Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 11:01


Brest, le premier juillet


TECHNICOLOR (anciennement THOMSON, privatisé par juppé en 96), entreprise française cotée en Bourse, emploie 625 salarié(e)s en France sur un total de 2607 salariés dans le monde (Allemagne, Japon, Pays-Bas, USA,).

Le PSE (Plan Social Economique), décidé par le Conseil d’administration de TECHNICOLOR le premier avril 2010, prévoit la suppression de 25% des effectifs dont 434 emplois qui passent à la trappe rien que pour les trois sites Français.


Sur le site de Conflans dans les Yvelines, 119 postes sont supprimés sur les 388 que compte l’usine, la moyenne d’âge des salariés étant de 54 ans !

A Rennes, 182 emplois sur 418 sautent, dont l’intégralité de la production (77 postes) !!!


A Brest, 26 postes sur 73 sont voués à disparaître.

 
Le plan social de Brest est particulièrement révélateur de ce patronat voyou qui fait fi de toutes les règles du code du travail (déjà bien mis à mal par les successifs gouvernements néolibéraux) et méprise les travailleurs et ses instances représentatives.


Après un premier PSE en 2007 sur le site de Brest qui licencie la totalité des 86 ouvriers de la production (certains ont été repris par un sous traitant BREIZADIC) la direction annonce une deuxième charrette de licenciements en ce début d’année. Cette fois-ci 26 postes sont concernés chez les techniciens, les cadres et les administratifs.


Sur les quatre syndicats présents dans la boite, CGT, CFDT, FO et CGC, trois sont tout simplement rayés de la carte, à l’exception de la CGC (sic) !!!
En effet, tous les DS (délégués syndicaux) qui négocient en ce moment avec la direction les modalités et montants des indemnités légales et extra-légales du PSE, sont tout bonnement virés. Sur les 26 postes supprimés, 16 salariés au minimum sont représentants du personnel élus ou anciennement élus (5 postes supprimés ne sont pas encore définis) !


Sont concernés, le délégué central CFDT (syndicat majoritaire), tous les élus ou anciens élus titulaires et suppléants du CE et du CCE, le secrétaire du CE, tous les DP et anciens DP, tous les représentants du CHSCT, tous les délégués et représentants syndicaux.


Le reste des travailleurs concernés par le plan social ont presque tous plus de 55 ans !
Il faut savoir que la grande majorité des salariés travaillent dans cette entreprise depuis plus de 15 ans, 37 années de bons et loyaux services pour la plus ancienne. La moyenne d’ancienneté sur Brest se situe aux alentours des 15-20 ans.


L’exploitation est totale, les salaires de base lamentablement bas, 2000 euros bruts pour les techniciens et 1500 euros brut (exemple avec 15 ans d’ancienneté !!!) pour les 4 administratifs.

La cerise sur le gateau, les dernières propositions de la direction soumises aux représentants du personnel dans le cadre du PSE sont de l’avenant, indécentes. 25000 euros toutes primes incluses ou 18 mois de salaire selon l’ancienneté (deux salariés concernés) !


En réaction à cette barbarie patronale, les salariés ont donc engagé un mouvement de grève illimité sur deux des trois sites français, Brest et Rennes. Des slogans du type « THOMSON nous baise en TECHNICOLOR », « patrons voyous », « ce n’est pas aux salariés de payer » jonchent la route adjacente, un gros feu de palettes et branchages tronçonnés bloque l’entrée des véhicules sur le site.


Exaspérés par une direction perverse et irresponsable, qui collectionne les délits d’entrave, les salariés grévistes ont décidés de dormir sur place, installant des tentes afin de faire barrage à une éventuelle délocalisation surprise de l’outil de travail. Les travailleurs solidaires s’organisent par roulement afin qu’il y ait constamment une quinzaine de personnes présentes de jour comme de nuit.


Face à la mauvaise foi évidente de ces requins de l’industrie, les salariés de TECHNICOLOR THOMSON GRASS VALLEY envisagent sérieusement des actions plus radicales.


Le patronat et son gouvernement de tutelle rêvent d’une France sans syndicats, sans droits, ou les salariés sont corvéables à merci, technicolor l’a fait. Reste aux travailleurs de TECHNICOLOR de saisir l’inspection du travail et de trainer cette racaille patronale devant les tribunaux afin de contester le PSE, voire de l’annuler.


Source : http://www.npabrest.com/2010/07/02/plan-social-a-thomson-grass-valley-la-direction-decapite-trois-organisations-syndicales/

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 10:58

viewer2-copie-1


Marc Le Fur, parlementaire des Côtes d’Armor, diplômé de Sciences Pô, de l’ENA et de l’UMP vient d’avoir une idée géniale. Au moment où, grâce à la chaleur, aux engrais et au lisier de porc, les algues vertes envahissent déjà les côtes de son département en particulier et de la Bretagne en général, il vient de compléter la loi de modernisation agricole » en cours de discussion à l’assemblée nationale, un amendement qui prévoit de faire passer de 450 à 2000, le nombre de porcs qui pourront être élevés sans que l’installation (le mot ferme parait usurpé...) ait besoin ni d’une enquête publique ni d’une étude d’impact.

 

C’est ce que l’on appelle « rendre service » à ses électeurs industriels de la cochonnaille (basque ou savoyarde, par exemple, puisque non seulement le cochon pollue mais en plus il voyage discrétement) et à ses amis du syndicat agricole dominant. Et cochon qui s’en dédit, Le Fur se répand dans la presse nationale (qui s’en fout) et dans la presse régionale qui compte déjà les emplois par porc en oubliant la fable La Laitière et le pot au lait et sa morale qui guette la Bretagne si elle continue à s’empoisonner malgré les efforts méritoires de l’association « Eaux et Rivières » : « adieu, veaux, vaches cochons... »


Non seulement cet amendement est contraire aux très vagues préconisations du Grenelle de l’environnement, non seulement cet codicille à une loi inutile (faut-il vraiment encore « moderniser » l’agriculture ?) va obliger des dizaines de communes à dépenser quelques centaines de millions d’euros pour ramasser les algues vertes à la pelle (mécanique), non seulement cet amendement entraînera une augmentation de la pollution agricole qui met en danger les eaux et leurs pêches côtières, mais il s’agit d’un encouragement officiel et non déguisé à poursuivre la destruction de l’environnement breton par l’agriculture intensive et polluante. De quoi payer des millions d’euros d’amendes à une Europe qui se lasse de lâcher des subventions qui se transforment subrepticement en cochons.


Résultat probable : alors qu’il y a déjà prés de 6 millions de porcs dans le département des Côtes d’Armor, soit une dizaine de cochons par habitant, ce chiffre va encore augmenter. Non pas au profit des petits agriculteurs mais à celui d’une agro-industrie qui prend de plus en plus cette région française pour une porcherie. Quant aux touristes, ils finiront pas se dire qu’on ne les prend que pour des cochons de payants...D’autant plus que toutes les informations convergent depuis quelques jours sur une nouvelle prolifération des algues vertes dans le département de l’Enarque Le Fur.


Mais, comme la Voix de son Maître est pressante, partout, des parlementaires sont en train de parsemer la loi (on appelle cela des cavaliers) qui vont réduire à néant les promesses (déjà mal tenues) de réduction des pesticides, des herbicides, des fongicides et des engrais chimiques. Il faut bien que les amis de la grande industrie agrochimique, ceux qui donnent régulièrement, officiellement et officieusement, à l’UMP pour pouvoir « toucher la main » du président soient récompensés autrement qu’en bonnes paroles.


Rien que pour la communauté de communes du Trégor, l’opération de ramassage des algues vertes (déjà commencée) coûtera environ 2 millions d’euros jusqu’à la fin de l’été. L’Etat, généreusement, propose une obole de 700 000 euros. Alors qu’il suffirait de prélever des sous (pour Trégor et d’autres communes) sur le chèque de 30 millions reçu des impôts par Liliane Bettancourt. Avec le renfort des parlementaires UMP liés aux industries agro-alimentaires et à la FNSEA, l’amendement vient d’être adopté...


Source : http://www.politis.fr/Le-depute-UMP-Marc-Le-Fur-se,11027.html

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 10:50

Nutréa, l’usine de fabrication d’aliments pour bétail à Cast, bloquée depuis 6 h00
Ouest-France - vendredi 02 juillet 2010

Pour protester contre les modalités du plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) qui prévoit 24 licenciements sur les 33 que compte le site de Cast, les salariés ont bloqué à l’appel de la CGT l’usine de fabrication d’aliments pour bétail de Cast depuis 6 h ce matin. Cet après-midi, des négociations doivent se dérouler entre direction et syndicat à Languidic. Le syndicat demande un reclassement dans les usines les plus proches (Loperhet ou Carnoët), que les formations soient rapidement décidées et financées, une prime de départ revue à la hausse, et le droit aux chauffeurs restant à rentrer dans le PSE.

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 10:19


2 juillet 2010 - Le Télégramme


La Confédération syndicale des familles (CSF) a fait ses emplettes dans 36 points de vente des secteurs de Plouay, Lorient, Vannes et Auray, mardi matin. Comme chaque année, elle en a profité pour relever les prix de trois produits: la pomme de terre nouvelle, la tomate en grappe et la fraise gariguette. La comparaison avec les tarifs pratiqués l'an dernier à la même période est éloquente: «Globalement, les prix ont beaucoup augmenté depuis un an. Jusqu'à 114% pour les pommes de terre dans un supermarché de Larmor-Plage!».

 

Les tomates en grappes sont plus chères de 60 à 70% quasiment partout. Les moins chères sont sur les étals des Carrefour Market de Plouay et Lorient (1,45 € le kilo). Les plus chères s'achètent dans les rayons de la Coop bio les Sept Épis de Lorient (5,31€ le kilo, «et elles viennent d'Espagne»). Les pommes de terre nouvelles connaissent une augmentation de 30 à 50%. Les plus chères ont été achetées par la CSF à Crach (2,50 €), «et elles étaient petites et déformées». Les moins chères à Netto de Lanester (75centimes le kilo). Les fraises les plus chères (27,50€ le kilo), en vrac, ont été découvertes dans un magasin de Frébault. Le Casino de Plouay propose, lui, des gariguettes à 14,40€ le kilo.

«On compte pour du beurre»


Hier, les adhérents de la CSF étaient déçus de n'avoir pas reçu la visite d'un inspecteur des Fraudes: «Les services de la Répression des fraudes et les services vétérinaires ont fusionné. Et l'inspecteur qui venait depuis quinzeans n'a pas obtenu le feu vert de sa hiérarchie. On le voit bien, les consommateurs comptent pour du beurre dans la réorganisation des services de l'État. On aurait aussi aimé lui signaler que les traitements utilisés sur les fruits et légumes ne sont quasiment jamais affichés».

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2010 6 03 /07 /juillet /2010 10:53

cap_lorient.jpg

Publié le 2 juillet 2010

 

Après deux journée de grèves le 24 et 25 juin, les agents de collecte de Cap Lorient ont reconduit la grève car il n'ont pu obtenir l'égalité de traitement en matière de régime indemnitaire.


Les agents demandent l'application de la loi (A travail égal, salaire égal) mais aussi l'attribution de congés payés supplémentaires au titre de l'ancienneté.

Les agents de collecte ont donc bloquer le dépôt de Caudan dans la journée d'hier.


Puis ce matin à 4h30, les agents bloquaient le dépôt de Loris à Keryado rendant les collectes impossibles. Le direction de Loris a préféré retiré les camions du site et à renvoyer tous les employés à la maison.


Les agents de collecte sont déterminés à être entendus ! Soutenons-les !

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2010 6 03 /07 /juillet /2010 10:42
Social vendredi 02 juillet 2010 Ouest France

« Manque de respect, de transparence, autoritarisme… »

 

Le syndicat CGT des personnels municipaux ne mâche pas ses mots et dénonce « l’attitude » d’Alain Pennec, maire de Quimperlé. Au nombre des revendications syndicales : une somme de courriers restés sans réponses, la transparence sur les primes attribuées à tous, y compris les cadres, des primes enlevées à trois agents. Le maire s'est dit « profondément choqué de telles accusations » et parle de « faux-procès ».

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2010 6 03 /07 /juillet /2010 10:39
viewer2-copie-1
Agriculture vendredi 02 juillet 2010

L’association Eau et rivières de Bretagne réagit au vote des députés de la majorité sur l’article 10 bis du projet de loi de modernisation de l’agriculture et de la pêche.

 

Il permet d’alléger les procédures administratives pour le rapprochement d’élevages de porcs, de volailles et de bovins.

 

Pour Jo Hervé, président d’Eau et rivières de Bretagne cette décision « est un véritable coup de poignard à la politique de préservation et de restauration de la qualité de l’eau. Ce vote bafoue les récents avis très critiques de la Cour des comptes et du Conseil d’État sur l’inefficacité de la lutte contre les pollutions agricoles.

 

Ce vote intervient au moment même où des milliers de tonnes d’algues vertes envahissent le littoral de l’Ouest, conduisant comme à Douarnenez à la fermeture des plages. Cette disposition législative rendra encore plus difficile la lutte contre les pollutions par les nitrates agricoles et les marées vertes. Personne ne s’étonnera de voir s’aggraver le fossé entre la société et l’élevage productiviste ».

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2010 6 03 /07 /juillet /2010 10:34

 

3 juillet 2010 - Le Télégramme


Ils sont 186 salariés à s'être prononcés, hier, pour la vente de Jabil à Mercatech. À 90,86%, ils ont voté «Oui». «Lecouteau sousla gorge», ont-ilscommenté.


Après le dépouillement, hier, l'heure n'était pas à la joie. Tout juste au soulagement d'être fixé sur l'avenir proche avant de partir en congés. «Nous avons le sentiment d'avoir été menés en bateau par la direction», témoignent Jo LeManach etNicole Camblan, délégués syndicaux CGT. «Tout au long de l'année, elle nous a fait croire que çaallait mieux. Et là, en un mois, ila fallu prendre la décision d'accepter la vente. C'était stratégique».

La peste ou le choléra

En novembre 2008, la direction s'était engagée, dans le cadre d'un accord de fin de conflit, à obtenir l'aval, par référendum, de 80% des salariés pour une cession de l'entreprise avant deux ans. «Nous avions le choix entre la peste et le choléra. Au 13 novembre prochain, Jabil pouvait vendre librement à qui elle voulait. Aujourd'hui, nous avons conclu deux accords. Un avec la direction de Jabil Europe, l'autre avec Mercatech, un fonds financier qui sera dans l'entreprise Compétence.

 

Elle n'existe pas encore et sera composée de quatre sites, deux enFrance et deux en Italie, plus uneusine en Italie». Depuis 2002, année de la cession àJabil par Alcatel, le site brestois a perdu plus de 500 salariés. «Nous attendions aussi qu'il y ait une diversification de nos activités. Cela va être le cas. Nous allons poursuivre nos activités électroniques " comme la création de centraux téléphoniques pour Alcatel, 80% de notre chiffre d'affaires " et nous allons nous tourner vers le photovoltaïque».

 

La mise en place d'une chaîne de production est prévue en novembre. La production devrait débuter en janvier. «Le chiffre d'affaires du solaire évoluerait de 10% d'activité, en 2011, à 20%, en2013». Serge Roudaut, délégué Force ouvrière, a, lui, tenté de faire annuler le référendum. «J?ai reçu, hier soir, de la direction nationale du syndicat italien CGIL, un mail qui demandait aux syndicats de Brest ?formellement de suspendre le référendum? organisé aujourd'hui, sur la vente de Jabil-France au fonds financier américain. La CGIL a justifié cette demande, que nous approuvons, en raison de nombreux doutes quant àla solidité financière de Mercatech, doutes qui seraient partagés, àce jour, par le ministère italien del'Industrie et par les banques italiennes». FO a également déploré que ce référendum soit organisé en pleine période de congés d'été. «Lemontage juridique et financier du projet Compétence, présenté par le modeste fonds financier américain Mercatech, est totalement flou. Pour nous, il n'est pas crédible.

Cession au 30 août


Les salariés ont tout de même voté et la cession de Jabil à Mercatech sera effective au 30 août, après validation en CE extraordinaire, mardi. «Jabil se retire totalement mais reste garant car caution vis-à-vis des fournisseurs pendant deux ans. «Nous sommes obligés d'y croire, ont conclu les délégués cégétistes. Mais nous resterons extrêmement vigilants par rapport àl'emploi " ilest prévu l'embauche de 20 personnes. Dans six mois, un an, on y verra un peu mieux. Ce qui nous inquiète, c'est qu'il s'agit d'un projet essentiellement italien». Dans lequel le site brestois ne pèse que pour 10% en terme de salariés (200 pour un total de 2.000).

  • Karine Joncqueur
Partager cet article
Repost0
3 juillet 2010 6 03 /07 /juillet /2010 10:30

arton2630-144x190 Pierre Le Menahes

3 juillet 2010 - le télégramme


Un an après la reprise par Renault de la Fonderie de Bretagne (ex-SBFM), l'entreprise devrait certes réduire ses pertes cette année. Mais l'équilibre financier n'est pas pour tout de suite.



CAUDAN (56).

 
Le 26juin 2009, Renault annonçait qu'il reprenait la SBFM, en redressement judiciaire depuis novembre2008. La fin de plusieurs mois de conflits à la fonderie caudanaise. Un an plus tard, où en est l'entreprise, rebaptisée depuis Fonderie de Bretagne? Fidèle à elle-même, la CGT, fer de lance de la lutte depuis des années, ne désarme pas. Dernièrement, elle s'en est prise à la direction qui a annoncé que dans le cadre de la modernisation de l'outil de travail, une partie de la production allait être momentanément délocalisée vers la Roumanie et Charleville-Mézière (Ardennes).

Plus de quatre millions d'euros d'investissements


En face, le constructeur automobile répond qu'il fait tout pour garantir l'avenir de l'entreprise. C'est ainsi qu'il annonce un programme d'investissements d'un montant global de 4,15millions d'euros, dont 2,7 mobilisés pour revoir la ligne de production principale. 3,8millions d'euros ont également été débloqués pour la maintenance et la remise en état des installations. Sur le fond, le syndicat ne peut que se satisfaire de cette mesure, puisque, pendant des années, il s'est plaint d'un outil de travail obsolète. Ce qu'il craint, en revanche, c'est que les 1.000 tonnes qui vont être délocalisées ne soient pas rapatriées à la fin des travaux en octobre. Pour Pierre Le Ménahès, leader cégétiste qui s'est fait connaître de la France entière en apostrophant Nicolas Sarkozy sur un plateau de TF1 en janvier dernier, «les décisions de la direction creusent lourdement nos déficits industriels, économiques et sociaux».

Sept millions d'euros de pertes annoncées

Quand la CGT crie au loup, la direction estime qu'il n'y a pas péril en la demeure. Chiffres à l'appui, elle table sur une production de 165 tonnes par jour fin juillet, contre 130 tonnes prévues. Pour autant, à la tête de la Fonderie de Bretagne, on sait bien que l'usine mettra du temps à redevenir un outil rentable. Hervé Wibaux, directeur général, qui, bien entendu, cherche à donner une image favorable de son entreprise, se montre prudent. Le marché de l'automobile, dopé un temps par la prime à la casse, semble retomber. Et finalement, fin mai, la fonderie affichait une perte de quatre millions d'euros. Elle devrait même terminer l'exercice 2010 avec une perte de l'ordre de sept millions d'euros quand elle grimpait à plus de 18millions fin 2009.

  • Laurent Marc
Partager cet article
Repost0
3 juillet 2010 6 03 /07 /juillet /2010 09:53

3 juillet 2010 - Le Télégramme


Un gouverneur de la région de Moscou vient de donner un conseil pour le moins original aux habitants de la région de la capitale russe: achetez un hélicoptère! «Moi, je vole en hélicoptère. Vous devriez en acheter pour remplacer vos voitures, et vous n'auriez plus besoin de routes!», a déclaré Boris Gromov.

Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg