Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 13:37

Par Nolwenn Weiler (31 mai 2012)


Deux cents migrants, dont de nombreux demandeurs d’asile et une soixantaine d’enfants — originaires de Mongolie, Côte d’Ivoire, Afghanistan, Arménie et Géorgie — occupent depuis le 8 mai une ancienne maison de retraite à Pacé, au nord-ouest de Rennes.

 

La réquisition a été organisée par l’association Droit au logement (DAL) au soir de la victoire de François Hollande, le 6 mai. Histoire de signaler au Parti socialiste, dont font partie de nombreux élus locaux, plutôt timides sur le sujet, que les associations les attendent au tournant.


« Les expulsions policières des réquisitions se suivent et se ressemblent. Les élus se taisent ou disent ne pas savoir. Ils n’ont pas d’avis sur la question, aucune interrogation sur le devenir des résidents, aucune condamnation à exprimer autre que celle des occupations menées par le DAL en Île-et-Vilaine, aucune envie de venir sur place, de constater les dégâts, de rencontrer les familles, de s’informer, de proposer leur aide, de s’engager pour le respect de l’application de la loi », déplore Yannic Cottin, un militant local du DAL.


Un rapport publié jeudi 24 mai par Amnesty International, souligne que la situation des migrants en France n’est pas pas conforme à la Convention européenne des droits de l’homme. En cause : près des deux tiers des demandeurs d’asile n’ont pas accès aux centres d’accueil qui leur sont pourtant destinés, se retrouvant ainsi à la rue ; ils n’ont pas le droit de travailler pendant l’examen de leur demande en première instance ; et, dans la majorité des cas, l’autorisation de travail à laquelle ils peuvent normalement prétendre durant la procédure d’appel leur est refusée.


Amalgame sarkozyste


Opposé aux régularisations massives, François Hollande s’est engagé à améliorer les conditions d’accueil des demandeurs d’asile, en accélérant la durée de l’examen de leurs dossiers pour la ramener de 24 (!) à 6 mois.

 

Mais comment le gouvernement réagira-t-il si un nouveau mouvement de sans papiers émerge, comme ce fut le cas lors de l’occupation de l’église Saint-Bernard à Paris en 1997, ou plus récemment avec le mouvement des travailleurs sans papiers ? « Les migrants qui sont en situation irrégulière n’ont pas vocation à rester sur le sol français. Je pense que la gauche doit être très claire sur cette question », avait affirmé Manuel Valls au moment où son prédécesseur Claude Guéant expulsait des jeunes Tunisiens, venus en France suite à la révolution qui a secoué leur pays l’année dernière.


C’est à Nicolas Sarkozy que l’on doit l’amalgame entre sécurité intérieure et immigration. Avant 2007, la politique de l’immigration relevait de plusieurs ministères : Affaires étrangères, Emploi et Affaires sociales, et Intérieur. En décidant de maintenir l’immigration au sein du ministère de l’Intérieur, le nouveau gouvernement ne rompt pas, pour l’instant, avec le sarkozysme sur ce sujet.

 

http://www.bastamag.net/article2434.html

Partager cet article
Repost0
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 08:49

 

 

Partager cet article
Repost0
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 08:48

 

 

Partager cet article
Repost0
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 08:46

 

 

Partager cet article
Repost0
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 11:57
Logement réglementaire pour les réfugiés?
lundi 28 mai 2012

Les treize demandeurs d'asile qui occupaient le hall de la mairie de Brest depuis vendredi soir l'ont quitté dimanche.
Dimanche midi, les 13 demandeurs d'asile qui occupaient le hall de l'hôtel de ville de Brest ont libéré les lieux. Ces personnes, trois familles albanaises avec des enfants de 8 à 15 ans et un Tchétchène de 23 ans, s'étaient installées dans la mairie vendredi après-midi avec le soutien du collectif Casss-papiers.
Elles protestaient contre la proposition de la sous-préfecture envisageant de ne loger à l'hôtel que les familles avec des enfants, et pour quelques jours seulement.

Casss papiers demandait « une solution durable pour tous les demandeurs », tandis que Jean-Pierre Condemine, sous-préfet, mettait en avant le fait que « les capacités d'accueil dans le Finistère sont saturées », avec actuellement 246 personnes prises en charge. Selon lui, la forte hausse des demandeurs en début d'année (+100 % par rapport à 2011) fait que « le budget annuel est quasi épuisé ». Priorité est donnée aux familles avec jeunes enfants.


L'hôtel jusqu'à mardi


Ce dimanche matin, Jean-Pierre Condemine est revenu en mairie avec les mêmes propositions. Résultat : 10 personnes (quatre adultes et six enfants) sont parties à l'hôtel. Une solution d'urgence, très provisoire. « On réexaminera leur situation mardi », prévient le sous-préfet. Pas d'hébergement pour les trois autres. Jean-Pierre Condemine est catégorique : « Les personnes isolées ne sont pas prises en charge. »


Une famille géorgienne avec deux enfants, qui occupait depuis plusieurs jours le couloir de l'Aftam, a également été logée à l'hôtel. L'Aftam est à Brest l'association mandatée pour l'accueil des demandeurs d'asile. Mais ses logements sont complets.

 

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Les-sans-papiers-quittent-la-mairie-de-Brest-_40734-2081295------29019-aud_actu.Htm

 


Partager cet article
Repost0
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 08:18

22 mai 2012 à 13h38

 

Au moins 200 migrants, principalement des demandeurs d'asile, occupent depuis début mai une ancienne maison de retraite à Pacé, près de Rennes, "réquisitionnée" par le Dal 35 pour "sortir les gens de la rue", a-t-on appris auprès de l'association Droit au logement.

 

Au moins 200 personnes, dont 70 enfants, de 15 nationalités différentes, majoritairement des Mongols, Arméniens et Géorgiens, se sont installées le 4 mai, dans une cinquantaine de logements situés dans une ancienne maison de retraite inoccupée de 2.300 m² près de Rennes. C'est ce qu'a affirmé Yannik Cottin, secrétaire du Dal 35.


Arrivés en France récemment ou depuis un an pour certains d'entre eux, les migrants se trouvaient auparavant à la rue ou dans des squats de la région rennaise qui ont été évacués par les forces de l'ordre, parfois à l'aide de gaz lacrymogènes, selon la même source.

 

Fermée depuis septembre 2011


L'ancienne maison de retraite est fermée depuis septembre 2011 et "fait l'objet d'un projet de reconversion, notamment en Centre d'accueil de demandeurs d'asile (Cada), a, pour sa part, indiqué Paul Kerdraon, maire UMP. On sait qu'il y a des problèmes d'hébergement des demandeurs d'asile, auxquels on tente de répondre en partie par ce projet de Cada", a-t-il souligné.


L'élu a également rappelé que l'hébergement des demandeurs d'asile relevait des compétences de l'Etat et dénoncé un "coup de force" du Dal, qui a, selon lui, pénétré par effraction dans le bâtiment. La SA HLM Les Foyers, propriétaire des lieux, a déposé un recours en expulsion devant le tribunal d'instance de Rennes.

  • N. A., avec l'AFP

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/ille-et-vilaine/pace-35-environ-200-migrants-squattent-une-ancienne-maison-de-retraite-22-05-2012-1711773.php

Partager cet article
Repost0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 11:10
Depuis des années, des actions en solidarité avec les Sans Papiers se font jour : manifestations, parrainages citoyens, accompagnements en préfecture, pétitions, présence dans les tribunaux, débats publics, hébergements d’urgence…

Ces actes portent en eux-mêmes les valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité et constituent une défense des droits de l’Homme : droit de vivre en famille, à la scolarité, au travail, à la sécurité, à la santé…


Le 12 mars 2011, environ 200 manifestants se rassemblaient à l’appel du RESF à l’aéroport de Marignane pour protester contre l’expulsion d’un père comorien de trois enfants scolarisés à Marseille.


Leur détermination permettait finalement qu’une famille ne soit pas démantelée et ce père retrouvait femme et enfants le soir même.


Aujourd’hui, plus d’un an après les faits et alors que la page du Sarkozysme est tournée, deux militants du RESF13 (facilement identifiables, Florimond GUIMARD professeur des écoles et Jean SICARD retraité) se voient reprocher d’avoir passé des portiques de sécurité destinés aux passagers !

Pour cela, ils encourent jusque 750€ d’amende chacun « pour ne pas s’être soumis au dispositif d’inspection filtrage en vigueur » !!!

La décision revenant in fine au Préfet, cette affaire ne constituerait-elle pas un ultime coup bas préfectoral avant un départ annoncé ?


Nous dénonçons ces méthodes qui visent à réprimer l’action citoyenne et spontanée d’un quartier, d’une école, d’une communauté, de militants associatifs, syndicaux et politiques.

Sarkozy c’est fini !

Nous demandons l’arrêt immédiat de la procédure contre ces militants des droits de l’Homme et contre toutes les personnes poursuivies en raison de leur soutien aux Sans-Papiers.

Signez la pétition en ligne sur le site du RESF :

Arrêt des procédures contre les militants du RESF

Partager cet article
Repost0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 09:11
Dessin de Fañch ar Ruz

 « L’immigration reste à l’Intérieur »,

 

 a indiqué à l’AFP l’entourage du nouveau ministre Manuel Valls, adepte d’une gauche moderne et décomplexée, d’origine catalane et naturalisé français à 20 ans. Pourtant, lorsque la politique de l’immigration est entrée complètement  Place Beauvau à la suite d’un remaniement du gouvernement de François Fillon en novembre 2009, le PS s’en était indigné. Au même titre que les associations.  


Le ministère de l’Intérieur garde pour l’instant la haute main sur la politique de l’immigration, une réforme emblématique du mandat de Nicolas Sarkozy dénoncée en son temps par les socialistes et les ONG de défense des étrangers qui espèrent un changement après les législatives en juin.

En rattachant l’Immigration à l’Intérieur, le gouvernement « fait un lien entre immigration et insécurité », avait alors dénoncé auprès de l’AFP la députée Sandrine Mazetier, spécialiste de la question qui n’a pas souhaité réagir jeudi.

Les associations regrettent cette décision
 
« On aurait pu imaginer une rupture avec cette réforme symbolique de Nicolas Sarkozy mais ce n’est pas le cas », remarquait jeudi Stéphane Maugendre, président du Groupe d’information et de soutien des travailleurs immigrés (Gisti). « On constate que la conception policière (de l’immigration) reste imprimée dans ce choix » de François Hollande, ajoutait-il.

« Le compte n’y est pas », a regretté France Terre d’Asile (FTA) qui a salué la victoire du socialiste le 6 mai. Son président, Pierre Henry, se dit désormais « dans une position d’attente jusqu’aux élections législatives ».
« Pas d’impatience, attendons les législatives », a insisté M. Henry, estimant qu’« une rupture symbolique doit s’opérer » avec la conception de Nicolas Sarkozy car « les questions de l’asile et de l’intégration ne peuvent pas relever de la logique de sécurité ».

Autre association de défense des étrangers, la Cimade avait appelé juste après la victoire de M. Hollande à une rupture avec « l’approche sécuritaire » de son prédécesseur. Le « premier signe » en serait, selon elle, « de sortir la question de l’immigration de l’Intérieur ».

« La gauche doit être très claire »
 
Au début de son quinquennat, Nicolas Sarkozy avait instauré un « ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire » qui avait été fortement critiqué à cause de l’association « immigration » et « identité nationale ».

Jusqu’à cette date, la politique de l’immigration relevait de plusieurs ministères : Affaires étrangères, Emploi et Affaires sociales et Intérieur.

Le maintien de l’immigration dans le giron de Beauvau « ne doit pas être détaché de la nomination de Manuel Valls », incarnation de la droite du PS, a analysé M. Maugendre.

Partager cet article
Repost0
2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 11:09
pref1.jpg
pref2.jpg
pref3.jpg
pref4.jpg
Casss papiers
(Collectif d'Actions, de Soutien et de Solidarité avec les Personnes Sans-Papiers) 

 

Le 29 février dernier, Laïla et sa petite fille de 3 ans Inès étaient convoquées au commissariat en vue d'être expulsées vers le Maroc. Suite à une mobilisation, les autorités se sont contentées de les "assigner à résidence" pour une durée de 45 jours.


Laïla est arrivée en France en 2006 pour suivre ses études.

 

Après l’obtention d'un master professionnel, elle a trouvé du travail. Mais son titre de séjour n'ayant pas été renouvelé, elle a perdu le droit de travailler. En 2008, Laïla a eu une petite fille, Inès, née en France et scolarisée à l'école Bellevue à Brest.


Depuis le 29 février dernier, Laïla doit se présenter au commissariat Colbert tous les deux jours pour signer un registre de présence (comme les criminels ?) . Le 12 avril dernier, cette assignation a été renouvelée pour 45 jours.

 

La préfecture ne démord pas de son objectif initial : l’expulsion à tout prix.


Cette peur de l'expulsion que la préfecture manie comme une épée de Damoclès envahie leur quotidien et empêche Laïla et sa fille de faire tout projet d'avenir. D'autant plus que la petite étant née hors mariage, cette expulsion mettrait leur vie en danger, le Maroc étant un pays où les islamistes sont de plus puissants et où la charia fait office de loi.


Laïla et Inès vivent en France et doivent pouvoir y rester ! Parce qu'elles y ont construit leur vie, parce qu'elles y ont leurs amis et leurs copains, nous refusons leur expulsion.


Parce que cette situation de précarité et d'insécurité quotidienne n'a que trop duré, nous exigeons des papiers pour Laïla et Inès.

Partager cet article
Repost0
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 11:56
Separation-enfant R
Casss papiers (Collectif d'Actions, de Soutien et de Solidarité avec les Personnes Sans-Papiers) 

 

Le 29 février dernier, Laïla et sa petite fille de 3 ans Inès étaient convoquées au commissariat en vue d'être expulsées vers le Maroc. Suite à une mobilisation, les autorités se sont contentées de les "assigner à résidence" pour une durée de 45 jours.


Laïla est arrivée en France en 2006 pour suivre ses études.

 

Après l’obtention d'un master professionnel, elle a trouvé du travail. Mais son titre de séjour n'ayant pas été renouvelé, elle a perdu le droit de travailler. En 2008, Laïla a eu une petite fille, Inès, née en France et scolarisée à l'école Bellevue à Brest.


Depuis le 29 février dernier, Laïla doit se présenter au commissariat Colbert tous les deux jours pour signer un registre de présence (comme les criminels ?) . Le 12 avril dernier, cette assignation a été renouvelée pour 45 jours.

 

La préfecture ne démord pas de son objectif initial : l’expulsion à tout prix.


Cette peur de l'expulsion que la préfecture manie comme une épée de Damoclès envahie leur quotidien et empêche Laïla et sa fille de faire tout projet d'avenir. D'autant plus que la petite étant née hors mariage, cette expulsion mettrait leur vie en danger, le Maroc étant un pays où les islamistes sont de plus puissants et où la charia fait office de loi.


Laïla et Inès vivent en France et doivent pouvoir y rester ! Parce qu'elles y ont construit leur vie, parce qu'elles y ont leurs amis et leurs copains, nous refusons leur expulsion.


Parce que cette situation de précarité et d'insécurité quotidienne n'a que trop duré, nous exigeons des papiers pour Laïla et Inès, et  

 

nous appelons à un rassemblement de soutien mercredi 2 mai, à partir de 10h devant la sous préfecture de Brest.

Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg