Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 15:37


23 mars 2010 


3.500 personnes ont défilé peu après 11 h, à Quimper, dans le cadre de la journée nationale interprofessionnelle à l'appel de l'intersyndicale CFDT, CGT, FSU, Solidaires et UNSA.

Le cortège a réuni des retraités, des salariés du privé et la fonction publique, notamment l'éducation nationale et le secteur médico-social. A noter une forte présence de salariés de l'ADMR du Sud-Finistère.

Les policiers en deuil

Les policiers assurant la sécurité du cortège portaient un brassard noir en mémoire de leur collègue assassiné par l'ETA et dont les obsèques avaient lieu à midi. Les policiers se sont aussi rassemblés à cette heure devant le commissariat.
Partager cet article
Repost0
23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 15:34

Quimper retient son souffle

22 mars 2010


Le projet initial de carte scolaire 2010-2011 dans le 1er degré finistérien ne fait pas apparaître, pour le moment, la moindre fermeture de poste, encore moins d’école, à la maternelle du Petit-Parc, à celle des Pommiers ou à l’école primaire Jules Ferry.

 


Pour l’heure, le document de travail, soumis hier aux acteurs de l’éducation nationale, au lendemain du 2e tour des élections régionales, propose la fermeture de l’une des sept classes de l’école primaire Emile Zola, près de l’hôpital. Selon les projections de l’inspection académique, la moyenne passerait ainsi de «20,86 élèves à 24,33 élèves» par classe. A l’école de Kerjestin (Penhars), c’est un poste d’enseignement spécialisé, celui d’une classe d’intégration scolaire (Clis), qui est menacé de fermeture. Enfin, à Edmond-Michelet (Braden), l’inspection académique envisage de supprimer un poste d’enseignement spécialisé «inoccupé».

Création d'un demi-poste d'animateur TICE
 


Du côté des ouvertures prévues, seule la création un demi-poste d’animateur TICE (technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement) serait programmée à Quimper. Ce document de travail de carte scolaire sera examiné lundi 29 mars au matin en comité technique paritaire (inspection et syndicat), puis soumis dans l'après-midi au conseil départemental de l'éducation nationale.

Partager cet article
Repost0
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 11:25
Justice vendredi 19 mars 2010

« La demande est devenue sans objet. »

 

Voilà, en substance, la conclusion du président Le Quinquis dans l’affaire qui opposait la direction et le syndicat de l’Afobat. Depuis un mois et demi, les employés du centre de formation aux apprentis du bâtiment se battent pour la réintégration de Nicolas Gallais Duval, un animateur licencié, selon eux, à tort.


Après plusieurs journées de grève ayant entraîné l’annulation des cours, la direction avait décidé de saisir le tribunal pour que celui-ci se prononce sur la légalité du mouvement. Selon les dirigeants, cette grève causerait un trouble manifestement illicite. Au cours du procès, le président du tribunal avait demandé la mise en place d’une médiation. Le temps de la discussion, le syndicat a suspendu son mouvement. Le tribunal ne pouvait donc plus rendre une décision sur un conflit actuellement suspendu.

Partager cet article
Repost0
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 11:23
Social vendredi 19 mars 2010

Ce matin, vers 11 h 30, une vingtaine de salariés de Carrefour étaient rassemblés à l’entrée du magasin pour distribuer des tracts et faire signer une pétition.


À l’appel du syndicat CGT, ils dénoncent la fermeture de 21 magasins de l’enseigne en Belgique. Les employés quimpérois ont aussi présenté leurs craintes quant à l’avenir de leur magasin : « Il y a un projet de pesée automatique des fruits et légumes qui pourrait entraîner la suppression de deux postes et la direction voudrait installer un îlot de caisses automatiques supplémentaires », explique Michelle Laurent, une des salariés mobilisés.


Le fonctionnement de l’hypermarché n’est pas perturbé par ce mouvement.

Partager cet article
Repost0
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 15:29
petit-parc-logo-2
lundi 15 mars 2010

Il y avait samedi matin une opération portes ouvertes à l'école du Petit-Parc. Les souvenirs étaient au rendez-vous

C'est en effet une opération « portes ouvertes » un peu particulière qui s'est déroulée samedi matin, impasse Le Noach, dans le quartier de Kervir. L'école maternelle du Petit Parc menacée de fermeture organisait une « portes ouvertes » qui était aussi une « portes ouvertes » aux souvenirs car les anciens élèves y étaient invités.

Et ils ont été » nombreux à répondre présents. Les photos de classes prises depuis la création de l'école en 1954 étaient affichées aux tableaux. « Là c'est moi toute mignonne et toute belle en 1964 » souriait une ancienne élève qui, plus d'une quarantaine d'années plus tard, se souvient de l'ambiance familiale et chaleureuse qui régnait au Petit Parc « c'était vraiment sympa ». Il est vrai que l'on a du mal a imaginer que ce petit nid si agréable pour les tout petits puisse un jour disparaître. Car ce serait une partie de la vie du quartier qui serait du même coup effacée à jamais.

On a donné, on a reçu


Malgré la menace de fermeture qui plane sur l'école, Elisabeth Marzin directrice actuelle et son adjointe, Claude Daniel était ravies de rencontrer tant d'anciennes du Petit Parc. Dont Annick Le Pape, une institutrice qui fit l'ouverture de cette école en 1954 avant d'être nommée à Penanguer. « J'étais là avec Mme Gasnier » explique-t-elle en montrant une photo en noir et blanc. « Au-dessus de l'école il y avait une locataire qui passait par la salle pour aller faire ses courses. Tout se passait à la bonne franquette »


Même commentaire de Jacqueline Favreau, ancienne inspectrice des écoles maternelles et de Josette Leferme, ancienne conseillère pédagogique venues soutenir l'école du Petit Parc.


« Il faut savoir que c'est grâce à elles qu'a été crée cette école du Petit Parc » soulignait un parent d'élèves. « C'est vrai que l'on a beaucoup donné » reconnaissait Josette Leferme « Mais on a aussi beaucoup reçu en retour » Il y avait un peu d 'émotion dans l'air, samedi matin au Petit Parc.

Partager cet article
Repost0
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 15:22

15 mars 2010 à 12h06  


L'une des trois agences quimpéroises de Pôle Emploi, rue du Président Sadate, est fermée au public pour cause de grève.


Les agents protestent contre le non-renouvellement d'un CDD en poste depuis 18 mois. Pour l'intersyndicale, la situation de cette petite agence est criante : il manquera huit postes sur un effectif de 24.


Conséquence, seuls 189 demandeurs d'emplois en janvier et 210 en février ont pu bénéficié du suivi mensuel personnalisé au lieu de... 1.257!

Partager cet article
Repost0
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 09:16
petit-parc-logo-2
jeudi 11 mars 2010

Les collectifs de parents d'élèves ont été reçus hier en mairie. Différentes hypothèses chiffrées ont été présentées. Décision le 23 avril.

Les projets faisables ou non

Une nouvelle étape a eu lieu hier dans le cadre de la concertation entre la Ville et les collectifs de parents d'élèves sur la réorganisation scolaire. Deux délégations ont été reçues tout à tour dans l'après-midi par Denise Cariou, adjointe au maire chargée de l'enfance. Différentes propositions ont été présentées et chiffrées par les services municipaux.


Concernant le centre-ville, cinq options ont été étudiées.


1- le regroupement de l'école Jules-Ferry et des Pommiers à l'école des Pommiers.

2- le regroupement des deux écoles aux Pommiers avec la classe passerelle ou la crèche.

3- le regroupement des deux écoles aux Pommiers avec la classe passerelle et la crèche (option jugée infaisable par la municipalité).

4- le regroupement des deux écoles sur le site de Jules-Ferry avec la classe passerelle et la crèche aux Pommiers.


Concernant le quartier d'Ergué-Armel, trois hypothèses sont retenues :


1- le maintien du Petit-Parc et l'installation du pôle enfance à Kergoat-ar-Lez ou Léon-Blum.

2- Le maintien d'une classe de maternelle au Petit-Parc avec l'installation du pôle enfance dans l'école et le transfert de la grande section à Kergoat-ar-Lez.

3- le regroupement du Petit-Parc et de Kergoat-ar-Lez à Petit-Parc et le pôle enfance à Kergoat (cette proposition est jugée infaisable par la municipalité).


Carte scolaire


Ces différentes hypothèses vont désormais faire l'objet d'une synthèse qui sera transmise aux élus début avril. À eux de prendre ensuite leur décision lors d'un conseil municipal, programmé pour le 23 avril. D'autres données seront à prendre en compte comme la carte scolaire décidée fin mars par l'inspection académique. Mais aussi le résultat d'études effectuées dans les quartiers sur l'impact des projets urbain sur la scolarité des enfants.

Bilan de la concertation


Lancée début janvier, la concertation proposée par le maire Bernard Poignant se poursuit avec les élus. Pour les collectifs de parents d'élèves, elle se termine puisqu'aucune rencontre n'est prévue avant le vote du conseil municipal. Le quatre pages édité par la municipalité et mis sur le site internet de la Ville n'a pas entraîné de réactions de Quimpérois. « C'est dommage, reconnaît l'élue. Ce document était une invite à l'échange. Il a fini dans les sacs poubelle. On en prend acte. »


Les parents continuent


Pour les parents, la présentation de ces différentes propositions est une avancée. « Nous avons été agréablement surpris de voir que la fusion à Jules-Ferry était possible, déclare Tristan Pichard, porte-parole pour les écoles du centre-ville.


C'est plus cher qu'un regroupement à Stang-ar-Hoat, mais c'est un choix politique. Aux élus de se prononcer pour l'avenir du centre-ville. Nous allons continuer notre travail de lobbying pour défendre le maintien d'une école au coeur de Quimper. »


Le collectif du Petit-Parc, plus mitigé à la sortie, reconnaît également que des avancées ont eu lieu. « On a de nouvelles billes. Certaines des solutions envisagées sont intéressantes pour le Petit-Parc. Nous allons maintenant nous réunir et voter. Finalement, la concertation a quand même porté ses fruits. »

 

Lucile VANWEYDEVELDT
Partager cet article
Repost0
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 08:37

Video Le Télégramme

Environ 300 personnels de la petite enfance manifestent depuis 10 h 30 ce matin dans les rues du centre-ville de Quimper.

 Banderoles, poupées en bandoulière, slogans chantés tels que "enfance en danger, personnel maltraité" ou écrits, comme "la qualité oui, la quantité non !" ou "pas de bébés à la consigne !" : le cortège est coloré et vivant !

Les manifestants sont venus de tout le Finistère. Ils protestent contre la politique du gouvernement concernant l'enfance. Ils craignent d'avoir trop d'enfants dans les crèches pour chaque professionnel.

Petite enfance : près de 250 professionnels manifestent à Quimper (Ouest france)
Éducation jeudi 11 mars 2010

Près de 250 personnes ont manifesté ce matin dans les rues de Quimper afin de défendre les professionnels de la petite enfance, venus de tout le département du Finistère.


Ce rassemblement a été organisé à l’appel du collectif national « Pas de bébés à la consigne ». Il proteste contre les mesures gouvernementales visant à réduire le nombre de personnel dans les structures d’accueil afin de répondre aux demandes croissantes des familles.


Pour les manifestants, le décret qui prévoit notamment la diminution des heures de formation des assistantes maternelles aura des conséquences sur la prise en charge des jeunes enfants. « Travail qualifié, travail de qualité » ou encore « Un adulte pour 12 enfants = danger, stress, fatigue », pouvait-on lire sur les pancartes.

Partager cet article
Repost0
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 10:28

petit-parc-logo-2

6 mars 2010 à 13h44 - 


Mobilisés depuis fin 2009 contre la décision de la municipalité quimpéroise de fermer trois écoles du centre-ville (Petit-Parc, les Pommiers et Jules-Ferry), les parents d'élèves ont organisé ce matin une manifestation à coups de... sacs jaunes de recyclage.


Une cinquantaine de personnes, parents, enfants et sympathisants, y ont participé, déposant les sacs jaunes devant l'hôtel de ville. L'objectif était de rendre dans ces emballages les courriers émanant de la mairie et annonçant une concertation sur le sujet. Concertation aujourd'hui dénoncée par les collectifs de soutien qui fustigent la méthode et estiment que la municipalité veut gagner du temps.
 
« Nous avons la sensation qu'elle passe son temps à rencontrer sans croiser les regards. Il nous paraît difficile d'aborder les sujets si des interlocuteurs comme les enseignants ou l'inspection académique ne sont pas autour d'une table. Nous sommes pour la concertation mais avec des informations. C'est bien beau d'afficher une démocratie participative mais encore faut-il savoir la mener», explique ainsi Olivier Tétard, président des parents d'élèves du Petit-Parc.

Une pétition de près de 4.000 signatures a également été remise à l'adjointe à l'enfance, Denise Cariou, qui a défendu sa concertation. "Tout a été étudié, assure-t-elle, une concertation demande du temps car il faut écouter tout le monde ". Les premiers résultats de cette procédure devraient être dévoilés ce mercredi.

Partager cet article
Repost0
5 mars 2010 5 05 /03 /mars /2010 09:44

2009_02_06_manif_prof_chercheurs.jpg 

une ouverture ou … trois fermetures ?

Les vacances ont été l’occasion pour le Snuipp d’être enfin reçus par les représentants de la municipalité pour évoquer le dossier de la fermeture de 3 écoles à Quimper.

 Il est urgent que la mairie ne fasse plus planer sur ces écoles la menace de fermeture alors que parents et enseignants s’y opposent, choqués par la brutalité des décisions prises en l’absence de toute concertation.

Dès le mois de décembre, à l’annonce de la fermeture de 3 écoles quimpéroises, Le Snuipp avait demandé audience au maire de Quimper.

 

Mme Cariou adjointe aux affaires scolaires, Mme Conan directrice de cabinet de M. Poignant et Mme Le Goualher, du service enfance nous ont donc accueillis pendant les vacances, dans un climat serein afin d’échanger sur cette carte scolaire avant l’heure.

 

Sur le projet de fermeture, nous avons pu réaffirmer plusieurs points :


- Fermer ces écoles ne renforcera pas les autres écoles publiques. Les petites structures sont aussi efficaces que les écoles plus importantes au niveau pédagogique. 


- La décision positive doit être prise avant la carte scolaire et le mouvement pour ne pas laisser les enseignantes de ces écoles dans l’incertitude pour leur affectation. 


- Les avis des enseignants et parents de ces écoles doivent être pris en compte afin d’envisager des solutions pour pérenniser l’implantation des services publics dans le centre-ville et sur Ergué-Armel.

 

Nous avons appris lors de cette réunion que l’Inspection académique avait garanti que les six postes récupérés après fermeture resteraient sur la ville de Quimper.

 

Voilà une promesse orale qui nous semble bien curieuse : la carte scolaire n’est pas une opération de marchandage mais la transcription des évolutions démographiques (et aussi de la rigueur budgétaire !).

 

Nous avons aussi regretté les annonces concomitantes de fermeture de deux écoles maternelles et d’ouvertures de nouveaux locaux pour la petite enfance : doit-on sacrifier les écoles maternelles pour créer des crèches à Quimper ?

 

Sur la classe passerelle, qui occuperait l’école maternelle des Pommiers fermée, nous avons émis des réserves sur le fond et sur la forme :

 

- Même si ce n’est pas l’intention de la ville, nous craignons que cela ne fragilise encore la scolarisation des enfants de 2/3 ans (objectif affiché de l’Inspection Académique.) Il n’y aurait qu’un ½ poste d’enseignant alloué pour encadrer cette « classe » de 20 enfants en partenariat avec une éducatrice jeunes enfants et les services de la petite enfance de la ville. Nous ne croyons guère à un système où le partenaire Education Nationale se désengagera dès qu’il le pourra... 


- Nous ne sommes pas opposés à davantage de relations entre la petite enfance et l’école maternelle, il faut cependant que la passerelle soir reliée à une école Publique. Le projet actuel ne le prévoit pas.

 

Certes, un dialogue s’est engagé avec la municipalité après beaucoup de maladresses, de concertations non engagées, mais ce que nous attendons maintenant c’est une ambition pour l’école publique qui ne passe pas par la politique du bulldozer.

Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg