Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 10:10


Barricade,



spectacle de la Compagnie Jolie Môme
sur

La Commune de Paris


Barricade à Quimper

le Vendredi 26 Mars 2010 à 20h00 (15€)

Réservations à la MJC de Kerfeunteun au 02 98 95 46 25

1871, le peuple de Paris se soulève et proclame la Commune de Paris :

Séparation de l’Eglise et de l’Etat, suppression de l’armée permanente au profit de l’armée du peuple, école laïque gratuite et obligatoire, coopérative ouvrière, droits des femmes, élus révocables, suppression du Mont-de-Piété, réquisition des logements inoccupés...


Alors que reste-t-il de notre histoire ?
Que reste-t-il de notre première révolution ouvrière ?


Le souvenir des 40 000 morts et 30 000 déportés ? Peut-être
L’émancipation des femmes ? Un peu
La démocratie authentique ? Trop peu
L’autogestion ? Très peu
Le rejet des exclusions et des inégalités ? Si peu
La participation des masses au pouvoir ? Pas du tout
L’envie de tout recommencer ? A la folie !!!


Barricade



L’histoire

Inspiré de : Printemps 71 d’A. Adamov, surtout, de les jours de la Commune de Brecht, un petit peu, de La Commune de Paris et L’Insurgé de J. Vallès, un peu, et de Les écrits contre la Commune de Paul Lidsky, les textes de Lissagaray, Louise Michel, Talès, Gaston Haustrate, Raoul Dubois….

 


Après la guerre et l’armistice, Paris doit être occupé par les Allemands, le gouvernement français collabore, le peuple lui, refuse cette aliénation, il s’insurge et résiste à l’envahisseur et à son gouvernement félon. Nous sommes en 1871.

De cette paix honteuse naîtra la première révolution sociale de l’humanité :


"La commune de Paris"


Barricade est l’histoire d’Henriette, marchande de fleurs, elle se lance dans la Commune à corps perdu, avec générosité, elle ne comprend pas tout, elle aura peur…

De Lulu, son petit frère, il comprend plus, parce qu’il vend des journaux ? Parce qu’il est amoureux… d’une internationaliste ?

De Pierrot, Hercule, Raoul qui donneront tout pour cette République Universelle qu’ils n’avaient jamais osé rêver.

De Jeanne visionnaire aveugle, peu écoutée, c’est une femme…

De Robert l’intellectuel, trop gentil, naïf…

C’est l’histoire de tous ces gens qui ont cru à l’honnêteté, à la justice, en la légitimité,… en l’homme… jusqu’au bout.

Le dossier pédagogique est téléchargeable ICI

Partager cet article
Repost0
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 09:57
agua.jpg

mardi 23 mars 2010

5 000 signatures pour demander un audit indépendant sur vingt-cinq ans de contrat avec Véolia.

Lundi midi, une délégation du collectif « Pour une gestion publique de l'eau » a été reçue par Maxime Paul, vice-président de BMO en charge de ce dossier. Le collectif, qui fédère des associations écologistes, des syndicats et des groupes politiques de gauche, réclame un audit indépendant sur les 25 ans de gestion de l'eau par Véolia. Il a déposé à BMO une pétition portant 5 000 signatures.

Le marché de l'eau pèse aujourd'hui 34 millions d'euros annuels. Pour le consommateur, en 25 ans, son prix a augmenté de 152 % au-dessus de l'inflation, selon l'UFC Que Choisir. La délégation de service public auprès de Véolia arrive à échéance en 2012. BMO doit faire son choix pour la suite d'ici la fin de l'année.


Gestion directe par la collectivité, délégation à une entreprise ou création d'une société d'économie mixte associant collectivité et entreprise ? François Cuillandre, président de BMO ne s'est pas prononcé pour l'instant. Il a assuré que le choix se ferait « dans la transparence ».


Le collectif dénonce « l'opacité des comptes » et réclame un audit indépendant qui mette en lumière les réels bénéfices de l'entreprise. Pour le collectif, « il faut écarter l'eau de la recherche de profit ».


Le collectif organise deux réunions publiques : jeudi 1er avril, au Vauban à 20 h, avec Danièle Mitterrand (solidarité internationale) et Jean-Luc Touly (ancien de Véolia, dénonçant les mécanismes de corruption) ; jeudi 29 avril, à la maison du peuple, à 20 h, avec Anne Le Strat (élue de Paris) et Daniel Bosquet (ex élu de Cherbourg).


BMO organise également des débats publics à 20 h à l'Hôtel de ville : « Qualité de l'eau, un défi majeur » (jeudi 25 mars), « Les différents modes de gestion » (29 avril), « Pour un tarif social de l'eau » (25 mai), « Comment inventer de nouvelles coopérations territoriales ? » (23 juin).

Partager cet article
Repost0
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 09:53

mardi 23 mars 2010

Inspection et ministère du Travail ont exprimé leur refus. Le secrétaire du comité d'entreprise parle « d'acharnement ».

« Trois délégués du personnel de Meunier SA sont menacés de licenciement économique », rapporte Ronan Kervrann, secrétaire du comité d'entreprise. Ces personnes faisaient déjà partie du plan social de 2009. « Quand il s'agit de délégués du personnel, l'employeur doit demander l'avis de l'inspecteur du travail. Le 24 juillet dernier, celui-ci a refusé leur licenciement. »

Ronan Kervrann explique : « La direction a ensuite fait un recours auprès du ministère du Travail. » Le 6 janvier 2010, « il a lui aussi émis un refus ». Et de citer la copie d'un courrier reçu : « L'employeur ne démontre pas avoir effectué une recherche personnalisée de reclassement en faveur de la salariée au sein de l'entreprise et du groupe. »


Mais « la direction nous a informés le 23 février de la suppression de trois postes de la cellule « projets, chargés d'affaires, devis, négociations clients » où dix personnes travaillent ». Le 9 mars, « les personnes pour le licenciement économique ont été désignées. Il s'agissait des mêmes trois délégués du personnel ».


Lundi avait lieu une réunion exceptionnelle du comité d'établissement pour qu'il donne son avis au projet de licenciements. « À l'unanimité, il s'est prononcé contre. » Pour le secrétaire du comité d'entreprise, « il s'agit d'acharnement. Il y a déjà eu sur cette question deux refus ». La direction n'a pas souhaité communiquer à ce sujet.


 

Sophie MARÉCHAL
Partager cet article
Repost0
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 09:40
Melenchon-Buffet

Libération 24 mars:

Avec à peine 90 sièges le PCF perd la moitié de ses élus régionaux

Le Télégramme 23 mars:

Commentaire enflammé de Piero Rainero, dimanche soir, à quelques minutes de la proclamation des résultats quimpérois du second tour des éléctions régionales. Et les communistes alors?

"Oh, il faut être lucide, notre courant de pensée est désormais inscrit dans l'histoire", répond l'ancien salarié du parti et actuel élu PCF.
Partager cet article
Repost0
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 09:33

24 mars 2010 à 08h30 


Hier, une soixantaine de postiers de Dinan, Caulnes, Broons et Jugon-les-Lacs s'est rassemblée devant la Poste de Lamballe, siège du groupement du Penthièvre.


Ils s'inquiètent de la nouvelle organisation qui doit être mise en place à partir du 13 avril et qui prévoit notamment des suppressions de postes (départs à la retraite pas remplacés) et des conditions de travail plus difficiles (suppressions de tournées).


C'est en tout cas le constat fait par les syndicats et notamment, par Pierre Spaeth, délégué FO. Lundi, ils ont été reçus par Olivier Colin, directeur du développement industriel à La Poste. Hier, ils se sont entretenus toute la journée avec Marie-Gabrielle Le Camus, directrice du groupement Penthièvre. Les négociations concernant les centres de Dinan et de Broons-Caulnes ont échoué. La grève pourrait, en conséquence, être reconduite.

Partager cet article
Repost0
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 09:29

24 mars 2010


Les salariés de l'ADMR 29 sont inquiets. Hier, ils ont de nouveau réclamé plus de transparence sur les difficultés que rencontre le réseau depuis cinq mois.


Les salariés du réseau ADMR 29 ont occupé, hier, la tête des manifestations finistériennes derrière la banderole CFDT. «On nous cache tout, on ne nous dit rien. Plus on apprend, plus on ne sait rien», ont-ils chanté en choeur à Brest. La fédération du réseau, distincte des 92 associations (3.700 salariés, 28.000 personnes aidées) est placée sous sauvegarde par le tribunal de grande instance de Brest depuis le 7décembre. L'union nationale ADMR en a pris le contrôle depuis trois semaines. MeRobert, administrateur judiciaire, mandaté pour assister et aider à la présentation du plan de redressement de la fédération finistérienne, s'en étonne. «J'ai appris que l'union nationale était sur place (au siège de la fédération, à Plabennec) et avait missionné divers intervenants. Or, dans le cadre de la sauvegarde, le débiteur (NDLR, la fédération de l'ADMR 29) conserve l'entière gestion de l'entreprise, en l'espèce de l'association. Et je n'ai en ma possession aucune délibération de la fédération donnant une telle mission».



Selon lui, l'audit commandé par l'union nationale au cabinet marseillais Muselier, appartenant au groupe parisien PKF France, est sans valeur légale. «J'ai contacté ce jour (vendredi) l'union nationale qui devait me rappeler, mais à cette heure, je n'ai eu aucun interlocuteur. Cette attitude de l'union nationale pourrait éventuellement relever de la gestion de fait, il appartiendra éventuellement à un tribunal d'en juger si cela devait être nécessaire pour la sauvegarde de l'association (...)». Me Robert avertit et précise encore: «La situation n'est pas aussi florissante que les chiffres communiqués par l'union nationale. Un travail de restructuration est entrepris depuis l'ouverture de la sauvegarde. Il devrait aboutir à une solution globale permettant aux associations et à la fédération de retrouver la sérénité. Il va y avoir des moments difficiles, peut-être même très difficiles, mais tous les acteurs bretons s'emploient à trouver une solution sans compter sur des intervenants extérieurs».

La Cram : «Nous avons un problème...»


La Cram (Caisse régionale d'assurance-maladie) s'est également saisi du problème. Donald Goldie, directeur, l'a confirmé. «Nos liens conventionnels avec l'ADMR sont historiques. Un millier de nos adhérents sont suivis par l'ADMR et nous souhaitons continuer à travailler avec elle. Mais là, nous avons un problème. Nous nous sommes positionnés en tête de la procédure de justice qui est en cours. Nous regardons très attentivement ce qui se passe», a-t-il expliqué.

  • Karine Joncqueur
Partager cet article
Repost0
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 08:46
Plus de 13.700 signataires à ce jour
à l'appel «Impossible absence»



[Parmi lesquels de grands noms du monde culturel et politique]

C'est très bien, mais ce n'est pas  assez…

www;horschamp.org

Il est important que ce mouvement se continue et s'amplifie
après ces élections, car
les politiques n'entendent toujours pas l'urgence !



t

Pratiquement pas un mot des candidats aux élections régionales sur la culture... Nous sommes loin de nos objectifs : raison de plus pour continuer à porter l'appel Impossible absence, y compris après ces élections ! Si nous ne relâchons pas l'effort, peut-être les «ténors» de la vie politique du pays finiront-ils par s'apercevoir du caractère essentiel de l' enjeu !

Faisons en sorte que cette «absence»
soit vraiment entendue comme «impossible» !

t

Une grande manifestation nationale pour la culture
est prévue le 29 mars


_______

Continuons à faire circuler l'appel afin qu'un débat public puisse enfin s'ouvrir sur ce thème majeur et que l'ensemble du monde politique réalise l'importance des enjeux culturels et artistiques.

Pourquoi nous avons lancé cet appel…

www.horschamp.org

Partager cet article
Repost0
23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 20:42

Pour réduire la dépendance alimentaire de l’île, 1,5 million d’hectares de friches ont été confiés avec succès à de petits producteurs.

18.03.2010 |  Fernando García | La Vanguardia


Le marabú, un arbuste de Cuba qui pousse comme de la mauvaise herbe et en particulier à la lisière de Camagüey


Le marabú, un arbuste de Cuba qui pousse comme de la mauvaise herbe et en particulier à la lisière de Camagüey

 


Raúl Hernández Gómez, 43 ans, faisait partie jusqu’au début de 2009 de la légion de “cadres moyens” de l’Etat cubain. Cet ingénieur agronome de Camagüey gagnait 450 pesos (soit environ 15 euros) par mois. L’année dernière, il a décidé d’être candidat au programme d’octroi de terres en usufruit lancé par le gouvernement pour alléger la facture d’un pays qui importe 80 % de ses produits alimentaires et dépense des milliards de dollars à cet effet. Un choix que Raúl Hernández ne regrette pas : aujourd’hui, il gagne 600 pesos et espère augmenter ses revenus avec le temps. L’Etat leur a cédé, à lui et à son frère Alberto, 6 hectares de terres en friche situés à la lisière de Camagüey.

“Il faut revenir à la terre ! Il faut la faire produire !”
lançait Raúl Castro en juillet 2008, un an après avoir annoncé des “changements structurels et dans les mentalités” pour y parvenir. Et pour en finir avec cette absurdité qui consiste à payer une fortune des produits agricoles en grande partie achetés à l’“ennemi impérialiste”, alors que la moitié des 3,6 millions d’hectares de terres cultivables sont abandonnés aux mauvaises herbes – en particulier à un arbuste appelé marabú, un adversaire de la Cuba des Castro aussi redoutable que Washington ou le moustique vecteur de la dengue.

Le programme de distribution de plus de 1,5 million d’hectares en friche à de petits agriculteurs se heurte toujours à des obstacles en tout genre, comme l’admettent même les médias officiels : favoritisme et retard dans les procédures de distribution, pénurie de matériel agricole et même de semences, manque de personnel qualifié sur le terrain, problèmes de bureaucratie…

Pourtant, tant bien que mal, le plan commence à donner çà et là quelques résultats. Surtout depuis que l’Etat a décidé d’augmenter les prix auxquels il achète les produits aux agriculteurs. Fin 2008, alors que 700 000 hectares avaient été distribués à 100 000 demandeurs, le secteur agricole avait déjà enregistré une croissance de 7 % par rapport à l’année précédente.

Le cas de Raúl Hernández est emblématique de ces timides avancées. Les terres qu’il partage avec son frère se trouvent en périphérie urbaine, un secteur que le gouvernement souhaite voir exploité en priorité afin d’économiser carburant et autres frais de transport. Les deux frères travaillent avec des bœufs, comme l’avait conseillé Castro dans ses discours. Les Hernández cultivent des patates douces, du maïs, des courges et des haricots ; ils élèvent des porcs et des moutons, qui les aident à se débarrasser de ce qui reste du marabú qu’il a fallu arracher. Leur contrat comprend des accords avec des coopératives et autres organismes d’Etat, qui leur fournissent une aide matérielle et technique.

“Les choses vont bien pour nous, vraiment. Nous bénéficions d’un système d’irrigation moderne et de conseils pour la fertilisation biologique”
, explique Raúl. Avec ces aides, ils ont pu introduire sur leur exploitation des méthodes novatrices d’ensemencement et d’élevage afin de tirer le meilleur parti de la terre et des bêtes. Là où ils produisaient auparavant 300 quintaux de patates douces, Raúl et Alberto en récoltent aujourd’hui 700. Sur les 6 tonnes de viande porcine qu’ils sont tenus de vendre à l’Etat en deux ans, ils en ont déjà livré 2, grâce à trois femelles reproductrices sélectionnées. Nous avons interviewé Raúl Hernández au hasard, sans l’entremise d’un quelconque organisme gouvernemental. Sa réussite ne permet pas de tirer de conclusions générales, mais elle est peut-être symptomatique. Loin de La Havane, où l’on brosse un tableau très noir de l’agriculture et où l’évolution du pays suscite pessimisme et déception, on décèle des lueurs ­d’espoir dans la campagne cubaine.

 

Note: Ils sont si méchants les cubains! Mais ils ont de bonnes idées à creuser: agriculture  proche des villes, réduction des émissions de carbone pour le transport, rémunératrice pour les paysans...

Partager cet article
Repost0
23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 15:37


23 mars 2010 


3.500 personnes ont défilé peu après 11 h, à Quimper, dans le cadre de la journée nationale interprofessionnelle à l'appel de l'intersyndicale CFDT, CGT, FSU, Solidaires et UNSA.

Le cortège a réuni des retraités, des salariés du privé et la fonction publique, notamment l'éducation nationale et le secteur médico-social. A noter une forte présence de salariés de l'ADMR du Sud-Finistère.

Les policiers en deuil

Les policiers assurant la sécurité du cortège portaient un brassard noir en mémoire de leur collègue assassiné par l'ETA et dont les obsèques avaient lieu à midi. Les policiers se sont aussi rassemblés à cette heure devant le commissariat.
Partager cet article
Repost0
23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 15:34

Quimper retient son souffle

22 mars 2010


Le projet initial de carte scolaire 2010-2011 dans le 1er degré finistérien ne fait pas apparaître, pour le moment, la moindre fermeture de poste, encore moins d’école, à la maternelle du Petit-Parc, à celle des Pommiers ou à l’école primaire Jules Ferry.

 


Pour l’heure, le document de travail, soumis hier aux acteurs de l’éducation nationale, au lendemain du 2e tour des élections régionales, propose la fermeture de l’une des sept classes de l’école primaire Emile Zola, près de l’hôpital. Selon les projections de l’inspection académique, la moyenne passerait ainsi de «20,86 élèves à 24,33 élèves» par classe. A l’école de Kerjestin (Penhars), c’est un poste d’enseignement spécialisé, celui d’une classe d’intégration scolaire (Clis), qui est menacé de fermeture. Enfin, à Edmond-Michelet (Braden), l’inspection académique envisage de supprimer un poste d’enseignement spécialisé «inoccupé».

Création d'un demi-poste d'animateur TICE
 


Du côté des ouvertures prévues, seule la création un demi-poste d’animateur TICE (technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement) serait programmée à Quimper. Ce document de travail de carte scolaire sera examiné lundi 29 mars au matin en comité technique paritaire (inspection et syndicat), puis soumis dans l'après-midi au conseil départemental de l'éducation nationale.

Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg