Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 15:37

 

 

Entretien avec Philippe Poutou, candidat du Nouveau parti anticapitaliste (NPA). Ouvrier de Ford, il assure que l'État peut se donner les moyens de faire payer la crise par les riches. Pour cela, il ne fait aucune confiance au PS, ni au Front de Gauche.

Comment vivez-vous la personnalisation de la présidentielle ?

C'était aussi le problème pour Olivier Besancenot. Pour nous, ce n'est pas une démarche personnelle, ce n'est pas un rêve depuis qu'on est gamin. Il y a un paradoxe et on essaie de composer au mieux avec une forme de médiatisation qui privilégie l'individu sur les idées. Car c'est hyper-important qu'on y soit.

Important pour quel message ?

Notre projet, c'est de faire payer la crise aux capitalistes et d'instaurer un bouclier social, à l'opposé du discours dominant d'austérité et de la rigueur. Pour nous, c'est un baratin pour faire payer la crise aux populations. Il y a de l'argent, et il faut trouver les moyens pour que ces fortunes-là, volées à la population pendant des décennies, puissent répondre à l'urgence sociale. C'est le programme que l'on défend : exproprier les banques, augmenter les salaires, interdire les licenciements, stopper le nucléaire...

 

À côté de cela, il y a l'idée que le monde des opprimés retrouve la confiance en ses propres forces. En présentant un ouvrier, on montre que des gens d'en bas peuvent faire de la politique sans avoir besoin de politiciens. Mais les riches, ils vont partir... Y'a même pas besoin de ça pour qu'ils se barrent ! Les capitaux et les plus fortunés circulent comme ils veulent. De toute façon, dès qu'on propose de limiter les inégalités, c'est toujours la catastrophe, soi-disant. En 1936, quand on parlait des congés payés, c'était déjà ça. On connaît la ritournelle ! L'État n'a qu'à prendre les moyens, à travers le contrôle du système bancaire.


Reccueilli par Michel URVOY.

 

Philippe Poutou veut répondre à l'urgence sociale

 


 

Partager cet article
Repost0
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 15:11

banques.jpgnuke.jpg

salaires.jpglicenciem.jpg

Partager cet article
Repost0
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 08:59

Sophie Coudray a participé à la marche anti-coloniale, organisée par plusieurs collectifs, au départ de la place Kléber le 17 mars dernier. (Photo L.D)

Sophie Coudray, 21 ans, est étudiante en master Arts du spectacle à Strasbourg. Son sujet de recherche : le théâtre de l’opprimé. Guère étonnant de la retrouver militante au Nouveau Parti Anticapitaliste. Fondée en 2009, cette formation politique participe pour la première fois à une campagne présidentielle. Cinquième volet de notre série de portraits de jeunes militants.

 

Le genre théâtre de l’opprimé, né dans les années 1970 en Amérique latine, vise à mettre en scène une situation de conflit ou d’oppression, au cours de laquelle le public entre lui-même en jeu, pour apporter des solutions participatives au dénouement du problème. « Groupes minoritaires, luttes, combat »… Ces mots ponctuent régulièrement le discours de Sophie, aussi bien quand la jeune femme parle de son militantisme politique, que lorsqu’elle dit avoir choisi d’étudier le théâtre comme fenêtre d’observation du monde. Observation qu’elle souhaite approfondir en se lançant dans une thèse après son master.

Le lycée, son terreau de la résistance

A 16 ans, Sophie Coudray soutient le mouvement contre le CPE. Elle est en seconde dans un lycée orléanais et estime à ce moment-là défendre une revendication pour l’avenir. Son père est très sensible à l’écologie, sa mère proche des syndicats, sans s’engager pour autant. Ils ont accompagné le choix de Sophie. « J’aurais pu perdre mon année scolaire dans cette lutte, mais qu’est-ce qu’un an quand on défend son futur ? » ironise la jeune femme.


Elle reconnaît que sa famille a respecté ce choix qui a pu effrayer d’autres parents. Galvanisée par ce soulèvement de jeunesse, Sophie cherche à donner corps à  « son envie de révolution » et intègre la LCR, Ligue Communiste Révolutionnaire avec un ami de son lycée. Son année de terminale littéraire est ponctuée par des actions de mobilisation avec la LCR et le Réseau Education Sans Frontière pour la défense d’une élève sans papier, menacée d’expulsion. Arrivée à Strasbourg pour ses études en arts du spectacle, Sophie Coudray se rapproche de la section locale de la LCR. C’était au moment de sa dissolution et de la fondation du NPA en février 2009.

Féminisme et renversement du système

Qu’il s’agisse de la LCR ou du NPA, ce qui préoccupe Sophie, c’est avant tout « l’urgence de la lutte ». Quelle lutte ? LA lutte ! Une lutte qu’elle estime nécessaire contre « le rythme effréné que prennent le néolibéralisme et la société patriarcale ».


Même si la jeune femme veut « rester fidèle à ses idéaux », elle reconnaît qu’il est parfois « décourageant de soutenir des luttes qui durent de plus en plus longtemps sans rien obtenir ». Elle s’entend souvent dire que son engagement anticapitaliste serait « une revendication étudiante qu’elle abandonnera progressivement quand elle devra entrer dans le monde du travail ».


Mais pour Sophie, il serait « triste de devoir se ranger du combat ». Un  combat qu’elle mène avec aisance au sein de sa faculté. « Je suis dans un microcosme relativement favorable et ouvert aux questions posées, car le monde de l’art et du spectacle tend à être un milieu marginalisé. Les étudiants ont même pris l’habitude de me voir distribuer des tracts » souligne Sophie.  Anticapitalisme, anticolonialisme, laïcité, féminisme, ce que Sophie apprécie au sein du NPA, « c’est de recevoir une formation théorique, faire un travail informatif pour comprendre, transmettre à son tour et pouvoir organiser la résistance ».


La résistance ! La jeune femme l’a également menée au sein d’un mouvement étudiant féministe.

« Le cadre associatif des Poupées en pantalon a représenté le lieu d’une expression, parfois plus radicale qu’un parti (ndlr, notamment à travers les quatre revues réalisées et éditées par l’association), car il semble plus facile de solliciter une association. Par exemple, les Poupées ont été invitées par la Commission des femmes à la Mairie, un parti ne l’aurait peut-être pas été » précise Sophie.

Lutter sur le terrain, plus que dans les institutions

Militantisme et associatif, Sophie en connaît un rayon. « Même si c’est prenant et fatiguant de courir sur tous les fronts à la fois, ce qui compte, c’est l’envie » sourit Sophie. Cette envie pourrait-elle se concrétiser par une carrière politique ? Sophie continuera à militer mais pas n’a pas l’intention d’entrer dans une institution qu’elle combat. « Je ne suis pas dans le compromis et je suis même fière de ma radicalité » se justifie-t-elle.


Cette radicalité, elle la définit comme « la nécessité d’un renversement total, d’un déracinement de la société en renversant le capitalisme et le patriarcat ».  Quand la question des moyens concrets pour y arriver vient sur la table, la jeune femme avoue avoir « de belles idées utopiques » et  souhaiterait « d’autres formes d’instances de décision, à inventer ensemble une fois le système renversé ».


Mais avant la révolution, Sophie se dit aussi angoissée par cette présidentielle, « nous sommes abreuvés de sondages, il est difficile de percevoir la réalité ». La réalité, pour son parti, est qu’il a été difficile également de recueillir les 500 signatures. Sophie a confiance en son candidat, Philippe Poutou, la jeune femme le répète pourtant, « l’urgence n’est pas de placer un nom, mais d’être présents dans toutes les luttes ». Une présence que la militante estimerait d’autant plus nécessaire que son parti a davantage l’expérience du terrain que des organes représentatifs.

 

http://www.rue89strasbourg.com/index.php/2012/03/21/politique/sophie-militante-npa-etre-de-toutes-les-luttes/

Partager cet article
Repost0
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 15:15

Avant de tenir un meeting en soirée, Olivier Besancenot s'est rendu, hier, au bas d'immeubles de la ZUP de La Madeleine qui doivent être détruits.

 

Pour le célèbre facteur, candidat à la présidentielle en 2002 et 2007, c'est bien la question du logement et celle de l'emploi qui sont au cœur des préoccupations des Français. Pas celle de la viande halal… : « Nous sommes pour la création d'un service public du logement. »


Concernant la rénovation urbaine qui touche la ZUP ébroïcienne, « elle ne doit pas être le prétexte pour augmenter les loyers et les charges qui doivent être bloquées. La rénovation doit aussi s'opérer sous le contrôle des citoyens. »


Secrétaire CGT du comité d'entreprise de M-real, militant NPA, Thierry Philippot s'est exprimé sur l'emploi : « Le plan dit de sauvegarde de l'emploi est terminé et les licenciements vont être notifiés en avril. Tout ça parce que des hommes d'affaires dans des salons feutrés ont décidé que l'usine d'Alizay devait être supprimée alors que nous avons démontré qu'elle pouvait être rentable. »


Le leader syndical ne croit pas à l'expropriation : « C'est de la poudre aux yeux ! Ce qu'il faut c'est réquisitionner l'entreprise pour la faire redémarrer. »


« L'emploi comme le logement sont rarement traités dans cette campagne, ajoute Olivier Besancenot, sauf avec démagogie. Mais il faut aussi penser à l'après-présidentielle.

 

Se débarrasser de Sarkozy ne suffira pas et un gouvernement de gauche plurielle bis ne résoudra rien. Il faudra des mobilisations, des luttes et les faire converger. »
Alors que la campagne officielle va démarrer, le candidat du NPA Philippe Poutou ne dépasse pas 1 % d'intention de vote dans les sondages.

 

Démobilisant ? : « Non, déclare Olivier Besancenot, en 2002 j'étais entre 0, 5 et 2 % jusqu'aux deux dernières semaines de la campagne. Je crois simplement que beaucoup de personnes ne connaissent pas encore les propositions de notre candidat. »


RICHARD MESNILDREY

Partager cet article
Repost0
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 13:45

tract 22 mars a

tract-22-mars-b.jpg

Partager cet article
Repost0
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 10:37

 

ATT 00016

 

Déclaration de Philippe Poutou


La découverte du présumé tueur de Toulouse est un soulagement pour la population.


Rien ne peut justifier un drame aussi insupportable .

 

Mais nous ne joignons pas nos voix à ceux qui tentent d'utiliser ces dramatiques événements pour stigmatiser toute une communauté. Les musulmans de France n'ont rien à voir avec ce qui s'est passé, pas plus que les chrétiens n'avaient à voir avec le massacre d'Oslo, perpétré par un fondamentaliste chrétien.


Enfin ce crime ne peut en aucun cas être assimilé à la juste lutte du peuple palestinien.

Nous mettons en garde contre toute utilisation politique de ce geste criminel dans une période où se developpe un climat raciste.


Nous continuerons pendant la campagne électorale notre combat quotidien contre le racisme ou l'antisémitisme. C'est dans ce cadre qu'il ne faut pas compter sur nous pour participer à toute initiative hypocrite d' union nationale antiraciste avec les Sarkozy, Guéant ou Le Pen.


Le NPA exprime à nouveau son émotion et son soutien aux proches des victimes.

 

Partager cet article
Repost0
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 11:58
Déclaration de Philippe Poutou.

Le NPA est horrifié par la tuerie qui a fait ce matin 4 morts, un professeur de religion et ses trois enfants, devant l'école juive de Toulouse, Ozar Hatorah.

 

Comble de l'horreeur, le tueur s'est acharné, poursuivant ses victimes jusqu'à l'intérieur de l'école.


C'est un acte ignoble et barbare qui suscite indignation et révolte.


Sans préjuger de ce que dira l'enquête, ce geste est d'autant plus monstrueux qu'il a un caractère raciste, antisémite. Il vient rappeler de façon dramatique à quel point il est criminel de flatter de quelque façon que ce soit les préjugés racistes quels qu'ils soient.


Il est essentiel d'exprimer notre solidarité pleine et entière aux familles et aux proches des victimes.


C'est le message que veut faire entendre le NPA.



Partager cet article
Repost0
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 11:50
Communiqué du NPA.

La dernière trouvaille sortie du chapeau de Sarkozy est la création « d’emplois vieux » censés permettre au « seniors » de conserver un emploi en attendant une retraite de plus en plus tardive.


Il a préconisé dimanche d’exonérer de cotisations sociales patronales les employeurs qui recruteraient en CDI ou en CDD de plus de 6 mois des chômeurs de plus de 55 ans. Cette aide serait permanente.

 

Le NPA dénonce cette tentative, à vrai dire pas très nouvelle, de créer des emplois précaires et mal payés, que les « seniors » seraient contraints d’accepter pour continuer de gagner leur vie, tandis que les jeunes arrivant sur le marché du travail resteraient eux aussi réduits au chômage et à la précarité.

 

Les seuls vrais bénéficiaires de cette mesure seraient les employeurs. Plutôt que de conserver des salariés en fin de carrière, avec un salaire décent, les patrons pourraient continuer de s’en débarrasser, en leur substituant ces nouveaux emplois précaires, et… cerise sur le gâteau en étant totalement exonérés de cotisations sociales.

 

Après les 31 milliards actuels d’exonérations déjà existantes, après l’instauration de la TVA antisociale, cette mesure est un nouveau pas pour en finir avec le financement par les employeurs de la sécurité sociale.

 

Pour le NPA et son candidat Philippe Poutou, les solutions sont à l’opposé :

 

Des emplois durables, en CDI ou statutaires, l’interdiction des licenciements, une réduction du temps de travail permettant le partage du travail entre tous, le départ à la retraite à 60 ans avec 75% du meilleur salaire, et à 55 ans pour les travaux pénibles, la fin de toute exonération de cotisations patronales….en imposant une autre répartition des richesses.

 


Partager cet article
Repost0
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 15:43

 


 

Partager cet article
Repost0
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 10:05

 

 

Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg