Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 septembre 2011 6 03 /09 /septembre /2011 09:39
Repost 0
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 10:36

charles-doux.jpg

Doux et Dodu c'est le même groupe, connu pour ses conditions de travail

 

Social lundi 29 août 2011

Ce midi, à Quimper, une trentaine de salariés de l’usine Père Dodu a manifesté leur mécontentement contre la direction. L’entreprise du groupe Doux veut faire travailler les employés de l’atelier « saucisses » quatre samedis sur cinq et ce, sans aucun avantage salarial.

 

« C’est un non catégorique. Aucun de nous ne le désire mais le dialogue social est actuellement inexistant », affirme Jean-Luc Guillart, délégué CFDT. Lors des deux réunions des 19 et 25 août, les élus du personnel avaient pourtant tous voté contre cette réorganisation.

 

L’atelier, qui produit 40 tonnes de saucisses par jour, n'est pas à son premier changement. Depuis juin dernier, la trentaine d’employés travaille une demie heure de plus. « Si cette décision passe, six personnes venant de tous les ateliers de l’usine devraient participer aux roulements », ajoute le délégué syndical. Les salariés de l’usine Père Dodu espèrent des discussions courant semaine prochaine.

 

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Quimper.-Les-employes-de-Pere-Dodu-remontes-contre-la-direction_40820-1972561------29232-aud_actu.Htm

 

Les salariés de l'atelier « saucisses » de Père Dodu protestent contre de probables journées de travail le samedi.

Travailler le samedi ? Il n'en est pas question pour eux. Une trentaine de salariés de l'usine Père Dodu a manifesté son mécontentement contre la direction hier devant leur usine. L'entreprise du groupe Doux veut faire travailler les employés de l'atelier « saucisses » quatre samedis sur cinq et ce, sans aucun avantage salarial, selon les salariés. Raison invoquée : une augmentation de l'activité de production de l'atelier en question.

« C'est un non catégorique. Aucun de nous ne désire cette nouvelle organisation », affirme Jean-Luc Guillart, délégué syndical CFDT. La décision devrait prendre effet à partir du 24 septembre, pour une période de trois mois.

La direction se justifie : « Il est à noter que ce type d'organisation sur six jours existe dans de nombreux sites agroalimentaires. Il a été annoncé aux représentants des salariés il y a une semaine que cette augmentation de l'activité conduirait à faire tourner l'atelier sur 6 jours (au lieu de 5). »

Lors des deux réunions des 19 et 25 août, les salariés affirment avoir voté contre cette réorganisation. « Le dialogue social est actuellement inexistant », en conclut Jean-Luc Guillart.

L'atelier, qui produit 40 tonnes de saucisses par jour, n'en est pas à son premier changement. Depuis juin dernier, la trentaine d'employés travaille une demi-heure de plus. « Si cette décision passe, six personnes venant de tous les ateliers de l'usine devraient participer aux roulements », ajoute le délégué syndical.

Trente-sept personnes seront concernées par les journées de travail le samedi. Les salariés de l'usine Père Dodu espèrent des discussions la semaine prochaine.

 

 

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Pere-Dodu-des-salaries-remontes-_40884-1973100------29232-aud_actu.Htm

 


 

 

Repost 0
13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 12:05

MGEN-CFDT2-71bf5.jpg

mercredi 13 juillet 2011

Jean-Paul Le Floc'h, Fabienne Tartaise, Marie-Pierre Boé et Laurence Journal, représentants de la CFDT.

Le syndicat a mené une enquête auprès des personnels. Ils constatent, à une très forte majorité,une dégradation de leurs conditions de travail.

Le taux de réponses varie

La fédération CFDT santé sociaux s'est engagée depuis l'automne dans une enquête sur les conditions de travail chez les soignants des établissements publics. Les personnels administratifs, techniques, kiné... ont également été consultés dans les hôpitaux et maisons de retraite. Au total, 1 427 agents ont répondu dans le département. « Dans le Finistère-sud, le taux de réponses est variable selon la taille des établissements, précise Marie-Pierre Boé, membre de la section du centre hospitalier de Cornouaille (Chic). Il y a plus de retours dans les petites structures que dans les grandes. À Douarnenez, par exemple, il y a eu 100 réponses et 282 au Chic. »


Perception négative


Le constat est le même au niveau national et au niveau local : les personnels ont une perception négative de leurs conditions de travail. Selon l'étude, 95 % se disent exposés au stress. Certains le vivent bien (près de 38 %) mais ce stress se traduit généralement par des problèmes de santé (57 %). Par ailleurs, plus de 40 % des personnels observent qu'ils ne sont que partiellement consultés sur les organisations de travail.

 

Manque de reconnaissance


70 % des personnels considèrent qu'ils s'investissent énormément dans leur travail mais plus de 47 % remarquent un manque de reconnaissance qui affecte leur vie personnelle. 86 % ont le niveau de qualification requis pour exercer leur métier. Par contre, on constate des dépassements de tâches importants entre les aides-soignants et les agents hospitaliers. « Dans les maisons de retraite notamment, les agents donnent les médicaments, précise Fabienne Tartaise, de l'hôpital de Douarnenez. Certains font également des toilettes. »

 

Prise de repos difficile


Toujours selon l'enquête, la gestion des ressources humaines détériore leur vie personnelle (60 %) : 50 % regrettent qu'on les rappelle pendant leurs jours de repos afin de combler le manque d'effectifs. 63 % regrettent l'impossibilité de prendre leur repos (RTT ou congés) quand ils le souhaitent. Les repos sont imposés par les contraintes de service. 72 % considèrent que le rythme et l'intensification du travail se sont dégradés depuis ces cinq dernières années. 45 % des agents ressentent des troubles musculo-squelettiques.

 

Peu de dialogue


Pour 48 % du personnel, notamment les infirmières, l'organisation médicale affecte leur propre organisation et 55 % jugent qu'elle n'est pas sécurisante. De plus, 35 % des infirmières et aides soignantes remarquent que les médecins ne tiennent pas compte de l'effectif dans leur organisation. Les personnels déplorent le manque de relation avec leur hiérarchie directe. « Les soignants souffrent et le problème des effectifs reste un élément incontournable dans la recherche de solutions », conclut la CFDT.

 

 

Lucile VANWEYDEVELDT

 

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-CFDT-a-l-hopital-les-soignants-souffrent-_40884-1871622------29232-aud_actu.Htm

Repost 0
5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 13:10

charpalisr

Aux organisations s’étant associées à l’initiative “Un bateau français pour Gaza”, signataires du Collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens ou/et de la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine:

 

AFPS, AJPF, ANECR, ARAC, ATTACCCFD-Terre Solidaire, CGT, EELV, FASE, FSU, Les Alternatifs, Ligue des Droits de l’Homme, Mouvement de la Paix, NPA, Pax Christi, PCF, PG, Union Syndicale Solidaires.

Aux autres organisations suivantes: Association Culturelle Turque de Quimper, ATCM, CICODES-RITIMO, CNT, GREF, Peuples solidaires.


ASSOCIATION FRANCE-PALESTINE SOLIDARITÉ
GROUPE DU PAYS DE CORNOUAILLE


Communiqué

Laissez-les partir !


   Depuis 2007, Israël maintient le blocus de la bande de Gaza. Ce blocus illégal, véritable punition collective, réduit à la faim et à la misère la majeure partie d’une population d’un million et demi d’habitants.

 

Devant une telle situation une deuxième Flottille de la Liberté (après celle tragiquement arraisonnée en mai 2010) a été formée, composée d’une quinzaine de bateaux (dont 2 français), transportant plusieurs centaines de personnes venues d’une vingtaine de pays, ainsi que du matériel médical et du ciment.

 

Il s’agit là d’une initiative entièrement non-violente, visant à briser le blocus israélien et à apporter une aide humanitaire à la population de Gaza. En France la campagne pour “Un bateau français pour Gaza” est soutenue par une soixantaine d’organisations (associations, syndicats, partis).


    Vendredi dernier le groupe du Pays de Cornouaille de l’Association France-Palestine Solidarité s’est adressé aux députés et sénateurs de Cornouaille pour leur demander d’intervenir auprès des autorités françaises pour que soit garantie la sécurité des passagers des 2 navires français pour Gaza. Il est également intervenu auprès de l’ambassadeur de Grèce (et a diffusé un modèle de courrier) pour que ce pays laisse les navires de la Flottille de la Liberté partir vers Gaza.


    Aujourd’hui, le gouvernement grec interdit leur départ. Il entrave ainsi la liberté de circulation maritime en violation de la Convention Internationale des Nations Unies sur le droit de la mer dont il est signataire. Il entérine de fait le blocus israélien de la bande de Gaza, étendu ainsi jusqu’en Grèce, avec l’accord au moins tacite de l’Union européenne. Une telle attitude est intolérable.

 

C’est pourquoi le groupe de l’AFPS du Pays de Cornouaille, au nom des organisations ayant soutenu la campagne “Un bateau français pour Gaza”, appelle (comme partout en France) à un rassemblement de protestation (éventuellement suivi d’une manifestation) le mercredi 6 juillet, à 18 h , Place de la Résistance à Quimper.


Pour le groupe de l’AFPS du Pays de Cornouaille,
Yves Jardin

Repost 0
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 11:24

quimper-150x150

 

Le renouvellement récent du contrat de distribution d’eau entre la Ville de Quimper (Finistère) et Véolia, le mouvement des Indignés n’en veut pas. Pour exprimer son mécontentement, une trentaine d’entre eux ont porté chacun une bouteille d’eau dans le hall d’entrée de la mairie, ce jeudi 30 juin 2011, vers 19 h 30.

 

Une action forte qui s’ajoute au rendez-vous quotidien sur la place Saint-Corentin, « contre les dérives du système capitaliste ».

Repost 0
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 09:43

 

h-20-1860304-1261996684
Chaque soir depuis le 1er juin, ils sont une poignée à prendre possession de la place Saint-Corentin. Jeudi, les Indignés diversifient leurs actions. Au programme : zone de troc et marché bio à prix libre.
Ils font peu parler d'eux, mais sont toujours là. Chaque soir, à partir de 19 h. Le rituel a commencé le 1er juin. Et n'a cessé depuis. Les pavés de la place Saint-Corentin ont fini par s'habituer à leurs pas, à leurs refrains. Les terrasses des cafés s'en sont accommodées. La police et la préfecture aussi. Hormis cette petite remontrance au soir du troisième jour : « On avait installé trois tentes. Ils n'ont pas voulu qu'on passe une deuxième nuit », concède Yves, coordinateur du mouvement des Indignés à Quimper.

La police ne bronche pas


Depuis, aucun rappel à l'ordre n'a fusé. Les policiers scrutent de loin. Mais pas le moindre chahut ou débordement à l'horizon. « A Quimper, on a la chance de pouvoir s'installer sans souci tous les jours. Ce n'est pas le cas dans toutes les villes », avoue Yves. Alors le mouvement perdure. En moyenne, une quinzaine de personnes participe aux échanges quotidiennement. Des lectures, des prises de paroles, des débats. Avec cette cible immuable : « le système capitaliste qui pourrit le monde ». Malgré les soirs de pluie, malgré les rares contretemps du noyau dur, le mouvement a survécu. « J'ai compté : 522 personnes se sont assises depuis le 1er jour », se félicite Yves.

 

Vide-greniers et marché


Ce jeudi, les Indignés quimpérois ont décidé de diversifier leur action. Histoire d'attirer de nouveaux regards. Trois activités démarreront à 16 h 30, place Saint-Corentin : un vide-greniers sur la base du troc, un marché bio à prix libre, et « une action que l'on veut garder secrète pour le moment sur le thème de l'eau en tant que bien précieux », indique Yves. Le grand public est donc invité à apporter vêtements, disques, livres, bibelots, etc. et à les échanger avec d'autres produits dans une « zone d'autonomie temporaire ». S'agissant du marché bio, deux producteurs locaux vendront leurs légumes et plantes séchées en fonction du porte-monnaie des clients.

 

Action secrète samedi


Dans les prochaines semaines, le mouvement « non-violent, démocratique et révolutionnaire » auto-baptisé « Crabes » poursuivra son rendez-vous quotidien au pied de la cathédrale. Avec, ci et là, quelques interventions plus originales. Comme cette « action dans un grand commerce du centre-ville samedi après-midi, pour dénoncer les conditions de travail difficiles de certains », annonce le coordinateur. Pour garantir l'effet de surprise, le lieu et l'horaire ont évidemment été tenus secrets.

 

 

Benoît TRÉHOREL

 

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Les-Indignes-redoublent-d-actions-jeudi-_40884-1854750------29232-aud_actu.Htm

Repost 0
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 11:23

arton568

 

 

 

viewer.png

 

 

Dailleurs-logo-BN-V-petit

Repost 0
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 07:21

 


L'entreprise est suspectée d'avoir licencié en 2009 sans consulter le comité d'entreprise comme le veut la loi. Ainsi que d'avoir fait un usage abusif d'intérimaires. Le procès devait avoir lieu hier.

L'affaire

Déjà reporté en février, le procès pénal devait se dérouler hier. Il a été une nouvelle fois reporté. C'est que l'affaire est délicate. Il y a un an, le comité d'entreprise et les syndicats CGT et CFDT de Cummins filtration ont porté plainte contre la direction de cette usine spécialisée dans les filtres pour poids lourds, au Petit-Guelen, et se sont portés partie civile dans deux affaires distinctes.

 

La première ? Ils reprochent à la direction quimpéroise du groupe américain de n'avoir pas respecté la consultation obligatoire du comité d'entreprise avant le plan social de 2009, au terme duquel une quarantaine de personnes ont été licenciées et une soixantaine sont parties volontairement.

 

« En tout cas cette consultation nous a semblé sommaire », précise Michel Francomme, secrétaire de la CGT chez Cummins. Cela semble aussi l'avis du parquet de Quimper, puisqu'il poursuit la direction pour « délit d'entrave au fonctionnement du comité d'entreprise et licenciement économique sans notification du projet à l'administration ».

 

« La justice le dira »


Deuxième affaire, pour laquelle seuls les syndicats CFDT et CGT sont parties civiles : la question des intérimaires. Selon les syndicats, « en 2008, année record pour le chiffre d'affaires », Cummins employait 20 % d'intérimaires sur un effectif total de 500 employés. Illégal ? « La justice le dira, répond Michel Francomme. En tout cas, lorsqu'on tourne avec un effectif régulier d'intérimaires, on peut s'interroger sur la pertinence de les embaucher. »

Son collègue David Pico opine : « L'intérim peut palier du remplacement de maladie, de la surcharge de travail, des choses comme ça. En aucun cas les intérimaires peuvent occuper des postes durables. »


La CGT pointe aussi le fait que « si ces intérimaires avaient été embauchés, ils auraient été intégrés dans le plan de sauvegarde de l'emploi. Au lieu de ça, 120 se sont retrouvés remerciés sous couvert de crise. » Des arguments, là encore, que le parquet de Quimper semble avoir entendus puisqu'il poursuit la direction pour « usage abusif de salariés temporaires pour un emploi durable et habituel ».

 

Un premier procès était prévu le 8 février. Il a été reporté. Le second aurait dû se tenir hier. Il a encore été reporté... en janvier 2012 ! Il a également été décidé que l'audience, initialement présidée par un juge unique, sera finalement jugée en collégiale, c'est-à-dire avec trois magistrats. « On a dû toucher un point qui fait mal », commente David Pico.

« Ce n'est pas l'usage de voir des problèmes de travail jugés au pénal, ajoute Michel Francomme. Et le parquet a dû se donner les moyens de rendre un jugement objectif. » Ce report agace quand même les syndicats : « 50 intérimaires vont rester sans réponses pendant un an. »


Morceaux à recoller


Il n'empêche. Les délégués CGT, conscients qu'une condamnation de Cummins pourrait nuire « à l'image de marque de l'entreprise », sont attentifs à rester « constructifs ». « D'autant qu'un collectif de cadres s'est monté contre la démarche du CE et qu'il y a eu une communication auprès des salariés pour mettre le doute dans leur esprit sur le bien fondé de cette procédure judiciaire. »


Ils ont aussi à l'esprit de tourner la page après le dur conflit social de 2009. « Ce n'était pas la meilleure façon de faire. » Il y a beaucoup de morceaux à recoller : « L'ancienne direction syndicale est partie. Aujourd'hui nous tenons à être mesurés. Nous n'attaquons pas la direction. C'est juste qu'il y a des lois et que c'est notre rôle de représentants qu'elles soient respectées. »


Les délégués souhaitent que cette histoire serve d'exemple : « Si on arrive à prouver que l'usage des intérimaires était abusif, ça marquerait des points pour beaucoup d'autres entreprises. »

Nous avons contacté la direction pour réagir. Elle n'a pas donné suite à notre demande.

 

 

Yann-Armel HUET

 

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Licenciements-Cummins-dans-l-oeil-de-la-justice-_40884-1827012------29232-aud_actu.Htm

Repost 0
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 11:06
resf-moton415.png
Transports lundi 06 juin 2011

La Ligue des droits de l’Homme de Quimper a adressé un courrier aux élus communautaires afin d’obtenir un débat public sur « les risques de ce pass Korigo ».

Courant 2012, les utilisateurs des transports publics quimpérois (Finistère) se verront proposer un pass Korigo de transports qui leur permettra de jongler entre un train Ter, un bus communautaire ou encore un car du conseil général du Finistère. En apparence, l’outil simplifie grandement la mobilité intermodale. À y regarder de plus près, le pass contient une puce RFID qui peut entraver certaines libertés individuelles. La section quimpéroise de la Ligue des droits de l’Homme s’insurge et brandit la loi « informatique et libertés ».

 

Discrimination financière


« En souscrivant à un pass Korigo personnalisé, résume Matthieu Stervinou, son président, l’usager indique son identité, son adresse et son âge. À chaque passage à une borne, les données sont enregistrées. L’opérateur peut donc tracer la personne. Que fait-il ensuite de ces données ? Sont-elles fichées ? » Peu au fait de cette subtilité, Quimper communauté se dit « contrariée par cette affaire » et veut clarifier les règles du jeu avec l’opérateur Keolis dont le contrat a été signé voici quelques mois. En particulier, le point selon lequel les abonnés à la tarification solidaire n’auront pas le choix. L’anonymisation leur sera impossible. La LDH y voit une discrimination à l’encontre des bas revenus.

 

http://www.ouest-france.fr/region/bretagne_detail_-Quimper.-Le-pass-Korigo-va-t-il-entraver-les-libertes-individuelles-_40820-1823568_actu.Htm

 

 

Repost 0
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 09:49

 

27296-les-indignes-2-bWF4LTQyMHgw.jpg

Reprenant le mouvement initié en Espagne, environ 80 personnes se sont rassemblées ce mercredi soir, place Saint-Corentin à Quimper (Finistère). Il n’y a pas encore de tentes de plantées, pas encore de « village » de formé. Ils ne sont pas encore des milliers, comme sur la Puerta del Sol à Madrid (Espagne). Il n’y a pas encore de cordon de policiers autour. Mais le mouvement des Indignés a pris forme.

 

Assemblée révolutionnaire


L’idée ? « Occuper la place centrale de Quimper et laisser s’exprimer les gens sur ce qui les révolte et ce dont ils rêvent », résume Baptiste, à l’initiative de ce premier rendez-vous. Pas de meneur, pas d’organisation précise, pas d’action imposée. L’esprit du mouvement se veut non-violent, démocratique et révolutionnaire. Chacun prend la parole comme il l’entend.

 

Les débuts s’avèrent balbutiants. Ils reviendront probablement demain. Que feront-ils ? « C’est à l’assemblée populaire révolutionnaire de décider ! », clame l’un des Indignés.

Repost 0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg