Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 08:36

Drire-2008-industries-Seveso.png

Faits divers dimanche 20 novembre 2011

À la suite de l’explosion survenue samedi soir à l’usine Guerbet, les riverains ont décidé de manifester devant les grilles du site fabriquant des produits destinés à l’imagerie médicale en début d’après-midi. Ils s’inquiètent des dispositifs de sécurité mis en place lors d’incidents dans cette usine classée « Seveso seuil haut ».

 

http://www.ouest-france.fr/region/bretagne_detail_-Les-riverains-vont-manifester-devant-l-usine-Guerbet-a-Lanester_40811-2013125_actu.Htm

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 11:18


Partager cet article
Repost0
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 10:50
Partager cet article
Repost0
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 11:56
le-projet-de-notre-dame-des-landes-suscite-une-vive-opposit

PAR NOLWENN WEILER (10 NOVEMBRE 2011)


Prévu depuis quarante ans, l’aéroport de Notre-dame-des-Landes est sujet à controverse, voire à conflits. Commandée par un collectif d’élus locaux, une étude économique indépendante apporte de l’eau au moulin des opposants, dont la manifestation « tracto-vélos » arrivera à Paris ce 12 novembre. Évaluant tous les impacts du projet et les exprimant en termes monétaires, elle met en évidence un coût pour la collectivité largement supérieur aux bénéfices que l’on peut attendre.


    « Si on sait compter, on ne peut qu’être opposé à cet aéroport », résume un chef d’entreprise de la région nantaise qui a rejoint il y a peu le vaste mouvement d’opposition à la construction du nouvel aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Pas écolo pour un sou, et habitué des déplacements en avion, il s’insurge contre« le gaspillage des deniers publics ». Situé à 17 km au nord-ouest de Nantes et à 80 km de Rennes, le nouvel aéroport du Grand Ouest défraie la chronique locale depuis quarante ans. Dès les années 1960, la France projette de développer des « métropoles d’équilibre ». Pour que rayonnent en Europe, et dans le monde, d’autres villes que Paris. L’ensemble Nantes/Saint-Nazaire est retenu. Et on promet de lui accoler un aéroport à la hauteur de ses ambitions.

     

    Le site de Notre-Dame-des-Landes est identifié en 1968. Mis en cause dès le départ par un collectif d’agriculteurs, le projet est placé en stand-by après la crise pétrolière des années 1970. Ressorti des cartons dans les années 2000, sous le gouvernement Jospin, le projet redevient d’actualité. En 2003, le gouvernement Raffarin donne son accord au lancement des études et enquêtes en vue de la procédure de déclaration d’utilité publique. C’est chose faite en février 2008. Deux ans plus tard, l’État confie au groupe de BTP Vinci la construction et la gestion (pour cinquante-cinq ans) de ce futur aéroport à vocation internationale, présenté comme le premier aéroport écolo...

     

    Les faux chiffres de l’enquête d’utilité publique


    Mais une étude économique toute récente, réalisée par des experts indépendants du cabinet néérlandais CE Delf, relève de graves erreurs dans l’analyse globale des coûts de l’aéroport et des bénéfices qu’il est censé engendré. Alors que plusieurs centaines de millions d’euros de bénéfices sont annoncés, cette étude, commandée par une association d’élus locaux [1], chiffre son coût pour la collectivité à 600 millions d’euros. Comment ? Jasper Faber, coauteur de l’étude, explique que le ratio coûts/bénéfices, tel qu’il a été calculé en 2006 pour justifier son utilité publique, a notamment été gonflé dans l’évaluation du gain de temps que permet le nouvel aéroport (converti en euros en fonction du nombre d’heures de transport épargnées par passager). Alors que le montant maximum recommandé par le Comité directeur des transports s’élève à 20 euros par heure de transport « économisée », celui mentionné dans l’enquête publique était de 98 euros ! « Si on prend la bonne mesure, le bénéfice est amoindri », évalue simplement Jasper Faber. C’est le moins que l’on puisse dire… Le nombre de millions d’euros gagnés passant de 911 à 317 millions, soit presque trois fois moins !

     

    Autres oublis : les pertes de terres agricoles représentent, selon l’expertise, 26 millions d’euros. Elles ne sont pas mentionnées dans l’enquête de 2006. Pas plus que le coût de construction du train desservant l’aéroport, qui s’élèverait à 70 millions d’euros. Quant aux dépassements de coûts inhérents à la construction de telles infrastructures, ils s’élèveraient, si l’on prend le taux moyen de 40 %, à 757 millions d’euros, contre 304 millions programmés dans l’étude de 2006. Soit un différentiel de 453 millions.

     

    Optimiser l’aéroport existant


    Nouvelle omission de l’enquête publique de 2006, c’est le chiffrage de l’optimisation de Nantes Atlantique (NA), l’aéroport actuellement en service. Les lois Grenelle imposent pourtant qu’une étude des options alternatives soit menée quand des projets ont un impact sur l’environnement. Or le site retenu à Notre-Dame-des-Landes a une haute valeur écologique, avec une biodiversité riche et unique. Mais la notion de transfert d’activité aéroportuaire (et non de création) de Nantes Atlantique vers Notre-Dame-des-Landes permet de passer outre ces recommandations. Qui invitaient aussi au gel de toute nouvelle structure aéroportuaire.

     

    Mais à l’heure où un premier plan d’austérité vient d’être annoncé par le Premier ministre, l’évaluation de l’optimisation de Nantes Atlantique mérite que l’on s’y arrête. Le bénéfice escompté serait, selon le cabinet CE Delf, de 100 millions d’euros. « En 2006, on part du principe que Nantes Atlantique sera saturé en 2019, détaille Jasper Faber. Or, on sait que le nombre de passagers envisagés est trop optimiste. » Le syndicat mixte d’études de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (au sein duquel on retrouve Vinci et des élus locaux) met en avant« une croissance du trafic passagers de + 5,5 % par an depuis vingt ans » à Nantes Atlantique et affirme qu’avec « bientôt 3 millions de voyageurs par an », la structure sera bientôt saturée.

     

    « Une analyse des données de trafic des aéroports européens montre que le nombre de passagers par vol à Nantes Atlantique est assez faible pour un aéroport de cette taille », reprend l’expert de CE Delf. Et l’étude rappelle que l’éventuelle croissance de la demande peut être satisfaite au moins en partie par l’augmentation du nombre moyen de passagers par avion, en utilisant des avions plus gros. Ajoutons que les crises financières peuvent faire chuter les rythmes de croissance du trafic aérien. À la suite de celle qui avait secoué la planète à l’automne 2008, le trafic avait enregistré, au niveau international, un repli de 3,5 %. En Europe, ce repli avait été de plus de 5 %.

     

    Vers un divorce ente les Verts et le PS ?


    La conclusion de Ce Delf semble sans appel : « L’optimisation de Nantes Atlantique apparaît plus génératrice de richesses pour la France que la construction d’un nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes ». Avec d’autres élus, et notamment le tout nouveau sénateur EELV Ronan Dantec, le maire sans étiquette de Notre-Dame-des-Landes Jean-Paul Naud déclare qu’il « faut abroger la déclaration d’utilité publique ». Le PS local s’étonne, voire s’insurge, de cette demande, que les membres d’EELV se sont bien gardés de mentionner lors des accords qui ont permis à Ronan Dantec d’être élu aux dernières sénatoriales. Cette pomme de discorde peut-elle faire capoter les accords entre écologistes et socialistes en vue des élections de 2012 ? Pour l’instant, les crispations semblent se concentrer sur l’EPR, le nouveau réacteur en construction à Flamanville, que le PS n’entend pas abandonner.

     

    En juillet 2011, François Hollande, interviewé par Le Monde, estimait cependant que « personne n’imagine en France que l’alternance puisse risquer de ne pas se faire à cause d’un aéroport ». Mais en mars, Cécile Duflot avait assuré que« l’accord de 2012 avec le PS, s’ils ne lâchent pas sur Notre-Dame-des-Landes, ce sera non ». Et en juillet dernier, la candidate Eva Joly exigeait à nouveau l’abandon de l’aéroport. Au sein du PS, les avis divergent. Jean-Marc Ayrault, député maire de Nantes et proche de François Hollande, affirme que ce projet d’aéroport est « acquis et acté ». Tandis que Ségolène Royal demande une réouverture de l’enquête publique. L’introduction de faits nouveaux, telle l’étude de Ce Delf, pourraient appuyer une demande d’abrogation de la déclaration d’utilité publique. Mais pour le moment, rien n’est joué. L’automne des négociations politiques s’annonce chargé à gauche.

    Nolwenn Weiler

    Notes

    [1] L’association des élus doutant de la pertinence de l’aéroport (Cédpa).

    Partager cet article
    Repost0
    9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 11:24
    affiche tractovelo 20111 T1
    Aménagement du territoiremercredi 09 novembre 2011
    Partager cet article
    Repost0
    8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 10:34

    Affiche vivienda

     

     

     

    Pour la première fois, les sans logis mobilisés, les associations, les salariés de l’urgence sociale, les syndicats, collectifs locaux et institutions nationales se rassemblent pour faire entendre leur colère face au mépris du gouvernement pour les lois qui protègent les plus fragiles.


    On compte aujourd’hui plus de 8 millions de personnes sous le seuil de pauvreté, le contexte de crise économique accroît le nombre de ménages en difficulté, les prix de l’immobilier n’ont jamais été aussi élevés. Et, alors que 84% des Français jugent insuffisante l’action des responsables politiques en matière de logement, le gouvernement communique sur sa politique du «logement d’abord» sans se donner les moyens de la mettre en oeuvre.


     Aussi aujourd’hui, près de 700 000 personnes sont privées de domicile personnel, les lois en matière de droit et d’accès au logement (DALO, SRU...) ne sont pas respectées, et le secteur de l’hébergement d’urgence et d’insertion est délaissé, au mépris des individus et du code d’action sociale qui affirme pourtant le droit à l’accueil inconditionnel pour toute personne qui en exprime le besoin.

    Face à cette situation inhumaine pour tant d’hommes, de femmes et d’enfants, et en réponse au cynisme du gouvernement qui refuse de considérer la gravité et l’urgence de la situation, nous vous appelons à vous mobiliser pour l'action nationale des 24 h pour le Logement



    JEUDI 10 NOVEMBRE À PARTIR DE 17H30

    Sans drapeau mais avec T- shirt blanc ou pancarte " urgence un toit pour tous"

    place Aristide Briand à Lorient



    afin de faire entendre ensemble notre colère et les revendications suivantes :



    - La mise en oeuvre du droit à l’accueil inconditionnel de toute personne sans-abri, toute l’année et avec des moyens adaptés aux besoins, jusqu’au relogement.

    - La garantie d’un accompagnement social global proposé aux personnes qui en ont besoin, et la participation des personnes mal logées à l’élaboration des politiques qui les concernent.

    - Un moratoire sur les expulsions et la prévention de toutes les formes d’exclusion

    - L’application de la loi DALO, et un plan d’urgence pour le relogement rapide des prioritaires DALO, des sans logis en campement de mobilisation, en habitat de fortune, ou à la rue

    - La mobilisation des logements et locaux vides

    - Contre le logement cher : une vraie régulation des loyers, de l’immobilier et du foncier pour rendre le logement accessible à tous, la réalisation massive de logements sociaux et l’abandon des mesures qui fragilisent la vocation sociale des HLM.


    Appel national relayé à Lorient par le collectif 56 "Urgence : un Toit pour tous"

    citoyen/nes indigné/es et solidaires


    ASCEAP, Casi, CCFD56-Terre solidaire, CELEM, CIMADE, Crisla, DAL 56, FCPE, Mouvement De La Paix, RESF,

    UdCGT, SUD étudiants , Union syndicale Solidaires. EELV, Fedeanar56, Gauche Unitaire, NPA, Parti de Gauche, PCF, UDB.

     contact56@untoitpourtous.net

    http://untoitpourtous.net/

    Partager cet article
    Repost0
    8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 09:45
    injureslundi 07 novembre 2011
     Les grutiers et personnels de maintenance du port de commerce de Lorient bloquent l’entrée du port depuis ce lundi matin.
    Partager cet article
    Repost0
    6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 09:30
    arton354
    samedi 05 novembre 2011

    Avec le personnel de maintenance, ils ont durci leur mouvement social, hier matin. L'accès a été barré par un piquet de grève jusqu'à 17 h. Le blocage pourrait reprendre lundi.

    Il y a des chipolatas, des canettes de bière et des chips. Mais ce n'est pas tout à fait un barbecue entre amis. Hier matin, les grutiers et le personnel de maintenance ont amené de quoi tenir un piquet de grève devant l'entrée du port de commerce.

     

    Le brasier, où il ne fait pas bon tendre une merguez, crache une fumée noire s'exhalant des palettes et des pneus en flamme. À côté ont été entreposées une cuve et de lourdes pièces de métal. Pour les poids lourds bloqués derrière, côté port, aucun espoir de passer. Seuls quelques camions frigorifiques ont été « libérés » en début d'après-midi.


    Prime de départ en retraite


    Avec ce blocage, le mouvement social du personnel de maintenance monte d'un cran. À une date qui ne doit rien au hasard : lundi prochain se tiendra un conseil portuaire, où les grévistes comptent voir évoquer leurs revendications.


    « Il n'y a toujours pas d'avancée sociale sur la majoration de notre prime de départ en retraite, pour tenir compte de la pénibilité de notre travail », s'impatiente Yann Migliore, délégué du personnel CGT (seul syndicat implanté). « On a tous le dos cassé, on ne vivra pas beaucoup d'années de notre retraite en bonne santé ! », appuie Christian Delaroche, son suppléant.


    Ces professionnels aimeraient profiter de conditions aussi favorables que les accords « amiante » dont ont bénéficié leurs prédécesseurs. La prime de départ doit leur assurer des revenus corrects entre la période où ils quittent l'entreprise et le moment où ils toucheront leur véritable pension, soit environ trois ans.


    Pression de la Région


    Le blocage a été levé vers 17 h. Il aura toutefois empêché le déchargement d'un bateau abritant 7 200 tonnes de ciment. Contacté par Ouest-France, le directeur de la Chambre de commerce et d'industrie, qui gère le port, n'a pas souhaité commenter le mouvement social. Il s'exprimera à l'issue du conseil portuaire, qui se tient lundi.


    Du côté de la Région, propriétaire du port, on est pressé de voir le conflit se conclure : son vice-président, Gérard Lahellec, a rappelé sa « totale disponibilité pour engager un processus de négociation, en visant le double objectif de l'efficacité économique et de l'exemplarité sociale pour l'ensemble de ses ports ». 30 millions d'euros ont été investis récemment pour moderniser le site lorientais.


    Les grévistes maintiendront, eux aussi, la pression sur la direction, lundi. À leur façon : un nouveau blocage est prévu. Ils pourraient bien rallumer leur brasier pour être sûrs de ne pas se faire enfumer.

     

    Laurent NEVEU.
    Grutiers et techniciens bloquent le port de commerce de Lorient
    Les grutiers et le personnel de maintenance du port de commerce de Lorient bloquent l’accès au site depuis ce matin. Ils ont durci leur mouvement social entamé le 10 octobre pour réclamer une majoration de leur prime de départ en retraite, dans le cadre de la pénibilité. Une quarantaine de grévistes ont déposé une cuve et de lourdes pièces de métal devant l’entrée, où ils ont également allumé un brasier alimenté en palettes et en pneus. Le blocage devrait être levé vers 17 h mais pourrait reprendre dès lundi matin.
    Partager cet article
    Repost0
    6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 09:23
    sanglier
    Agriculturevendredi 04 novembre 2011

     

    Dans une lettre ouverte adressée aux agriculteurs, Jacques Jaouen, le président de la Chambre d’agriculture du Finistère et de la Chambre régionale, et d’autres responsables agricoles s’en prennent aux projets de lutte contre les algues vertes dans les cinq bassins versants finistériens en contentieux avec l’Europe.


    Ils estiment que les objectifs de réduction des flux d’azote « n’intègrent pas l’impératif de maintien de l’activité agricole et sont inatteignables dans les délais impartis.


    Ces projets cèdent trop souvent à la facilité en adoptant des mesures dogmatiques relevant avant tout « du politiquement correct »… Nous refusons de nous engager dans ces projets, tels qu’ils nous sont présentés actuellement ».


    http://www.ouest-france.fr/region/bretagne_detail_-Plan-algues-vertes-le-refus-des-paysans-finisteriens_8619-2007835_actu.Htm

    Partager cet article
    Repost0
    31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 09:33
    images (1)
    Agriculturevendredi 28 octobre 2011

    La commission européenne a adressé un « avis motivé » à la France dans lequel elle l’enjoint de renforcer ses mesures de lutte contre la pollution des eaux par les nitrates.


    C’est la dernière étape avant la saisine de la cour de justice européenne pour infraction à la réglementation. Bruxelles estime que la France n’a pas désigné toutes les zones qui sont vulnérables, de sorte qu’un grand nombre d’entre elles ne font toujours pas l’objet de programmes d’action.

     

     « L’avis de la commission intervient au moment même ou les ministères de l’agriculture et de l’écologie soumettent à consultation publique un projet d’arrêté qui affaiblirait la prévention de ces pollutions, note l’association Eaux et Rivières de Bretagne. Une fois de plus la France fait preuve de très mauvaise volonté pour se conformer au droit européen en matière d’environnement ».


    http://www.ouest-france.fr/region/bretagne_detail_-Nitrates-l-Europe-tacle-une-fois-de-plus-la-France_8619-2005698_actu.Htm

     

    Lire l'avis de la commission et le communiqué d'Eaux & Rivières

     

    http://www.eau-et-rivieres.asso.fr/media/user/File/Archives/2011Actu43_avis_motive_CEE_Nitrate.pdf

     

    http://www.eau-et-rivieres.asso.fr/media/user/File/communique/Actu43_Nitrates_leurope_tacle_laFrance.pdf

    Partager cet article
    Repost0

    Contactez le NPA du Finistère

     

    faou

     

    UNE-190.JPG

     

    cgt-gg.jpg

     

    affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

     

    encart npa taille normale

     

     

    nukleel-nam-bo-ket.jpg

    accueil
    *

    Brest

    06 42 22 96 37

    brest.npa@gmail.com

     

    Quimper

    06 59 71 42 21

    quimper.npa@gmail.com
     

    Le blog sur les

    questions maritimes

    L'autre grenelle de la mer

     

    Le blog de solidarité avec

    les camarades arabes

    Revolution arabe 

     

    fermoez-fesse.jpg

    Recherche

    Actions !

    Pour plus de détails voir les liens: 

     

    diapo prisonnier palestine

    Soirée prisonniers palestiniens

    AFPS Brest

    mardi 16 avril

    20H30

    Maison des syndicats

     

    sortir-copie-1.jpg


    manifestants-hopital-SUD-copie-1


    Quimper Gourmelen

    Rassemblement

    vendredi 19 avril

    8 h 45


    foto2-205-ebf3f

     

    Fermez Cofrents

    (pays Valencian)

     

     

    laniion.jpg

      Concert à Lannion

     

    no nuk

     

    Dimanche 28 avril

    Brennilis

    anti-r-1-r-copie-1.jpg

     


    robertbelle5mai13DZ

     

     

    Mardi 7 mai

     Yves-Marie Le Lay,

    Président de

    Sauvegarde du Trégor

      Douarnenez

    Librairie l'Ivraie à 20h00

     

    nddk.jpg

     

    yy.jpg

     

    st nnonon

     

    grece.jpg