Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 août 2009 7 23 /08 /août /2009 14:30

 

 

 

 

Lundi 24 Août 2009

Olivier Besancenot sera l'invité du 19/20 sur FR3 (à partir de 19h30)

 

 

 

 

Lundi 24 Août 2009

Olivier Besancenot sera l'invité politique de France Info à 18h15.

 

 

 

 

Lundi 24 Août 2009

Pierre-François Grond (Comité Exécutif du NPA) sera l'invité de Sud Radio à 8h30

Partager cet article
Repost0
22 août 2009 6 22 /08 /août /2009 08:48


vendredi 21 août 2009

9196_image.jpg
Crédit Photo: Photothèque Rouge/JMB

PARIS, 21 août 2009 (AFP) - Olivier Besancenot, porte-parole du NPA, tire un "bilan positif" des premiers mois d'existence de son parti qui tient sa première Université d'été à Port-Leucate (Aude) de dimanche à mercredi, et souligne le "besoin d'unité sociale et politique" face au gouvernement.


Q : Quel bilan tirez-vous du NPA six mois après sa fondation?

R : C'est un bilan positif, on n'a pas à rougir. On a eu un congrès de fondation (6-8 février) quelques jours après la première grande journée de grève (29 janvier) où on était des millions dans la rue. Six mois après, la droite est vainqueur des européennes. Pour la manifestation de juin, il n'y avait pas grand monde dans la rue et c'était prévisible.


Ce n'est donc plus tout à fait le même contexte, il faut l'analyser. Il y a en tout cas une gauche anticapitaliste qui existe bel et bien, qui est présente dans les luttes sociales et dans les élections même si on a été plus touché que d'autres par l'abstention et qu'on n'a pas d'élus européens. 5%, ce n'est pas une entrée fracassante mais ça prouve qu'on est là et bien là.


Q : Le NPA va-t-il s'associer à d'autres partis pour les régionales?

R : On discute avec tout le monde, on a rencontré la Fédération, les Alternatifs, Lutte ouvrière, le PCF, le Parti de gauche, des militants d'associations de quartiers. Pour la gauche radicale, il ne s'agit pas de rajouter du dénigrement à l'émiettement.


On propose d'assumer l'indépendance totale du PS sur le long terme, pas simplement avoir des accords de circonstance pour des exécutifs régionaux, mais assumer une rupture avec l'union de centre gauche qui semble se profiler avec les discussions PS, Verts et MoDem. Jean-Luc Mélenchon semble parler d'autonomie, d'indépendance vis-à-vis du PS. Mais on n'a pas les mêmes réponses entre le PCF et Mélenchon (associés pour les européennes, ndlr).


Q : Comment voyez-vous la rentrée sociale alors que la CGT a refusé votre invitation à Port-Leucate?

R : On n'est pas des astrologues. Elle peut être chaude ou froide. Mais il ne faut pas tomber dans le panneau de se tromper d'adversaire. On ne fait pas campagne contre la CGT à la rentrée mais contre le patronat et la droite.

On a besoin d'unité sociale et politique. Il faut s'en donner les moyens et discuter franchement, y compris avec les organisations syndicales.


On va leur retendre la main et je suis persuadé que la CGT acceptera de discuter. Pas mal de militants CGT ne comprendraient pas que leur confédération qui participe régulièrement à l'Université d'été du Medef ait décliné l'invitation du NPA. C'est un peu disproportionné.

Propos recueillis par Julie DUCOURAU

 

Première Université d'été du NPA entre "résistance" et voeu d'"unité" à gauche (Par Julie Ducourau)


PARIS, 21 août 2009 (AFP) - Six mois après sa fondation, le Nouveau parti anticapitaliste qui n'a obtenu qu'un score en demi-teinte aux européennes, tient sa première Université d'été de dimanche à mercredi à Port-Leucate (Aude), sous le signe de la "résistance" et de l'"unité" face au gouvernement.


L'enjeu de l'Université d'été du NPA est "double", explique à l'AFP Olivier Besancenot, porte-parole. "D'abord, un appel au mouvement ouvrier, au mouvement social et à la gauche, à entrer en résistance contre le gouvernement et être en mesure de bloquer sa politique actuelle sur la réforme de trop, le plan de licenciement de trop", selon lui. Il ne faut "pas tomber dans le piège de la division mais être le plus unitaire possible face à la droite et Nicolas Sarkozy", assure-t-il.


Le deuxième enjeu est "plus interne", il s'agit "d'ouvrir l'acte II du processus du NPA", c'est-à-dire "essayer de s'adapter au nouveau contexte dans lequel on est", d'après le postier de Neuilly. "Au moment de notre congrès de fondation, on était dans un phase ascendante de mobilisation sociale. Depuis le mois de juin, on est plus dans une période de reflux", constate-t-il.


Telle devrait être la teneur du discours que doit prononcer M. Besancenot dimanche soir, temps fort de ces quatre journées centrées sur "un monde en crise" où se succèderont forums, ateliers et "travaux pratiques" (écriture de tracts, slam, salsa antisexiste, etc...).


Un débat avec les syndicats est également prévu, mais la CGT a décliné l'invitation du NPA lui reprochant de "prétendre donner des leçons aux responsables syndicaux". En mars, François Chérèque l'avait qualifié de "rapace". Finalement, seuls Gérard Aschieri (FSU) et Annick Coupé (Solidaires) seront présents.


Fondé en février dernier sur les bases de la Ligue communiste révolutionnaire créée en 1969, le NPA qui revendique environ 9.000 adhérents (3.200 à la LCR), aurait par ailleurs subi des pertes sèches dans ses rangs après les européennes, selon certains médias. "Ces informations sont infondées", assure M. Besancenot qui souligne que le "système de remise de cartes aux adhérents est en cours" et que les résultats seront donnés "en toute transparence" à l'automne. Et de se féliciter de l'affluence record à Port-Leucate où 1.500 personnes sont attendues (1.000 en 2008 pour la LCR).


Il n'empêche que le NPA n'a pas réussi son premier test électoral. Avec 4,9% des voix et aucun élu au Parlement européen, il s'est fait distancer par le Front de gauche PCF-Parti de gauche (6%, 4 eurodéputés) qu'il avait refusé de rejoindre. "Un résultat satisfaisant", dit-on au NPA où un courant "Convergences et alternative" s'était cependant constitué mi-mai pour l'unité "dans les luttes et les élections". Mais d'après le politologue Gérard Grunberg, le NPA "a raté son départ".


Pour les régionales de mars 2010, les premières discussions unitaires ont commencé. Olivier Besancenot et l'ex-socialiste Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche) se sont déjà prononcés pour des listes de gauche "indépendantes" du PS au premier tour. Une table ronde avec les partis de la gauche de la gauche a lieu lundi à Port-Leucate.


Mais les décisions finales des partis ne seront connues qu'à l'automne. M. Grunberg n'est "pas sûr que Mélenchon s'alliera avec les trotskistes" et juge "déraisonnable" de la part du NPA d'"exclure les socialistes de l'union de la gauche". Olivier Besancenot n'a d'ailleurs pas reçu la lettre de Martine Aubry (PS) sur la "maison commune" envoyée en juillet aux chefs des partis de gauche (Verts, PCF, Parti de gauche, PRG et MRC).

Partager cet article
Repost0
20 août 2009 4 20 /08 /août /2009 09:31

Vendredi 21 Août 2009

Olivier Besancenot sera l'invité de "l'interview politique"


à 8h20...

Partager cet article
Repost0
19 août 2009 3 19 /08 /août /2009 19:11


mercredi 19 août 2009

500_____evolution_v3_22.png


Complet ! La première université d'été du NPA qui se déroulera à Port Leucate du dimanche 23 au mercredi 26 août est déjà un succès en terme de participation.


Au point qu'il a fallu chercher des solutions d'hébergement supplémentaires à proximité du village vacances Les Carrats qui accueillera militant-e-s et sympathisant-e-s du NPA.

Une réponse nette à la petite campagne médiatique de juin qui voulait à toute force donner à voir un NPA dans la mouise perdant des milliers (!) de membres.


Cette initiative sonnera la rentrée politique du NPA. Une rentrée politique que nous espérons chaude, car les raisons de se révolter sont plus importantes après cet été meurtrier marqué notamment par de nouvelles attaques contre les retraites ou le repos du dimanche et par des vagues de licenciements qui se poursuivent. Ce sera l'occasion de faire le point sur la crise économique que le gouvernement veut à toute force voir derrière lui et sur nos réponses à cette crise. Le lien entre crise économique et crise écologique sera aussi l'objet de débats ainsi que la question du réchauffement climatique dans la perspective de la mobilisation à l'occasion du sommet de Copenhague à la fin de l'année.


Un meeting public, dimanche soir, permettra de développer notre analyse de la situation en cette rentrée, de développer nos réponses, de donner la parole à des représentants de secteur en lutte.


Au menu également, la tenue de deux débats pluralistes. L'un consacré aux mobilisations dans lequel nous avons convié les responsables des principales organisations syndicales.


Cet été, la presse s'est fait l'écho du refus de la direction de la CGT d'y participer invoquant notamment l'hostilité à son égard dont nous aurions fait preuve au cours des mobilisations de ces derniers mois et du fait que nous ne respecterions pas les "prérogatives des syndicats par rapport aux partis politiques". Nous avons répondu à la CGT que nous souhaitions sa présence au-delà de nos divergences. Il n'est pas trop tard pour envoyer un représentant à Port Leucate. En effet, c'est bien un débat fraternel et pluraliste que nous voulons et il serait incompréhensible que la CGT, s'en détourne alors qu'elle ne rechigne à débattre avec personne à l'accoutumée, en répondant par exemeple à l'invitation d'autres partis comme le PS ou le PCF et même... à celles du Medef !


Les divergences invoquées méritent d'être clarifiées et débattues. Nous pensons pour notre part que si les syndicats et les partis n'ont pas la même fonction, il n'y a pas de barrière hermétique entre les deux, comme l'a montré le LKP en Guadeloupe. C'est même peut être la clé du succès... Partisans d'une opposition radicale au patronat et au gouvernement, nous avons nous aussi des propositions à faire en terme de rythme et de forme de mobilisation. Et c'est un débat d'une actualité... brûlante !


Le second débat pluraliste permettra d'échanger avec des représentants du PCF, du Parti de Gauche, de la Fédérationdes Alternatifs, des Alterekolos, des Objecteurs de Croissances (d'autres mouvements n'ont pas donné suite à notre invitation) sur les convergences possibles entre nos courants politiques, sur les terrain des mobilisations et sur celui des élections.


En présence d'invités venus de nombreux pays, l'Université d'été sera aussi l'occasion de faire le point sur l'actualité de l'anticapitalisme à l'échelle internationale.


Impossible ici de faire le point sur les nombreux sujets qui seront aussi abordés, mais vous pouvez vous reporter au programme complet dans la rubrique « université d'été » du site.


Si vous n'êtes pas inscrits, c'est trop tard, mais pas de crise de nerfs !: vous pourrez suivre l'actualité de l'université d'été sur le site npa2009.org. Nous mettrons au fur et à mesure en ligne textes et vidéos pour vous faire partager un peu ce moment...

Partager cet article
Repost0
19 août 2009 3 19 /08 /août /2009 13:20


Les 8 & 9 août 2009, à l'initiative du NPA de Crozon s'est tenue la "Fête Changer le Monde" à Argol. Plusieurs centaines de personnes s'y sont retrouvées.

Dans une très bonne ambiance se sont succédés des groupes musicaux de qualité: chant, rock , folk, accordéon diatonique...



Louis Le Pape, de Pont l'Abbé, membre du CPN (Comité Politique National du NPA) pour le NPA du Finistère, a fait un intervention politique à la tribune en début de fête, les discussions se sont poursuivies aux tables de presse, au stands ou à la buvette...



Plusieurs associations, que nous remercions pour leur participation, ont tenu des stands durant toute la fête: l'Association France Palestine Solidarité, Le Planning Familial, le Réseau sortir du nucléaire, mais aussi les faucheurs d'OGM et un groupe de soutien aux sans papiers.

Les camarades de Crozon avaient prévu un dispositif impressionnant tant au niveau de la restauration, de qualité!, que de la sonorisation.
A milieu d'un été plutôt gris, le Finistère a de plus connu pour ces 2 journées un ensoleillement ostentatoire.



A la table de presse du NPA, un "Espace André Fichaut" rendait hommage à notre camarade, militant ouvrier et révolutionnaire, qui nous a quitté en début d'été.



Plus de 200 euros de journaux, brochures et livres ont été vendus.
Pour une première en presqu'île de Crozon, cette fête est donc une réussite.

André (du NPA Brest) 06 42 17 95 56

Partager cet article
Repost0
13 août 2009 4 13 /08 /août /2009 08:04

Pas de vacances contre l'UMP de Sarkozy et Wauquiez !

Depuis plusieurs étés, la caravane de l’UMP, en VRP zélé du MEDEF parcourt la France pour « faire de la pédagogie auprès des Français » et « expliquer les réformes ».

Ce samedi 8 août, elle s’arrêtait sur la place du Breuil au Puy-en-Velay. L’occasion pour les cumulards de mandats Adrien Gouteyron (sénateur-maire) et Jean Proriol (député-maire) de faire assaut de démagogie pour débiter leur baratin ultra libéral devant un parterre clairsemé de notables. Une véritable insulte pour les salariés et la population victimes de la crise du capitalisme.

Des militants du NPA 43 – dont une majorité de femmes - s’étaient mobilisés pour leur souhaiter la "malvenue". Nos tract et pancartes « Licenciements par milliers – Merci Wauquiez UMP ! », « Baisse du pouvoir d’achat - Merci Sarkozy ! » « La retraite à 67 ans - Merci l’UMP ! » etc. ont rappelé aux altiligériens et aux touristes que la politique de casse sociale du gouvernement ne faiblissait nullement en période estivale et que l’heure restait à la combativité.

Les comités du NPA 43

Partager cet article
Repost0
9 août 2009 7 09 /08 /août /2009 09:31
Partager cet article
Repost0
7 août 2009 5 07 /08 /août /2009 16:46


mardi 4 août 2009

Affiche Argol couleur version définitive.jpg


A l’occasion du Festival du bout du monde, à Crozon (Finistère), le NPA organise la fête "Changer le Monde !", à proximité, à Argol, les 8 et 9 août.


Les camarades NPA de la presqu'île de Crozon organisent une grande fête du NPA, au parc des jeux bretons, à Argol. La fête Changer le Monde ! sera l'occasion de faire connaître le parti, permettre des discussions politiques et vivre un moment festif. Les bénéfices de cette fête serviront à construire un local pour le comité NPA de Crozon. Les militants ont travaillé durement ces dernières semaines, afin de proposer un programme joyeux de qualité.


Une intervention politique du NPA est envisagée en début de chaque journée.

Le 8 août, à partir de 15 heures, plusieurs concerts auront lieu, avec en tête d'affiche : Chloé, The Blackstarliners, Beuhn & the Dunkies, Pierre Nesta, Posto Beach.

Le 9 août, à partir de 16 heures, des musiciens et des chanteurs participeront à un apéro-folk et un fest deiz. Parmi eux : Trio Guillet, Son-ar-Winojenn, ou encore les chanteurs d’Huelgoat.


Des stands seront montés pour accueillir plusieurs associations, comme l'association France-Palestine Solidarité (AFPS), le réseau Sortir du nucléaire et le Mouvement français pour le planning familial  (MFPF).


Pour les repas, le lieu pourra accueillir au moins 200 personnes, avec au menu, entre autres, du cochon grillé.

En hommage à André Fichaut, figure emblématique du parti, qui nous a quittés au mois de juin, un espace lui sera consacré, avec, notamment, la présentation de son livre « Sur le pont, souvenir d'un ouvrier trotskyste breton ».


Une table de presse du NPA sera animée, les différents comités NPA pourront y apporter de la documentation, et participer à de nombreux débats.


L'entrée de la fête s'élèvera à 5 euros par jour, par personne. Un partenariat avec l’association « Vieux métiers d’Argol » permettra, à bas prix, de visiter leur musée, situé à proximité de la fête.


Pour éviter aux participants de devoir prendre la route le samedi soir, des possibilités de camping à proximité ont été négociées avec la mairie et un fléchage de la fête a été prévu dans les environs.


Cette fête se veut un rendez-vous populaire et les camarades de Crozon y attendent beaucoup de monde. En cette période où de nombreux adhérents et amis du NPA peuvent être en Bretagne, c'est l'occasion de venir faire la fête à Argol, les 8 et 9 août 2009 !

Le NPA de la presqu'île de Crozon

Partager cet article
Repost0
2 août 2009 7 02 /08 /août /2009 20:52


samedi 1 août 2009

9352_image.jpg
Crédit Photo: Photothèque Rouge/JMB

Pas de répit cet été : chaque jour apporte son lot de destructions sociales. La rentrée appelle une stratégie de lutte préparée.


Les menaces d'explosions sont-elles des actions de désespoir ou l'annonce d'une révolte qui pourrait s'étendre ? Peut-être les deux. En l'absence de perspectives des confédérations syndicales, dont le front commun lézardé se refusait de toute façon à soutenir les luttes locales (même quand elles avaient un écho national), les salariés ripostent comme ils peuvent. Mais la question est posée : quel plan d'actions pour une rentrée sociale dure ?


La menace de licenciements et de dégradations graves des revenus et des salaires est quasi générale, qu'il s'agisse de sous-traitants ou de grands groupes, d'intérimaires ou de salariés en CDI. Près de 50% des entrées au chômage proviennent d'emplois détruits. Le mouvement difficile des chômeurs des années 1990 touchait surtout les chômeurs âgés et de longue durée. Aujourd'hui, c'est toute l'assise du salariat qui s'affaisse. C'est pourquoi les Etats généraux du chômage et de la précarité, qui se sont tenus le 17 mai dernier, se sont adressés à tous les salariés (des syndicalistes de Caterpillar et de l'équipementier Tyco étaient présents) pour « contester la légitimité » même des licenciements et bâtir une « législation pour rendre le droit à l'emploi effectif » fondée sur la « continuité des droits : contrat de travail, obligation de reclassement », avec financement par un « fonds patronal mutualisé ».


La déclaration appelle à reprendre le combat pour la réduction du temps de travail et pour les services publics. Elle propose des « marches régionales » unissant tout le monde, culminant le 5 décembre. Ce projet fédérateur pourrait-il redonner un début de perspective aux combats éparpillés ? Cela supposerait une forte unité syndicale, qui retrouverait un sens national, après les journées calamiteuses du 26 mai et 13 juin. Mais on ne peut exclure que la résistance sociale se fraye une autre voie. Plusieurs tentatives de rapprochements dans l'action entre salariés victimes de licenciements montrent l'attente de coordination, qui devrait être l'objectif urgent de l'intersyndicale nationale. Les Continental ont manifesté avec Goodyear, un « collectif de résistance » se met en place dans la Meuse. Les New Fabris appellent les entreprises à se rassembler à Châtellerault le 30 juillet.


Primes ou emplois ? Dans un communiqué prenant ses distances avec New Fabris, la confédération CGT met la priorité sur la « sauvegarde de l'emploi », plutôt que l'obtention d'« indemnités ». Certes, la bataille de l'emploi paraît bifurquer vers la recherche de primes de départ dans la dignité, quand les salariés sont sans alternatives. Mais le mot de « prime » recèle des sens sociaux différents. Les 50 000 euros des Conti ont marqué les esprits, mais ils ont surtout obtenu un quasi maintien de leurs salaires pendant plusieurs années (jusqu'en 2012). Ne faut-il pas agir pour généraliser ce fonds salarial arraché à la multinationale, pour toutes les situations d'emplois menacés ? Faire payer les dividendes par une cotisation assurant les salaires : voilà un objectif clair. Il permettrait aussi de tracer un pont entre l'emploi et la question salariale, sans les opposer. Car le thème du « partage de la valeur ajoutée », dont Sarkozy s'est emparé avec démagogie, va revenir sur le devant de la scène.

Enfin, dès septembre, la défense des services publics sera au cœur d'une bataille unitaire, sous l'égide d'un large front (syndicats, partis, associations), qui organise un référendum contre la privatisation de La Poste le 3 octobre.

Dominique Mezzi

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2009 3 29 /07 /juillet /2009 18:26


Tract de la semaine:

Ces dernières semaines, de dramatiques bavures policières ont eu lieu dans des commissariats, des prisons et les quartiers populaires, :
- A  Argenteuil, le 9 juin, deux retraités algériens,  Ali Ziri et Arezki Kerfali (69 et 61 ans) sont roués de coups lors d'un contrôle policier. Arezki Kerfali est blessé et Ali Ziri en meurt, mais les policiers responsables sont toujours en service dans le quartier.
- Le 8 juillet à Montreuil, Joachim Gatti, qui manifestait pacifiquement contre l'expulsion des occupants d'une clinique désaffectée, reçoit un tir de flash-ball dans la tête et perd un œil.
- Le même jour, à Firminy, Mohamed Benmouna meurt en garde à vue au commissariat « d'un arrêt cardiaque par suffocation », il se serait pendu dans sa cellule avec un bout de matelas fixé dans deux trous au mur !

A cela il faut ajouter des pratiques de plus en plus fréquentes de la police, quotidiennes dans bien des quartiers  : contrôles ou interpellations au faciès, délits d’outrage, gardes à vue abusives, usage humiliant des fouilles au corps (74 agents d'EDF arrêtés pendant leur grève reconductible en font l’amère expérience le 21 mai), menottages abusifs (assortis régulièrement de méthodes d’immobilisation dangereuses, ayant provoqué la mort de Sydney Mamoka à Tourcoing en 1998, Lamine Dieng  à Paris XXème en 2007, Hakim Ajimi à Grasse en 2008), abus de perquisitions, etc.

Les conséquences des attaques sociales

Inévitablement, la politique du patronat et du gouvernement qui génère toujours plus d’injustices, de régression sociale, provoque des tensions face auxquelles ils ne connaissent qu’une réponse : la violence policière.

 La police bénéficie d’une impunité permanente. Elle est couverte par le pouvoir. Les policiers responsables de bavures sont mis hors de cause dans les heures qui suivent les événements, sans qu'aucune enquête préalable n’ait été engagée.

L’autre face des attaques sociales, c’est une police et une justice qui visent à intimider la population pour tenter d’empêcher la révolte. C'est le sens des lois répressives votées depuis 2002.

Syndicalistes, soutiens de sans-papiers, jeunes des quartiers, manifestant-e-s anti-Otan et de solidarité avec la Palestine, militant-e-s antifascistes...personne n’est épargné.

Dans le droit fil du concept de guerre préventive, le pouvoir a remis au goût du jour, avec les inculpés de Tarnac, les arrestations préventives et les mises en détentions provisoires grosses de toutes les dérives totalitaires.
A cela il faut ajouter l'acharnement envers les détenu-e-s politiques et les extraditions de réfugiés politiques.



Cette politique vise tout le mouvement social.
Défendre nos droits, défendre les libertés

Il nous faut donc agir par nous-mêmes, en constituant des collectifs incluant les individus, les associations, les syndicats et les partis politiques déterminés à ne plus laisser la police agir en toute impunité.

Le NPA appelle à soutenir et populariser des campagnes en cours, telles que l’appel unitaire du Collectif Liberté, Égalité, Justice (CLEJ)  qui s’oppose à « cette alarmante banalisation des atteintes aux droits et libertés » ou celui de Police, personne ne bouge ?! qui mène une campagne nationale contre les pratiques policières mortelles.

La police est dangereuse, il faut la désarmer et d’urgence interdire le flash-ball et le taser et supprimer les BAC.

Pour agir contre les violences policières comme pour la défense de nos droits, la solidarité est notre arme !
                                Le 28/0709
Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg