Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 09:41

frcc-copie-1.jpg

*

Une des caractéristiques propres à la démocratie bourgeoise, mais qui s’est exacerbée comme jamais au cours des dernières décennies, c’est l’apparition d’une véritable caste de politiciens bourgeois et de fonctionnaires de la politique.

 

Non seulement ils parasitent, au sens propre du terme, l’Etat, en vivant à ses crochets, mais alors qu’ils sont grassement rétribués et font leurs petites affaires entre copains, ils n’hésitent pas un seul instant à exiger des classes populaires et du monde du travail des sacrifices au nom « de l’intérêt supérieur de la nation » ou du « bien commun ». Cette caste a été épinglée et commence à susciter un réel rejet de la part de la population, sans pour autant que ce phénomène s’exprime sur des axes de classe. C’est ce que l’on a pu voir notamment en Grèce et dans l’Etat espagnol, mais aussi au Portugal et en Italie.


On sait bien que les droits des exploité-e-s se sont toujours limités, en démocratie bourgeoise, à décider périodiquement, tous les cinq ou sept ans, de qui serait au pouvoir pour le plus grand profit du patronat.

 

Mais dernièrement cette situation a tourné à l’absurde dans ce que l’on pourrait appeler les régimes de démocratie dégradée. L’alternance au pouvoir des partis traditionnels, de gauche comme de droite, n’implique quasiment aucune variation quant aux plans d’ajustement et d’austérité qui sont appliqués.

 

Là encore, l’exemple de l’Europe du Sud est explicite. Les partis politiques se sont vidés de tout contenu militant et le lien avec « le citoyen » passe désormais quasi exclusivement par le biais de l’appareil médiatique bourgeois, qui n’a jamais été aussi hypertrophié et monopoliste.

 

Parallèlement, pour pallier tout risque de colère ou de mécontentement, ces démocraties dégradées ont renforcé tout un arsenal de mesures de contrôle, aussi bien idéologiques (par la mise en place systématique de campagnes sécuritaire ou de désignation d’un ennemi intérieur, qu’il soit l’immigré, le Rom ou le musulman), mais aussi à travers des instruments policiers et de surveillance extrêmement complexifiés, et ce alors que les inégalités sociales n’ont jamais été aussi importantes depuis la crise des années 1930 et l’après-guerre.

 

http://www.ccr4.org/La-verite-sur-le-regime-autoritaire-et-corrompu-de-la-Ve-Republique

Repost 0
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 11:11
frcc

 

*

10 mars 2013
  

L’indignation face à « l’affaire Cahuzac » est justifiée.

 

Elle ne représente pourtant que la face émergée d’un immense iceberg. Sa faute est individuelle, certes inexcusable. Elle témoigne d’une inconscience révélatrice à l’égard de la conception qu’un homme d’Etat devrait se faire de sa fonction. Mais cette faute procède d’une dérive collective des élites au pouvoir ; une dérive de longue durée.

 

Car de quoi Cahuzac est-il le symptôme ?

 

De l’indifférenciation entretenue entre les affaires de l’Etat, publiques s’il en est, et les affaires privées de l’industrie et de la haute finance. Cette collusion entre monde des affaires et direction de l’Etat et le positionnement interchangeable du personnel politique et des managers privés sont devenus affaire courante, que ce soit à droite ou à gauche depuis que cette dernière s’est convertie pour partie aux logiques néolibérales dominantes.

 

Le grand public n’en connaît que les exemples les plus frappants : Jean Peyrelevade passant de Matignon au Crédit Lyonnais, Jean-Charles Naouri des finances à Rothschild puis à Casino, Louis Gallois de Matignon à EADS, Loïck Le Floch-Prigent du ministère de l’Industrie à EDF, Louis Schweitzer de Matignon à Renault, etc. Tous firent des affaires en hommes d’affaires, avant, parfois, d’être missionnés par des gouvernements, et ce quelle que soit leur couleur politique, pour indiquer à l’Etat comment se mettre plus efficacement au service des entreprises. Combien d’autres membres de cabinets ministériels firent de même ? Ils sont légion. Certains développements récents ont laissé pantois. Un secrétaire général adjoint de l’Elysée qui devient président de Natixis. Le directeur de cabinet de la ministre de l’économie promu président de France Telecom. Entre autres.


On dira que ce type de collusion a toujours existé. C’est vrai. Mais deux éléments sont relativement nouveaux dans la situation actuelle. D’une part, la circulation entre haute fonction publique d’Etat et direction des entreprises du CAC 40 est plus rapide et systématique qu’elle ne le fût jamais et se trouve facilitée à mesure que Sciences Po, l’ENA et même Polytechnique, se transforment, elles aussi, sans cesse davantage, en business schools. C’est ainsi que les recettes et les modèles du privé, intériorisés très tôt par les futures noblesses d’Etat comme seules solutions « réalistes » et même pensables, leur font appréhender comme parfaitement « naturelles » ou « incontournables » les recettes de « gouvernance » ou de « management » qu’ont mises en place leurs prédécesseurs dans les cabinets ministériels antérieurs. De sorte, qu’au mieux ils les modifient de façon cosmétique, et que, communément, ils les reproduisent et les prolongent. D’autre part, la continuité des politiques développées par la gauche et la droite au pouvoir, favorisée par cette évolution de la haute administration, entérine, pour l’essentiel, le fonctionnement du capitalisme financier, et légitime ainsi certains modes de comportement personnel.


Quand rien n’est fait pour casser la cupidité des marchés financiers, quand l’activité économique des grandes entreprises n’a plus pour objet que de verser des dividendes toujours plus importants aux actionnaires, quand les rémunérations des grands patrons explosent, comment s’étonner que des individus, si haut placés soient-ils, ou parce qu’ils sont haut placés justement, ne se laissent pas eux aussi tenter ? Qu’a fait Jerôme Cahuzac ? Il était conseiller du ministre de la santé, il s’est reconverti dans l’entreprise privée (en chirurgie capillaire) et le conseil aux multinationales (pharmaceutiques).


On veut faire de lui un cas particulier. Il n’est que la manifestation la plus éclatante et la plus symbolique: un ministre chargé de lutter contre la fraude fiscale qui fraude –, de l’effacement progressif des frontières entre monde des affaires et haute fonction d’Etat. La fraude fiscale dont s’est rendu coupable Jérôme Cahuzac n’est que la manifestation de l’avidité érigée en système, son mensonge celle de la croyance en la toute-puissance du pouvoir. Il est dès lors trop simple d’accabler le seul Jérôme Cahuzac, malgré ses fautes, de tous les maux. Mieux vaudrait analyser quels processus sociaux et politiques ont favorisé un tel parcours.


Les mesures annoncées par le président de la République seront un emplâtre sur une jambe de bois.

 

D’abord, parce que l’une d’entre elles témoigne d’une méconnaissance de la Constitution, les juges étant seuls à même de décider de la durée des peines à l’issue d’un procès. Et ensuite, parce que, en cette affaire, l’indépendance de la justice n’est pas en cause, même si une refonte du Conseil supérieur de la magistrature s’avère nécessaire. Mais surtout ces mesures ne disent rien quant à la nécessité de transformer les représentations actuelles de la réussite sociale, ce qui suppose s’attaquer à la racine du mal, un système économique et social basé sur la recherche du profit maximum et qui produit des individus à son image.

 

Sandra Demarcq, Pierre Khalfa, Francis Parny, Willy Pelletier (Membres de la Fondation Copernic)


* Paru en tribune dans Le Monde du 5 avril 2013.
http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article28410
Repost 0
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 13:26

kroot

*

Social lundi 08 avril 2013
*

Marylise Lebranchu est à Rennes ce lundi pour rencontrer les agents de l’Etat en Bretagne.

*

A son arrivée à la préfecture Martenot, la ministre de la Fonction publique a été accueillie par une soixantaine d’agents de la Répression des fraudes et de l’inspection sanitaire et vétérinaire. Ils dénoncent la « baisse constante » et la précarisation des personnels affectés à ces missions. « D’un côté le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll fait de la sécurité sanitaire une priorité, mais de l’autre on ne nous donne pas les moyens humains d’assurer ces contrôles sur le terrain. »


Après la RGPP, la Map…


Une délégation de syndicats d’agents de la fonction publique est reçue en ce moment par la ministre à la préfecture de Région Bretagne. Marylise Lebranchu se rendra cet après-midi à l’Agrocampus de Rennes pour évoquer l’action du gouvernement en faveur de la Map, Modernisation de l’action publique.  

 

« Avec Sarkozy, on connaissait la RGPP, Réduction générale des politiques publiques, avec Hollande c’est la Map, mais derrière les mots c’est la même chose », déplorent les agents.

*

http://www.ouest-france.fr/region/bretagne_detail_-Rennes.-La-ministre-Lebranchu-accueillie-par-des-agents-en-colere_40823-2181271_actu.Htm

Repost 0
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 11:12

pape.jpg

 

Les conditions d'indemnisation du chômage sont définies par une convention de l'Unedic renégociée tous les deux ans entre le patronat et les syndicats.

 

La nouvelle convention doit être signée fin 2013 mais, bien avant que ne s'ouvrent les discussions, on assiste à une campagne dans les médias remettant en cause ces conditions. Si on les compare avec ce qui se pratique dans d'autres pays européens, elles seraient trop favorables aux salariés, disent les commentateurs qui se font les porte-voix de « radio-medef ».


Cela a commencé le 23 mars dernier, avec un rapport de la Cour des comptes montrant du doigt des chômeurs touchant 6 000 euros mensuels pendant deux ans ou le régime trop coûteux des intermittents du spectacle. Maintenant, on met en avant le déficit du régime qui s'est alourdi de cinq milliards, portant l'endettement à dix-huit milliards.

 

Ce déficit est causé par la hausse continue du nombre de chômeurs et, par conséquent, la baisse du nombre de cotisants à l'assurance chômage, mais les « spécialistes » économiques se succèdent dans les médias pour proposer des « pistes ».

 

L'une serait d'augmenter le nombre de mois travaillés donnant droit à des allocations, ou de diminuer la durée d'indemnisation, dont le maximum est actuellement de 24 mois. Une autre serait de baisser le montant des indemnités, à commencer par les plus élevées, ou encore d'augmenter les cotisations – mais le patronat refuse que sa part subisse la moindre hausse !


Passons sur l'énormité qui consiste à dire que les chômeurs touchent 6 000 euros par mois. Cela concerne peut-être quelques cadres supérieurs, mais la grande majorité des chômeurs indemnisés sont des travailleurs du rang, d'autant plus touchés par le chômage qu'ils ont moins de qualification. D'après les derniers chiffres du ministère du Travail, portant sur 2011, la moyenne des sommes perçues par les 2,7 millions de chômeurs indemnisés se situe à 980 euros. Et, sur les 2,4 millions non indemnisés par l'Unedic, 80 % ne perçoivent aucune autre allocation, les jeunes étant particulièrement touchés.


Bref, après avoir jeté les travailleurs au chômage, les patrons veulent maintenant réduire encore plus leurs moyens d'existence.


Marianne LAMIRAL

*

http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2332&id=11

Repost 0
10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 11:08

*

Margaret Thatcher est morte. La politique qu’elle a menée comme premier ministre a ruiné les vies de millions de personnes. Maintenant, ses héritiers politiques tentent d’étendre les dégâts qu’elle a provoqués d’une manière dont elle a seulement pu rêver.

 

La grande tâche politique qui est devant nous tous est de nous assurer qu’ils échouent. Nous devons faire en sorte que l’héritage de Thatcher meure avec elle.


Parmi ceux qui pleurent la mort de Margaret Thatcher, il y a les banquiers et les spéculateurs en recherche du coup fumant qui peuplent la City. Elle a été la pionnière du "capitalisme de casino" néolibéral qui les a enrichis. Parmi ceux qui la pleurent, on trouve aussi les journaux de Rupert Murdoch, qui ont tant fait pour défendre ses valeurs pourries. Et les parasites à la tête des grandes entreprises qui se sont enrichis par la privatisation des services publics se souviendront sans aucun doute d’elle avec tendresse.


Beaucoup d’entre nous par contre ne pleurerons pas la mort de Thatcher.

 

Les millions de personnes qui ont perdu leur emploi au fur et à mesure que l’industrie se décomposait, que des secteurs entiers de celle-ci finissaient en ruine et que le chômage augmentait ne pleureront pas. Les ex-mineurs, leurs familles et leurs communautés qui ont combattu le gouvernement de Thatcher au cours de la grande grève de 1984-85 ne pleureront pas. Les familles de Liverpool qui ont combattu pendant 23 ans contre les silences et les dissimulations de l’establishment pour que justice soit rendue aux victimes de Hillsborough [1] ne pleureront pas.


Beaucoup d’autres - tous ceux qui rejettent l’idéologie de la concurrence où l’homme est un loup pour l’homme, le nivellement par le bas des salaires et des conditions de vie et la politique vicieuse du "diviser pour régner" qui les accompagne - ne pleureront pas plus le passage de vie à trépas de Margaret Thatcher.

La guerre de classe de Thatcher

La gauche est parfois décrite par les journaux de droite comme claironnant des appels à la « guerre de classe ». La vérité est que Thatcher a mené la guerre de classe pour les riches et les puissants, qu’elle a été la plus grande "guerrière de classe" de sa génération. Dès l’élection de son premier gouvernement en 1979, sa mission était de déplacer l’équilibre de la répartition de la richesse et du pouvoir, au détriment de la grande majorité de la population et au profit d’une élite fortunée. Elle a fait passer en force des politiques de privatisation et de déréglementation, elle a utilisé la peur du chômage pour mettre au pas ceux qui travaillaient et elle a fait entrer le marché dans les services publics.


Thatcher a attaqué toute une série de groupes de travailleurs et de leurs syndicats - depuis les sidérurgistes au début des années 1980 jusqu’aux ambulanciers à la fin de cette décennie, en passant par les mineurs, les imprimeurs et bien d’autres encore, dans un effort concerté visant à détruire la résistance de la classe ouvrière à son programme de droite. Elle voulait "libérer" les services publics afin que les riches amis des Conservateurs puissent en tirer profit. Elle a cherché à supprimer tous les obstacles à l’accumulation des richesses dans les mains de quelques-uns.


Thatcher a été plus qu’une simple figure de la politique nationale britannique. À l’échelle mondiale, elle est devenue - aux côtés du président américain Ronald Reagan - une icône pour le modèle néolibéral. Son amitié avec le général Pinochet - qui a supervisé le massacre de milliers de militants de gauche afin que les sociétés multinationales puissent piller les ressources de son pays et exploiter ses travailleurs - était célèbre. Thatcher était une porte-parole enthousiaste pour les programmes du FMI imposés aux pays en développement, ouvrant leurs marchés aux puissantes multinationales occidentales et vendant aux enchères leurs ressources publiques.

 

Lire la suite

Repost 0
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 14:41

205057_10151165115613015_587410296_n.jpg

*

Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 189 (03/04/13)

*

Mois après mois, les chiffres du chômage ne cessent d’augmenter.

*

Février 2013 n’échappe pas à la triste règle : le nombre des inscrits a augmenté de 26 500 pour atteindre 5, 7 millions (toutes catégories confondues). Une situation qui ne s’inversera pas au vu des politiques menées.


 Cela devient une habitude : le chômage enfle sans discontinuer depuis 22 mois avec plus de 1 000 nouveaux inscrits par jour en moyenne et le chômage de longue durée, charriant pauvreté et dépressions, fait toujours plus de ravages.

 

Selon la Tribune, la France a connu 52 mois de hausse du chômage sur 60, et signale que le niveau officiel (catégorie A) par rapport à 1997 (3, 195 millions de chômeurs, « record absolu ») est déjà atteint depuis juillet 2012 avec les DOM qu'il est courant d'oublier dans les chiffres officiels…

 

Autre cap symbolique : celui des 5 millions de chômeurs inscrits dans les catégories ABC, cap qui est en passe d'être franchi. Enfin, dernier record, celui du nombre de personnes accueillies par les associations d'entraide.

 

Les « vieux », les jeunes, les femmes… et toujours plus longtemps


 Les premières victimes de cette nouvelle hausse sont les plus de 50 ans qui sont frappés de plein fouet : + 9 100 par rapport à janvier. Ils sont désormais plus de 967 000 dont 52 % de femmes au chômage. À cela , il faut ajouter les 90 500 « seniors » indemnisés de métropole (chiffre non précisé pour les DOM) bénéficiant toujours de la dispense de recherche d'emploi, non catégorisés et donc non comptabilisés dans les chiffres globaux. Progression aussi pour les moins de 25 ans, qui sont désormais 77 3600 (+ 9, 9 % sur l'année) à « pointer au chômage ».

 

Les chiffres sont également particulièrement mauvais concernant les perspectives de retour à l’emploi.

 

Le nombre de chômeurs de longue durée a en effet bondi de 14 % en un an et de 1, 4 point sur un mois. Au mois de février, plus de deux millions de personnes sont au chômage depuis au moins un an et le nombre des inscrits depuis plus de 3 ans a progressé de 18, 3 %. De plus, 16 % des demandeurs d’emploi sont bénéficiaires du RSA. La durée moyenne d’inscription sur les listes de Pôle Emploi était de 482 jours, en hausse de 2 jours par rapport au mois de janvier, mais en hausse de 19 jours par rapport à l’année précédente. Et évidemment, les radiations sont de plus en plus nombreuses en ce mois de février : + 17 400 pour un total de 36 400 radiations administratives.

 

L'inversion de la courbe du chômage est officiellement la priorité du gouvernement.

 

Mais pour que ce soit véritablement le cas, c'est la politique mise en œuvre par Hollande et Ayrault qui devrait être inversée. En effet, pour combattre véritablement le chômage, il faudrait une politique qui n'ait pas peur de s'attaquer au patronat et aux plus riches, par l'interdiction des licenciements et la réduction du temps de travail afin de permettre à toutes et tous de travailler.

 

Le chômage n'est pas une fatalité mais bel et bien le produit des politiques mises en place depuis plus de 30 ans et accentuées par les politiques d'austérité !

 

Sandra Demarcq

Repost 0
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 11:23

distraction.jpg

*

Si nous nous permettons une accroche aussi provocatrice, inspirée de la réplique « culte » de Gabin dans « La traversée de Paris », c’est parce que, au-delà de sa brutalité, elle nous semble bien résumer la tendance croissante de la part des gouvernements, en Belgique comme partout en Europe,

*

à « responsabiliser » - comprenez culpabiliser, voire criminaliser [1] - les pauvres, les précaires et les bénéficiaires des divers régimes de protection sociale.


Tous coupables à un titre ou à un autre d’être des « inactifs » et « improductifs », accusés de grever les finances publiques et, surtout, d’être « fautifs » de leur propre sort – voire des profiteurs du système [2], puis celle de l’assurance-chômage deux ans plus tard par son correligionnaire Frank Vandenbroucke, mais qui s’est depuis propagée à l’ensemble du secteur social et de la santé [3] – y compris mentale [4].


Et un revirement complet de la philosophie sous-tendant le travail social, fondé sur un double postulat très idéologique : d’une part, le prétendu « Etat Providence » [5] aurait vécu, car bien trop « généreux » et de ce fait osbolète et intenable, crise économique oblige, et par dessus le marché (si on ose dire), il représenterait une dépense purement « passive », confortant en quelque sorte les pauvres dans leur condition, plutôt que de les inciter à s’en sortir.


Il ne se passe d’ailleurs plus une semaine sans qu’on entende l’une ou l’autre diatribe contre « l’assistanat », douteux néologisme d’inspiration néo-libérale [6]. En conséquence, de façon croissante, ceux taxés d’être des « assistés » sont suspects de se complaire dans leur statut, et sommés de se justifier, de rendre des comptes, de donner toujours plus de preuves de leur bonne foi [7] et de leur (bonne) volonté à se « reprendre en main » et à faire « des efforts »... le tout sous le noble alibi de leur « responsabilisation ».


Ce seraient donc à la fois des objectifs budgétaires et sociaux, mais aussi moraux, qui aurait été à l’origine de cette révolution copernicienne, prônant « l'activation » tous azimuts. Cela, que ce soit à travers une (re)mise au travail plus ou moins volontaire ou forcé(e), des formations fort peu qualifiantes, ou des projets « occupationnels » soi-disant désintéressés, mais visant le plus souvent à accroître « l’employabilité » de leurs participants [8]... le tout dans une perspective du « tout à l’emploi, tous au travail », quels que soient leur (piètre) qualité.


Bref, on assiste au retour au grand galop des « bons pauvres, méritants » et des « mauvais pauvres, blâmables », selon la conception moralisatrice et culpabilisante qui présidait aux oeuvres de charité, et qui a largement perduré jusqu’à la création de la Sécurité Sociale au sortir de la guerre. Laquelle a heureusement rompu avec cette approche « disciplinaire » - tout comme, trente ans plus tard, l’instauration du minimex et des Centres Publics d’Aide Sociale, remplaçant les antiques et caritatives « Commissions d’Assistance Publique »... des avancées hélas sérieusement mises à mal depuis le début des années 2000, on l’a dit

Qui est (in)digne ? Le système, sa crise et ses serviteurs... ou ses victimes ?

Qui plus est, suprème habileté, ce discours méprisant et souvent d’une rare violence est enrobé de considérations soi-disant humanistes et progressistes, au nom de la promotion de l’autonomie, de l’émancipation et de la « capacitation » [9] des individus. C’est l’éternelle rengaine en appelant à l’amour-propre et à la « dignité » de ceux contraints de faire appel à la solidarité collective... comme si ces derniers faisaient preuve de « laisser aller », voire de veulerie, du seul fait de ce recours !


Une injonction particulièrement choquante et paradoxale, alors que, tant qu’à parler d’indignité, ce qu’il faut fustiger, c’est bien plutôt que, en plein coeur de nos sociétés « riches » et même opulentes, un nombre toujours plus grand de personnes soient contraintes pour survivre de dépendre du chômage ou des CPAS. Sans parler de l’explosion de handicaps et de maladies liées à la surexploitation sur le marché du travail, ou au contraire à l’exclusion de celui-ci et à la misère qui s’ensuit.


Et, d’autre part, que face à cet afflux, les divers organismes de protection sociale en viennent à pratiquer une logique de plus en plus sélective et restrictive, entre réduction du montant et de la durée des allocations, limitation de leur octroi, et enfin, substitution d’avantages qui n’étaient certes pas inconditionnels, mais du moins « acquis » dès lors qu’on était un « ayant droit », par d’autres de plus en plus conditionnels... et conditionnés à des programmes et autres « contrats » arbitraires et imposés, dont la non « réussite » peut entraîner la suspension, voire la suppression pure et simple !


Bref, que l’ensemble de ces politiques interdisent à une fraction croissante de la population, et avant tout de ses couches les plus discriminées et vulnérables, d’avoir accès à une vie « conforme à la dignité humaine », pour reprendre la définition officielle de la mission des CPAS. Comment peut-on sérieusement prétendre remplir celle-ci tout en allouant des revenus de remplacement largement inférieurs au seuil de pauvreté et toujours plus « mégottés », et encore, en les assortissant de conditions « éliminatoires » ?

Sacrifiés « pour l’exemple »

Une évolution d’autant plus scandaleuse que, nonobstant le matraquage qui vise à nous convaincre que la sauvegarde financière de la Sécu (et de l’aide sociale résiduaire) serait à ce prix, l’ensemble de ces restrictions sont d’un « rapport » très faible par rapport au budget total du secteur [10]– sans compter le surcoût même de la mise en oeuvre de cette politique en moyens humains et matériels, procédures et contrôles divers... inflation de tâches administratives dont se plaignent tous les travailleurs sociaux, et singulièrement ceux des CPAS.


Monica De Coninck elle-même avoue d’ailleurs sans complexe que la prétendue « fraude sociale » tant conspuée est négligeable statistiquement et budgétairement... mais maintient néanmoins qu’elle doit être combattue implacablement, car elle saperait le soutien dont la protection sociale jouit au sein de la population. Donc, quand bien même les épouvantables et très marginaux « abus » sont en fait une paille dans les équilibres globaux, il faudrait exiger de chaque bénéficiaire d’une quelconque forme d’aide publique qu’il fasse la démonstration qu’il « mérite sa tartine »... pour paraphraser une assistante sociale acquise aux bienfaits de l’activation.

Vae victis...

*

Denis Desbonnet, journaliste et animateur, actif dans la défense des droits des précaires.

*

http://www.avanti4.be/analyses/article/salauds-d-assistes

Repost 0
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 10:55

Photo: L'aide alimentaire vue par l'Europe libérale

*

Solidarité lundi 08 avril 2013
*

L’an passé, dans les Côtes-d’Armor, l’association Banque alimentaire a distribué 461 583 kg de nourriture à 4 224 bénéficiaires, ce qui représente l’équivalent de 930 000 repas.

 

*

Elle compte 55 bénévoles et trois salariés qui organisent aujourd’hui une collecte de nourriture à la sortie de 65 magasins dans le département.


« Nos stocks sont presque vides. L’Europe donne ses produits en juin, donc on doit tenir avec les collectes pendant deux mois », explique Jean-Paul Gaillou, le président de la banque alimentaire 22, inquiet à bien des égards.

*

Alors que la distribution a considérablement augmenté l’année dernière (de 65 tonnes), les réserves s’amenuisent. À ce phénomène, s’ajoute une forte baisse des dotations européennes prévues en 2014. Ces aides constituent avec celles de l’État la moitié de l’approvisionnement de l’association.

*

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Cotes-d-Armor.-La-banque-alimentaire-craint-de-manquer-de-stock_40825-2181209------22070-aud_actu.Htm


Repost 0
6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 14:12

2013-03-28-20130328huff

*

Communiqué LDH

*
Le Sénat vient, à la quasi-unanimité, de voter un projet de loi porté par l’UMP qui priverait les familles, dont les enfants sont placés auprès des services de l’Aide sociale à l’enfance, des deux tiers des allocations familiales de la totalité de la prime de rentrée scolaire. Ce serait alors les départements qui percevraient ces allocations.

*

La Ligue des droits de l’Homme considère que cette décision est discriminante au sens où certains bénéficiaires ne seront plus à égalité de droits et qu’elle est socialement inique puisque, la plupart du temps, les familles concernées sont pauvres ou très pauvres, souvent monoparentales.

Cette mesure est de surcroît inutile puisque les magistrats peuvent suspendre ou retirer les allocations familiales, ou encore prononcer une tutelle aux prestations sociales. La LDH rappelle que la décision prise par le Sénat est contraire à la réglementation qui stipule que l’autorité parentale reste la règle, sauf décision de justice.
De ce fait, les parents – selon l’article L28-1 du code de l’action sociale et des familles – sont tenus de subvenir aux besoins d’entretien et d’éducation de leur enfant même en cas de placement à l’Aide sociale à l’enfance, comme c’est le cas pendant les fins de semaine ou les vacances.

La LDH considère que le retrait d’allocations relève de la punition morale et pas du traitement social.

 

Cet aspect est particulièrement visible en matière de logement. Alors que l’augmentation du nombre de placements est directement liée à l’aggravation de la crise, l’accès à un logement décent et stable est l’un des problèmes majeurs des familles, à fortiori quand elles sont parmi les plus pauvres.

 

Il n’est guère possible de croire que la privation d’allocations – puisque les familles à la rue subissent le placement de leurs enfants – soit le début d’un règlement de leur situation. Où l’on voit que la vengeance sociale se cache sous le manteau du souci des enfants.


La LDH refuse la fausse idée qui fait de la fraude le comportement explicatif de la protection sociale. A cette aune, les chômeurs le seraient volontairement, les allocataires seraient des assistés sociaux et les pauvres les responsables de leur pauvreté. La Ligue des droits de l’Homme attend de la représentation nationale qu’elle fasse que la loi ne fragilise pas encore plus des familles en détresse.

*

Paris, le 3 avril 2013

*

http://www.ldh-france.org/Privation-d-allocations-familiales.html

*

Le Texte: http://www.senat.fr/dossier-legislatif/ppl11-640.html 

 


Repost 0
6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 13:29

*

6 avril par Cédric Leterme


Alors que l’ampleur des dettes publiques sert de justification à toute une série de régressions sociales en Europe, de plus en plus de mouvements sociaux cherchent à se réapproprier ce débat en prenant exemple sur des expériences menées en Amérique Latine ou en Afrique.

 

Leur point de ralliement : la création de « comités d’audit citoyen » chargés de faire la lumière sur l’origine de ce surendettement et au besoin, d’en appeler à la répudiation pure et simple de sa portion "illégitime".


Du 15 au 18 février dernier, Thessalonique a accueilli la troisième rencontre du Réseau international pour un audit citoyen de la dette (ICAN). Cette plate-forme regroupe différentes initiatives nationales d’Europe et d’Afrique du Nord, dont le point commun est de chercher à se réapproprier le débat sur la dette par la création de « comités d’audit citoyen ».

 

« L’idée est avant tout de repolitiser un enjeu qui nous a été confisqué par les « experts » en tout genre », confie ainsi Émilie du Cadtm (Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers-monde), une ONG active depuis longtemps sur la question de la dette des pays du Sud et qui s’est récemment recentrée sur l’Europe à la faveur de la crise de l’euro.


Son fondateur, Éric Toussaint, a notamment participé à l’audit gouvernemental réalisé en Équateur en 2006 à la demande du nouveau président Rafael Correa, qui a permis de déclarer illégitime près de 80 % de la dette du pays. La réussite de cette expérience, tout comme les démarches similaires réalisées cette fois sur une base citoyenne au Brésil ou au Mali, a inspiré bon nombre de mouvements sociaux en Europe, fatigués des discours fatalistes tenus sur la dette et l’austérité.


« On ne doit rien, on ne paye rien ! »


Sans grande surprise, les premiers à s’être saisis de la question sont les Grecs, en mars 2011. Le mouvement des indignés de la place Syntagma a servi de puissant catalyseur et il existe désormais deux groupes qui traitent spécifiquement de la question en Grèce, l’ELE (Campagne pour un audit de la dette grecque), basé à Athènes, et le NDNE (No Debt, No Euro) à Thessalonique.


Ils ont été rapidement rejoints par d’autres pays du Sud de l’Europe en proie à un surendettement insoutenable comme le Portugal, l’Irlande, l’Italie ou encore l’Espagne. Mais aussi par des pays en apparence moins affectés par la problématique comme l’Angleterre, la France et même l’Allemagne. L’angle d’attaque est à chaque fois différent. Ici on interroge le poids du sauvetage bancaire sur les finances publiques (Anglo en Irlande ou Bankia en Espagne). Là on dénonce les prêts toxiques accordés aux collectivités locales (comme en France et en Belgique avec l’affaire Dexia). Les mouvements féministes sont également très présents dans la campagne, certains réclamant la réalisation d’audits féministes de la dette.


Un équilibre à trouver


Les moyens d’action peuvent également varier d’un pays à l’autre. "L’initiative recouvre essentiellement deux volets complémentaires, nous explique Émilie. Un volet de sensibilisation et de vulgarisation des enjeux liés à la dette et un volet plus technique, qui vise à décortiquer les mécanismes du surendettement pour en repérer les aspects illégitimes. Selon les pays, chaque volet peut prendre plus ou moins d’importance". Selon elle, il n’est pas toujours facile de trouver le juste équilibre entre ces deux dimensions.

 

"L’IAC (Iniciativa de Auditoria Cidadã à Divida Pública, Portugal) vient par exemple d’achever la rédaction d’un rapport très fouillé.

 

L’enjeu pour eux va être maintenant de rendre ces données accessibles et compréhensibles par un public large. Dans d’autres pays, le travail d’éducation populaire est très important, mais il faut que le travail d’analyse suive pour que la dynamique ne s’essoufle pas".


Une autre difficulté tient à la grande variété d’acteurs (mouvements sociaux, partis politiques, syndicats) représentés au sein des différentes coalitions nationales, dont les objectifs à court ou à long terme ne sont pas toujours les mêmes. Pour Émilie, "cette diversité est à la fois une force et une faiblesse. La capacité d’aller au-delà des divergences va ensuite dépendre des conditions propres à chaque pays".


Une collaboration d’abord axée sur l’échange de pratiques


Dans ce contexte, quel est l’objectif derrière la création du Réseau international pour un audit citoyen de la dette (ICAN) ? « Pour l’instant, il s’agit avant tout d’échanger sur nos pratiques, nos problèmes communs, nos réussites, etc. La plupart des initiatives sont récentes et il faut leur laisser le temps de mûrir. On ne vise pas un travail de lobbying, mais bien une réappropriation citoyenne de la question de la dette. Si à terme ça peut mener à une coordination pan-européenne qui prenne la forme d’actions concrètes, pourquoi pas ! Mais ce n’est pas le but immédiat ».

*

Source : www.metiseurope.eu

*

http://cadtm.org/Dettes-publiques-les-audits

Repost 0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg