Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 10:11

 


Partager cet article
Repost0
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 10:10

 

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 09:16

Une petite délégation du NPA avec Olivier Besancenot, porte-parole, se rendra en Tunisie mardi 25 et mercredi 26 janvier pour soutenir le processus révolutionnaire en cours.
Elles sera reçue par les organisations de la plate-forme du 14 janvier, regroupement unitaire de la gauche, récemment constitué.
Des rencontres sont prévues avec Hamma Hammami, dirigeant du PCOT, des dirigeants de la Ligue de gauche travailliste, des syndicalistes des postes et télécommunications, des associations des droits de l'homme.

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 09:43

 




Partager cet article
Repost0
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 10:29


163466 155150517866973 100001160786060 274575 5835675 n
Le peuple tunisien vient de démontrer avec éclat qu’aucune dictature, même soutenue par les plus grandes puissances politiques et financières, n’est éternelle.
Ben Ali, le dictateur honni, a fui honteusement, comme naguère Ceausescu avait fui son palais. Les colosses aux pieds d’argile ne peuvent rien lorsque les peuples se lèvent et décident collectivement de leur sort.

Il est aujourd’hui trop tôt pour évaluer les rebondissements institutionnels de la nouvelle situation en Tunisie, l’histoire de cette révolution ne fait que commencer. Mais comment ne pas voir à quel point l’exemple tunisien télescope d’autres réalités vécues, tout aussi dramatiques, que ce soit l’absence de libertés démocratiques élémentaires ou l’accaparement des richesses par une minorité de privilégiés !
Comment ne pas entendre en écho les jeunes manifestants algériens quand ils réclament au même moment des emplois et un logement et que certains d’entre eux vont jusqu’à s’immoler par le feu, suivant l’exemple de Mohamed Bouazizi. Le gouvernement algérien croit-il pouvoir encore longtemps museler une jeunesse, elle aussi avide de liberté ? Croit-il qu’en choisissant la voie de la répression comme il le fait en arrêtant Ahmed Badaoui, principal animateur de l’association pour les libertés syndicales, il pourra échapper à la lame de fond de l’urgence démocratique qui s’exprime au Maghreb ?

Au-delà de la Tunisie et de l’Algérie, la plupart des États réactionnaires du Maghreb et du Moyen-Orient sont secoués par des mouvements populaires massifs de riposte aux effets de la crise. Le « modèle tunisien » monté en épingle par les charlatans du FMI et de la Banque mondiale voulait cacher l’absence de liberté et la réalité sociale dramatique que vivait la plus grande partie de la population. Ils entendaient imposer les mêmes crédos du libéralisme aux États membres de la Ligue arabe et à leurs habitants.
Le mouvement populaire tunisien a su abattre la dictature de Ben Ali, il en reste une, toujours en place à laquelle nous devons nous attaquer : la dictature du FMI !

Alain Pojolat

olivier_besancenot_reference.jpg

Olivier Besancenot : "Je ne vais pas me retirer sur l'île de Ré"

Le leader du NPA soutient, toujours, l’opposition tunisienne, prépare le congrès de son parti et décoche les flèches sur sa droite
On le rencontre au siège du Nouveau Parti Anticapitaliste (métro Robespierre, ça ne s’invente pas). L’air toujours aussi juvénile, Olivier Besancenot y prépare avec ses camarades le congrès du NPA qui se tiendra à Montreuil les 11, 12 et 13 février prochains et qui appelera au rassemblement des forces anticapitalistes pour 2012. Le porte-parole du NPA doit également y annoncer son intention de ne plus être le seul à porter la parole du parti. En attendant, il suffit de lancer le mot « Révolution » (à propos de la Tunisie) pour le faire démarrer au quart de tour…

Que vous inspire la révolution tunisienne ?
 
On est solidaires depuis des années des luttes de l’opposition tunisienne, alors évidemment qu’on soutient cette révolution, dont le souffle ne va pas retomber comme ça. Le processus révolutionnaire continue, mais nous sommes préoccupés du fait que ce qui nous est présenté comme une transition vers un nouveau gouvernement, ne soit pas ce que le peuple attend. Le peuple tunisien veut se débarrasser du système mafieux et dictatorial de Ben Ali et ne supportera pas des versions « light » de ce système. Il ne veut pas qu’on lui vole sa révolution.

Comment jugez-vous l‘attitude de la France depuis le début du soulèvement ?
 
Nous dénonçons l’hypocrisie du gouvernement français qui soutient en permanence les régimes autoritaires. La palme revient à Mme Alliot Marie qui, il y a quelques jours encore, proposait l’aide technique de la police française à la police tunisienne. On a réclamé qu’elle s’excuse, au nom des victimes de la dictature tunisienne. Si elle n’est pas capable de le faire, elle doit démissionner.

Le soulèvement du peuple tunisien était-il prévisible ?
 
Rosa Luxembourg, qui s’y connaissait en révolution, disait que la minute d’avant ça parait impossible et la minute d’après ça parait évident. Ça résume bien le processus révolutionnaire : personne ne peut le pressentir, pas même ceux qui le portent. La colère du peuple tunisien s’est exprimée à maintes et maintes reprises par le passé. Il y a eu des mouvements sociaux menés par des syndicalistes dans le nord du pays… Mais bien malin qui pourrait dire « je l’avais vu venir ».

Pensez-vous que la « Révolution de jasmin » puisse s’exporter ?
 
Une affiche montre les photos des chefs d’états arabes avec celle de Ben Ali rayée d’une croix. La question induite est : à qui le tour ? Mais la révolution ne s’exporte pas. Chacune aboutit à un changement radical de société dans les circonstances qui sont les siennes. Même si la situation est similaire en Algérie, il y a eu des fissures propres au régime de Ben Ali qui ont permis le soulèvement du peuple. Ce qu’on peut retenir de la révolution tunisienne, mais aussi des mouvements sociaux que l’on a connus dernièrement en Europe, c’est que le peuple se réinvite à nouveau sur la scène démocratique alors que la politique actuelle consiste à l’en tenir le plus éloigné possible. Pour un mouvement comme le nôtre, il y a là un point d’appui, une source d’espoir. Mais c’est une vraie course de vitesse car la colère d’un peuple peut se traduire dans le meilleur, comme dans le pire. Le meilleur, c’est quand le peuple porte ses propres solutions collectives. Le pire, c’est le contraire de ça : le chacun pour soi, le racisme, la xénophobie, avec l’extrême droite toujours en embuscade…

En France, l’arrivée de Marine Le Pen à la tête du Front National change-t-elle la donne ?
 
Marine ou Jean-Marie, c’est bonnet blanc et blanc bonnet. Qui en doute ? Le style est peut-être différent, mais là n’est pas le problème. Comme pour Sarkozy, c’est le fond qui doit nous intéresser. Le programme du Front National – car il y en a un et je vous invite à le lire –, est toujours le même. C’est un programme de droite libérale. Il faut montrer le véritable visage du FN qui est inquiétant. Contrairement à ce qu’il dit, sur les questions sociales, il est toujours dans le camp de la droite. Pendant les mobilisations contre la réforme des retraites, il était du côté du gouvernement et du Medef. La question centrale aujourd’hui, ce n’est pas la nationalité : c’est le social. Les licencieurs, ils ne s’appellent pas Karim, ni Mamadou. Le NPA se revendique d’une très longue filiation politique antifasciste et antiraciste. Ce combat-là, on continuera à le mener.

L’air du temps semble plutôt favorable aux thèses révolutionnaires…
 
Avec la crise financière, on nous annonçait un boulevard et ça n’a pas été le cas : on a subi un revers électoral au moment des régionales. Le mouvement social nous a plutôt remis en selle et nous essayons d’établir des connexions entre les différents mouvements anticapitalistes. Le succès d’un livre comme celui de Stephane Hessel  est un signal important. On sent une colère intacte, mais le mouvement social se cherche. Il faut des solutions politiques et pour nous, elles sont anticapitalistes. Pas parce que le mot fait frémir et fantasmer, mais parce que la satisfaction des besoins sociaux passe par des financements qui prennent sur les profits de ceux qui sont responsables de la crise, les banquiers, les spéculateurs… et personne d’autre.

Serez-vous candidat aux prochaines élections présidentielles ?

La question de savoir qui sera le candidat ou la candidate anticapitaliste en 2012 sera tranchée au mois de juin. Mais avant de discuter du « qui », on va discuter du « pourquoi » et du « comment » au congrès du NPA qui aura lieu à la mi-février. Nous appellerons à une candidature de rassemblement anticapitaliste, dans le prolongement du mouvement social contre les retraites. Du succès de cet appel dépendra le choix du candidat à la présidentielle.

Le rassemblement anticapitaliste que vous appelez de vos vœux pourrait-il comprendre Jean-Luc Melenchon ?

À lui de dire s’il se compte dans les forces anticapitalistes. Il a été ministre de la gauche plurielle dans un gouvernement qui a privatisé plus que tous les gouvernements de droite réunis... Nous, on veut se débarrasser de Sarkozy, mais pour autre chose que l’alternance.

Comment faut-il comprendre votre souhait de ne plus être le seul porte-parole du NPA ?

J’ai toujours insisté sur la nécessité que le NPA soit représenté par plusieurs porte-parole. Cette fois, c’est inscrit à l’ordre du jour de notre congrès. Pas dans l’idée que je m’en aille, mais simplement de mettre le NPA en accord avec ce qu’il est : un outil collectif. Nous avons peut-être trop joué sur la personnalisation, qui est contradictoire avec la nécessité d’implication collective que l’on défend. Mais il n’est pas question que je me retire sur l’île de Ré. Je suis un militant et un combattant anticapitaliste et, quoi qu’il arrive, il faudra compter avec mon énergie militante et avec ma voix.


Philippe Dobrowolska
Partager cet article
Repost0
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 09:13

 

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 11:41

 




Partager cet article
Repost0
29 décembre 2010 3 29 /12 /décembre /2010 12:42

 

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 10:27
flics-noir.jpg



À l’évidence, en manifestant leur mécontentement contre les jugements prononcés par le tribunal de Bobigny à l’encontre de policiers faussaires, leurs collègues ont surtout révélé leur surprise et leur incompréhension.

 

Comment, la police n’aurait pas tous les droits ? Elle ne pourrait plus mentir ? Elle aurait des comptes à rendre ? L’impunité ne serait plus la règle ? Il y a effectivement de quoi être surpris ! Dopés par les proclamations martiales de Sarkozy et de ses affidés, certains policiers pouvaient se croire tout permis. Et, d’ailleurs, ils se permettaient tout ! De bavures en bavures, certains tendaient même à rétablir en pratique la peine de mort à l’encontre des jeunes des quartiers populaires, parfois pour des délits mineurs.


Sans risques majeurs… puisqu’ils avaient pu jusqu’alors bénéficier de la mansuétude de la police des polices, des responsables politiques, du parquet et de la majorité des juges quand, « par malheur », l’affaire n’avait pu être étouffée à la source, comme c’est la règle quand des policiers sont en cause. Sans compter le soutien sans faille de leur hiérarchie et, bien sûr, des « syndicats » policiers, Alliance ou Synergie, jamais en reste quand il s’agit de dénoncer « le laxisme des juges ».


Cette véritable culture de l’impunité n’est pas seulement révoltante. Elle est extrêmement dangereuse puisqu’elle est à l’origine de nombreux drames mortels. Pour ne prendre que les exemples les plus récents : le décès, début décembre à Colombes, de Mahamadou Maréga causée par l’utilisation par un policier d’un pistolet Taser (voir page 4) ou, ce lundi à Marseille, la mort d’un homme tué au flashball, là encore par un policier. Bien sûr, la légitime défense est systématiquement invoquée… Et, bien sûr, Brice Hortefeux se précipite devant les micros pour réciter l’argumentaire commercial de la société qui vend le Taser…


On comprend donc la surprise causée par les verdicts de Bobigny. Les policiers condamnés étaient tout juste accusés… d’avoir tabassé un suspect et d’avoir fabriqué un faux procès-verbal, accusant l’automobiliste de leur avoir foncé dessus, un crime qui aurait pu valoir à ce dernier une condamnation à perpétuité. On pourrait penser que le fait que ces délinquants policiers, pris la main dans le sac, aient été sanctionnés soit quand même la moindre des choses !


Eh bien, pas du tout pour Hortefeux qui trouve les condamnations … « disproportionnées ». Il y a pire encore. Utilisant leurs véhicules de service, gyrophares allumés et sirènes hurlantes, une bande policière tente de s’en prendre à la justice : cette attitude purement factieuse aurait dû être condamnée avec la dernière énergie par les pouvoirs publics, eux qui n’ont à la bouche que « l’ordre républicain ».


Pas du tout ! Ils peuvent compter – et ils le savent – sur la complaisance de leur ministre, lui-même, il est vrai, authentique délinquant condamné pour racisme !


François Coustal

 

news_42b923d58c75a.jpg

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2010 5 17 /12 /décembre /2010 12:29

 




Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg