Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 août 2010 6 28 /08 /août /2010 09:55
IMG0270


 

 

 

 

 

 

Au village vacances des Carrats, les 1.200 militants du NPA, réunis pour leur université d'été dans le décor à la Miami Beach de Port-Leucate, ont le sourire aux lèvres malgré leur récente gamelle aux élections régionales (2, 5% contre 6, 9% pour le Front de gauche). «L'année a été très dure, reconnaît tout de même Rodolphe, un militant parisien de 27 ans. Il y a eu quelques journées de grève qui n'ont pas abouti à un mouvement fort, contrairement à 1995 et 2003, alors les nouveaux militants n'ont pas vu tout de suite que la lutte, l'organisation, ça paie


Et des anticapitalistes sans mouvement social, «c'est un peu comme un poisson hors de l'eau», lance cet enseignant en lycée professionnel. «En réalité, pendant la crise, les gens ont la tête dans le guidon, ce qui n'est pas propice à de grandes mobilisations», soupire un autre militant parisien, Patrick, 38 ans.


«On pensait que la crise allait ouvrir un boulevard aux anticapitalistes mais les gens ont surtout peur pour leur situation, et ils se tournent vers des choses plus immédiates et possibles», analyse Pierre-François Grond, numéro deux du NPA. Traversé par de multiples interrogations (questions de laïcité et de féminisme, de l'alliance avec le Front de gauche, du rôle des militants au sein des syndicats, de la représentation qu'Olivier Besancenot ne veut plus incarner seul) après un an et demi d'existence, le parti espère se refaire une santé. Grâce avant tout à une rentrée sociale «très riche et avec plein de possibilités pour une organisation comme le NPA», dit Margarita Alauzet, membre du comité politique national.


Il s'agit donc de surfer sur la mobilisation contre la réforme des retraites du 7 septembre. Autant le NPA ferme la porte à toute alliance électorale qui inclurait de près ou de loin un Front de gauche «compromis» avec le PS, autant il veut brasser large côté mouvement social.


Vendredi soir, le traditionnel discours de clôture d'Olivier Besancenot (qui n'est arrivé que jeudi après-midi) a d'ailleurs été remplacé par un meeting unitaire pour le retrait du projet de loi sur les retraites, rassemblant des représentants des Verts, du parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon, du parti communiste, du PS (à travers un Gérard Filoche sobrement présenté comme inspecteur du travail), de divers syndicats (dont la CGT) ainsi que d'Attac. «L'idée est de rappeler que ce serait bien que les universités d'été à gauche ne regardent pas que 2012, explique Olivier Besancenot. Les élections de 2012 n'auront pas le même visage si Sarkozy fait passer sa réforme ou si le mouvement social et ouvrier réussit à la stopper.»


«Accélérer la crise politique et sociale»


«L'enjeu de la rentrée est de battre le gouvernement sur les retraites, avec l'unité d'action la plus large possible, dit François Sabado, qui fut membre du bureau politique de la Ligue pendant trente ans. S'il perd, ça changerait beaucoup de choses car ce serait notre première victoire depuis longtemps. Et nous allons tout faire pour accélérer la crise sociale et politique.» Et d'ajouter : «Avoir Woerth comme ministre pour régler les retraites est un vrai problème pour le gouvernement.»


Derrière lui, ce n'est pas l'affiche, qui représente Eric Woerth et Nicolas Sarkozy sur fond d'un billet de 500 euros («Dehors! Parce qu'ils ne valent rien!»), qui le contredira. Patrick, par ailleurs syndicaliste CGT dans la fonction publique de la Ville de Paris, en est lui aussi convaincu : «La priorité, c'est d'infliger une défaite sociale à Sarkozy et de redonner le moral aux gens, car, si on attend les présidentielles 2012, on va arriver groggy.»

Malgré les revers des européennes et des régionales, l'effet Besancenot joue toujours à plein pour les présidentielles, selon un sondage TNS-Sofres-Logica, publié le 26 août par Le Nouvel Obs.

 

S'il rengainait ses doutes et rempilait une troisième fois, le postier obtiendrait de 7% des voix (avec Martine Aubry comme candidate socialiste) à 9% des voix (si c'est DSK). «C'est plutôt le PCF qui a un problème pour la présidentielle: soit il s'aligne sur Jean-Luc Mélenchon, soit sur Martine Aubry, soit il présente son candidat qui fera les mêmes scores que Marie-George Buffet, estime François Sabado en réponse à l'attaque du nouveau patron du PCF, Pierre Laurent, qui tient son université d'été à partir d'aujourd'hui dans les Landes et, selon qui, les choix politiques du NPA «l'ont mené dans une impasse».


Chez les militants projetés dans une réflexion sur «le socialisme du XXIe siècle», fil rouge des conférences, la question des élections semble presque accessoire. «Je suis plus attachée à la propagation de nos idées dans l'opinion qu'aux scores électoraux», explique Gisèle, 41 ans, venue du milieu altermondialiste. «Ce n'est pas notre terrain, avoir des élus n'est pas un but en soi», hausse des épaules Rodolphe.


«Reprendre à zéro des débats difficiles»


Les questions de cuisine interne (organiser un porte-parolat collectif pour soulager Olivier Besancenot, décider de «critères de représentativité des candidats NPA», c'est-à-dire la question du voile, etc.) ont été renvoyées au congrès de novembre. «La direction qui sortira du congrès élira en son sein des portes-paroles», détaille Olivier Besancenot, qui a trouvé les tribunes collectives des régionales «vachement plus enthousiasmantes» et voit dans un porte-parolat collectif «une façon de corriger le tir par rapport à ce qu'on est vraiment», comprendre un parti luttant contre la personnalisation du pouvoir.

 

Mais pour les historiques de la Ligue, un coup d'œil sur le public très divers qui circule entre les chapiteaux et la plage suffit à se rassurer.

«Il y a une réalité politique et sociale qui dépasse largement celle de la LCR», se réjouit François Sabado. Au sein du comité politique national, Margareta Alauzet, membre de la commission quartiers populaires et arrivée avec la création du NPA, assure avoir du mal à deviner «qui venait ou pas de la LCR». «Le clivage me paraît fallacieux car la page a été tournée très vite, dit cette jeune prof d'histoire-géo à Marseille. S'il reste des nostalgies, c'est plutôt au niveau local.»


Sur les 9.000 adhérents enregistrés lors de la création du NPA, 7.000 à 7.500 sont toujours présents. Un chiffre qui n'a pas bougé depuis un an selon Pierre-François Grond. «Tout le mouvement altermondialiste, anarchiste, etc., qui est entré a donné une bouffée d'oxygène», salue Sandrine, 31 ans, qui militait à la Ligue depuis 2003. «Mais ça rend aussi la ligne directrice plus difficile à construire», souligne Solange, ancienne instit de 58 ans, entrée au NPA à sa création après avoir longtemps flirté avec la LCR.


Certains ont l'impression d'une précipitation non maîtrisée. «Il faut qu'on reprenne à zéro des débats difficiles que nous n'avons pas eu le temps de mener, car nous nous sommes tout de suite trouvés embringués dans des échéances électorales qu'on ne contrôlait pas», regrette Antoine, 30 ans, militant à la Ligue depuis 1995. Avec de vrais clashs comme, dans le Vaucluse, sur la candidature aux régionales d'une militante NPA portant un voile, ce qui a provoqué une séparation des comités locaux.


«Mais, malgré ce “chaos créateur” (selon la formule d'un autre militant), les envies NPA, contradictoires peut-être, persistent, remarque Jacques Fortin, militant avignonnais et historique de la LCR. Donc le projet NPA, tel qu'on l'avait tenté, est difficile, mais il est là.» Et il joue gros, pariant sur un rentrée sociale dont il présentera ce soir le premier acte avec le meeting contre la réforme des retraites.


Par Louise Fessard. - Médiapart.fr - 27 Août 2010

Partager cet article
Repost0
27 août 2010 5 27 /08 /août /2010 13:14
Interview

Questions à olivier Besancenot Porte-parole du nouveau parti anticapitaliste


Par LILIAN ALEMAGNA

 

 

Votre congrès se tiendra en novembre. Quel est le rôle de l’université d’été, débutée hier à Port Leucate, dans sa préparation ?

C’est une étape pour rebondir. Le NPA est un nouvel outil politique qui doit se perfectionner. Naturellement, le parti se cherche encore. Il traverse une crise existentielle, mais qui peut être salutaire. Nous revendiquons le droit à douter. Nous devons débattre de nous-mêmes, sans être autocentrés pour autant. Nous ne réussirons pas à régler des questions de stratégie, de laïcité, de porte-parolats qu’en votant de bonnes résolutions. Il faudra continuer à apprendre en marchant et s’ouvrir vers les autres. Car l’université d’été est d’abord l’occasion d’ouvrir les fenêtres vers l’extérieur.

Comment le NPA prépare-t-il la mobilisation sociale de septembre ?

L’université d’été est notre prérentrée sociale et politique. Avec la manifestation du 4 septembre contre la politique sécuritaire et raciste du gouvernement et la grande grève du 7 contre la réforme des retraites, la rentrée arrive à l’heure ! Nous nous préparons à combattre ce gouvernement, monstre à deux têtes qui, par complémentarité, favorise les plus riches avec des politiques libérales et réprime ensuite par la peur.

Deux manifestations en moins d’une semaine, vous ne craignez pas de disperser les forces ?

Non. L’important est que la gauche se lève et dise : «Trop c’est trop.» Nous assistons à une tentative grotesque de diversion sur le thème de l’insécurité alors que la préoccupation majeure reste l’insécurité sociale. En descendant dans la rue les 4 et 7 septembre, nous combattons deux faces d’une même politique.

Partager cet article
Repost0
26 août 2010 4 26 /08 /août /2010 18:05

 


Partager cet article
Repost0
26 août 2010 4 26 /08 /août /2010 12:16

 




Partager cet article
Repost0
26 août 2010 4 26 /08 /août /2010 12:13

 




Partager cet article
Repost0
26 août 2010 4 26 /08 /août /2010 11:28

Par LILIAN ALEMAGNA

 

 

Reprendre pied… au bord de la mer. Après une saison agitée en interne, des luttes sociales difficiles et un échec cinglant aux régionales (2,5% contre 6,9% pour le Front de gauche), Olivier Besancenot et les siens entament aujourd’hui leur opération sauvetage du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA).

Quatre jours d’université d’été à Port-Leucate (Aude) pour disserter du «socialisme du XXIe siècle». Et mettre à plat, à trois mois du prochain congrès, en novembre, les différends qui minent les militants depuis un an : la stratégie électorale, la question du voile et le choix des successeurs de Besancenot.


Alliances


L’épineux sujet des relations avec les autres formations de gauche en vue de 2012 doit être tranché au congrès. Mais les militants attendent de pouvoir avancer là-dessus dès cette rentrée. «Les délais pour préparer le congrès sont courts. Ce serait pas mal de profiter de cette université d’été pour clarifier notre stratégie», plaide Danièle Obono, comptant, au sein de la direction, parmi les plus enclins aux alliances avec le Front de gauche.

 

«Le NPA n’est pas divisé entre plus unitaires et moins unitaires… réfute Omar Slaouti, ancienne tête de liste aux européennes. La vraie question à poser est : que peut-on attendre des autres partis sur leur programme et sur leur indépendance par rapport au PS ? C’est la frontière sur laquelle on travaille.» «Il y a besoin de rendre le NPA plus utile, plus crédible, milite pour sa part Christian N’Guyen, au comité exécutif. Etre ancré dans la réalité pour préparer un renversement du système capitaliste sans pour autant attendre le grand soir.»


Deuxième chantier : la place de ces nouvelles militantes qui portent le foulard. Dans un parti tiraillé par les questions de religion, laïcité et féminisme, les débats sur le sujet devraient faire le plein.


Enfin, cette université d’été pourrait être la dernière d’Olivier Besancenot comme porte-parole unique du NPA. Le leader anticapitaliste a annoncé, avant les vacances, son «envie de prendre une place nouvelle dans la direction», et de laisser la place à plusieurs de ses camarades. «Mais c’est encore un tabou au sein de la direction. On n’en a jamais parlé ouvertement entre nous !» soupire un membre de l’exécutif.


Mobilisation

 

Pas question pour autant de régler tous ces problèmes en quatre jours. «On ne veut pas que cette université d’été soit simplement un lieu de débat interne, fait valoir Sandra Demarq, une des dirigeantes. L’axe principal sera de combattre Sarkozy, sur les retraites et sur la sécurité.» Besancenot et les siens veulent faire de leur rentrée la première mobilisation «unitaire» contre la réforme des retraites. Vendredi, des représentants de la fondation Copernic, d’Attac, de la CGT, du Parti de gauche, du PCF et des Verts précéderont l’intervention de Besancenot.

 

«Le mot d’ordre est simple, explique Frédéric Borras, de la direction : Faire converger les luttes et les mobilisations pour obtenir le retrait pur et simple de la réforme Woerth.» En appelant à la «grève générale reconductible» à partir des manifestations du 4 et du 7 septembre, le NPA espère ressouder ses troupes sur le terrain de la lutte sociale.


«Notre université d’été, contrairement à d’autres, ne sera pas axée sur 2012 et le candidat», ironise Sandra Demarq. Mais on en causera quand même beaucoup.

Partager cet article
Repost0
24 août 2010 2 24 /08 /août /2010 08:40

 




Partager cet article
Repost0
22 août 2010 7 22 /08 /août /2010 18:13

1.jpg

 

Châteaulin

 

2.jpg

 

Locronan

 

3.jpg

 

6.jpg

 

4.jpg

 

P7280010.JPG

 

5.jpg

 

Douarnenez

 

9.jpg

 

Plozevet

 

8.jpg

 

Plouhinec

 

7.jpg

 

Esquibien

Partager cet article
Repost0
21 août 2010 6 21 /08 /août /2010 09:39

Le prochain conseil des ministres n'aura pas besoin de se pencher sur la politique fiscale à suivre pour les deux à venir. Le cabinet très restreint réuni autour de N. Sarkozy, au fort de Brégançon, aura déjà tracé la route à suivre.

 

Les 10 milliards d'euros d'économies annoncées seront payés par les salariés et la population, à l'exclusion des privilégiés, à l'image de Madame Bettencourt et des généreux donateurs envers l'UMP ou les micros partis qui gravitent autour du parti présidentiel et les financent.

 

Les décisions annoncées vont entrainer de nouvelles suppressions d'emplois parmi les fonctionnaires qui verront, en plus, leur salaire baisser, à cause du gel de leurs salaires en 2011.


La réduction des dépenses de santé c'est un coup supplémentaire porté contre l'hôpital public et la protection sociale. La fermeture des hôpitaux de proximité, les suppressions de postes de personnel soignant, de médecins, de chirurgiens, de personnels administratifs et de service, les nouvelles diminutions de remboursement par la sécurité sociale mais aussi par les mutuelles vont pénaliser durement la population, les malades.


Le NPA condamne énergiquement ce nouveau tour de vis destiné à faire payer la crise à la majorité de la population.


Ces annonces ne rendent que plus urgentes et indispensables les mobilisations de l'ensemble des salariés du privé comme du public, les 4 et 7 septembre, pour faire échec à la politique sécuritaire et de destruction des droits sociaux, des services publics.


Mais face à la violence de ces attaques, une lutte prolongée unitaire s'impose, comme cela s'est produit au moment du CPE, pour obliger le gouvernement à retirer ses projets.

Partager cet article
Repost0
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 07:52

Au royaume de Mr Woerth, l'honneur n'est pas légion. Mr Woerth a la légion facile, surtout pour ceux qui lui rendent service.

 

Après Mr de Maistre, gestionnaire de la famille Bettencourt qui embauche la femme d'E. Woerth, c'est au tour de Mr Godet, comptable chargé des comptes de la campagne municipale et du micro parti de Mr Woerth, d'être décoré.

 

Mr Woerth va devenir champion du conflit d'intérêt et des petits cadeaux en tout genre pour service rendu...

 

Mais E. Woerth a de la chance : il n'est pas Rom et ne vient pas d'un quartier populaire de Grenoble. Non, c'est le ministre du travail qui veut faire travailler les salariés au-delà de 60 ans pour faire des économies!

 

S'il reste un zeste d'honneur à Woerth, qu'il démissionne. Sinon la rue se chargera de le faire partir, lui, sa loi.....Et sans décoration.

Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg