Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 09:14

h-20-2116081-1276689415.jpg

7 novembre 2010 - Le Télégramme

 

Accusé par Mediapart de piloter des opérations illégales de surveillance de journalistes, le bras droit du président Nicolas Sarkozy, Claude Guéant, a décidé de contre-attaquer en portant plainte contre le site d'information en ligne.

 

Le secrétaire général de l'Élysée a annoncé hier qu'il porterait plainte pour «diffamation», précisant que ce «serait fait la semaine prochaine». Selon le principal collaborateur du chef de l'Etat, les accusations portées contre lui par Mediapart «n'ont aucune espèce de fondement».

 

«C'est l'hôpital qui se moque de la charité», a aussitôt réagi le patron de Mediapart, Edwy Plenel. «Si (M. Guéant) maintient cette décision, ce sera une superbe occasion d'un procès où la liberté de l'information mettra en évidence la part d'ombre de cette présidence», a-t-il déclaré. Jeudi, Mediapart - dont deux journalistes enquêtant sur les affaires Karachi et Woerth/Bettencourt affirment avoir été pistés et géolocalisés par les services français - avait cité Claude Guéant comme étant chargé des opérations de surveillance.

Squarcini aussi

Dans son édition d'hier, Le Journal du Dimanche affirmait que Bernard Squarcini, directeur de la DCRI, le contre-espionnage français, déposait aussi une plainte. Mercredi, le Canard Enchaîné avait, lui, accusé Nicolas Sarkozy de superviser «personnellement» l'espionnage de certains journalistes chargés de la couverture d'affaires sensibles. Selon l'hebdomadaire, qui citait des sources anonymes au sein de la DCRI, «un groupe» a même été monté à cette fin.

 

Note:

 

Lire "Rue 89": http://www.rue89.com/2010/11/06/journalistes-espionnes-plaintes-de-gueant-et-squarcini-174764

 

Quelle riposte hardie ! On attaque Médiapart qui ne fait qu'enquêter sur une énorme fraude aux impôts (dissimulation de comptes en Suisse et même une île!) puisque les agents du fisc n'ont pas l'air de trop s'intéresser au fric qu'on lui vole. Le Pékin moyen il se dit: tiens, frauder le fisc n'est plus puni?

 

Mieux,  la bénéficiaire de cette escroquerie vient de se voir offrir 30 millions par le ministre du budget (bien géré?) au titre du bouclier fiscal. Le même Médiapart se demande encore qui a bien pu lui voler des ordinateurs  qui contenaient les enregistrements décrivant cette anarque.  On flairerait un "donnant-donnant": effaçage des impôts contre  versement en liquide à la campagne éléctorale UMP.

 

Parmi les aveux enregistrés sur ces échanges de grosses sommes de pognon en liquide, est cité le procureur Courroye (de transmission). Et pas pour rien: on y annonce une décision que le procureur prendra des mois après! Se trouver impliqué dans une pièce d'un dossier qu'il dirige aurait entraîné dans n'importe quel autre pays son "auto-désaisissement" au profit d'un autre magistrat. Lui il a continué à faire des démarches considérées par ses pairs  comme "noyer le poisson".


Le "Pékin moyen" ne peut que se dire: "Si le procureur n'arrive pas à enterrrer l'affaire, on emploie les grands moyens: le KGB ( le SDECE ou ses héritiers chez nous), comme chez Poutine".  Mais dans le tableau figure aussi un volatile, le Canard Enchaïné, qui dénonce le coup du KGB... et lui on ne l'attaque pas! (On n'ose pas se ridiculiser alors on porte plainte, mais contre un autre).


Et on continue à droite à essayer (essayez toujours) de nous faire croire qu'il y a bien une affaire! Oui, il s'agit bien d'une affaire, mais personnelle, entre une fille vorace et sa mère en pleine forme qui ne veut pas lui verser quelques milliards! Soit c'est çà l'affaire: maman fifille!

 

Mais notre Pékin moyen continue: si c'est privé, en quoi l'Elysée, des membres du gouvernement  et l'UMP sont elles concernées? Pourquoi le président par ses conseillers, son ministre des retraites -trésorier de l'UMP et un avocat Mitérrandien (Kiejman) s'unissaient-ils à rendre banal le versement d'un milliard d'euro (un Banier comme on dit) plus des broutilles d'oeuvres d'art à un gigolo? Pourquoi un proche de Sarko comme Courroye ne délivre-t-il que des non-lieu (circulez y a rien à voir) quand une héritière s'intéresse à son pognon si ce ne sont que des histoires d'argent privé?

 

Si on enquêtait sur ce blé privé n'arriveraît-on on pas à un autre spolié, le fisc? Voilà la conclusion à laquelle arrive tout manifestant pour les retraites: Il n'y a plus de pognon et qui a dilapidé la cagnotte nationale! 

 

Et on annonce au Pékin moyen un nouveau scandale dans le Canard et Marianne : le déshéritage d'une veuve de collectionneur d'art et donc aussi du fisc (en milliards, on rigole plus) au profit d'un généreux donateur de l'UMP qui a tout planqué dans un paradis fiscal.  Bis repetita !Respect les mecs!

 

Alors comme disent Poutine et Hu Jin Tao: envoyez le KGB !

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 09:07

iter-robot.jpg

7 novembre 2010 - Le Télégramme

 

Des dizaines de milliers d'antinucléaires allemands attendaient de pied ferme, hier en l'Allemagne, le convoi de déchets radioactifs venu de France. Sa progression a été ralentie par les militants, à tel point que son trajet a dû être modifié.

Il n'est décidément pas le bienvenu en Allemagne ce convoi de déchets nucléaires. Ses 14 wagons, partis vendredi de Normandie et transportant 123 tonnes de rebuts nucléaires, sont entrés en Allemagne vers 14h via le pont qui enjambe le Rhin entre Strasbourg et Kehl mais en déviant le trajet de 60 km pour éviter des manifestants. Après une longue pause technique en gare de Kehl, où six wagons transportant des policiers allemands ont été attelés, le convoi est reparti vers 18 h vers Karlsruhe, où, là encore, des manifestants l'attendaient.

Coups de matraques et sprays au poivre

Ailleurs dans le pays, certains antinucléaires s'attelaient à retirer le ballast sous les rails, «un délit» dénoncé par la chancelière Angela Merkel. La police a dit avoir dû en déloger certains, qui leur lançaient des pierres et des pétards, à coups de matraques et de sprays au poivre près de Dannenberg, la gare terminus du convoi dans le nord du pays. Les déchets retraités par le groupe français Areva doivent parcourir quelque 600 km sous la vigilance de 16.000 policiers allemands pour rejoindre le site de stockage de Gorleben. Le train est attendu aujourd'hui en fin de journée à Dannenberg, où les conteneurs seront chargés sur des camions pour effectuer par la route les 20 km restants. À moins que les antinucléaires ne parviennent à le retarder davantage. «Des milliers de personnes se sont inscrites pour mener des actions de blocage pacifique sur les voies et sur les routes», a dit une porte-parole des anti-nucléaires. Le convoi a déjà été retardé en France par des militants enchaînés aux rails, que les policiers ont mis plusieurs heures à évacuer.

Du jamais-vu

Hier, environ 50.000 personnes selon les organisateurs, 20.000 selon la police, se sont rassemblées dans un champ de maïs à Dannenberg pour protester contre ce 12e rapatriement de déchets nucléaires depuis 1995 et contre la politique nucléaire du gouvernement. C'est la plus forte mobilisation jamais vue lors d'un convoi de déchets. «Nos estimations les plus optimistes sont dépassées», s'est réjoui Jochen Stay, porte-parole de l'association antinucléaire Ausgestrahlt(Irradié). Beaucoup étaient venus de loin, notamment avec des centaines de tracteurs, au milieu des banderoles et drapeaux jaunes frappés d'un soleil rouge - un symbole des antinucléaires allemands. Le mouvement antinucléaire reprend vigueur depuis que le gouvernement conservateur-libéral a décidé de prolonger la durée de vie des 17 réacteurs du pays.

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2010 6 06 /11 /novembre /2010 12:06

 

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2010 6 06 /11 /novembre /2010 11:41

 

 

 

CASTOR est le nom des conteneurs utilisés pour transporter des déchets radioactifs.

 

Ce film d’animation, réalisé en allemand par Coruma Mathwig, a été traduit en français par le Réseau "Sortir du nucléaire", dans la perspective de la mobilisation des 5 et 6 novembre 2010. Par respect pour l’oeuvre artistique, nous avons conservé le propos original.


Sur la résistance des CASTOR en cas d’accident, les conditions de test ne couvrent que 95 % des accidents réels. Selon nos informations, la résistance à la chute garantie n’est que de 9 m sur support indéformable.

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2010 6 06 /11 /novembre /2010 11:40

 




Partager cet article
Repost0
6 novembre 2010 6 06 /11 /novembre /2010 11:25
69643_AXK8MI6TV2QN3HLBYSBKCFG77FOXU3_drapeau_corse_5529_1__.jpg
RESF

Le RESF corsica communique :


L’assemblée de corse a adopté vendredi soir une motion en faveur des éleves sans papiers et leur famille…


Dans ce texte , porté au vote par Dominique Bucchini, et adopté par l’ensemble des groupes (UMP excepté) l’assemblée :


 DECLARE la Corse « TERRE SANS EXPULSION »,


 SE DECLARE solidaire dans les démarches de reconnaissance de la place des immigrés, y compris les sans-papiers, dans la société insulaire,


 S’OPPOSE aux expulsions de jeunes majeur(e)s et de familles dont les enfants sont scolarisés, en les plaçant sous sa protection afin d’obtenir la régularisation et leur permettre la poursuite de leurs études,


 S’ENGAGE à exprimer sa solidarité au sein des établissements scolaires en vue d’obtenir leur régularisation, le cas échéant, et affirme que ses représentants prolongeront cette démarche dans les conseils d’administration où ils siègent,


 ASSURE que les élèves menacés d’expulsion et/ou leurs parents obtiendront son parrainage pour les accompagner dans leurs démarches de régularisation.


La corse devient après l’Aquitaine et l’Ile de France ( et avant la région Centre, prochainement) , la 3ème région à s’inscrire dans une vaste démarche menée par le Réseau Education Sans Frontière, pour faire adopter , dans toutes les régions ce nouvel outil offensif de défense des sans papiers.


URL de cet article
http://www.legrandsoir.info/L-assemblee-de-corse-a-adopte-une-motion-en-faveur-des-eleves-sans-papiers-et-leur-famille.html
La Corse, terre promise « sans expulsions »

Par Agnès Rousseaux  Bastamag


La Corse est devenue la troisième région de France à se déclarer « terre sans expulsions » le 29 octobre. Après l’Aquitaine et l’Ile de France, la Corse s’est inscrite dans cette démarche menée par le Réseau éducation sans frontière (RESF), pour soutenir notamment les élèves sans papiers et leurs familles. La région Centre devrait suivre.


L’assemblée de Corse a voté une motion, à la portée symbolique, déclarant que la Corse « s’oppose aux expulsions de jeunes majeur(e)s et de familles dont les enfants sont scolarisés, en les plaçant sous sa protection afin d’obtenir la régularisation et leur permettre la poursuite de leurs études ».

 

La région s’engage à parrainer les élèves menacés d’expulsion et leurs parents, pour les accompagner dans leurs démarches de régularisation. Elle promet d’exprimer « sa solidarité au sein des établissements scolaires en vue d’obtenir leur régularisation » et affirme que « ses représentants prolongeront cette démarche dans les conseils d’administration où ils siègent ».


Dans un communiqué, la Ligue des droits de l’Homme (LDH) section Corse a salué ce vote « sans ambiguïté ». Cette motion sera un point d’appui pour les organisations du Collectif « Immigration choisie : la honte ! », qui se mobilisent pour « remettre de l’humain là où il n’y avait que du chiffre ».

 

La LDH regrette cependant « que le texte n’ait pas l’amplitude de celui adopté il y a quelques mois, par le Conseil régional d’Aquitaine » : « La solidarité avec les travailleurs sans papier et le droit au séjour pris dans sa globalité n’y sont pas affirmés avec la même force. Le droit d’asile est oublié. » Reste également à ouvrir un maquis pour mettre en pratique cette belle idée.


Note: Aquitaine, Centre, Ile de France et Corse, tiens où est la Bretagne? C'est vrai qu'ici il n'y a pas d'élus progressistes, alternatifs, écologistes et autres, c'est tout à droite, tous des chouans ! Humour!
Partager cet article
Repost0
6 novembre 2010 6 06 /11 /novembre /2010 11:14

iter-robot.jpg

5 novembre 2010

 

Le « train d’enfer » qui part aujourd’hui est l’un des convois de déchets les plus radioactifs de l’histoire. La radioactivité totale de ce convoi (soit 3917,4 millions de milliards de becquerels) représente deux fois celle dégagée par la catastrophe de Tchernobyl. Et ce convoi roule sans assurance réelle (1).


Le départ de ce convoi est prévu aujourd’hui à 14h20 de la gare de Valognes (Manche). Il doit atteindre Gorleben (Basse-Saxe) demain samedi 6 novembre, pour ramener en Allemagne onze conteneurs de type CASTOR, qui contiennent des déchets nucléaires vitrifiés de très haute activité. Le Réseau « Sortir du nucléaire » rappelle qu’il n’existe aucune solution pour ces déchets dangereux. Ils ne doivent pas être entreposés indéfiniment à La Hague, mais ne doivent pas non plus être stockés à Gorleben : ce site est complètement inadapté.

 

Les centres de stockage « définitif », comme le Centre de Stockage de la Manche, ou la mine de sel d’Asse en Allemagne, ont été présentés à leur ouverture comme des sites sûrs. Leur gestion se révèle en réalité aujourd’hui absolument catastrophique. L’enfouissement n’est pas une solution, ni à Gorleben en Allemagne, ni sur un site comme Bure (Meuse).


Les déchets nucléaires ne sont ni biodégradables, ni recyclables. Le « retraitement » est un leurre, qui génère en réalité des quantités considérables de déchets supplémentaires, et d’importants rejets radioactifs. Il ne « recycle » que des quantités infimes de matière. L’enfouissement n’est qu’un moyen d’escamoter un problème ingérable. C’est bien les entreprises allemandes qui ont produit des déchets (EON, RWE, Vattenfall et EnBW) qui doivent en assumer toute la responsabilité financière et écologique.


Le Réseau « Sortir du nucléaire » demande le retour des déchets radioactifs allemands dans les centrales nucléaires qui les ont produits. Face à l’impasse des déchets nucléaires, une seule solution : arrêter d’en produire ! La sortie du nucléaire est possible, en particulier par les économies d’énergie, la sobriété énergétique et les énergies renouvelables.



(1) Photos des mobilisations, suivi au fil du trajet, informations sur le convoi, le défaut d’assurance, les actions locales...
http://groupes.sortirdunucleaire.or...


 

Liste des 25 mobilisations antinucléaires prévues en France aujourd’hui et demain


Tous les contacts presse locaux sont sur notre site :
http://groupes.sortirdunucleaire.or...


Liste des départements concernés :

1-sur le trajet

- Manche (Valognes, Carentan)
- Calvados (Caen)
- Eure (Bernay)
- Seine-Maritime (Rouen, Serqueux)
- Somme (Amiens)
- Pas-de-Calais (Arras)
- Nord (Douai, Lille, Le Quesnoy)
- Aisne (Hirson)
- Ardennes (Charleville-Mézières)
- Meuse (Bar-le-Duc)
- Meurthe-et-Moselle (Nancy, Jarny)
- Moselle (Metz, Sarrebourg)
- Bas-Rhin (Hoenheim, Lautebourg, Strasbourg)

2- en dehors du trajet

- Côtes d’Armor (Dinan)
- Ille-et-Vilaine (Rennes)
- Isère (Bourgoin)
- Haute-Vienne (Limoges)

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2010 6 06 /11 /novembre /2010 10:57

 


samedi 06 novembre 2010 Ouest France

La liste des salariés concernés a été affichée hier au Drennec. Le plan social concerne aussi le site de Plouédern.

L'entreprise Le Got Industrie est fermée le vendredi après-midi. « La liste a été affichée vers midi, raconte un salarié du Drennec. Mon nom y figurait... » La liste des licenciements comporte 37 autres noms. En septembre, au moment de la mise en redressement judiciaire, Joseph Le Got n'avait pas caché au personnel qu'un plan social serait nécessaire.

Baisse de 15 à 20 % du chiffre d'affaires


« On nous avait prévenus qu'on nous donnerait les noms avant de recevoir les lettres de licenciement, reconnaît l'employé. On s'attendait à une liste de 48 pour la semaine dernière. » Au début, « 60 licenciements ont été envisagés ».


« Au vu du marché actuel, on réduit la voilure, a confirmé hier le dirigeant, Joseph Le Got. Nous enregistrons une baisse de 15 à 20 % de notre chiffre d'affaires, en raison d'un taux d'impayés complètement anormal. On ne peut pas faire autrement que de réduire les effectifs. Voilà où on en est aujourd'hui. » Ces licenciements portent sur les postes administratifs et de production.


Mardi 28 septembre, le tribunal de commerce de Brest a mis en redressement judiciaire le fabricant de portes et fenêtres en PVC et en alu. Celui-ci emploie 163 salariés au Drennec et à Plouédern. La liste affichée vendredi au Drennec est commune aux deux sites.


Reprise en 2006, la société a su s'imposer dans le secteur de la rénovation à partir de 2008. Elle avait embauché et s'était lancée dans la menuiserie alu. En 2009, elle a réalisé un chiffre d'affaires de 24 millions d'euros en travaillant essentiellement pour une clientèle d'artisans menuisiers.


Courant juillet et août, sa situation financière s'est brutalement détériorée. Les impayés se sont accumulés. Ils atteindraient aujourd'hui près de 1,4 million d'euros.


 

Sophie MARÉCHALet Rémi LE LEZ

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2010 6 06 /11 /novembre /2010 10:49
mediapart270310
Social vendredi 05 novembre 2010 Ouest france

Profitant de la tenue du conseil municipal, une centaine de personnes s’est retrouvée vers 20 h 15 devant la mairie, à l’appel d l’intersyndicale contre la réforme des retraites menée par le gouvernement et du collectif « retraites » (Alternatifs, FASE, PCF, PG, PS, UDB, NPA).

 

Le Sénat ayant adopté le projet de loi, le nom de Philippe Paul, sénateur maire UMP de la ville a été sifflé, avant qu’un cortège ne se forme pour défiler de nuit dans le centre de la cité. Une autre manifestation contre la réforme des retraites est prévue à Douarnenez samedi à 11 h, cette fois à l’appel du collectif « Penn-sardin enarch ! » (penn-sardin en colère).

 

Note: "en arch" ou "en arj" est la contraction de "en arraj" , "en rage", merci Jeff!

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2010 6 06 /11 /novembre /2010 10:36

manifestants-hopital-SUD

6 novembre 2010 - Le Télégramme


Sud Santé s'inquiète, une nouvelle fois, de la création, en 2011, de l'union hospitalière de Cornouaille. Le syndicat, qui ne participe pas aux discussions, réclame un débat élargi au public.

La constitution de l'union hospitalière de Cornouaille est programmée avant l'été 2011. Elle regroupera les hôpitaux Gourmelen (Quimper), de Douarnenez, Pont-l'Abbé et le centre de convalescence de Saint-Yvi. Elle se doublera de la création de groupements de coopération sanitaire entre ces établissements dans les domaines de la chirurgie, des urgences, des services médico-techniques (biologie médicale, pharmacie, stérilisation, etc.). Les grands principes sont arrêtés depuis plusieurs mois (Le Télégramme les a souvent décrits). Il s'agit de rationaliser, de mieux coordonner l'offre publique de soins en Cornouaille, en mutualisant des moyens, en créant des filières de soins, en développant des activités.

Un débat public

Sud Santé a redit hier que les projets communs comportaient des risques de «concentration des activités et donc d'éloignement de la population des structures de soins». «L'union, c'est aussi la perspective d'une mobilité accrue des personnels et donc d'une dégradation accentuée de leurs conditions de travail, alors que la situation est déjà catastrophique au centre hospitalier de Cornouaille», insiste Jean-Paul Sénéchal. Le syndicaliste y voit aussi, avec son collègue Patrice Houart (Gourmelen) «une logique d'économies et donc de réduction des masses salariales». Le président du comité de pilotage, Jean-Roger Pautonnier, a toujours réfuté toute baisse de l'emploi. «Sud refuse de participer aux discussions, alors que tous les autres acteurs, y compris les syndicats CGT et CFDT, y contribuent. Or il s'exprime sur la base de documents qui feront encore l'objet d'échanges jusqu'en décembre. Moi, je ne peux pas faire de déclaration tant que le travail se poursuit», a-t-il commenté hier. Sud réclame, lui, un débat élargi au public sur le projet d'union territoriale.

Maisons de l'urgence

Le syndicat émet des propositions. Par exemple à propos des urgences. Il préfère «des maisons de l'urgence aux maisons de santé pour lesquelles les médecins de ville auront toutes les difficultés à s'impliquer». «Des praticiens généralistes recrutés par l'hôpital traiteraient tous ces bobos qui ne relèvent pas des urgences vitales et engorgent le service. Ça répond aussi aux difficultés actuelles de recrutement des urgentistes. Pour ces actes, les patients n'ont pas besoin de spécialistes», soutient Jean-Paul Sénéchal.

  • Bruno Salaün

«Une maternité unique sur deux sites»

Sud suggère au directeur de l'agence régionale de santé une proposition intermédiaire à propos de la maternité de la clinique Saint-Michel, dans l'attente d'un transfert probable à horizon deux-trois ans vers le centre hospitalier de Cornouaille. «Il faut que l'hôpital loue les locaux, maternité et bloc obstétrical de la clinique, par convention, continue à mettre des professionnels à disposition et intègre le personnel non médical de la maternité privée», signifie Jean-Paul Sénéchal. Il indique avoir formulé cette idée, dès le 22 juin, au conseil de surveillance de l'hôpital. «Nous aurons une maternité unique et opérationnelle sur le champ. Ce serait plus clair et sécurisant pour tout le monde.»

Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg