Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 14:55

Police.Humour.9

*

PARIS, 31 mars 2013 (AFP)

 

Olivier Besancenot (Nouveau parti anticapitaliste) a dit dimanche "penser franchement" qu'avec l'élaboration d'une nouvelle loi sur la laïcité, François Hollande voulait engager un "nouveau débat qui ne va alimenter que des relents sur l'islamophobie".


Comme on lui demandait son sentiment sur l'idée d'une nouvelle loi sur la laïcité dans les établissements accueillant des enfants, M. Besancenot, qui était l'invité de "Dimanche +" sur Canal +, a commencé par taper dans ses mains en disant: "bravo!", sur un ton ironique.


'Bravo! Partons pendant des mois dans un nouveau débat qui ne va alimenter que des relents sur l'islamophobie", a-t-il poursuivi. François Hollande a-t-il l'intention d'alimenter ce type de débat? "Franchement oui, franchement je le pense", a répondu M. Besancenot. Visiblement agacé, l'ex-candidat à la présidentielle du NPA en 2007, a ensuite lancé: "Qu'il les règle les problèmes dans le service public, dans les crèches, les hôpitaux, qu'il arrête de flinguer le service public
hospitalier!".


Après l'arrêt de la Cour de cassation contre le licenciement d'une femme voilée, salariée de la crèche Baby Loup à Chanteloup-les-Vignes dans les Yvelines, François Hollande a annoncé jeudi soir sur France 2 une nouvelle loi
pour permettre le respect de la laïcité dans les établissements recevant des enfants.

*

http://npa2009.org/node/36396

Partager cet article
Repost0
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 13:33

"Oh le beau navion à tuer les rouges!"

*

Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 187 (21/03/13)

*

En moins de 15 jours, l’Église catholique a provisoirement résolu la crise majeure qui la secouait.

 

Empêtrée dans des scandales aussi graves que celui des prêtres pédophiles, la corruption avérée d’importants responsables de la Curie, et la suspicion chaque jour plus précise envers la banque du Vatican qui ne serait qu’un vulgaire paradis fiscal, il lui fallait trouver rapidement une issue crédible aux yeux de millions de fidèles.

 
C’est le sens de la démission de Ratzinger et de la rapide transition aboutissant à l’élection du pape François. Pour cette occasion, nous avons dû une nouvelle fois supporter une incroyable OPA sur l’information de la part des médias, avec leurs flots d’experts en Vatican et autres laudateurs patentés, censés nous faire partager leur ferveur, et leur ébahissement devant « l’énorme surprise » du choix effectué par le conclave d’élire un pape argentin… et jésuite !


Plus ça change, plus c'est la même chose…


Ce choix n’a pourtant rien à voir avec une quelconque volonté de « modernisation » de l’institution, encore moins d’une rupture avec la ligne réactionnaire de Ratzinger. Âgé de 76 ans, Jorge Mario Bergolio n’a pas hésité, dans son propre pays, à s’engager dans une bataille contre le gouvernement social-démocrate de Cristina Kirchner sur la question ô combien édifiante de la loi autorisant le mariage homosexuel… comme il l’avait fait également précédemment contre le droit à l’avortement.

 

Il s’agit là d’un positionnement classique de la part de l’Église catholique. Mais c’est son passé complice avec la dictature féroce des militaires qui aujourd’hui le rattrape. Proche de Vidéla, fréquentant les criminels au pouvoir, il n’avait pas hésité à dénoncer deux prêtres connus pour leur engagement auprès des pauvres qui, suite à leur arrestation, furent torturés dans les locaux de la tristement célèbre école militaire ESMA.


Nous sommes très très loin d’une quelconque proximité idéologique avec la fraction la plus éclairée du clergé sud-américain, adepte de la théologie de la libération. La nomination exotique de ce nouveau pape vise à parer au plus pressé en dépaysant – comme on dit en jargon judiciaire – les dossiers les plus pressants. Elle entend redorer le blason d’une institution en perte de vitesse en mettant à sa tête un représentant du continent où l’Église catholique compte encore le plus de fidèles. La ligne de cette église ne saurait être autre que l’acceptation des programmes d’ajustement structurels imposés par le FMI, pas le soutien aux révoltes sociales.


Alain Pojolat

Partager cet article
Repost0
16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 09:04
silencio.jpg

Présenté comme le porte-voix des déshérités, le pape François est originaire du continent sud-américain, qui a vu naître la théologie de la libération.

Ce courant de pensée théologique chrétienne, qui s'est assorti d'un mouvement socio-politique d'inspiration marxiste, est apparu dans les années soixante en réponse à la pauvreté. Théorisée par Gustavo Gutierrez, dans un ouvrage paru en 1972, la théologie de la libération prône la libération des peuples et entend notamment rendre dignité et espoir aux pauvres et aux exclus et les libérer d'intolérables conditions de vie. Les adeptes de ce courant de pensée se sont engagés contre les dictatures militaires conservatrices en place dans plusieurs pays d'Amérique latine.

Les relations du cardinal argentin Jorge Mario Bergoglio, premier pape originaire des Amériques, à la théologie de la libération, font débat. Mgr Bergoglio n'a cessé de dénoncer le néolibéralisme, la corruption, le clientélisme politique et la pauvreté. Il se dit par ailleurs très influencé par l'archevêque de San Salvador Oscar Romero, assassiné le 24 mars 1980 pour ses prises de position contre l'armée salvadorienne et en faveur des droits de l'homme. Toutefois, ses conceptions sociales et son absence d'engagement contre la dictature militaire argentine (1976-1983) le placent hors de ce courant.


Michael Lowy, sociologue et bon connaisseur de l'Amérique latine, analyse les relations du pape François à la théologie de la libération.


On reconnaît au pape François un engagement marqué auprès des pauvres et en faveur d'un rôle social de l'Eglise. En quoi ses conceptions sociales divergent-elles toutefois de la théologie de la libération ?


La position de Jorge Mario Bergoglio est celle, traditionnelle, de l'Eglise : les pauvres sont considérés comme un objet d'attention, de compassion et de charité. La conception catholique traditionnelle du pauvre se traduit en actes de charité, par l'assistance sociale et par des aides diverses aux plus démunis. Cela peut aller jusqu'à une critique des conditions économiques qui sont responsables de la pauvreté. On retrouve de telles critiques chez Jean Paul II et aussi chez le cardinal Bergoglio.


Pour la théologie de la libération, les pauvres doivent être les sujets de leur propre libération, les acteurs de leur propre histoire.

 

La différence est évidente avec la conception traditionnelle de l'Eglise. Pour la théologie de la libération, il s'agit de participer, à travers les communautés de base et à travers des pastorales populaires (pastorale de la terre, pastorale ouvrière...) aux luttes et à l'auto-organisation des pauvres (ouvriers, chômeurs, paysans sans terre, indigènes...) pour leur libération. L'émancipation des pauvres implique un changement radical de société. La théologie de la libération implique donc aussi la dénonciation des violations des droits de l'homme et des dictatures militaires, pouvant aller jusqu'au soutien et à l'aide à ceux qui les combattent, comme cela a été notamment le cas en Amérique latine au cours des années 1970 et 1980.

A la différence de cet engagement politique marqué de la théologie de la libération, le clergé conservateur peut tout au plus intervenir en privé auprès des dictateurs pour demander de la clémence. Jorge Mario Bergoglio prétend ainsi avoir demandé et obtenu de la dictature militaire en Argentine la libération de deux jésuites emprisonnés et torturés.


La controverse enfle sur le rôle joué par Jorge Mario Bergoglio durant la dictature argentine. Pour beaucoup, il est coupable d'avoir fermé les yeux, au même titre que l'Eglise argentine, sur les crimes de la dictature, certains allant jusqu'à dire qu'il a lui même été impliqué dans la répression. Qu'en pensez-vous ?


A l'époque de la dictature militaire en Argentine, qui a fait de 1976 à 1983 des dizaines de milliers de morts et de disparus — dix fois plus que sous la dictature militaire d'Augusto Pinochet au Chili—, Jorge Mario Bergoglio s'est distingué par une grande discrétion. Il n'a émis aucune condamnation ni même aucune critique de la dictature. Pire, Jorge Mario Bergoglio était le supérieur de l'ordre des jésuites et a, à ce titre, retiré, en mai 1978, la licence religieuse à deux jésuites qui avaient pris des positions très engagées sur les droits des pauvres. Peu après, ces deux jésuites, ayant perdu la protection de l'Eglise, ont été arrêtés et torturés dans la sinistre école militaire ESMA. On a accusé Bergoglio d'avoir dénoncé ses deux anciens collaborateurs aux militaires, mais il a toujours réfuté cette accusation. Le fait reste qu'en retirant le soutien de l'Eglise, il a permis aux militaires d'intervenir.


Pour certains, cette neutralité affichée tient à sa volonté de conserver l'unité des jésuites, taraudés par la théologie de la libération. Il avait ainsi pour mot d'ordre de "maintenir la non-politisation de la Compagnie de Jésus". Cette position est-elle compréhensible ?


Non seulement les jésuites, mais tout le clergé, sont censés ne pas prendre de positions politiques. Bien entendu, cela n'a jamais empêché l'Eglise et les jésuites de prendre des positions conservatrices, et de soutenir des régimes monarchiques, des dictatures... La nouveauté a été l'apparition de la théologie de la libération, avec des religieux, des religieuses, des jésuites ou des prêtres – et parfois même des évêques – qui ont pris position en faveur de luttes sociales, de syndicats ouvriers ou paysans, ou même en faveur de mouvements révolutionnaires.


De même, l'appartenance à la Compagnie de Jésus n'a pas empêché de nombreux jésuites de s'engager pour l'émancipation des pauvres, pour les droits de l'homme ou contre les dictatures. Ignacio Ellacuria, le grand théologien jésuite (1930-1989) a pris position pour la paix au Salvador dans les années 1980 et fut assassiné par le régime militaire de ce pays.


Jorge Mario Bergoglio lui-même n'a pas hésité à s'engager dans une bataille politique contre le gouvernement argentin de gauche de Cristina Kirchner, en opposition à une loi autorisant le mariage des homosexuels. Cette opposition frontale du cardinal Bergoglio au gouvernement de Cristina Kirchner sur des questions comme l'avortement ou le mariage gay est elle aussi politique.


Propos recueillis par Hélène Sallon

 

http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/03/14/le-pape-francois-a-une-conception-traditionnelle-du-pauvre_1848793_3214.html

Partager cet article
Repost0
27 février 2013 3 27 /02 /février /2013 14:19
vatican

Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 183 (21/02/13)


Lundi 11 février, après s’en être entretenu avec Dieu lui-même, le PDG de la multinationale God and Cie Joseph Ratzinger, annonçait sa démission. Trop vieux, fatigué, inapte à honorer sa fonction, il réitérait ce qu’avait fait avant lui Célestin V en… 1294.


Quel scoop ! Il n’en fallait pas plus pour mettre en ébullition les salles de rédaction. En France, qui comme chacun le sait est la fille aînée de l’église, ce non-événement a pris des proportions invraisemblables, et nous avons eu droit à quantité d’éditions spéciales. Ainsi, le 13 heures de France Inter – service public – nous imposait 24 minutes de propagande lénifiante et de spéculations sur le bilan du pontificat et l’incertitude de la succession.


Ultra conservateur, homophobe et misogyne, par nature et par fonction, Benoît XVI aura marqué son règne par des prises de position constantes en faveur des forces les plus obscurantistes. Fervent admirateur d’Escriva de Balaguer, le fondateur de l’Opus Dei, il ne ménagera pas ses efforts pour réintégrer dans le giron de la maison mère les adeptes intégristes se réclamant de Monseigneur Lefèvre. Il n’hésitera pas non plus à canoniser des prêtres franquistes, au moment même où l’État espagnol réhabilitait les combattants républicains, après 70 ans d’amnésie et de révisionnisme.


Ceux qui aujourd’hui osent nous parler de modernité en évoquant la démission du pape, passent par pertes et profits les positions criminelles qu’il a pu prendre en matière d’avortement et de contraception. Comment pourrait-on oublier qu’il osa déclarer que le préservatif « augmente le problème  » du sida (no comment de votre hebdo préféré la semaine dernière) ? Comment oublier l’ignoble excommunication d’une mère, accusée d’avoir aidé à avorter sa fillette de 9 ans victime d’un viol ?


Les comptes en banque du Seigneur sont impénétrables…


Les raisons invoquées de la démission de Ratzinger paraissent d’une banalité mortelle. Pour autant, ce départ intervient dans un contexte extrêmement trouble, où le Vatican, et tout spécialement sa banque (l’Institut des œuvres religieuses) inspire les plus vifs soupçons aux experts financiers, avec ses 44 000 comptes secrets brassant 6 milliards d’euros, un vrai paradis fiscal… En nommant à sa tête le 15 février son vieil ami (fabriquant de vedettes de guerre) Ernst Von Freyber, Benoît XVI tentait de mettre fin à la crise avant son départ.


La succession de Benoît XVI ne nous concerne pas. Le prochain pape, qui ne sera pas une papesse, ne fera que perpétuer une institution sclérosée, antidémocratique et éloignée de toute aspiration à l’émancipation. L’Église catholique, mais elle n’est pas la seule, restera un des piliers les plus sûrs de l’ordre patriarcal et capitaliste. Peut-être osera-t-on réformer à la marge les absurdités les plus criantes, comme le célibat des prêtres, ou ordonner des femmes ? Qu’importe. « Un pape démissionne, un autre pape est appeler à régner. Araignée ? Quel drôle de nom pour un pape. Pourquoi pas libellule… ou papillon. » (Jacques Prévert).


Alain Pojolat

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 10:47

mosquee-profanation-racisme-saint-etienne 263

*

19 décembre 2012 

*

Le tribunal administratif de Rennes a annulé le bail emphytéotique accordé à l'Association d'actions socioculturelles et sportives-Vannes par le conseil municipal de Vannes, le 21mai 2010, pour un terrain de 1.500m² où doit être édifié une mosquée.

*

La contestation de cette délibération devant la justice a été faite par le groupe de Vannes de la Libre Pensée. Depuis, les élus ont attribué ce bail emphytéotique à l'Association culturelle des musulmans de Vannes. Mais cette nouvelle association n'était pas reconnue officiellement au moment de cette nouvelle délibération.

*

Aussi, le groupe de Vannes de la Libre Pensée entend déposer un recours gracieux contre cette décision, toujours dans le but de faire respecter la loi de 1905 sur la séparation de l'Église et de l'État.

*

Enfin, un recours en annulation pourrait être aussi effectué contre le permis de construire de la future mosquée, délivré le 7août dernier par la municipalité, à une association qui n'avait pas, à l'époque, d'existence légale.

*

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/morbihan/vannes-bail-annule-pour-la-future-mosquee-19-12-2012-1947991.php

*

Commentaire: Que voilà une belle "mobilisation populaire " sympathique,  saine et rafraîchissante! Elle devrait permettre de réunir le ban et l'arrière ban de la xénophobie et du racisme... mais DE GAUCHE ! En ces temps d'exacerbation des haines moyen âgeuses (anti gays, roms, musulmans), encore bravo!

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 11:53

78005641_o.jpg L'enfer!

30 novembre 2012 - 

 

Le mariage gay? «Tout maire doit appliquer la loi de la République!». Elie Geffray, maire d'Éréac et prêtre estime que la «clause de conscience» n'a pas à peser en la matière...


«Un maire doit appliquer leslois, en vertu du principe dela laïcité, beaucoup trop négligé aujourd'hui. Il n'a pas à faire intervenir ses convictions religieuses dans l'exercice de ses fonctions. Ou alors il démissionne». Des propos d'autant plus décoiffants qu'ils sortent de la bouche d'un prêtre. Élie Geffray confesse avoir été très excédé par l'attitude de François Hollande quant à l'application de la loi sur le mariage pour tous.

La vertu de la laïcité

«Si, à chaque fois qu'on vote une loi, on peut ne pas l'appliquer en raison d'une clause de conscience, c'est dangereux... Que les cultures puissent s'exprimer, c'est normal, affirme le maire d'Éréac. Mais que l'on veuille imposer sa différence religieuse, je ne suis pas d'accord. Et cela, quelle que soit la religion. Je suis chrétien sans complexe, soit, mais aussi sans arrogance... Dans l'espace public, la laïcité est cette vertu qui régule nos différences. Et je suis pour le moins étonné que le président de la République ne s'en sente pas le garant rigoureux».

Légiférer pour pacifier

Quant au mariage gay, Élie Geffray le prêtre confie avoir de sérieuses raisons d'être contre, au niveau anthropologique. «Mais, d'un point de vue pratique, il y a de bonnes raisons d'être pour. Le mariage gay, dans dix ans, ce sera anodin et ne perturbera pas la société. C'est comme le Pacs. Sur ce genre de question, il vaut mieux légiférer pour pacifier la société. Imaginez ce que serait la société française si on n'avait pas réglementé le divorce, la contraception ou l'avortement...

 

En Espagne, où le mariage gay existe, c'est plus la crise financière qui perturbe la société que cette question-là. À cet égard, je préférerais que les évêques français mettent plus leur énergie à lutter contre une société qui détruit des familles et supprime toute perspective à la jeunesse qu'à combattre le mariage homosexuel. Même si je comprends leurs réticences, il faut une hiérarchie des urgences...».


Propos recueillis par Hervé Queillé

 

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/cotesarmor/mariage-gay-pas-d-etats-d-ame-pour-le-maire-et-pretre-30-11-2012-1925177.php

 


Partager cet article
Repost0
31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 12:39
mosquee-profanation-racisme-saint-etienne 263

Dans cet entretien accordé à Oumma, le sociologue Raphaël Liogier revient sur l'occupation de la future mosquée de Poitiers par le groupe Génération identitaire. Il estime que "nous sommes dans une situation explosive" et "qu'on ne réalise pas clairement le danger de la situation dans laquelle nous nous trouvons".


Entretien avec Raphaël Liogier, professeur de sociologie à l’IEP d’Aix-en-Provence, auteur du livre "Le mythe de l'islamisation: essai sur une obsession collective" paru aux éditions du Seuil.

 

L'occupation de la future mosquée de Poitiers par le groupe Génération identitaire marque-t-elle une nouvelle escalade dans les actes islamophobes?


Il faut bien comprendre que depuis le milieu des années 2000 nous sommes entrés dans un système extrêmement dangereux s’appuyant sur le mythe de l’islamisation. C’est cela que j’essaye d’expliquer dans mon livre. L’espace public est devenu une sorte de scène théâtrale tragique avec quatre acteurs principaux : le héros défenseur de l’Occident, le peuple trompé, le traître multiculturaliste (que l’on appelle parfois « l’idiot utile »), et enfin le jihadiste (qui s’est confondu ces derniers mois avec le « salafiste », nouveau mot valise très populaire dans les médias).


J’avais déjà essayé d’expliquer qu’Anders Breivik et Mohamed Merah sont les deux faces de la même pièce. L’un s’identifie au héros défenseur de l’Occident, l’autre au jihadiste. Ces rôles peuvent être joués de façon légère, et cela n’aboutit pas au drame, mais certains individus parce qu’ils sont socialement frustrés et psychologiquement fragiles, peuvent passer à l’acte, et par exemple revêtir le vêtement de l’islam ou celui de l’identité européenne menacée pour justifier des actes violents.

 

Il n' y  a  plus besoin de réseaux pour passer à l'action violente


Tout à fait! L’image du jihadiste, du martyre, peut devenir attractive pour des jeunes en déshérence. Des jeunes qui n’avaient, avant cette soif d’en découdre avec le monde, souvent aucune culture musulmane. Ils se découvrent musulman pour devenir jihadiste.


Avec Génération identitaire, qui occupe une mosquée en construction à Poitiers (ville emblématique s’il en est) aux cris de « Reconquista », nous sommes dans le même scénario, mais cette fois avec des acteurs qui se vivent en héros protégeant l’Europe contre l’islamisation. Le plus grave n’est pas ce qui s’est passé ce week-end, mais que nous sommes dans une situation explosive où il n’est pas exclu que survienne un Anders Breivik à la française qui serait psychologiquement plus fragile, auquel pourrait répondre, comme en écho, un nouveau Mohamed Merah.

 

Comment jugez-vous les réactions  de la classe politique suite à cette Occupation ?


Evidemment la classe politique a condamné cette action, mais cependant avec des pincettes. Je pense qu’on ne réalise pas clairement le danger de la situation dans laquelle nous nous trouvons. Le mythe de l’islamisation est si bien intériorisé aujourd’hui que la classe politique ne peut pas dénoncer trop franchement ce type d’action sans prendre un fort risque électoral (rappelons que selon un sondage ifop de 2011 près de 76 % des Français estiment que l’islam progresse trop dans le pays, et que selon un autre sondage de 2012, toujours de l’ifop, plus de 60 % des européens seraient convaincus que les musulmans refusent consciemment de s’intégrer).    

 

Peut-on parler d'une obsession française de l'islam?


L’islam n’est pas, ou au moins n’est plus seulement une obsession française, mais il  est devenu une obsession européenne, toujours depuis le milieu des années 2000. Au moment précisément où les identités européennes se sont senties fragilisées. On a assisté à des débats sur les identités nationales partout en Europe, en France bien sûr, mais aussi en Hollande, en Allemagne, au Royaume-Uni, etc.

 

L’Europe traverse une crise d’identité extrêmement forte : les européens ne sont plus ce qu’ils ont été, le centre du monde. Aujourd’hui la première puissance mondiale, les Etats-Unis, regarde plutôt du côté de la Chine, de l’Inde ou même du Brésil, et moins du côté des petites nations européennes incapables de se fédérer, de s’unir continentalement. C’est dans ce contexte de grande fragilité que s’est constitué un nouveau populisme anti-musulman fondé sur le mythe de l’islamisation, l’idée d’une occupation progressive quantitative (numérique) et qualitative (culturelle) de l’Europe par l’islam.

 

Comment lutter efficacement contre l'islamophobie?
 
A mon avis, nous sommes plus dans la paranoïa que dans la phobie. Le paranoïaque cherche une intention maligne dirigée contre lui, et contre laquelle il doit absolument se défendre d’urgence, contrairement au phobique qui se contente d’éviter l’objet de sa peur. Le mythe de l’islamisation construit une mise en scène paranoïaque. C’est contre cette mise en scène qu’il faut aujourd’hui lutter, si l’on veut lutter contre les risques de passage à l’acte violent qui risquent de devenir de plus en plus incontrôlables si l’on ne s’attaque pas au problème à sa racine.


Les actions des « héros défenseurs de l’Occident » de « génération identitaire » ou  les jihadistes improvisés  comme Jérémie Sidney et ses acolytes font partie du même système. Il faut réaliser qu’en déconstruisant le mythe de l’islamisation, on lutte à la fois contre l’islamophobie, contre l’islamisme extrémiste, contre le terrorisme, mais aussi contre la judéophobie. Il faudrait me semble-t-il que nos politiques prennent leurs responsabilités à ce sujet et comprennent qu’au-delà de leur intérêt politique à court terme, c’est la paix civile qui est en jeu ! 

 

Propos recueillis par la rédaction


http://oumma.com/14518/raphael-liogier-nest-exclu-survienne-un-anders-breivik


 

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 12:39

 

Pierre Tevanian est professeur de philosophie dans un lycée de Seine Saint-Denis (Drancy, 93). Il est fondateur avec Sylvie Tissot du collectif Les mots sont importants et en co-anime le site (http://lmsi.net/). Il est investi dans le collectif Mamans Toutes Égales (MTE).1

*

Contretemps : Tu as déjà participé à l’ouvrage collectif Les filles voilées parlent2 et publié Le voile médiatique3. Pourquoi as-tu trouvé nécessaire d’écrire de nouveau sur cette question ? Est-ce le contexte qui a changé ? Est-ce que le recul t’a permis d’aborder la question différemment ?


Pierre Tevanian : Le livre est une sélection de textes que j'ai écrits au fil des années, c’est une chronique de la presque décennie de matraquage anti-voile de haute intensité. Au moment même où le livre sortait, il y avait encore une loi votée par le Sénat, dite loi « anti-nounou »4.

 

Je n'ai donc jamais arrêté d'écrire : on est requis, sollicité par toutes ces offensives islamophobes et anti-voile, non seulement à contre-argumenter, mais aussi, lorsque les choses s’aggravent, et se dévoilent encore plus, appelé à combattre et à radicaliser parfois ses analyses.

 

Fondamentalement, la situation n'a pas été bouleversée, et c’est notamment ce qui permet à toutes ces différentes campagnes anti-voile de plus ou moins bien fonctionner sans provoquer un soulèvement de la population. Le matraquage médiatique contre les femmes voilées  et l’absence des principales concernées en tant que sujet de paroles écoutées, restent la norme depuis dix ans.

 

Lire la suite

 

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 12:37
totem.jpg
20 septembre 2012
  

Charlie Hebdo a publié d’énièmes dessins moquant le Prophète de l’islam, le montrant notamment sous les traits d’un lubrique impénitent.

 

Pour ce journal anciennement satirique, la provocation ne consiste plus visiblement à provoquer les puissants, mais à blesser les sentiments de centaines de millions de musulmans. Hélas, ceux qui sont devenus les bouffons des « racistes honteux », n’affrontent que des oulémas de service, plus intéressés à la défense de la « personne du Prophète » contre les offenses de l’« Occident » qu’à la contestation de la domination politique et économique exercé sur leurs pays par ce même « Occident ».

 

Lire la suite

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 13:37

 

classe

Communiqué de presse


Un climat inacceptable de stigmatisation et de discrimination vis-à-vis des musulmans perdure en Occident, relancé par l’ignoble film islamophobe Innocence of Muslims.

 

Cela alimente et renforce les divisions parmi les opprimés du monde entier dont les classes dominantes ne peuvent que se réjouir à un moment où elles imposent des cures drastiques d’austérité aux peuples. L’islamophobie doit ainsi impérativement être combattue comme toute forme de racisme.

 

Mais cela ne justifie aucunement ni les violences intégristes, ni le détournement des révolutions démocratiques et sociales arabes par des groupes conservateurs.


Contrairement aux amalgames entretenus par les fondamentalistes, les caricatures publiées dans Charlie Hebdo n’ont rien à voir avec cette islamophobie ambiante. Charlie Hebdo critique régulièrement au moyen de la dérision et de la caricature l’ensemble des églises et des religions. Il n’y a rien là de discriminatoire vis-à-vis des musulmans, et donc à proprement parler d’islamophobe. Nous soutenons donc la liberté d’expression et le droit à la caricature de Charlie Hebdo, qui n’a pas du tout dépassé les bornes illégitimes de la xénophobie.


Lutter contre l’islamophobie est bien aujourd’hui nécessaire afin de recréer des convergences parmi les opprimés. Toutefois, il ne faut pas accepter l’extension indéfinie de cette notion promue par les intégristes, auxquels, ne l’oublions pas !, nous nous opposons sur le terrain des valeurs démocratiques, antiracistes, laïques et progressistes.


Nos ennemis, ce sont les inégalités sociales, la logique d’oppression du capitalisme, la misère et le chômage, les discriminations racistes, sexistes et homophobes, les violences policières ou les régimes autoritaires et corrompus, ce ne sont surtout pas ni les musulmans, ni Charlie Hebdo !


Le 20 septembre 2012


Philippe Corcuff, sociologue, membre du NPA

Philippe Poutou, ouvrier, candidat du NPA à l’élection présidentielle de 2012

Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg