Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 juillet 2011 1 18 /07 /juillet /2011 09:42

diapo fne3

dimanche 17 juillet 2011
Claude Lesné : « Je déconseille de traverser les rouleaux d'algues vertes ».
Favorisées par la chaleur, les algues vertes prolifèrent. Cent neuf sites d'échouages ont été identifiés en Bretagne. Normandie et côte atlantique ne sont pas épargnées. Le chercheur Claude Lesné fait le point.
Entretien

Claude Lesné, 65 ans. Médecin, spécialiste des polluants aériens. A longtemps travaillé dans l'Unité de prévention des risques chimiques au CNRS. Rattaché au Département de Santé publique de l'Université de Rennes.

 

Depuis quand connaît-on les dangers de l'hydrogène sulfuré ?


Pour nous scientifiques, c'était tellement une vieille lune qu'à la limite on ne s'en occupait plus. Dès 1700, le chirurgien italien Bernardino Ramazzini en a décrit les effets dans un ouvrage considéré comme le premier manuel de médecine du travail. Il évoquait le cas de vidangeurs de fosses septiques devenant aveugles. Or, l'un des signes d'alerte chez les ramasseurs d'algues, ce sont des atteintes de la muqueuse oculaire.

 

Comment se forme ce gaz dont vous dites qu'il est un « toxique redoutable » ?


Il est produit naturellement lors de tous les processus de décomposition de matières organiques soufrées. C'est un gaz très courant dont l'odeur caractéristique est celle d'oeuf pourri.

 

Pourquoi est-il si menaçant ?


Plus lourd que l'air, il stagne près du sol et s'accumule dans les espaces confinés. Son inhalation provoque des intoxications aiguës qui sont mortelles à fortes concentrations. Le gaz arrive tout de suite dans le cerveau. Le centre de la respiration s'arrête immédiatement.

 

C'est ce qu'il s'est produit en 2009 lorsqu'un transporteur d'algues est décédé ?


Ce monsieur est bien mort à Binic d'une intoxication due aux algues. Depuis qu'on l'a dénoncé, personne ne s'est hasardé à nous apporter une autre explication. La plainte contre X déposée par la famille de Thierry Morfoisse, la victime, vient d'ailleurs d'être enregistrée au pôle Santé publique du Tribunal de grande instance de Paris.

 

Plusieurs dizaines de plaintes sont en cours d'instruction. Est-ce un défi juridique ?


J'ai été convoqué au Pôle pour témoigner. J'ai passé quatre heures dans le bureau du juge d'instruction. C'était un peu laborieux. Je ne suis pas optimiste du tout.

 

Quel est le bilan du groupe de travail que vous avez créé en 2009 ?


On l'a mis en place pour qu'il se passe quelque chose. La position des pouvoirs publics, à l'époque, se traduisait dans un communiqué à la teneur redoutable : « Les intoxications à l'hydrogène sulfuré ne sont mortelles qu'à doses létales ». Aujourd'hui, ils ont pris conscience du danger. Le public est informé. Les mesures réalisées à l'endroit où un cheval est mort excédaient des niveaux de 1 000 ppm (particules par million). 100 ppm, aux États-Unis, c'est le niveau où l'on dit que votre vie est en danger ! Pas besoin de doses énormes pour faire un infarctus. C'est mortel à partir de 700/800.

 

Le plan de réduction des nitrates est-il insuffisant ?


Il faut des réductions drastiques. Moi, ce qui me préoccupe c'est qu'il n'y a pas que les nitrates. Dans les effluents d'élevage, il y a plein de polluants. Les Bretons champions en production, champions en pollution. Les compléments alimentaires avec du zinc, par exemple. Ce zinc est importé de Chine et contient des taux énormes de cadmium. Que l'on retrouve à l'embouchure des cours d'eau où sont implantés des élevages de coquillages filtreurs qui concentrent les polluants. Et que nous mangeons !

 

Les éleveurs ont pourtant accepté de participer à une campagne d'analyse des nitrates ?


Je n'ai jamais voulu les stigmatiser. Ce ne sont pas eux qui sont en cause, c'est un système. L'agrobusiness quoi. Les éleveurs ne sont plus que des sous-traitants. À mes conférences, j'ai toujours un petit commando pour l'animation. Je leur rappelle que l'on n'a pas le droit de polluer depuis 1810, date de la loi sur les installations classées.

 

Quel peut être le pire scénario pour cet été ?


Les algues ont besoin de soleil et de nitrates. Il y en aura moins si la sécheresse persiste car elles n'auront plus de nitrates pour se nourrir. S'il pleut trop, un scénario catastrophe est envisageable.

 

Les touristes doivent-ils s'alarmer ?


Touristes ou pas, il reste périlleux de s'approcher des zones d'échouage, de ramassage et de stockage des algues en décomposition. Je déconseille formellement de traverser ces rouleaux d'algues. Et je suis horrifié lorsque je vois des enfants y jouer.

 

Recueilli parPascale MONNIER.
Partager cet article
Repost0
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 11:51
baie-st-brieuc_06-2011.jpg
Baie de Saint-Brieuc - juin 2011
Communiqué de Sauvegarde du Penthièvre
Chers Amis, Chers intégristes,
La lutte contre les atteintes à notre environnement doit se poursuivre durant la période estivale.
La catastrophe écologique mais aussi économique due à la pollution sous toutes ses formes et en particulier celle qui atteint nos côtes maritimes est là pour nous rappeler que les responsables ne sont pas prêts à agir dans l’intérêt général et semblent résignés devant l'ampleur des dégâts.
"De toute façon, nous en avons encore pour des décennies ..." vient de déclarer le Maire de MORIEUX, soucieux d'extraire rapidement la salade verte qui ne cesse de s'étendre sur la plage de de sa commune.
Soyons donc à la hauteur pour faire de cette journée du 23 juillet un moment fort pour marquer l'opinion sur la responsabilité  des élus en la matière.
Rassembler les forces militantes de la région Bretagne, mettre en avant l'ampleur des dégâts, montrer qu'il existe des solutions et faire prendre conscience qu'il n'y a pas de fatalité ! tel doit être notre objectif.
Merci de votre soutien.

Téléchargez l'appel à rassemblement :

L'argent public englouti dans le ramassage des algues vertes! Plages interdites !

Ç A SUFFIT !


Interpellons les élus dont la responsabilité est totale en la matière : il n'y pas de fatalité !
S'agissant de la prolifération des algues vertes, l'Agence Nationale de Sécurité Sanitaire juge que ces algues proviennent principalement des nitrates apportés par les activités humaines , en particulier l'agriculture , et recommande de lutter contre leur prolifération et d'éviter l'exposition du public ! .( www.anses.fr )

 

Alertons l'opinion :


Samedi 23 juillet 2011
à partir de 15 H
GRAND RASSEMBLEMENT
Rendez vous sur l'aire de repos dYffiniac

 

( prendre la sortie GARE D'YFFINIAC à 3 km en sortant de St Brieuc )

 


http://www.sauvegarde-du-penthievre.fr/

tel : 02 96 51 10 08 / 06 81 31 29 00


 

 

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 10:21

 

SIBR_2977049_1_px_501__w_ouestfrance_.jpg Pierre le Ménahès

Les 450 salariés de la fonderie de Bretagne, à Caudan (Morbihan) sont soulagés. Ce vendredi après-midi, en préfecture de Vannes, Gérard Leclercq, le directeur industriel de Renault a confirmé les engagements financiers du groupe automobile pour relancer l’usine.

 

Soit 85 millions d’euros dont 34 millions pour réaliser une nouvelle ligne de production, qui sera opérationnelle en 2014. L’argent servira également à la remise à niveau de l’existant. Objectif : atteindre un niveau de production de 33 000 tonnes de pièces automobile par an, et renouer avec les bénéfices. Car depuis sa reprise en 2009, la fonderie de Bretagne (ex SBFM) perd un million d’euros par mois.

 

Maintien de l’emploi

Autre assurance donnée par Renault : le maintien d’au moins 400 emplois en contrat à durée indéterminée à la fonderie. De leur côté, l’Etat, les collectivités locales, départementales, régionales vont permettre la prolongation du bail précaire pour le foncier.

 

Ce bail arrive à échéance en août prochain. Ils y travaillent en liaison avec l’établissement public foncier régional. Pour les délégués CGT, Pierre Le Ménahès et Hervé Le Bourvellec, « la pérennisation de notre fonderie est acquise. Même si nous avons été pris pour des utopistes, jamais nous n’avons dévié de nos revendications sur l’emploi et l’indispensable modernisation de l’usine. »

 

http://www.ouest-france.fr/region/bretagne_detail_-Le-groupe-Renault-garantit-l-avenir-de-la-fonderie-de-Bretagne-a-Caudan_40811-1874689_actu.Htm

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 13:06

 



 

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 14:14

Bretagne à Grande Vitesse

Introduction

« En instituant la vitesse comme valeur et la maîtrise de la distance comme vertu, les classes dominantes ont structuré l’espace à leur profit... » (Elie/Popelard Vannier, le Monde Diplo).

Il y aurait une quasi unanimité autour du projet de Bretagne à Grande Vitesse paré de toutes les vertus. C'est à ce point caricatural, que tout à leur euphorie, les décideurs n’ont pas même été effleurés par l’idée qu’un débat citoyen pouvait s’instaurer autour d’un projet qui sera pourtant un marqueur fort pour l’avenir régional. Il y aurait l’évidence que ce projet ne pourrait être que progrès partagés par tous, gage d’aménagement du territoire à travers le désenclavement d’une région trop excentrée, de développement économique de fait ; tout cela en respectant au mieux les préoccupations environnementales à travers l’image écologique du train. Vision un peu béate du progrès par la technologie issue du logiciel de pensée typique du 20e siècle, ce qui ne signifie en rien qu’il soit valide pour le 21e.

Les oppositions où interrogations sont demeurées faibles où assez inaudibles. Il y a bien sûr eu les traditionnelles réticences liées aux expropriations et nuisances liées à un tel projet. Souvent légitimes mais parfois mues suivant le seul principe du « not in my backyard », ces expressions là ne recouvrent qu’un champ limité de la problématique. A contrario, certaines voix, en particulier issues de la mouvance écologiste associative ou politique ont examiné le projet sur un spectre plus large, à travers le prisme non seulement environnemental mais aussi sociétal (restructuration probable du territoire et impact social et économique prévisible).

Le TGV, pour quel aménagement du territoire ?

Il y a comme une crispation sur l’objectif de ramener Brest et Quimper à 3 heures... de Paris. Les plus affirmés défenseurs de la très grande vitesse, fusse au prix de l’effacement des territoires intermédiaires sont évidemment les CSP+. Le TGV, même s’il ne peut être taxé de mode de transport élitiste, n’est l’outil courant que d’une minorité ; mais d’une minorité qui compte et sait se faire entendre. La grande majorité de la population n’est que dans une utilisation occasionnelle où le facteur temps pèse moins par rapport au ratio coût /praticité.
Il semble pourtant que le seul compteur temps qui vaille encore dans un pays ultra centralisé comme le nôtre reste celui très contestable de la proximité avec la capitale. On pourrait s’offusquer qu’avec la BGV en 2016, Rennes sera plus prêt de Paris que de Brest et Quimper. Et la question à poser est alors : le TGV outil d’aménagement ou d’accentuation du déséquilibre entre les différents territoires bretons ?

Rennes à 1H27 de Paris pourquoi faire ? Certains géographes ont démontré que la grande métropole est l’expression spatiale de la civilisation capitalistique. Développées au 19e siècle, les grandes villes se sont mises en situation de carrefour. Et aussi que la concentration croissante des activités autour des métropoles de niveau européen se fait au détriment des villes moyennes. Or la Bretagne à cette caractéristique et cette chance de posséder un réseau de villes moyennes sinon réellement attractives, mais du moins offrant un tel maillage sur tout son pourtour que ce réseau a largement contribué à empêcher la désertification de pans entiers de son territoire. Le centre Bretagne plus satellisé ne rentre pas il est vrai pas dans ce schéma.

On voit donc que Rennes veut s’affirmer en métropole à l’échelon européen en occultant un peu au passage qu’elle est avant tout une capitale régionale et donc qu’elle doit aussi se tourner vers l’arrière pays. Pour autant a t’elle les moyens et la taille critique de ses envies ? Probablement non comparativement à Nantes qui n’y suffit à peine. Or si le TGV constitue un outil certains de développement, il ne suffit pas à lui seul à le garantir Il constitue surtout une valeur ajoutée à d’autres potentialités intrinsèques aux cités desservies. Donc ce n’est pas parce que Rennes sera 1h27 de Paris qu’elle deviendra une métropole industrielle et commerciale de niveau européen. Si un tel statut est un objectif, il vaudrait mieux chercher la solution dans le maillage jouant sur les collaborations en vue de complémentarité des grandes villes régionales de proximité (Brest Nantes- Angers..).
Par ailleurs la fuite des cerveaux rennais vers la capitale est aussi possible, de même que dans le mouvement inverse des CSP+ Parisiens choisissent Rennes et ses environs comme banlieue dortoir de qualité, flambée immobilière garantie à la clé.

Pour Brest et Quimper, une carte « anamorphosée » de l’hexagone ferroviaire font apparaître le handicap puisque le point de référence reste encore et toujours Paris, d’où l’obsession des 3heures... mais c’est courir après des chimères que de penser son point de salut dans cette objectif. C’est oublier que le cœur de l’europe est bien plus à droite et s’excentre encore vers la mitteleuropa. Que la LGV Rhin Rhône parfaitement justifié concoure à cette accentuation ; Et c’est occulter que ce cœur est en grande partie irriguée par Anvers où Rotterdam...et que la Bretagne est un avant tout un pays maritime, dans un pays dont l’état n’a aucune politique et ambition dans ce domaine, hormis celui d’annexer le Havre dans le projet du grand Paris ! Et pourtant la mondialisation des échanges, sous la pression de la raréfaction énergétique soutiendra d’évidence le commerce maritime.

PDF - 145.6 ko
Bretagne à Grande Vitesse
http://sudrailbretagne.blogspot.com/
Partager cet article
Repost0
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 14:09

9 juillet 2011 | Auteur: Comité de soutien

 

Mis en examen suite à la plainte d’Edouard Leclerc pour diffamation, Bertrand Gobin doit produire devant le juge les pièces qui viennent à l’appui des témoignages et documents historiques qu’il a lui-même collectés. Des documents qui démontrent que la lumière n’avait pas été faite sur le passé d’Edouard Leclerc pendant l’Occupation.


Or le journaliste est confronté dans ses démarches à des refus systématiques d’accès.


D’une part aux archives des services régionaux de police judiciaire (direction des crimes de guerre) et de la Cour de justice de Quimper. D’autre part au dossier d’Edouard Leclerc constitué par la Grande Chancellerie de la Légion d’honneur avant son inscription au Journal Officiel du 1er janvier 2009 sur la liste du ministère de l’Economie, contre l’avis du préfet Pascal Mailhos.


Le comité de soutien de Bertrand Gobin ne comprend pas que celui-ci soit privé d’un moyen de défense alors même que l’absence de production de ces documents aura nécessairement des conséquences sur l’appréciation de sa bonne foi. Maître Richard Malka, avocat de Bertrand Gobin, a fait part de son incompréhension dans un courrier adressé le 27 juin à Mr Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture : « la décision de transmettre ou pas les archives sollicitées à Monsieur GOBIN ne peut être que politique dans la mesure où, il reviendra, en dernier lieu, au pouvoir politique d’assumer cette décision. »


Sensibles à la liberté d’informer, nous refusons que soient exercées des pressions politiques pour protéger Edouard Leclerc. Pressions qui, au final, risqueraient de se traduire par la condamnation de Bertrand Gobin.


 Pour soutenir Bertrand Gobin

 

http://www.soutienbertrandgobin.com/


 

 

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 14:02

 

 

Social lundi 11 juillet 2011

Sur 147 éclusiers, 80 se sont mis en grève et sont venus manifester à Redon.
Les personnels gérant les écluses de la région Bretagne ont cessé le travail, ce lundi, pour protester contre leurs conditions de travail, qu’ils jugent « exécrables ». Alors que la haute saison vient de débuter et que de nombreux plaisanciers fréquentent les voies d’eau bretonnes, ils estiment également que le nombre de vacataires engagés par le Conseil régional, qui gère les écluses depuis le 1er janvier 2010, n’est pas suffisant. Plus de la moitié des éclusiers de la région se sont mis en grève, et se sont rassemblés à Redon, « carrefour des voies navigables de la région », pour faire entendre leur mécontentement.
Partager cet article
Repost0
10 juillet 2011 7 10 /07 /juillet /2011 10:17

Manifestation 15 ocotbre 2001 0 Rennes

La catastrophe en cours de Fukushima et la contamination planétaire qu’elle entraîne sonnent l’alarme : il est urgent de sortir du nucléaire.


Les collectifs et associations antinucléaires de l’Ouest*, réunis samedi 28 mai, ont décidé de se constituer en Coordination Antinucléaire Ouest et d’appeler les citoyens à manifester massivement à Rennes, le samedi 15 octobre 2011.

Le commerce du plutonium et la technologie EPR hypothèquent l’avenir de la France et de l’humanité. Dans l’Ouest, l’arrêt immédiat du chantier EPR - THT s’impose. La coordination invite d’ores et déjà les élus du peuple à prendre position.

La transition énergétique est inéluctable. Après Tchernobyl et Fukushima, ceux qui s’y opposent seront à coup sûr qualifiés de criminels par les millions de victimes de  l’industrie nucléaire.

 

* De Basse Normandie, Bretagne et Pays de Loire

 

Contacts :
Vincent AUBRY– Collectif Antinucléaire Rennais – 06 64 90 35 71
Alain RIVAT – Stop Nucléaire 56 – 06 67 67 27 74
François PAILLARD – STOP THT – 06 68 02 24 23

 

et contact@sdn-rennes.org

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2011 7 10 /07 /juillet /2011 09:37

 

 

 

La caravane CGT des saisonniers en Loire-Atlantique et Ile et Vilaine: 30 000 saisonniers dans le 44, salaires, conditions de travail, hébergement souvent sordide.

Bravo la cégète !

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2011 7 10 /07 /juillet /2011 08:56

 

Affiche 0.preview

Environnement dimanche 10 juillet 2011
Samedi soir, après le meeting politique, place à la fête avec le concert, puis le fest-noz

Samedi soir, sur le site de la Noë Verte à Vigneux-de-Bretagne, les organisateurs du rassemblement anti-aéroport avaient le sourire aux lèvres. Ils avaient réussi leur première grande journée de mobilisation.

 

Au plus fort de la journée, c’est-à-dire à l’heure du meeting, on comptait entre 3 500 et 6 000 personnes. Et tous les leaders de la gauche non socialiste avaient répondu présents à l’appel des opposants au projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Une belle brochette de responsables politiques avait fait le déplacement.

 

Le week-end de mobilisation se poursuit aujourd’hui dimanche avec la fresque humaine à 10 h, le pique-nique des opposants, et les débats animés par d’autres associations en lutte.

 

 

http://www.ouest-france.fr/region/bretagne_detail_-Notre-Dame-des-Landes-les-militants-anti-aeroport-ont-le-sourire_40815-1868081_actu.Htm

 

Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg