Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 10:51

 

  Bernard_Poignant_440.jpg

 

  Retraites. Poignant «furieux» après le PS ("l'objet du délit" dans le Télégramme") Ceci est un lien

 

 

Donc, selon le bon docteur Bernard Poignant son parti (le PS) souffrirait d’un grave trouble de la personnalité : une forme de schizophrénie…

Ca peut se soigner, comme d’ailleurs les cauchemars qui hantent monsieur Poignant dès lors qu’il évoque le NPA et Olivier Besancenot….

 

Il est vrai que s’il pense que la direction du PS balance entre Straus-khan et Besancenot, il a vraiment du souci à se faire…

 

Mais peut-être que tout simplement nombres d’adhérents et d’électeurs du PS souhaitent l’unité pour défendre aussi leurs retraites..

Plutôt que de se mettre ridiculement en colère contre l’unité qui se construit,  Bernard Poignant pourrait-il nous faire part de ses propositions,

Y compris en ce qui concerne le régime des pensions des ex- députés !!

 

A moins que cette »furieuse » charge ne soit un avertissement à l’égard de « ses camarades quimpérois » invités par le NPA local à participer à la constitution d’un collectif en défense des retraites.

 


Partager cet article
Repost0
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 12:11
Éducation Ouest France

Plus d’une centaine d’élèves de l’école de Kerjestin à Quimper ont participé ce matin à un grand lâcher de ballons. Un geste symbolique afin de montrer leur solidarité avec leurs camarades de la classe d’inclusion scolaire (Clis), qui doit fermer à la rentrée. Mardi, une grande manifestation est organisée à 17 h devant les locaux de l’inspection académique.

Partager cet article
Repost0
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 10:25

 

remercie le plateau de kervir

soutient les parents de Kerjestin

 


6 mois

9 décembre 2009

La Mairie de QUIMPER annonçait la fermeture de 3 écoles publiques.

4 mois plus tard

La Mairie ferme le chapitre, les écoles restent ouvertes.

UN GRAND MERCI A VOUS TOUS

6 mois plus tard

Nous vous invitons à partager un pot de l’amitié

à l’école du Petit Parc

RENDEZ-VOUS

dimanche 9 mai

Impasse Le Noac’h

 

Un pédibus musical partira de la mairie Annexe d’Ergué Armel à 10h30

 

CHORALE DES ENFANTS DE L'ECOLE à 11h

POT DE L'AMITIE à 11h30

SUIVI

GRAND PIQUE-NIQUE MUSICAL

(prévoir sa nappe à carreaux et son panier repas)

APRES-MIDI MUSICAL

 

SOLIDARITE

Cette journée, placée sous le signe de la fête sur le plateau de Kervir, sera aussi l'occasion d'apporter de nouveau publiquement notre soutien aux parents d'élèves de la clis de Kerjestin QUIMPER. Un temps de parole leur sera réservé.

Partager cet article
Repost0
2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 12:44
Social samedi 01 mai 2010

Environ 1 700 personnes défilent actuellement dans le centre-ville de Quimper dans le cadre des manifestations du 1er mai.


CGT, CFDT, Unsa, Solidaires et FSU sont regroupés derrière une banderole unitaire. Comme prévu, Force ouvrière est absente. Des partis (NPA, PS, Alternatifs) sont également présents dans le défilé.

 

1.700 manifestants. «On sent que ça monte»

2 mai 2010 -Le Télégramme


500 manifestants en 2008, plus de 5.000 l'an passé: en réunissant environ 1.700 personnes ce samedi 1ermai, le traditionnel rassemblement des travailleurs n'a pas trop démérité. Certains sont déçus, d'autres préfèrent croire à la mobilisation qui monte.


«Vous savez il y a quelques années, le 1er-Mai c'était la rencontre avec les collègues et puis le pot après. Le moment de camaraderie primait», commente Jean-Claude Le Guen (CGT) dans le cortège. «Cette année on ne pouvait pas savoir ce que cela allait donner. On sent que ça bouillonne partout, dans la rue, dans les entreprises.

C'est sensible au niveau des adhésions. Il y a une montée en puissance qui se confirme». Il n'est pas trop déçu à l'annonce de 1.700 manifestants. Jean-Marc Cléry, du SNES-FSU, estime aussi que «la mobilisation est satisfaisante». «C'est mieux qu'il y a quelques années. Le choix de l'unité syndicale est important. On sent une volonté de se rassembler et il y a le contexte de crise. Le problème des retraites sera un thème très fort, d'autant qu'il est lié à celui de l'emploi».

Sentiment plus mitigé un peu plus loin. François Riou, militant CFDT, conseiller général de Châteauneuf-du-Faou, arbore au veston l'autocollant de son syndicat. «Et je suis à jour de mes cotisations», dit-il en montrant la vignette dans son portefeuille. Il ne cache pas sa déception devant la mobilisation. «Où sont les jeunes, alors qu'ils sont dans la merde concernant leur travail, leur avenir? Je pensais qu'il y aurait foule. J'ai du mal à comprendre. Pour nous les anciens, c'est inquiétant de voir cela. D'accord, on sent que ça monte, mais pas assez vite. Il y a beaucoup d'individualisme dans la société d'aujourd'hui».

Michel Bondis est, lui, militant de l'UNSA. «C'est mon premier jour de retraite aujourd'hui», dit-il en souriant. Il avoue ensuite qu'il a tout juste 50 ans. «J'étais chauffeur de bus à la RATP à Paris. 28 ans de maison». N'est-il pas difficile d'expliquer cette retraite précoce? «Si, dit-il. Le statut de l'entreprise change en juillet et la retraite passera progressivement à 60ans d'ici 2012. Mais il faut prendre en compte la pénibilité du travail. Vous n'imaginez pas l'importance du taux d'inaptitude dans notre métier. Il y a des métiers pénibles qui méritent une retraite à 55 ans. De toute façon, on ne doit pas partir en retraite après 60 ans. Car que fera-t-on des jeunes et des seniors qui n'ont déjà pas d'emploi».

AFOBAT, Kerjestin

Le cortège de ce samedi matin était ponctué des banderoles qui font l'actualité. L'an passé, les salariés de Livbag et Cummins étaient en première ligne. Cette année, on a vu et surtout entendu ceux de l'Afobat qui vivent une crise sans précédent avec leur direction et leur conseil d'administration. Le comité de soutien nouvellement créé a ainsi eu l'occasion d'expliquer sa démarche.

En fin de cortège, les parents d'élèves de l'école de Kerjestin ont aussi manifesté leur présence, soudés par de longues journées d'occupation de l'école où la Clis doit être supprimée. Un groupe affichait aussi son soutien à «L'IUFM en lutte pour sa survie». Le cortège avait de quoi remplir les rues du centre-ville et perturber la circulation rue Amiral-Ronac'h. Ce premier mai 2010 aura ainsi plutôt satisfait les vieux syndicalistes qui ont connu d'autres époques plus désespérantes.
Partager cet article
Repost0
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 21:31

entree-sud-est-de-Brest.jpg

 

 

 

Votre navigateur ne gère peut-être pas l'affichage de cette image. PRENDRE SUR LES PROFITS POUR PROFITER

DE NOS RETRAITES ! 
 
 

Ça commence en Grèce


La Grèce serait au bord de la faillite, dévorée par la spéculation du marché capitaliste.

Mais qui va payer la note ?

Pour avoir le droit d’être aidée par l’Union Européenne et le FMI dont le directeur est Monsieur Strauss-Kahn, membre de PS, il faudra que les salariés et la population se serrent la ceinture et que soit prélevé sur leurs salaires et leurs retraites la modique somme de 24 milliard d’Euros.

C’est ce que les gouvernements européens et le FMI appellent des « réformes structurelles » …

Votre navigateur ne gère peut-être pas l'affichage de cette image.

Les retraites en France


Mais la Grèce n’est pas un pays à part. La cure d’amaigrissement que doit supporter le monde du travail grec peut être appliquée très rapidement à d’autres pays. En France, le pouvoir Sarkozy n’est pas en reste, sur les retraites en particulier. La dernière trouvaille en date : le gouvernement réfléchirait à « une astuce », dans le cadre de la soi-disant réforme des retraites. Les salariés pourraient, s’ils le souhaitent, continuer de partir à 60 ans, mais leur pension serait amputée, même s’ils ont acquis tous leur trimestres, avec la mise en place d’une décote liée à l ‘âge. L’offensive patronale et gouvernementale se poursuit donc, sans cesse relayée dans les médias par l’idée que les retraites c’est un problème démographique, et qu’il faut travailler plus longtemps, idée partagée par ailleurs par certains dirigeants du PS. 


De l’argent, il y en a !


Mais encore une fois, il faut l’affirmer haut et fort : les retraites c’est avant tout une question de répartition des richesses et du travail. 

Il est inacceptable qu’une écrasante majorité de la population - les salariés d’aujourd’hui comme de demain - soit amenée à travailler plus pour gagner moins à la retraite alors qu’une poignée de grands patrons bénéficient de « retraites chapeaux ».

Il est indécent que 40 dirigeants des plus grosses sociétés cotées en bourse, aient pu toucher pour 2009, 79,5 millions d’euros (soit 3 millions d’euros de progression par rapport à 2008, merci la crise), alors que les mêmes exigent pour la majorité de la population de se serrer la ceinture tous les mois. 
 

Premier mai, début de la riposte


La défense du système des retraites et le refus d’un recul social généralisé sont à l’honneur pour ce Premier mai. C’est l’occasion d’exiger, pour tous et toutes, une retraite à taux plein, à 1500 euros net minimum, à 60 ans.

Mais ce n’est que le début d’un affrontement qui sera rude. Partout nous devons multiplier les cadres collectifs de débats et d’action pour sauver nos retraites. Il n’y a pas d’alternatives possibles : il faut combattre et battre ce pouvoir réactionnaire et illégitime. 
 

Gros mensonges et vérités sur les retraites 
 

On doit combattre avant tout l’offensive idéologique et l’idée que les retraites sont un problème de démographie. Les politiques, les experts de tout poil et le MEDEF, relayés par de nombreux médias, veulent nous le faire croire : le nombre de retraités augmentant, l’espérance de vie également, il serait tout naturel de travailler plus longtemps. 

  • L’espérance de vie augmente, mais il est faux de faire croire qu’elle est la même pour tous. L’espérance de vie chez les hommes varie de 6 ans entre un ouvrier et un cadre. Ce qui est vrai, c’est qu’un ouvrier peut espérer vivre en bonne santé jusqu’à 59 ans, soit 10 ans de moins qu’un cadre.

 

  • On nous dit que le nombre d’actifs diminuant menace nos retraites. Faux. Ce qui est vrai, c’est que la productivité du travail est plus importante, les 2 actifs d’aujourd’hui produisent plus que les 4 de 1960.

 

  • Pour faire face aux difficultés, il faudrait retarder l’âge de départ à la retraite. Faux. Au contraire, en embauchant les 5 millions de chômeurs et précaires, on crée l’emploi et les cotisations sociales. Un million d’emplois à plein temps supplémentaires représentent 20 milliards d’euros de cotisations vieillesse de plus en moyenne. Il faut exiger de travailler moins, mieux et de travailler tous, en réduisant le temps de travail à 32 heures avec obligation d’embauches.

 

  • Reculer l’âge de départ à la retraite permettrait de faire travailler plus longtemps les seniors. Faux. Ce qui est vrai, c’est qu’aujourd’hui, au moment de la retraite, 6 salariés sur 10 sont sans emploi ou touchent des aides sociales. Si l’âge de la retraite est repoussé à 62 ans, une majorité des salariés de 60 ans à 62 ans survivra des Assedic ou du RSA. Quelle solution leur restera-t-il alors? Se tourner vers une retraite par capitalisation? C’est ce qu’attendent en embuscade, fonds de pensions et assureurs privés.

 

  • Si on ne cotise pas plus longtemps, il n’y aurait pas suffisamment d’entrées d’argent pour les caisses de retraite. Faux. De l’argent, il y en a. Ce qui est vrai c’est que si on avait gardé la répartition qui existait en 1980 entre capital et travail, il y aurait 171 milliards de plus qui seraient allés aux salaires. Et c’est chaque année que ce déséquilibre en faveur des capitalistes se maintient. Donc, en gros, 168 milliards de perdus pour les salariés en 2009 et plus de 170 milliards sûrement en 2010. en prenant sur les profits pour augmenter les salaires de 300 euros net, on épongerait largement les 8,2 milliards d’euros de déficits des caisses de retraites.

 

Pour organiser la riposte contre la contre réforme de Sarkozy et son gouvernement, le comité NPA de Quimper invite toutes les organisations politiques, syndicales de gauche, toutes les associations progressistes et toutes et tous les personnes sur la base de l’appel lancé par Copernic et ATTAC pour « faire entendre les exigences citoyennes sur les retraites » à une première réunion unitaire le mardi 4 mai à 18 heures 30 à la MPT de Penhars. Nous pourrions ainsi commencer à envisager de manière très large à populariser les éléments de cet appel. 

Vous pouvez consulter l'appel à l'adresse

http://www.exigences-citoyennes-retraites.net/ 

 Comité Quimper

npa29quimper.over-blog.fr

quimper.npa@gmail.com

06 59 71 42 21

  

 

Partager cet article
Repost0
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 21:24

predieu

 

communiqué de presse du Comité de Quimper 
 
 
 
 
 

Madame l’Inspectrice d’Académie a bien tort de persévérer dans sa volonté de fermer cette classe d’intégration scolaire (CLIS de Kerjestin). En effet : 

  • La maison des handicapés y oriente des élèves dont l’intégration en classe ordinaire n’est pas la bonne solution, le handicap nécessitant un effectif réduit, un enseignement spécialisé pour des progrès réels, un bien être indispensable.
  • L’aide offerte par un AVS (assistant de vie scolaire) n’est d’ailleurs pas garantie tant le Ministère de l’Education Nationale se montre défaillant dans l’attribution des postes aux départements.
  • La solution proposée individuellement à chaque famille obligera à de longs et coûteux déplacements non seulement préjudiciables aux familles les plus démunies de ce quartier très populaire, mais aussi dans l’organisation de la vie quotidienne, sans oublier l’inconfort accru de la vie scolaire des enfants.
  • L’argument de comparaison avec l’Ille et Vilaine pour fermer 10 classes d’ici 2012 ne tient pas. En effet les besoins d’un département dont la population est concentrée en 2 pôles urbains (Rennes et Saint Malo) ne peuvent être similaires à ceux du Finistère avec des villes et  gros bourgs très denses et dispersés. C’est pourquoi le maillage actuel réalisé entre 1975 et 2000 ne saurait être déconstruit sans de graves dommages portés au service public d’enseignement spécialisé.
  • Le NPA appelle donc à soutenir activement parents et enseignants dans leur lutte justifiée contre toutes les fermetures de CLIS.
Partager cet article
Repost0
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 21:19

c0m0nnache_1117933612.jpg

 

Ce 1er Mai doit être à la fois un prolongement aux luttes déjà entamées mais aussi un rendez-vous unitaire pour poursuivre et amplifier les résistances contre les attaques incessantes du gouvernement Sarkozy et du Medef.

 

Un front uni, solide et revendicatif, de l’ensemble des syndicats, des partis politiques, des associations de lutte est nécessaire pour contrer le désastre social et imposer une autre répartition des richesses….

Et la défense de notre système de retraites.

 

C’est tous ensemble qu’il faut organiser la riposte.

 

Le NPA appelle et sera présent ce 1er mai à Quimper, place de la Résistance à 10h30.

 

Pour le comité NPA Quimper

 

Janine Carrasco

Partager cet article
Repost0
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 11:30
predieu
vendredi 30 avril 2010

Ils protestent contre la fermeture de la classe d'inclusion scolaire qui accueille des enfants porteurs de handicap. D'autres actions sont prévues.

« Tant que la décision n'est pas gelée, nous continuerons à nous battre. On ne prend pas en compte le handicap des enfants et la souffrance des parents. »

 

Patrick Chaud, président de l'association des parents d'élèves de l'école de Kerjestin ne baisse pas les bras.


Un mur symbolique


Hier matin, une soixantaine de personnes se sont rassemblées dans la cour de l'établissement afin de protester contre la fermeture de la classe d'inclusion scolaire (Clis). Des parents, des syndicalistes mais également des élus venus soutenir les familles. Symboliquement, ils ont formé un mur dans la cour « pour témoigner de notre capacité de résistance. »


La Clis de Kerjestin accueille des enfants orientés par la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH). Sept élèves sont déjà inscrits pour la rentrée. Ce sont des maintiens. « On ne sait pas encore où ils iront à la rentrée, précise Patrick Chaud. Lors d'un entretien, l'inspection académique a évoqué la possibilité de les inscrire à Paul-Langevin et à Léon-Blum. Mais il n'y a plus de places. Autre solution : aller jusqu'à Châteaulin ou Châteauneuf-du-Faou. Ou alors se retrouver sur une liste d'attente. C'est inacceptable. »


Déjà, les manifestants envisagent d'autres actions comme une manifestation devant l'inspection académique. « Et si cela n'aboutit pas, on prévoit également de durcir le blocage, informe le président. Depuis lundi, nous occupons le bureau du directeur en l'empêchant d'accéder à l'outil informatique. Mais on peut aller plus loin... » Un recours devant le tribunal administratif est également évoqué. « J'ai bien peur que cela ne change pas grand-chose », répond une maman, résignée.


Parmi les élus présents, Jean-Marc Tanguy, conseiller municipal : « Le sujet est éminemment politique. On est ici dans le Clis située dans une zone d'éducation prioritaire. On s'en prend aux élèves les plus vulnérables. L'accueil des enfants handicapés est difficile. Il faudrait réunir les acteurs, et notamment les familles pour trouver des solutions. Ce n'est pas en fermant les Clis que l'on va régler le problème. Et qu'en est-il de l'application de la loi sur le handicap ? »


« Surcroît de fatigue »


Pour le Snuipp, la fermeture de trois Clis dans le département (à Quimper, Brest et Plouzané) n'est pas justifiée. « L'argument du manque d'élèves dans ces classes ne tient pas, l'inspection académique ne tenant compte dans ses prévisions d'effectifs que des départs et non des arrivées, déclare Thierry Le Goff. Par cette fermeture, on impose aux enfants les plus fragiles un surcroît de fatigue en éloignant toujours plus leur lieu de scolarisation de leur domicile. »


Yvonne Rainero, du parti communiste français, estime que cette fermeture « serait un grave préjudice pour ces enfants et leurs familles qui ont droit à toute notre solidarité et ont besoin plus encore que d'autres d'attention, de stabilité, de proximité, d'un encadrement éducatif sécurisant et formé pour cela. »


Pour Marc Barthélémy, membre du NPA et retraité de l'Éducation nationale, « l'aide offerte par un assistant de vie scolaire n'est d'ailleurs pas garantie [...]. La solution proposée individuellement à chaque famille obligera à de longs et coûteux déplacements [...] préjudiciables aux familles les plus démunies [...] mais aussi à l'organisation de leur vie quotidienne. »


Le Parti socialiste de Quimper trouve « que la fermeture des cinq Clis dans le département, dont deux à Quimper, est profondément choquante. Parallèlement, nous notons que cette décision s'inscrit pleinement dans la logique comptable du gouvernement actuel et reflète pleinement l'absence totale de réelle prise en compte des situations de handicap dans notre pays. »

Partager cet article
Repost0
29 avril 2010 4 29 /04 /avril /2010 09:30
jeudi 29 avril 2010

Un comité de soutien au salariés licencié de l'Afobat vient de se constituer. Il sera le 1er mai parmi les manifestants.

« Nous nous constituons en comité de soutien pour faire davantage d'information sur ce qui s'est passé et exprimer notre indignation... » Le licenciement de Nicolas Gallais Duval, traduit, selon les membres du comité de nombreux dysfonctionnement en amont. Ils expliquent : le service de surveillance de nuit a été décommandé par le directeur.
Du coup, le directeur adjoint qui avait travaillé toute la journée a dû rester la nuit sur place. Mais il est parti un peu avant la relève du matin et c'est en arrivant que Nicolas Gallais Duval trouve un apprenti malade. Il est alors tout seul, appelle un médecin puis ne s'occupe plus du malade mais note l'incident sur un carnet de liaison. « Que pouvait-il faire de plus, il n'y a aucune procédure de prévue pour un tel cas, il a fait ce qu'il fallait, s'étonne Yann Berre. Il est le seul à avoir agi de manière correcte.»

Délit de dialogue social


Ce comité de soutien s'interroge aussi sur le point de départ d'un tel conflit qui aurait largement pu être évité. « Mais on est dans une structure dans laquelle on ne discute pas, et où les responsables n'ont de comptes à rendre à personne, c'est un délit de dialogue social », dit encore Yann Berre. Anaïg Le Gars, conseillère régionale mais qui ne le représentait pas à cette occasion, s'est également étonnée que cette collectivité qui finance l'Afobat à 50 % n'ait aucune place dans son conseil d'administration alors que c'est la règle dans les lycées. « Et si la direction de l'Afobat perd aux Prud'hommes le 26 juin, comme c'est probable, qui va payer ? Le conseil régional ! »

Des pétitions vont être proposées le 1er Mai, puis envoyées entre autres au conseil régional.

Partager cet article
Repost0
28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 09:40

mardi 27 avril 2010

Ils protestent contre la fermeture de la classe d'inclusion scolaire qui accueille des enfants porteurs de handicap.

Une vingtaine de parents d'élèves ont occupé hier l'école Kerjestin. Ils protestent contre la fermeture de la classe d'inclusion scolaire (Clis) qui prend en charge des enfants porteurs de handicap.

 

« Pourtant, sept élèves sont déjà inscrits pour la rentrée sur un effectif de douze élèves maximum, affirme Patrick Chaud, président de l'association des parents d'élèves. Lors d'une entrevue récente avec quelques parents, l'inspection académique leur a proposé une place à Châteauneuf-du-Faou. C'est inacceptable. »


Les enfants perturbés


Sur des pancartes en carton, ils clament leur colère et leur désarroi. « Je ne sais toujours pas où ira mon fils l'année prochaine, déclare une maman. Cela le perturbe beaucoup. Il se dévalorise et régresse. Pourtant, il avait fait beaucoup de progrès ces derniers mois, notamment grâce à la compétence de l'institutrice spécialisée. »

 

Autre solution proposée aux parents par l'inspection académique : le retour dans une classe ordinaire avec l'aide d'une auxiliaire de vie scolaire. « Mon enfant est déjà passé par là, témoigne une autre mère de famille. Très vite, il a été orienté vers une Clis par la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH). Il était perdu dans la classe. Et souvent mis à l'écart. »


« Nous resterons ici jusqu'à ce que nous obtenions quelque chose de concret, ajoute, décidé, Patrick Chaud. Nous n'empêcherons pas les enseignants de faire cours. Les élèves peuvent regagner leurs classes. Mais nous restons sur place et nous occuperons le bureau du directeur. »

 

Les familles contestent les chiffres donnés par l'inspection académique sur les effectifs actuels dans les Clis de Quimper. « Les chiffres sont minimisés et surtout, on ne prend pas en compte les orientations qui peuvent être faites par la MDPH d'ici à septembre », précise le parent d'élève. En fin d'après-midi, les parents ont été reçus par un représentant de l'inspection académique. «Il n'en n'est rien ressorti», affirme Patrick Chaud. Et la mobilisation continue aujourd'hui.


À Plouzané aussi


« Pourquoi, dans d'autres départements, des Clis qui ne comptent pas plus de six élèves restent ouvertes et sont fermées ici, dans le Finistère ? demande une maman. Nous vivons cette inégalité comme une profonde injustice. » Hier, les parents de l'école de Kerjestin n'étaient pas les seuls à se mobiliser. Une autre action a été menée simultanément à Plouzané, également pour réclamer le maintien de la Clis, à Croas-Saliou.

Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg