Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 15:06
Partager cet article
Repost0
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 13:04

 

Notre résultat, 411 183 voix soit 1, 15 % des suffrages, est faible.

 

Nous savions bien que la sympathie que Philippe Poutou avait suscitée, l’écho rencontré, auraient du mal à se transformer en vote. L’enjeu de ces élections était dominé par la volonté de sanctionner et d’éliminer Sarkozy, le débat est resté enfermé dans l’affrontement droite-gauche sans que le monde du travail, les classes populaires n’arrivent à imposer les vraies questions, celles de l’urgence sociale et des réponses à la crise.

 

Le vote utile a fonctionné pleinement.


Ce score faible ne mesure pas l’impact réel de notre campagne ni son importance pour la suite. L’ouvrier candidat, l’inconnu, a réussi à se faire entendre, à bousculer les routines politicienne et médiatique, à faire entendre nos idées, à gagner une large sympathie.

 

C’est l’aboutissement d’une longue bataille politique pour faire entendre dans cette cacophonie électorale la voix du monde du travail, une voix anticapitaliste. Après avoir réussi notre premier tour, la collecte des 500 parrainages, Philippe a réussi à s’imposer dans le débat, à « crever l’écran » comme l’écrivait le Monde. La sympathie rencontrée, suscitée, ne s’est pas exprimée par le vote dans un scrutin dominé par les enjeux institutionnels, mais ce qui a été semé au long de ces mois de campagne portera ses fruits.


Cette bataille a commencé dès la conférence nationale de juin dernier qui désigna, à une faible majorité, Philippe.
L’ouvrier candidat, comme il se définit alors lui-même, était le mieux à même de dénoncer, face au monde des politiciens professionnels, les conséquences de la crise pour le monde du travail mais aussi le mieux à même de rassembler l’ensemble des camarades pour populariser, défendre nos réponses à la crise dans cette campagne.

 

Son expérience de militant ouvrier et syndical, son passé politique, lui ont permis de faire face à une situation difficile. L’été pour se faire connaître de l’ensemble des camarades comme de l’extérieur, puis le long parcours du combattant, une première étape pour affirmer la légitimité de sa candidature, un début de crédibilité gagnée lors de l’émission « Mots croisés » au moment où dans le pays les luttes et résistances des salariés posaient la question des licenciements, les 570 signatures, « notre premier tour » réussi, Philippe enfin candidat, commençait la campagne en vrai.

 

La ténacité, le courage, la modestie de Philippe devenaient un atout face à l’arrogance des politiciens professionnels. Ceux qui avaient cru pouvoir le traiter de haut devaient en rabattre pour s’étonner devant « l’effet Poutou ». Le mépris social cédait la place à la condescendance, mais Philippe et touTEs les militantEs du NPA engagéEs dans la bataille réussirent à relever notre défi : défendre les intérêts des travailleurs et des classes populaires, nos réponses à la crise, mener le débat, avoir une attitude démocratique, susciter les initiatives, faire confiance, associer toutes les énergies et les volontés...


C’est cette démarche qui nous a permis de franchir toutes les étapes pour réussir à nous imposer.


Cette bataille marque une étape importante. Alors que les résultats de Nathalie Arthaud soulignent les difficultés de Lutte ouvrière enfermée dans sa logique d’auto-affirmation, alors que la dynamique enclenchée par Jean-Luc Mélenchon autour du Front de Gauche ne peut surmonter par elle-même ses contradictions, notre modeste succès constitue un point d’appui pour à la fois continuer le travail engagé de regroupement des anticapitalistes et des révolutionnaires mais aussi œuvrer à la constitution d’un front contre l’austérité de droite ou de gauche, à l’unité du monde du travail.


Yvan Lemaitre

Partager cet article
Repost0
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 10:20

TEAN-146-une.jpg

 

Sarkozy est rejeté par une majorité de la population. C'est une très bonne nouvelle. Son bilan, c'est la démolition de nos conquêtes sociales, plus d'inégalités, d'injustices, moins de libertés et un discours raciste et xénophobe de plus en plus décomplexé.

Mais le score  élevé  de Marine Le Pen est une mauvaise nouvelle. Son parti et elle-même ne représentent en rien les intérêts des classes populaires. C'est un danger mortel qu'il faut continuer à combattre.

 

Dégager Sarkozy sans faire confiance à Hollande


Il faut dégager Sarkozy et toute sa bande en votant contre lui. Mais cela ne signifie pas un quelconque soutien à la politique de François Hollande. Celui ci annonce déjà des politiques de rigueur, pour une “austérité de gauche ”. L'expérience de la Grèce et de L'État Espagnol prouvent bien que les politiques les plus dures contre les classes populaires, au nom de la réduction des déficits, sont aussi menées par des gouvernements prétendument de gauche dirigés par le PS.

 

Le premier mai n'est ni à Sarkozy, ni à Le Pen.


Nicolas Sarkozy se prend pour Pétain et prétend organiser le 1er mai un rassemblement autour du "vrai travail". Le Pen avait déjà tenté de s'approprier le premier mai avec sa fête de Jeanne d'Arc. Le premier mai est une journée de lutte internationale des travailleurs et des travailleuses, tout le contraire de ce que défendent ces deux là !


Situé entre les deux tours de l'élection présidentielle, le 1er mai sera l'occasion d'exprimer dans la rue la nécessité de résister touTEs ensemble à  toutes les mesures d'austérité de droite comme de gauche. Il faut unir les forces de celles et ceux qui refusent de payer la crise du capitalisme et qui pensent au contraire que c'est aux capitalistes de la payer ! C'est sur ce terrain-là, celui des luttes, que nous aurons la possibilité de faire reculer l'influence mortelle du Front national et de l'extrême droite parmi les salariéEs victimes de la crise.


Contre l'austérité préparer la contre-offensive 


Le NPA, comme l'a fait Philippe Poutou dans la campagne, s'adresse à celles et ceux qui ont soutenu sa campagne, aux organisations et à celles et ceux qui se sont retrouvés dans les campagnes du Front de Gauche ou de Lutte Ouvrière, aux militantEs syndicalistes et du mouvement social, pour préparer dès à présent la contre-offensive dont a besoin le monde du travail.


Dès maintenant et ensemble, retrouvons nous pour imposer ce que nous avons défendu depuis des mois :


Le SMIC à 1700 euros

La retraite pleine et entière à 60 ans avec 37,5 annuités.

La titularisation des 800 000 précaires de la fonction publique

La régularisation des sans papiers et le droit de vote des étrangers.


C'est cela aussi qu'attendent les millions de personnes qui ont porté leurs suffrages sur les candidatures à la gauche du PS. Car le "changement maintenant" de Hollande ne doit pas être un slogan creux relégué aux oubliettes dès l'élection terminée. Mais pour qu'il s'incarne, c'est à nous, ceux qui ne veulent pas de la rigueur et qui l'ont exprimé, de l'imposer !

Partager cet article
Repost0
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 15:48
Partager cet article
Repost0
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 15:47
Partager cet article
Repost0
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 15:45

 

 

Partager cet article
Repost0
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 14:27
Communiqué du NPA

 

Nicolas Sarkozy annonce qu’il organisera le 1er mai un "très grand rassemblement" autour du "vrai travail".
Alors qu’il a déjà fait la campagne, pour le premier tour, à droite toute, sur le terrain de la réaction sociale, sécuritaire, raciste et xénophobe, il récidive pour le deuxième tour.
Après avoir rogné encore le droit de grève par exemple pour le transport aérien, tapé sur les syndicats qu’il accuse de bloquer la société, il reprend aujourd’hui les accents de Pétain pour parler du travail.
Le Pen avait déjà tenté de s’approprier le premier mai avec sa fête de Jeanne d’Arc.
Non, le premier mai n’est ni à Sarkozy, ni à Le Pen, ni à la droite, ni à l’extrême droite.
Le premier mai est une journée de lutte internationale des travailleurs et des travailleuses, une journée de solidarité internationale, une journée pour les droits des salariéEs, l’exacte contraire de tout ce qu’incarne Sarkozy.
Cette nouvelle provocation mérite une seule réponse : renvoyer à Sarkozy la vague qu’il sentait monter.
Faisons du 1er Mai un raz-de-marée antiraciste et antifasciste contre la droite.
Le 23 avril 2012.
Partager cet article
Repost0
22 avril 2012 7 22 /04 /avril /2012 21:09
18836.jpg

 

Merci à celles et ceux qui viennent de voter pour moi car nous avons réussi ensemble dans cette campagne, au-delà de notre score à faire exister des réponses anticapitalistes: l’interdiction des licenciements, l’augmentation de tous les revenus de 300 euros nets, l’annulation de la dette, une autre répartition des richesses et la sortie du nucléaire en dix ans.


Dans cette campagne, nous avons essayé de montrer l’absolue nécessité que les salariéEs et la population ne comptent que sur leurs propres forces pour combattre les méfaits du capitalisme.


Nicolas Sarkozy a mené pendant cinq ans une politique pour ses amis les riches, une politique antisociale, xénophobe et raciste. Le fait que Sarkozy soit rejeté dès le premier tour par une grande majorité de la population est bien- sûr un formidable encouragement. Le fait par contre que l’extrême droite avec Marine le Pen fasse un score aussi élevé d’environ 20% est une mauvaise nouvelle. Son parti et elle-même ne représentent en rien les intérêts des classes populaires. C’est un danger mortel qu’il faut continuer à combattre.


Face à cette droite dure, le Parti Socialiste et son candidat ne sont pas une réponse. Le projet du PS s'inscrit dans les grandes lignes des choix de l’Union européenne et des socialistes européens. Il annonce déjà des politiques de rigueur, pour une « austérité de gauche ».


Depuis cinq ans le NPA combat la politique de Sarkozy et de son gouvernement dans la rue comme dans les urnes. C'est en ce sens que le NPA appelle le mardi 1er mai à manifester dans toutes les villes de France pour les mesures d'urgence sociales que nous avons défendues dans cette campagne, contre la politique de Sarkozy et le danger que représente l’extrême droite de Marine Le Pen.


Le 6 mai, dans la suite de la campagne que nous avons menée, nous serons au côté de celles et ceux qui veulent empêcher Nicolas Sarkozy de faire un second mandat. Nous le disons clairement, il faut dégager Sarkozy et toute sa bande en votant contre lui. Mais cela ne signifie pas un quelconque soutien à la politique de François Hollande.


Nous appelons celles et ceux qui se sont reconnus dans notre campagne à se regrouper, à prendre contact avec nous, pour qu'ensemble nous puissions faire vivre une force anticapitaliste indépendante. Dans la bataille contre l’austérité de droite comme de gauche, nous nous adressons au Front de Gauche, à Lutte ouvrière, aux militantEs syndicalistes et bien au-delà à celles et ceux qui se sont retrouvés dans ces campagnes pour préparer dès à présent la contre-offensive dont a besoin le monde du travail.


Paris le 22 avril à 20h00

Partager cet article
Repost0
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 13:10

Les commentateurs sont surpris que l’on veuille supprimer la fonction présidentielle, mais aucun ne peut imaginer ce que serait une vraie démocratie.

Les journalistes s’étonnent que Philippe Poutou ait ironisé sur le fait qu’il s’autodissoudrait s’il était élu, en supprimant la présidence de la République. Qu’il affirme : « aujourd’hui, qu’une personne puisse avoir autant de pouvoir, c’est anormal et anachronique » choque ces esprits dressés à défendre l’ordre établi.

 

Que l’on puisse imaginer une véritable démocratie directe, par en bas, les choque tout autant que le fait qu’un simple ouvrier soit candidat à l’élection présidentielle.

 

La routine des rapports de domination, le conformisme dirigent leurs esprits, ils sont un rouage de cette énorme machine médiatico-­politique qui prétend façonner l’opinion, l’enfermer dans le cadre des rapports sociaux établis. Que l’on puisse imaginer autre chose, que l’on évoque la possibilité que l’aberration de la propriété privée des moyens de production, d’échange soit dépassée au regard du développement technique et économique, au mieux les amuse.


L’imagination de l’UMP ou du PS ne va pas plus loin. Envisager d’introduire dans les élections législatives une dose de proportionnelle ressemble à une révolution !


Sarkozy, dans sa Lettre aux Français, s’y engage « pour que tous les grands courants politiques puissent avoir des représentants » dit-il. Une promesse pour dans cinq ans, déjà faite en 2007 !


Hollande, quant à lui, se prétend « favorable à l’élection d’un cinquième de l’Assemblée nationale à la proportionnelle ». Une audace bien prudente cependant puisque Hollande aura besoin d’un référendum pour se décider. En fait, il est surtout soucieux de capter l’électorat des Verts et de reprendre la proposition d’un référendum de Bayrou le champion de « la moralisation de la vie politique »...


Mais les uns et les autres sont épouvantés à la simple idée de la proportionnelle intégrale ou à l’idée de remettre en cause l’élection du président de la République au suffrage universel voulu par De Gaulle pour imposer l’ordre et la stabilité des institutions, pour enfermer la démocratie dans un carcan. Mitterrand en son temps parlait de coup d’État auquel il s’est cependant plié tout en y pliant ses partenaires.


Il ne peut y avoir de changement sans rompre ce carcan pour ouvrir le chemin d’une réelle démocratie. « Prenez le pouvoir, votez ! » nous dit le Front de Gauche en illustration de la révolution citoyenne. Voter permet d’utiliser son bulletin pour peser au niveau des rapports de forces politiques, certes et c’est utile, mais nullement de changer réellement les choses.


La question de la démocratie est indissociable de la question sociale. D’un double point de vue. La démocratie est un vain mot quand les finances de l’État sont entre les mains des banques privées qui lui dictent ainsi sa politique.

 

Ensuite, il n’est pas possible de changer un tel état de fait sans bousculer la routine des rapports de domination, sans bousculer le jeu institutionnel par l’intervention directe des travailleurs, de la population, sans que celle-ci s’organise pour débattre, décider, se donner les moyens de contrôler et de révoquer, si nécessaire, ses représentants.

 

Nos réponses à la crise, le bouclier social, resteraient un vœu pieux si, par son organisation, sa mobilisation politique, le monde du travail n’imposait pas son propre gouvernement, un gouvernement démocratique et populaire instituant une démocratie directe donnant le droit et les moyens à la population de contrôler et de décider.


Prenons le pouvoir, oui, en faisant de la politique, dès maintenant, sur les lieux de travail, les quartiers, organisons-nous pour agir collectivement, faire entendre nos exigences, les imposer.

Et, sans attendre, faisons de notre bulletin de vote un geste de contestation de leur démocratie truquée, votez pour l’ouvrier candidat, votez Philippe Poutou.


Yvan Lemaitre

Partager cet article
Repost0
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 13:08
Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg