariés du site costarmoricain ont déposé un préavis de grève la veille au soir. Pour la toute première fois dans cette société, créée en 1964, à Plouguenast, un conflit social a éclaté.

Et pas question pour eux de se remettre au travail tant qu'ils n'auront pas obtenu satisfaction. « Nous faisons 1 652 heures par an au lieu de 1 607 heures. Cela fait 45 heures supplémentaires depuis le passage aux 35 heures qui n'ont jamais été payées », expliquent ces salariés.


D'après eux, ce n'est qu'à la création du comité d'entreprise il y a deux ans et demi qu'ils ont remarqué cette anomalie. « Après, il y a eu maintes revendications et jamais rien. À force, c'est le ras-le-bol. » Déterminés à rester dans la grande cour de l'entreprise, ils assurent ne pas « faire ça de gaîté de coeur. Le but, c'est d'obtenir un dialogue. On ne demande que l'application de la loi et de nos droits. » Ils demandent que leur soient payées ces 45 heures supplémentaires à compter de maintenant et de façon rétroactive sur cinq ans.


« Je tombe des nues »


Cette situation, le directeur général, Jean Geldreich, ne la comprend pas. « Je tombe des nues », assure-t-il. Selon lui, un gros « malentendu » serait à l'origine du conflit. « Ces 45 heures sont intégrées au salaire. C'est dans les accords nationaux sur la réduction du temps de travail signés par la Fédération nationale des travaux publics. C'est cet accord que nous appliquons, comme l'ensemble de nos confrères. » Il regrette également que « cette revendication n'ait pas fait l'objet d'aucune sollicitation de négociation préalable par les salariés ou leurs représentants, ne respectant pas ainsi les règles de base du dialogue social. »


Les réunions du comité d'entreprise et des délégués du personnel, qui doivent avoir lieu lundi, permettront une rencontre entre le dirigeant et ses salariés. « J'espère que cela permettra de régler un conflit qui n'a pas lieu d'être », ajoute Jean Geldreich.


Gérard Pager, secrétaire général de la Fédération régionale des travaux publics, a confirmé que cet accord « était effectivement valable à l'époque et l'est encore dans des entreprises. »


Mélanie BECOGNEE


Partager cet article
Repost0
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 11:12

ne nous laissons plus traire-184d0

8 novembre 2012 à 13h24 

 

L'activité de la laiterie Novandie de Marcillé-Raoul (Ille-et-Vilaine) était toujours paralysée ce jeudi en raison de l'occupation du site par les salariés inquiets de la restructuration annoncée, a-t-on appris auprès de la direction, alors que les deux dirigeants retenus pendant deux nuits ont pu regagner leur domicile mercredi.


Un comité central d'entreprise était en cours ce jeudi pendant lequel "on va parler du fond", ce qui pourrait permettre de débloquer la situation, a déclaré Olivier Sainte-Beuve, le directeur du site.

 

Deux dirigeants du site ont été retenus pendant deux nuits par les salariés mais ont pu regagner leur domicile mercredi soir, a indiqué M. Sainte-Beuve, l'un de ces deux cadres. "Il n'y a eu aucun problème, tout s'est très bien passé", a-t-il dit.


Sur le site, "l'activité est totalement arrêtée. Le lait en stock est perdu progressivement" pour la consommation humaine, a indiqué M. Saint-Beuve.


Filiale du groupe alimentaire Andros, Novandie veut supprimer 76 emplois sur 168. Le "redimensionnement" du site de Marcillé-Raoul s'inscrit dans le cadre d'une restructuration de Novandie (1.300 salariés), qui comprend également la fermeture d'un site à Rozet-Saint-Albin (Aisne) employant 100 personnes.


La direction de Novandie avait confirmé en juillet vouloir supprimer 176 postes à Rozet-Saint-Albin et Marcillé-Raoul. Le site breton, qui produit des yaourts Mamie Nova et du lait de soja, doit voir sa production ramenée à 15.000 tonnes par an, contre 25.000 actuellement. Elle était de 65.000 tonnes en 2005.


A Marcillé-Raoul, les syndicats réclament notamment que les suppressions de postes s'effectuent par le biais de départs volontaires et de préretraites et s'accompagnent d'une garantie d'emploi jusqu'en 2018 pour les salariés restants.

  • AFP

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/ille-et-vilaine/marcille-raoul-35-les-salaries-de-la-laiterie-novandie-occupent-toujours-le-site-08-11-2012-1900155.php

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 14:48
injures
Social mardi 06 novembre 2012

Le rachat de Manoir industries à Saint-Brieuc par un industriel chinois suscite l’inquiétude de la CGT.

 

Vendredi dernier, le groupe chinois affirmait avoir reçu « un avis favorable de l’ensemble des comités d’entreprises ». La CGT conteste cette version diffusée par le groupe. « Le comité d’entreprise du site de Saint-Brieuc n’a pas émis d’avis sur le projet de cession », indique Jérôme Mallard, secrétaire CGT du comité d’entreprise.


Le syndicat explique ne pas avoir toutes les informations pour se prononcer.  

 

« Les réponses à nos questions ne sont pas satisfaisantes. Nous n’avons pas de garantie sur la pérennité de l’emploi. Le groupe nous dit qu’il n’y aura pas de plan social, mais dans le même temps il ne prévoit aucune embauche en contrat à durée indéterminée ».

 

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Saint-Brieuc.-Le-rachat-de-Manoir-industries-par-les-Chinois-inquiete-la-CGT_40825-2130029------22278-aud_actu.Htm

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 14:39
sauvon-sles-emplois.jpg
Social mercredi 07 novembre 2012

C’est une journée sous tension que vivent aujourd’hui les salariés et la direction des abattoirs Le Clézio-TDI à Saint-Caradec.

 

Le tribunal de commerce de Saint-Brieuc doit décider cet après-midi de la reconduction ou non du plan de sauvegarde mis en place depuis six mois. En grande difficulté, l’usine a été placée en procédure de sauvegarde depuis le 23 mais 2012.


« Il faudra décider vite »


Hasard du calendrier, le vice-président de la Région en charge de l’agriculture et de l’agroalimentaire Michel Morin a visité les abattoirs ce mercredi matin. Il était accompagné de Martin Gutton, directeur régional du Draf (Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt). « Cela nous donne des éléments qui permettent de distinguer cet abattoir. L’idée est de nous permettre de le défendre, de le promotionner… Nous avons engagé un travail que nous allons poursuivre si le tribunal opte pour la prolongation et nous laisse plus de temps serein. À l’inverse, si la décision est différente, il faudra décider vite et rapidement se réunir avec le préfet de région », a indiqué l’élu de la Région.


250 salariés


Lors de cette visite, effectuée par Jean-Marc Venault, le directeur industriel des deux sites, ils ont pu constater de la modernité des infrastructures. Elles sont parmi les plus performantes de France. Au total, près de 250 personnes travaillent au sein de Le Clézio et de Trévé dinde industrie (TDI). Et si « le volume de production traité à date est pour le moment correct, le souci est pour 2013 car l’un de nous clients en Loire-Atlantique va rapatrier l’abattage », d’après Jean-Luc Ménard, président de TDI et directeur général de Le Clézio. C’est 25 % de la production qui s’envole.


Pour le comité d’entreprise, il est clair que « les salariés sont dans l’attente car ils ont peur de perdre leur emploi, mais ils sont aussi désabusés. » Pour eux, « il faudrait faire bouger le groupe Even [N.D.L.R. ils possèdent 100 % de Le Clézio et 50 % de TDI] qui s’investit beaucoup dans le lait. Ici on se sent un peu abandonnés. »

 

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Saint-Caradec.-Le-sort-des-abattoirs-Le-Clezio-entre-les-mains-du-tribunal-de-commerce_40771-2130410-pere-bre_filDMA.Htm


Partager cet article
Repost0
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 14:35

ne nous laissons plus traire-184d0

Social mercredi 07 novembre 2012

Depuis lundi, la majeure partie des 168 salariés de la laiterie Novandie (groupe Andros) sont en grève illimitée.

 

Ils protestent contre les 76 suppressions de postes envisagées pour leur site de production, ainsi que l’a prévu un plan social annoncé au printemps par la direction.

 

Le directeur retenu sur place par les salariés

 

Deux cadres (le directeur du site, Olivier Sainte-Beuve ; le directeur des ressources humaines du groupe, Yann Lapeyronnie) sont retenus depuis le début de la semaine à l’intérieur de l’entreprise, occupée 24h/24 par les salariés. Ils ont passé les deux dernières nuits sur place, mais ont bon espoir de retrouver leur domicile ce mercredi soir. Aucune violence n’a été constatée par la gendarmerie.

 

« Nous venons d’obtenir l’ouverture de négociations, notamment concernant les conditions de départ volontaire et les primes incitatives »,

 

a précisé ce midi David Morel, secrétaire de l’Union locale CFDT. Une réunion doit se tenir sur place, cet après-midi, afin d’aborder les autres sujets des négociations, dont le maintien de l’emploi à Marcillé-Raoul jusqu’en 2018.

 

La production à l’arrêt

 

Les salariés ont décidé de rester en grève le temps des négociations. Ils se relaient à tour de rôle sur le parking de l’entreprise. Ce midi, ils sont une soixantaine mobilisés. La production de yaourts, notamment pour la marque Mamie Nova, est donc à l’arrêt.

 

Par ailleurs, le comité central d’entreprise doit se tenir ce jeudi matin, à Maromme, près de Rouen, au siège du groupe. Mais les grévistes espèrent que la direction fera le déplacement jusqu’à Marcillé-Raoul pour « rencontrer directement les salariés concernés ».

 

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Laiterie-Novandie-Marcille-Raoul-les-grevistes-toujours-mobilises_40771-2130418-pere-bre_filDMA.Htm

Partager cet article
Repost0
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 09:33

injures

1 novembre 2012 -

 

L'intersyndicale CFDT-FO-CGT a quitté le comité technique paritaire, hier, demandant que soient inscrites à l'ordre du jour la revalorisation du régime indemnitaire, la revalorisation du ticket restaurant, le rattrapage salarial des assistants familiaux.

 

L'intersyndicale demandait aussi un point sur le parc des véhicules de service et leur attribution... «Ils n'ont pas voulu mettre toutes ces questions à l'ordre du jour. C'est un refus de négociation». Les agents refusent la «politique du fait accompli» et ont l'impression le CTP n'est qu'une «chambre d'enregistrement».

 

Les syndicats, qui avaient déjà réagi en juillet, dénoncent les conditions de travail dégradées: «En bout de chaîne, c'est le service public qui en pâtit». Pour le conseil général, «l'ordre du jour avait été fixé après consultation des représentants du personnel» et «un point complet dédié aux dépenses de personnel» était prévu.

 

«Le projet présenté lors de ce CTP prévoyait une augmentation de dépenses de personnel de 1,2% en 2013, un effort particulièrement important dans le contexte général quand l'État, de son côté, va geler cette année celle de ses propres agents».

 

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/morbihan/conseil-general-les-syndicats-prets-a-se-mobiliser-01-11-2012-1892263.php

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 11:19

arton354

30 octobre 2012 à 17h40Envoyer l'article à un ami

 

 

Sabena Technics, à laquelle on doit notamment l’aménagement de l’Airbus de l’Elysée, envisage la suppression de 149 emplois.

 

La décision a été annoncée ce matin à l’ensemble du personnel au cours d’une réunion qui s’est tenue sur le site aéroportuaire de Dinard-Pleurtuit.


Pour compenser les pertes enregistrées dans un secteur de son entreprise, Sabena technics DNR envisage, dès le premier trimestre 2013, de fermer une partie de son activité tournée vers la maintenance d’avions civils.
La suppression de poste pourrait toucher 149 emplois sur les 490 de la société, tous basés sur le pôle de l’aéroport de Dinard-Pleurtuit.


Fondé en 1968, Sabena Technics est un acteur indépendant de premier plan dans le secteur de la maintenance aéronautique. Aujourd’hui, le groupe opère sous les marques Sabena Technics, Barfield et Sabena Technics training, et bénéficie d'une joint venture spécialisée en maintenance d'équipements hydrauliques, "Hydrep".


Le groupe emploie plus de 3.000 personnes dans 15 sites à travers le monde, dont Bordeaux, Bruxelles, Dinard, Marseille, Miami, Monastir, Nîmes et Papeete.


Pour limiter le nombre de licenciements sur le site dinardais, la société souhaite favoriser les reclassements internes et le volontariat. Pour les licenciements qui ne pourraient être évités, un ensemble de mesures destinées à favoriser le retour à l’emploi et particulièrement pour les salariés âgés de plus de 50 ans vont être mis en place.

  • Patrick Chevalier

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/ille-et-vilaine/dinard-35-sabena-technics-annonce-la-suppression-de-149-emplois-30-10-2012-1890858.php

 

 

http://www.ouest-france.fr/region/bretagne_detail_-Dinard.-Sabena-technics-envisage-la-suppression-de-149-emplois_40828-2128109_actu.Htm

 

 

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 12:02

27 octobre 2012 à 10h48 

 

Un débrayage aura lieu sur le site de Lannion mercredi à 10h, pendant la tenue du comité d'établissement.


Les délégués syndicaux d'Alcatel-Lucent ont été reçus hier soir par la députée, Corinne Erhel. Les représentants CFDT, CGT et CFE-CGC ont pu, au-delà des quatre pistes d'actions déjà évoquées par l'élue parlementaire pour sauver la filière numérique, insister sur l'urgence de la situation et la nécessité de contrer, très vite, le plan de 1.430 suppressions d'emplois annoncé par le groupe, en France. «Lannion est plus fragile que Paris et l'on sait que le site peut être touché sur tous ses métiers: activités support mais aussi R & D et pôle formation», rappellent les élus syndicaux. Pour qui il faut «rester mobilisé», au niveau national, sans attendre que les chiffres site par site tombent.

Débrayage mercredi

Un débrayage aura lieu sur le site de Lannion mercredi à 10h, pendant la tenue du comité d'établissement. «Un rassemblement de toute la filière télécoms, avec les collègues d'Orange, SFR, Bouygues également touchés par des plans sociaux, est envisagé pour le 13 novembre», annonce par ailleurs Hervé Lassalle, délégué central CFDT au niveau national.

 

Une action forte est aussi à prévoir fin novembre, le jour du comité central d'entreprise Alcatel-Lucent France, durant lequel les mauvaises nouvelles pourraient prendre une tournure plus précise. «L'inquiétude est très forte, les salariés s'interrogent désormais quant à la pérennité du groupe. On a l'impression que la branche Alcatel est aujourd'hui dans la même situation catastrophique que l'était l'américain Lucent, avant la fusion. Sauf que les rôles sont inversés. Aujourd'hui, le groupe se tourne vers les clients américains, bons payeurs, et c'est l'Europe, orientée vers les marchés moins lucratifs d'Afrique et du Moyen-Orient, qui morfle.»

  • V.C-R.

http://www.letelegramme.com/local/cotes-d-armor/lannion-paimpol/ville/alcatel-lucent-les-syndicats-lannionnais-decretent-l-etat-d-urgence-27-10-2012-1886682.php

 

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 09:57

21 octobre 2012 à 17h33 

 

 

Ils étaient environ 150 manifestants rassemblés à partir de 9 heures devant le magasin Carrefour Market ce dimanche. Elus, commerçants, organisations syndicales et quelques sympathisants au mouvement avaient fait le déplacement pour marquer leur mécontentement face à l'ouverture de Carrefour market le dimanche matin.

Loïc Cauret, le maire de Lamballe, était également sur place. Pour lui, il s'agit de défendre les petits commerces de la commune.


Olivier Depagne, directeur de Carrefour Market, est arrivé en février pour développer son activité.

  • Armelle Thébault

http://www.letelegramme.com/local/cotes-d-armor/rostrenen-loudeac/lamballe/lamballe/lamballe-manifestation-contre-l-ouverture-le-dimanche-de-carrefour-market-21-10-2012-1879933.php

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 10:26

 

Économie vendredi 19 octobre 2012

Une assemblée générale organisée par les syndicats a réuni plusieurs centaines de personnes cet après-midi dans les locaux d’Alcatel-Lucent, à Lannion.

 

Après l’annonce, hier, du groupe Alcatel-Lucent de supprimer 5 490 emplois dans le monde, dont 1 430 en France, les syndicats ont informé les salariés lannionnais du nombre d’emplois sur la sellette dans chaque service des différentes branches.

 

Ces informations avaient été données ce matin en comité central d’entreprise qui s’est tenu à Paris. Ces chiffres ne permettent cependant pas encore de donner le nombre d’emplois supprimés sur chaque site. Ces données ne seront peut-être annoncées que fin novembre lors du lancement de la procédure de ce plan de suppressions d’emplois.

 

« Les précisions du plan donné au comité central de ce matin ne permettent pas de savoir dans quelles proportions les sites sont touchés. Pour Alcatel-Lucent France, il y a par exemple dix fonctions, qu’on retrouve dans plusieurs sites. Nous sommes aussi en réorganisation interne, cela rend d’autant plus compliqué l’appréciation des chiffres », explique Bernard Trémulot, délégué CFDT d’Alcatel-Lucent à Lannion.

 

http://www.ouest-france.fr/region/bretagne_detail_-Alcatel-Lucent-les-syndicats-mobilisent-sans-connaitre-l-impact-sur-chaque-site_40805-2124530_actu.Htm

 

Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg