Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 13:35

  FMI BM dette

Aujourd'hui,  les Chypriotes ne peuvent retirer plus de 1.000 euros dans les distributeurs automatiques de billets.

 

Comble d’hypocrisie, ils savent qu’on leur appliquera bientôt une « taxe financière solidaire » qui réduira leur épargne et qui sera destinée à sauver le système bancaire privé. Autrement dit, pour protéger tous les créanciers internationaux qui pourront continuer à être remboursés pour les dettes contractées par les banques chypriotes aujourd’hui en faillite.


Il y a peu un accord a été trouvé pour un modèle d’union bancaire dans le cadre européen qui réaffirmait le rôle des institutions financières de l’UE en tant que mécanismes de socialisation des dettes financières privées. Et, surtout, de leur conversion en dettes souveraines publiques en créant des fonds qui garantissent le capital bancaire mais non les dépôts que les gens placent dans les banques.


Le cas de la petite Chypre, à peine 0,17% du PIB européen, et le « corralito » (limitation des retraits, NdT) imposé à sa population est une expérimentation qui doit sans doute servir d’avertissement pour les autres économies périphériques de l’UE.


L’ancien président de Chypre, le communiste Demetris Christofias, hostile aux exigences de la Troïka, ne s’est pas représenté aux élections et la récente victoire électorale du conservateur Nicos Anastasiades a ouvert la porte à un programme qui supposait la demande immédiate d’un « sauvetage » à la Troïka.


Les racines de la faillite économique chypriote répondent à différents facteurs. On a mentionné sa relation étroite avec l’économie grecque, mais ce qui est fondamental dans le cas chypriote est la formidable et particulière faillite de son secteur bancaire privé. Les besoins de recapitalisation bancaire étaient estimés il y a quelques mois à 55% de son PIB (en Irlande, au pire moment de sa crise, il s’agissait de 40% du PIB).

 

L’Etat chypriote a déjà du demander une aide financière en juin 2012 pour un total de 1,8 milliard d’euros. Après avoir perdu son accès aux marchés internationaux, l’Etat s’est retrouvé incapable de financer lui-même ce processus. A partir de ce moment s’est élaboré un Mémorandum d’accord avec la Troïka en novembre dernier qui incluait un ajustement budgétaire représentant au total 7,25% du PIB (soit 1,3 milliard d’euros) jusqu’en 2016. Le poids de la dette publique par rapport au PIB a augmenté de 140% après ce premier sauvetage bancaire de l’année dernière, et il atteint aujourd’hui 150% du PIB, ce qui suppose un risque très sérieux de défaut de paiement de la dette chypriote.


Le système bancaire de ce pays fonctionne avec une certaine opacité dans une économie qui suit un modèle fiscal comparable à celui d’un paradis fiscal – presque comme l’Irlande - , ce qui est très attractif pour capter l’épargne des fortunes étrangères qui représentent un total de 24 milliards d’euros (en grande partie en provenance de Russie). C’est pour cette raison que le secteur bancaire atteint une taille inappropriée pour la petite économie chypriote, puis- qu’il pèse cinq fois plus que le PIB du pays. S'il devient insolvable, il entraîne automatiquement l’effondrement du pays.


Face aux réticences des pays du centre de l’UE, la Troïka n’apportera qu’un total de 10 milliards d’euros dans ce cinquième programme de sauvetage dans la zone euro. Une quantité bien inférieure à ce que demandait Nicosie. Dans cette UE, les sauvetages, dont l’objectif principal est de stabiliser le système financier privé, s’accompagnent de fortes conditions pour les Etats, ce qui implique une forte discipline imposée aux classes ouvrières.

 

Dans ce cas ci, les premières victimes sont les déposants qui verront fondre leurs épargnes et seront frappés, afin d’éviter la fuite des capitaux, par des restrictions dans l’utilisation de leur argent. On appliquera une taxe de 6,75% sur les dépôts jusqu’à 100.000 euros et de 9,9% à partir de cette somme. Une mesure (exigée surtout par le FMI et le gouvernement allemand) qui permettrait de récolter 5,8 milliards d’euros. Elle frappera durement les épargnants et, tout particulièrement, la classe salariée et les pensionnés qui n’ont pu prévoir une telle situation (les experts, quant à eux, s’y attendaient depuis des mois) ou qui n’ont pas la possibilité de transférer leur argent dans un autre pays parce qu’ils en ont besoin quotidiennement.


Comme mesure compensatoire pour les déposants, ces derniers recevront un montant équivalent à la taxe en actions… d’un secteur bancaire en faillite ! En outre, si tant est qu’elles valent quelque chose, ces actions vont surtout se concentrer dans les mains des grands épargnants, qui seront d’ailleurs les seuls à profiter de la recapitalisation provenant du sauvetage !


Les autres mesures représentent un ajustement budgétaire qui coupe dans les politiques d’investissement et les dépenses sociales indispensables. Des privatisations d’une valeur totale de 3 milliards d’euros ont été décidées ainsi que des « accords » afin de tirer profit des nouvelles réserves de gaz trouvées dans la zone à la fin de l’année 2011. Toutes ces mesures représentent la garantie que les dettes (celles du secteur bancaire chypriote hier, et celles du secteur public aujourd’hui) continueront d’être toujours remboursées. (…) Tandis qu’il se montre généreux avec le capital bancaire, les créanciers et les rentiers, l’Etat continue à spolier les richesses naturelles et à réduire les droits des travailleurs.


Comme contrepoint mineur, on augmentera de 10 à 12,5% l’impôt des sociétés. Une mesure certes destinée à augmenter les recettes, mais il faut indiquer que cette augmentation aurait du être beaucoup plus élevée vu le dumping fiscal existant dans le pays et la disproportion avec le traitement infligés aux revenus issus du travail. En même temps, il est clair que les sommes ainsi récoltées serviront à des fins totalement injustes et inefficaces. En somme, l’ « expérience Chypriote » est un avertissement qu’il faut prendre au sérieux. Il est temps que les peuples du sud de l’Europe s’unissent pour désobéir aux conditions injustes des Mémorandums et des Traités européens d’austérité et qu’ils commencent à marcher ensemble pour construire une stratégie économique supranationale solidaire.

*

Source :

*
http://blogs.publico.es/dominiopublico/6688/el-experimento-chipre-depositos-acorralados-por-rescates-bancarios/
Traduction française pour Avanti4.be

*

http://www.avanti4.be/analyses/article/l-experience-chypre

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg