Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 juillet 2009 5 24 /07 /juillet /2009 08:31

Communiqué du NPA.

Les dépenses énergétiques représentent déjà 2 300 euros en moyenne pour un foyer, soit plus d’un mois de revenus pour de très nombreux ménages.


Le rapport de M. Rocard propose au gouvernement, pour lutter contre le changement climatique, une ponction supplémentaire de 300 euros, à la compensation aléatoire et partielle. Alors que le droit à l'énergie doit être un droit fondamental pour tous, avec la taxe carbone il deviendra de plus en plus un luxe.


Plus de 50% des 8 milliards d’euros par an récupérés par l’Etat serait ponctionné sur les ménages. La tentation sera forte d’utiliser ce pactole pour compenser la disparition de la taxe professionnelle ou pour offrir aux patrons un allégement de charge sociale.


Sous prétexte de lutte contre le changement climatique, le gouvernement ferait payer aux travailleurs un nouveau cadeau au patronat.Le projet de taxe carbone doit être abandonné.


Baisser de 80 à 95% nos émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050 exige des changements économiques, sociaux et structurels profonds.


Pour faire face aux défis climatiques qui nous attendent, il est urgent de prendre des mesures radicales :

-transports en commun gratuits et de qualité,

-plan de réhabilitation des logements mis en œuvre par un nouveau service public du logement et financé grâce aux surprofits des compagnies pétrolières et gazières,

-programme public de développement de l’énergie solaire financé par la réorientation des crédits actuellement alloués au nucléaire,

-remise en cause de l'éloignement domicile-travail, de l'éclatement au niveau mondial du processus de production qui fait exploser le transport et le rejet de CO2.


Le 23 juillet 2009.

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2009 2 21 /07 /juillet /2009 08:39




19 juillet 2009 à 10h25 - info D.LG

Voltatis fabrique un boitier, le bluepod, qui permet au particulier de
réduire sa facture EDF. Cet opérateur vient d'être condamné par l'Etat à
dédommager EDF pour le manque à gagner. Grosse colère du réseau "Sortir
du nucléaire"

Le Réseau Sortir du nucléaire exprime sa plus grande colère face à la
décision "sidérante" de la Commission de régulation de l'énergie (CRE)
qui entend imposer une véritable taxe sur les économies d'énergie.
"A ce compte, il va bientôt être obligatoire en France de consommer
beaucoup d'électricité, sous peine de taxes ou d'amendes, et pourquoi
pas d'emprisonnement", a jugé le réseau.

"Sortir du nucléaire" demande "la dissolution de la Commission de
régulation de l'énergie et son remplacement par une structure citoyenne
indépendante". Selon une délibération de la CRE qui vient d'être
publiée, la loi impose que Voltalis rémunère les fournisseurs "pour
l'énergie injectée mais non consommée par ses clients".

Fondé en 2007, cet opérateur commercialise un boîtier qui s'installe sur
le circuit électrique et permet selon lui de réduire de 5 à 10% la
consommation annuelle d'électricité, en agissant sur celle de certains
équipements (radiateurs, ballons d'eau chaude, climatiseurs...).
Les fournisseurs alternatifs d'électricité (Direct Energie, GDF Suez,
Poweo...) se sont joints à la requête d'EDF, mais les clients concernés
sont majoritairement chez EDF, selon Voltalis.
Partager cet article
Repost0
18 juillet 2009 6 18 /07 /juillet /2009 09:34


ill p 4.jpg

En octobre prochain, la centrale de Fessenheim, en Alsace, sera soumise à sa troisième visite décennale. L'occasion de démanteler une centrale en fin de vie et de se tourner vers la fin du nucléaire. Mais EDF ne semble pas de cet avis.


On fête, cette année, les trente ans de la plus vieille centrale nucléaire française. Après tant d’années de « bons et loyaux » services , on pourrait penser qu’il est temps d’en finir avec des équipements qui n’étaient pas prévus pour durer si longtemps. Mais il en va des centrales comme des salariés : il faut les pressurer et les rentabiliser au maximum, sans prendre en compte les éventuels risques encourus.


L’enjeu de la visite de contrôle de Fessenheim, c'est le choix entre sa fermeture définitive ou sa prolongation. Les nucléocrates ont toujours défendu le nucléaire en utilisant l’argument de son bas coût. Mais c’était sans compter les énormes budgets nécessaires au démantèlement des centrales. A tel point que, plutôt que d’entamer dès aujourd’hui les travaux nécessaires à la fin de vie des centrales, EDF préfère investir pour prolonger leur existence de trente ans. Les sommes en jeu ne sont pas négligeables : 400 millions d’euros par réacteur. Sachant que la France possède 58 réacteurs sur son territoire, dont la moyenne d’âge est de 22 ans, on peut déjà se faire une idée de la facture finale pour les dix prochaines années. Si encore elle mettait fin à ces centrales et dirigeait vers la sortie du nucléaire… Mais la politique actuelle de prolongation des centrales montre l’irréversibilité des choix énergétiques ayant donné la priorité au nucléaire. On paye aujourd’hui, et on paiera encore plus demain, la facture pour des politiques mises en place dans les années 1970, sans aucun débat démocratique.


Le PDG d’EDF, Pierre Gadonneix, vient de demander une hausse de 20 % des tarifs de l’électricité, afin de mettre un terme à l’endettement de l’entreprise. Ce choix est d’autant plus choquant au moment où celle-ci investit pour prolonger la durée de vie des centrales. Car, finalement, les contribuables vont payer plusieurs fois les conséquences du lobbying nucléaire : pour la construction des centrales, pour leur prolongation et, finalement, pour leur démantèlement. En effet, malgré les prolongations éventuelles, il faudra bien démanteler les équipements existants. Le faire maintenant est le choix le plus raisonnable, d’autant plus face aux défis énergétiques de l’heure. Le reporter de vingt ou trente ans n’est qu’une fuite en avant supplémentaire, qui ne règle aucun problème, et qui ne fera qu’augmenter les risques liés au vieillissement des centrales.


Pour l’ensemble du mouvement antinucléaire, il est tout aussi important de lutter contre la relance d’un nouveau programme nucléaire et l’installation des réacteurs EPR en Normandie, que d’exiger la fermeture des centrales les plus anciennes qui, plus les années passent, constituent un danger permanent pour les populations et les travailleurs chargés de les surveiller et de les maintenir en vie. Il faut donc préparer, dès aujourd’hui, la manifestation unitaire de Colmar, les 3 et 4 octobre1 prochains, qui exigera la fermeture de la centrale de Fessenheim, ce qui serait non seulement un symbole, mais aussi un premier pas pour envisager une sortie du nucléaire.

Vincent Gay 

1. Voir http://www.fermons-fessenheim.org

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2009 1 13 /07 /juillet /2009 10:20


La Confédération paysanne propose de se rendre en car au rassemblement organisé mardi, de 10h à 14h, à Strasbourg devant le Parlement européen «pour une agriculture sur tout le territoire européen, pour des prix agricoles qui couvrent les coûts de production, pour une nouvelle politique laitière européenne et pour une nouvelle Politique agricole et alimentaire commune».

Départ lundi
Carhaix: 19h15, parking du Décathlon. Loudéac: 20h15, parking MacDo. Rennes: 21h30, parking Alma).
 Retour mercredi en début de matinée.
Inscriptions: 02.99.51.43.72 ou

 bretagne@confederationpaysanne.fr
Partager cet article
Repost0
10 juillet 2009 5 10 /07 /juillet /2009 18:17


France Paris, le 9 juillet 2009 - La hausse des prix de l'électricité va permettre à EDF de boucher les trous d'une stratégie basée uniquement sur le prétendu « renouveau » du nucléaire. Pour Greenpeace, cette hausse est tout à fait inadmissible. Les français ne doivent pas payer le prix de la volonté d'EDF d'implanter des réacteurs EPR partout dans le monde. Cette stratégie 100% nucléaire est très coûteuse, dangereuse et complètement inutile.

« En période de crise sociale, énergétique et climatique, EDF ne trouve rien de plus malin à faire qu'imposer aux français le prix d'une stratégie hasardeuse et dangereuse, basée uniquement sur le développement du nucléaire ! s'indigne Yannick Rousselet, chargé de campagne nucléaire à Greenpeace. Contrairement à ce qu'il essaie de nous faire croire par ses campagnes de publicité incessantes et très chères, le groupe EDF ne parie que sur le développement du nucléaire, en France et à l'international. Cette stratégie irréfléchie est extrêmement coûteuse : elle est en train de ruiner l'ex-entreprise publique et de compromettre gravement toute possibilité de lutter efficacement contre les changements climatiques ! Il est temps pour M.Gadonneix de retrouver la raison et de changer fondamentalement de cap et de se tourner vers les renouvelables et les économies d'énergie ! »

20 milliards d'euros... en fumée ?
EDF a investi 15 milliards l'année dernière pour racheter British Energy et 4,5 milliards dans la prise de participation de Constellation, un groupe énergétique américain. Pour Steve Thomas, professeur de politique énergétique de l'école de commerce de l'Université de Greenwich et auteur d'un rapport pour Greenpeace, ces lourds investissements sont autant de pari sur le renouveau du nucléaire dans ces deux pays. Or, ce renouveau est hypothétique ; il se pourrait bien que dans ces deux pays, aucun projet de nouveau réacteur n'aboutisse.
Le troisième pari d'EDF se trouve en Chine. Là aussi, le pari est pour le moins hasardeux : les futurs réacteurs basés sur le modèle EPR, s'il y en a, seront construits par la Chine elle-même.

Parmi les autres conclusions du rapport de Steve Thomas « AREVA et EDF : perspectives commerciales et risques dans le secteur de l'énergie nucléaire » :
- Le renouveau du nucléaire est tributaire de l'aide du gouvernement français via son agence de garanties de crédits à l'exportation, la Coface. Sans l'aide du contribuable français, ni Areva, ni EDF ne seront en mesure de commercialiser ses réacteurs EPR.
- Du fait de leurs stratégies aventureuses, les deux groupes ont atteint un endettement record.
- Le nombre de commandes qui se concrétisent en comparaison de celles qui sont annoncée à grand renfort de communication tapageuse, est très faible. Le nombre d'EPR vendu par Areva devrait donc se limiter à quelques unités ces dix prochaines années.
- Les opérations « sûres » des deux groupes sur le marché français sont en perte de vitesse. La encore, ces groupes font reposer leurs choix risqués sur le contribuable français et les citoyens.

« EDF oublie de préciser à ses abonnés que ses centrales nucléaires fonctionnent très mal, qu'elles ont le taux de disponibilité le plus faible du monde, qu'elle est obligée d'importer de l'électricité à prix d'or et qu'il va falloir qu'elle dépense rapidement des énormes sommes d'argent pour démanteler ses installations et gérer des millier de tonnes de déchets nucléaires, ajoute Yannick Rousselet. Le temps béni où EDF pouvait cacher ses finances réelles est révolu ! Nous allons tous enfin constater que le nucléaire est un très mauvais choix ! »

En investissant l'équivalent du prix d'un EPR dans les renouvelables, la cogénération et les économies d'énergie, on peut produire 2 fois plus d'électricité et créer 7 fois d'emplois pérennes. C'est vers cette stratégie que devrait se tourner EDF.

L'étude de Steve Thomas pour Greenpeace :
Résumé
Etude complète
Partager cet article
Repost0
10 juillet 2009 5 10 /07 /juillet /2009 11:27

la vallée du Costour
by basquin







Une vallée située entre Brest , Le Relecq, Coataudon, Guipavas.

L'association « COSTOUR, Poumon vert en Finistère » est fortement attachée au respect de la nature et de l'environnement. Elle s'emploiera en priorité à la préservation du Costour, mais aussi de tout autre espace naturel, en tenant compte des dimensions sociales et humaines.
L'association « COSTOUR, Poumon vert en Finistère » est ouverte à toute personne morale ou physique.


http://www.costour.fr/
Partager cet article
Repost0
9 juillet 2009 4 09 /07 /juillet /2009 17:11

ARRETONS LE BETONNAGE DU LITTORAL dans la bande des 100 mètres !
Destinataire : Commissaire-enquêteur et Préfet du Finistère

Le 2 juillet 2009 à Clohars-Carnoët, huit associations* concernées par la défense de l’environnement ont tenu une conférence de presse pour appeler à la mobilisation d’urgence contre la révision partielle du Plan d’Occupation des Sols (qui rendrait constructible une partie de parcelle classée en zone naturelle protégée « NDs » sur la rive gauche à l’entrée du pittoresque petit Port de Doëlan en Finistère Sud) … en émettant notamment l’idée d’une pétition sur Internet élargissant la consultation.

« L’affaire Abiven » comme on a pris l’habitude de la nommer est un long feuilleton médiatique et juridique qui dure depuis 10 ans. Elle est emblématique des tentatives de contournement de la Loi Littoral de 1986.

L’enquête publique est la dernière chance pour remettre en cause le déclassement de la parcelle, après avis du Préfet pour des raisons motivées, et donc d’EVITER UNE JURISPRUDENCE CATASTROPHIQUE avec la « porte ouverte » au mitage et au bétonnage des côtes.

On peut répondre à cette enquête publique quel que soit son lieu de résidence.

Alors, cloharsiens résidents ou de passage, amoureux du littoral de Clohars-Doëlan-Le Pouldu, n’hésitez pas à SIGNER et FAIRE SIGNER cette pétition.


Et peut-être à faire UN PAS DE PLUS en écrivant une lettre à M. le Commissaire-enquêteur (Terrain Abiven) à la Mairie de Clohars-Carnoët – Place du Général de Gaulle – 29360 CLOHARS-CARNOET.

Merci.

* Associations : Amis des Chemins de Ronde du Finistère, Cap-Action-Solidarité, Réseau Cohérence, Doëlan-Clohars-Environnement, Dre Ar Vinojenn, L’Eau et la Terre, Eau et Rivières de Bretagne, Union des Associations de Défense du Littoral. Et le soutien de : Amis du Pouldu, Rivière et Bocage du Bélon, Aruk.

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2009 6 04 /07 /juillet /2009 07:26

 Des associations très inquiètes

source: Le Télégramme 1 juillet 2009


Alors que les algues vertes ont refait leur apparition, le futur plan départemental d'autorisation d'épandage du lisier suscite la controverse.

Une délégation composée d'une vingtaine de représentants de plusieurs associations (VivArmor nature, Côtes-d'Armor Nature Environnement, Eau et Rivières de Bretagne, le syndicat des mytiliculteurs de la Baie de Saint-Brieuc, le comité local des pêches maritimes de Saint-Brieuc) s'est rendue lundi à la préfecture des Côtes-d'Armor pour émettre une vive protestation à propos du projet de plan d'autorisation d'épandage des lisiers. Il doit être entériné prochainement par un arrêté préfectoral.

Accumulation de nitrates et d'algues vertes

Cette décision sera prise dans le cadre d'une directive européenne de 1991 visant à lutter contre la pollution des eaux par les nitrates d'origine agricole. Révisable tous les quatre ans, elle doit être précédée d'avis d'administrations (direction départementale de l'équipement et de l'agriculture), et de collectivités territoriales. Un conseil départemental de l'environnement et des risques sanitaires et technologiques doit également être organisé avant la signature de l'arrêté par le préfet. Or, le projet actuel de plan mentionne toujours une autorisation d'épandage des lisiers à partir du 15janvier. Pour plusieurs associations, il s'agit d'un non-sens car cette mesure entraînera une accumulation de nitrates, nitrates qui sont la cause reconnue de la prolifération des algues vertes dans la baie de Saint-Brieuc. «L'azote des lisiers rejoint dès les premières pluies les nappes phréatiques, les rivières et les baies marines», expliquent plusieurs adhérents. Ces derniers rappellent aussi que ces épandages sur terres nues favorisent la contamination bactériologique. Et, aujourd'hui, «Bruxelles menace de fermer toute la zone conchylicole, la pêche à pied et la baignade en baie de Saint-Brieuc». Pour éviter cette «catastrophe», ces associations invitent la population à signer le registre d'enquête à la préfecture ou sur internet (*). Et elles demandent au préfet de repousser cette autorisation d'épandage au 15février pour les cultures de céréaleset au 1eavril pour les cultures de maïs.

www.cotes-darmor.pref.gouv.fr/documents/ecologie-et-developpement-durable/projet-d-arrete-4eme-pa-pdf.

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2009 6 04 /07 /juillet /2009 07:07

Extraction de sable. Lafarge renonce en Morbihan

Source Le Télégramme: Au terme de la période de recherche de 5 ans accordée dans le cadre du PER (Permis Exclusif de Recherche) Sud Lorient, Lafarge a décidé de ne pas déposer de demande de concession pour exploiter les granulats marins au large de Lorient.


 

>Voir le site du Peuple des Dunes


La position du groupe Lafarge s’appuie essentiellement sur la position du Préfet Maritime de l’Atlantique, l’Amiral Anne-François de Saint Salvy, qui a rendu public hier un avis défavorable à la demande de concession au motif que la zone d’exploitation sollicitée est située dans une zone de tirs de l’armée française.

Ce champ de tir voit son utilisation pérennisée et pourrait accueillir ultérieurement des séances de tir des armées européennes.

Lafarge prend aujourd'hui acte de l’avis du Préfet Maritime tout en resituant les enjeux pour l'entreprise : " A partir de 2010, les sablières alimentant le Morbihan seront insuffisantes pour alimenter la filière du bâtiment et des travaux publics." Le groupe entend donc bien continuer à prospecter. De son côté, Peuple des Dunes, à la pointe dans le combat anti -extraction, remporte une victoire. Nous leur donnerons la parole dès aujourd'hui.

Ce projet avait soulevé une vive opposition dans la plupart des communes du littoral. Le collectif du Peuple des dunes, rassemblant 140 associations, avait multiplié les recours et les manifestations depuis 2007 pour dénoncer les risques d’une telle exploitation sur l’environnement.
  • mari...
    champ de tir
    Cette victoire face à Lafarge a une ombre :
    "Ce champ de tir voit son utilisation pérennisée et pourrait accueillir ultérieurement des séances de tir des armées européennes."

    Et pourquoi ne pas en faire une zone pacifiée ? une zone protégée pour la faune et la flore sans le bruit et les déchets de la mitraille ? En quoi l'armée serait-elle justifiée pour s'emparer de ce lieu ?
    En 1975, c'était non à la centrale nucléaire à Erdeven.
    En 2009, Lafarge est contraint de renoncer à son insupportable projet d'extraction de sables marins.
    Prochain objectif : repousser ceux qui veulent s'entraîner à faire la guerre ??? Chiche !
    Ajouté le 03 juillet 2009 à 23h27
  • jean...
    Erreur de date
    La manifestation sur la plage de Kerhillio a eu lieu le 25 mars 2007 et non en décembre comme indiqué par erreur dans la légende. Merci.
    Ajouté le 03 juillet 2009 à 20h39
Partager cet article
Repost0
2 juillet 2009 4 02 /07 /juillet /2009 08:50


Abonnez-vous à nos listes de discussion par mail :
Pour débattre et échanger des infos avec de nombreuses personnes sur un thème spécifique ou dans votre région.

- des listes thématiques : EPR, ITER, déchets nucléaires... La dernière qui vient d'être créée concerne l'éolien.
- des listes régionales : OUEST, EST, SUD-OUEST, SUD-EST, NORD & PARIS
- une liste nationale portant sur toutes les thématiques nucléaire-énergies.

Inscrivez vous sur : http://www.sortirdunucleaire.org/index.php?menu=sinformer&page=listes2


Abonnez-vous à nos listes de diffusion d'infos par mail :
Pour suivre l'actualité sur le nucléaire et les alternatives (en français ou en anglais).

Inscrivez-vous sur : http://sortirdunucleaire.org/index.php?menu=sinformer&page=listes
Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg