Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 10:45

Par Barbara Leblanc - Publié le 27 août 2012, à 09h13


L’ancien candidat à la présidentielle et syndicaliste dans l’usine Ford de Blanquefort en Gironde veut mettre à nouveau la pression sur le constructeur Ford.


Un train va être spécialement affrété depuis bordeaux à destination de Paris à la fin du mois de septembre pour se rendre sur le salon de l’automobile Porte de Versailles.


L'intersyndicale CGT-CFTC-CFDT de l'usine Ford de Blanquefort lance en effet un appel à manifester sur les lieux de la vitrine des constructeurs.


Dans un courrier aux maires de Gironde, l'intersyndicale exprime aussi son inquiétude quant à l'avenir de l'usine, en dépit des assurances fournies par Ford. En effet, en décembre dernier, le constructeur américain s’était engagé à maintenir l’emploi de 1 000 salariés sur le site de First Aquitaine Industries (FAI) à Blanquefort.


Mais selon Philippe Poutou, la multinationale "a les moyens de maintenir tous les emplois". L'intersyndicale met en doute la viabilité à Blanquefort de certains projets, en particulier ceux fondés sur la fabrication de boîtes de vitesse de type 6F35, "déjà fabriquée aux Etats-Unis et qui le sera en Chine dès 2014".


"Nous ne sommes pas dans la situation d'il y a deux ans. Il y a des machines qui s'achètent, qui arrivent. Mais cela n'occupera pas mille emplois sur la durée, tel que c'est aujourd'hui", a déclaré l’ancien candidat à l’AFP.

Le site de Blanquefort avait été vendu puis racheté par Ford en janvier 2011, deux après la reprise par le groupe allemand HZ Holding. Il dénombre actuellement 1 100 salariés. Ils réclament le retour du sigle Ford sur l’usine.

 

 

http://www.usinenouvelle.com/article/poutou-lance-un-appel-a-la-mobilisation-pour-le-mondial-de-l-automobile.N180667

A lire sur le même sujet

 

Partager cet article
Repost0
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 09:53

De notre envoyée spéciale à Port-Leucate (Aude), Bérangère Lepetit | Publié le 26.08.2012, 23h58 | Mise à jour : 27.08.2012, 00h03

Une légère brise marine, des chaises en plastiques alignées face à la grande Bleue, un podium aménagé à même le sable. Dimanche soir, c'est sur la plage de la station balnéaire de Port-Leucate (Aude) que le Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) a ouvert sa traditionnelle université d'été, dont le thème est cette année «Interroger le capitalisme».

Cette année, 650 personnes se sont inscrites à ces quatre jours de débats et d'ateliers.

Une chiffre «similaire», selon le NPA, à l'édition de 2011 malgré le contexte de crise que traverse le parti après la défection de plusieurs de ses cadres dirigeants. Après une première journée de débat, place jusqu'à 23h30 au meeting «international» en présence de Philippe Poutou et Olivier Besançenot, tous deux anciens candidats à la présidentielle, et de Christine Poupin, l'actuelle porte-parole du parti trotskyste.

«La crise n'est pas une fatalité ! Partout des gens se battent, des gens résistent !», a clamé Philippe Poutou vers 23 heures, appelant à une «mobilisation générale» dans une intervention publique très applaudie, l'une de ses premières depuis le 22 avril, 1er tour de la présidentielle, où l'ouvrier de Blanquefort (Gironde) avait réuni 1,15% des voix. L'ancien candidat a évoqué les 100 premiers jours du gouvernement Ayrault, retenant notamment le «plafonnement des revenus des dirigeants dans les entreprises publiques, la promesse du mariage des homosexuels, ou encore la loi sur le harcèlement sexuel».

Poutou, «il est vraiment phénoménal !»

Il est aussi revenu sur «l'explosion de colère» d'Amiens (Picardie), taclant l'intervention du ministre de l'intérieur «oublié par l'UMP», Manuel Valls, mais aussi les déclarations de Jean-Luc Mélenchon lundi dernier sur France Inter, qui avait qualifié de «larbins» les jeunes d'Amiens. «On ne fait pas partie des gens qui pensent que ces jeunes-là sont les larbins du capitalisme», a assuré Philippe Poutou. Hésitant parfois dans son intervention, mais toujours souriant, Philippe Poutou a déclenché l'hilarité des militants qui ont commencé à chantonner: «Il est vraiment ! Il est vraiment phénoménal !»

Parmi les intervenants également: Aurore Martin, une militante âgée de 33 ans, membre du parti politique indépendantiste basque Batasuna et actuellement sous le coup d'un mandat d'arrêt européen, mais aussi des militants du principal parti d'opposition en Grèce Syriza (gauche radicale). Invités de marque sur la plage de Port-Leucate : l'Europe, avec le pacte budgétaire européen, qui sera soumis au vote de l'Assemblée en octobre. Pour la porte-parole du NPA Christine Poupin qui a appelé à «l'organisation de la riposte»: «Une autre Europe est nécessaire et ça passe par le rejet de ce traité». Elle n'a pas répondu, cependant, à l'appel lancé quelques heures auparavant par le Front de gauche d'organiser une grande journée d'action le 30 septembre prochain contre le TSCG.

LeParisien.fr

 

http://www.leparisien.fr/montpellier-34000/port-leucate-le-npa-fait-sa-rentree-sur-la-plage-26-08-2012-2137816.php

Partager cet article
Repost0
26 août 2012 7 26 /08 /août /2012 09:51

 

L’université d’été du Nouveau Parti Anticapitaliste a lieu à Port Leucate au village-vacances «Les Carrats» du dimanche 26 au mercredi 29 août inclus.


Comme chaque année, l'enjeu est de mener un débat large et ouvert entre anticapitalistes et en dialogue avec d'autres forces de la gauche sociale et politique. Enjeu particulièrement d'actualité en cette rentrée avec le retour au pouvoir du PS et son allié Europe Ecologie les Verts.


Tables rondes, cycles et ateliers thématiques sont donc organisés durant quatre jours, en particulier autour d'un cycle central « interroger l’anticapitalisme ». De nombreux intervenants et invités internationaux participent à l'université d'été. Michael Löwy, Luc Boltanski, Philippe Corcuff ou Charles Aubin seront présents.

 

Des militants grecs des coalitions politiques Syriza et Antarsya, des militants syriens, tunisiens, algériens ou espagnols animeront aussi ces séances sur la crise mondiale, les révolutions arabes, le mouvement des indignés ou les mobilisations en Grèce et en Espagne.


Trois tables rondes sont organisées avec des représentants invités des partis et organisations de la gauche sociale et politique autour des thèmes de la riposte aux politiques d'austérité, l'opposition de gauche à la politique du gouvernement Ayrault, le regroupement des anticapitalistes.

 

Seront présents des forces politiques du Front de Gauche, Alternative Libertaire, le Mouvement des Objecteurs de Croissance, l'union syndicale Solidaires, l'association Droit Au Logement ou le Réseau Education Sans Frontière.


Le meeting de rentrée du NPA a lieu dimanche 26 août à 21h30.

 

Philippe Poutou et Christine Poupin y prendront notamment la parole au côté d’invités internationaux et porte-paroles de luttes. Enfin un grand concert se tiendra le mardi 28 août au soir avec le groupe HK & les Saltimbanks. Le NPA ne lâche rien !

 

Plus d'infos:

 

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article129634

Partager cet article
Repost0
10 août 2012 5 10 /08 /août /2012 12:31

Le Conseil constitutionnel a décidé jeudi qu'une révision de la constitution n'était pas nécessaire pour adopter le traité budgétaire européen.

 

Il permet ainsi à François Hollande d'imposer la règle d'or de l'austérité sans même devoir convoquer l'Assemblée et le Sénat en congrès.

 

En proposant fin août un projet de loi de ratification, François Hollande démontre son empressement à faire passer son mauvais coup en évitant au maximum le débat public.

 

Il avait promis de renégocier ce traité, il n'en est rien, il se fait l’exécuteur de la politique mise en œuvre par Sarkozy et Merkel.


Cette politique d'austérité imposée aux travailleurs et aux peuples d'Europe n'a d'autre objectif que de permettre aux États de payer leur dette auprès des banques qu'ils ont subventionnées et qu'ils continuent de subventionner tout en leur empruntant !

 

Elle est au seul service de la finance et ruine l'économie.

 

La Banque de France vient d'annoncer elle-même que la France entrait en récession. Les plans de licenciements se multiplient, le chômage augmente.

 

Et puisque le gouvernement Hollande-Ayrault ne veut pas connaître l'avis de la population, il faudra que les travailleurs se donnent les moyens de se faire entendre par leurs luttes et mobilisations.


Nous proposons à tous et notamment aux forces du NON de gauche qui s’étaient mobilisées en 2005 contre le TCE, de se rencontrer vite pour préparer une grande initiative publique durant le vote pour dire NON au TSCG !

Partager cet article
Repost0
8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 13:16

une-2276.jpg

*

Avec la fermeture d’Aulnay, les menaces sur Rennes et SevelNord et les 8 000 suppressions de postes chez PSA, ce seront, avec les sous-traitants, près de 30 000 emplois qui seront supprimés par un groupe riche à milliards mais qui en veut encore plus.

 

Ces licenciements s’ajoutent aux plusieurs dizaines de milliers déjà programmés. Ce qui signifie autant de drames, de désespoirs, de vies brisées et de régions ruinées.


Et c’est la même chose dans le reste de l’Europe avec par exemple Opel Bochum en Allemagne ou PSA Madrid toujours sous la menace et tellement d’autres.


Les licenciements ne datent pas d’aujourd’hui. Ils sont continus depuis des années, servant aussi de chantage comme à SevelNord, General Motors ou Air France, pour augmenter les charges de travail, accroitre la flexibilité, bloquer les salaires.

 

Dans le même temps les protections sociales ou les services publics sont systématiquementy attaqués. Mais cette politique est en train de s’aggraver.


C’est la plus grande offensive du patronat depuis la dernière guerre. Si nous ne réagissons pas maintenant, nous risquons de prendre le même chemin que la Grèce ou l’Espagne dans une spirale sans fin.


Les travailleurs ne baissent pas pour autant les bras.


Les salariés de Plysorol à Fontenay-le-Comte qui fabriquent des contreplaqués, menacés de fermeture, ont dit qu’ils mettraient le feu aux stocks si le patron ne les entendait pas. Ceux de « Père Dodu » à Quimper occupent leur entreprise comme ailleurs les autres de Doux occupent les rues.


Ce sont aussi les salariés de Sanofi qui continuent les manifestations, ceux de Régional, compagnie d’aviation, qui sont en grève pendant que les salariés d’Air France annoncent une rentrée chaude ; il y a toujours ceux d’Arcelor-Mittal et tellement d’autres qui luttent…


Nous avons le courage et les moyens de faire reculer les capitalistes.


Nous sommes les plus nombreux et nous faisons tout. Il nous manque l’union. L’annonce de la fermeture d’Aulnay a créé un choc pour tout le monde parce que les grandes usines de montage de l’automobile et leurs dizaines de milliers de travailleurs ont toujours joué un grand rôle dans l’économie du monde, dans l’histoire des sociétés modernes mais aussi et surtout dans les luttes du mouvement ouvrier. La large couverture médiatique illustre aussi cette inquiétude des possédants.


Les travailleurs d’Aulnay ont affirmé qu’ils seraient une « bombe sociale et politique ». Ils le seront s’ils permettent de fédérer toutes les inquiétudes et les colères de tous ceux qui ne veulent pas être jetés à la rue ou crever au boulot
pendant que d’autres s’empiffrent à milliards.


Car nous ne défendrons chacun de nos emplois qu’en les défendant tous ensemble. Nous devons nous battre pour défendre tous les emplois, interdire tout licenciement et suppression de poste. PSA, et à travers lui tout le patronat, a déclaré la guerre. Nous ne pourrons refuser de payer la crise des capitalistes et des banquiers
qu’en levant le drapeau de la mobilisation générale dans la foulée des révolutions arabes et des résistances sociales.

Partager cet article
Repost0
8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 11:08
Un soldat français, sous-officier du 13ème bataillon de chasseurs alpin de Chambéry, a été tué en Afghanistan, un autre a été blessé, au cours d’une opération de l’armée afghane dans la province de Kapisa, dans l'est du pays.
Les soldats français encadraient les unités afghanes.
Ces nouvelles vies sacrifiées aux intérêts des grandes puissances viennent rappeler que l'occupation de l’Afghanistan par les troupes de l'Otan continue et, avec elle, la guerre.
Elle viennent rappeler aussi que le retrait en cours des "forces combattantes" françaises n'empêche pas les troupes françaises de continuer leur sale besogne sous l'égide des USA en encadrant les troupes du régime afghan fantoche qu'elles maintiennent au pouvoir.
Cette guerre est un échec total, elle contribue à enfoncer les populations dans le chaos et la misère, renforce les talibans.
Hors d'Afghanistan les troupes impérialistes de l'OTAN.
Partager cet article
Repost0
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 13:14

Dans notre série de l'été «Que sont-ils devenus?», Philippe Poutou, ex-candidat du NPA à l'élection présidentielle.

Mariana Grépinet - Paris Match


Le 20 juillet, l’usine Ford de Blanquefort (Gironde) a fermé pour quatre semaines.

 

Vacances obligatoires pour Philippe Poutou, l’ex-candidat du NPA à la présidentielle et ses 1100 collègues du site. Il a «changé d’air», mais est resté en France, question de budget. A son retour à l’usine, une semaine après le premier tour de l’élection, il avait trouvé une entreprise «chamboulée», en pleine restructuration. «Depuis 2007, on bataillait pour empêcher la fermeture de l’usine. Pour y parvenir, on lance la fabrication d’une nouvelle boîte de vitesses. Beaucoup de gens sont en formation, d’autres au chômage partiel.»

"Maintenant que je suis connu, certains camarades me demandent de continuer"

Le militant CGT de 45 ans s’est présenté aux législatives, dans la 5e circonscription de Gironde. «C’était moins difficile que la présidentielle, la pression était incomparable...» Avec ses 2, 12 % de voix, il a obtenu un meilleur score que celui récolté au niveau national (1, 15 %).

 

«Maintenant que je suis connu, certains camarades me demandent de continuer, se justifie-t-il. Ce n’est pas mon rêve, il faut qu’on en discute.» Le congrès de décembre devrait en décider. Son parti traverse une passe délicate, marquée par 400 transfuges vers le Front de gauche: «Ça nous fragilise et nous fait douter», explique Poutou. Avant de relativiser: «On n’est pas non plus en train de se morfondre.» Il compare la situation du NPA à celle du pays: «Il faut retrouver la pêche et tenir.»


Peu après l’annonce du plan social à PSA, il est passé à l’usine d’Aulnay-sous-Bois avec Olivier Besancenot («On fait le boulot à deux. Olivier ne s’est pas désinvesti parce qu’il n’est plus candidat; au contraire, il est à fond»). Il plaide pour des luttes collectives et prédit une rentrée chaude.

 

A son agenda, il a biffé la date du 29 septembre, jour d’inauguration du Salon de l’automobile: 500 ouvriers débarqueront avec lui pour occuper le stand Ford. Le train a d’ores et déjà été affrété.

 

http://www.npa2009.org/content/philippe-poutou-cible-le-salon-de-lautomobile-article-de-paris-match

Partager cet article
Repost0
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 09:40

doux 2

Ce sont les salariéEs qui par la décision du tribunal payent les frais, d’une dette et d’une politique industrielle aventuriste dont ils ne sont pas responsables.


Le groupe Doux se retrouve dans les mains de la Banque Barclays, celle-ci va recouvrir ses créances tandis que la famille Doux garde sa fortune intacte et les travailleurs, eux, sont jetés à la rue.


Depuis le début du conflit, tout a été fait pour diviser les salariéEs entre sites, en faisant croire que certains bénéficieraient d’une meilleure solution que les autres.

Au final, toutes et tous les salariéES sont dans l’angoisse, attendant les listes fatidiques et ballotéEs comme de vulgaires pions.

 

Une fois de plus, la variable d’ajustement, ce sont les travailleurs et eux seuls.

L’absence de mobilisation unifiée a joué contre leur sort, alors même que la « gauche au pouvoir » aurait dû imposer avant toute autre décision «  le blocage de tous les licenciements »


Décidément, le changement n’est pas au rendez-vous !

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2012 5 27 /07 /juillet /2012 12:00
Le NPA appelle toutes et tous ses sympathisantEs à venir soutenir les salariéEs de DOUX devant le Tribunal de commerce de Quimper
  Vendredi 27 Juillet à 10h00
Seule la construction d’un mouvement d’ensemble avec les salariéEs, les éleveurs, les syndicats, la population, les partis politiques et les élus pourra permettre d’éviter le gigantesque plan de licenciements en préparation.

Ce n’est pas aux salariéEs de payer les pots cassés par la famille Doux.

Il faut INTERDIRE CES LICENCIEMENTS.

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 14:46
Communiqué du NPA

La Direction de PSA a voulu marquer la journée de mobilisation des salariés de PSA Aulnay en annonçant des résultats prétendument alarmants pour le groupe justifiant des économies d’un total de 1, 5 milliard d’euros qui ne représente pourtant que le tiers de la fortune des Peugeot soigneusement entassée en Suisse.

 

Pour la Direction de PSA, une seule solution, faire payer les salariés. Fermeture du site d’Aulnay, 1200 licenciements à Rennes, 8000 dans tout le groupe.


En réponse à cette provocation, le gouvernement propose de nouvelles mesures de soutien qui coûteront 1, 8 milliard d’euros aux contribuables, à une filière qui engrange bénéfices et aides gouvernementales depuis des années.


Sans aucune contrepartie, sans aucun engagement des Directions de PSA et de Renault.

 

Les stratégies de Varin et autres Goshn n’ont comme objectif que le maintien des profits et des dividendes sans considération pour la détresse dans laquelle sont plongés des dizaines de milliers de travailleurs et leurs proches.


Le maintien du site d’Aulnay, le refus de tous les licenciements et suppressions de postes ne sont pas négociables.

 

Si la Direction de PSA ne revient pas sur ses projets, le gouvernement ne doit pas venir à son secours. Il doit mettre à l’ordre du jour l’expropriation d’un patron tricheur qui sacrifie l’emploi de milliers de salariés pour préserver les dividendes des actionnaires.


Le NPA met et mettra toute son énergie pour imposer par la mobilisation de l’ensemble des salariés de la filière automobile et de toutes celles et tous ceux dont les emplois sont menacés au prétexte de la crise économique, l’interdiction de tous les licenciements et suppressions de postes.

Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg