Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 10:21

 

 

Repost 0
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 14:03

faf

*

Dix militantEs antifascistes, de l'AFA, AL, la FA et du NPA ont été interpelléEs et assignéEs en garde-à-vue, dans la soirée du jeudi 8 mars 2012, pour dégradation de bien, lors d’un collage.

 

Ils se mobilisaient contre la tenue des « Assises Nationales de la Nationalité, de la Citoyenneté et de l’Identité », intitulées « La France en danger » et organisées à l'Espace Charenton (Paris 12ème) par le Bloc Identitaire – groupuscule appartenant à la frange dure de l’extrême droite.


Mercredi 9 janvier 2013, ils doivent comparaître au Tribunal de Grande Instance de Paris.


Au total, ces militantEs ont passé 62 heures dans les locaux de la police, dont près de 40h à la Section anti-terroriste de la Brigade criminelle du 36 Quai des orfèvres.


Cette affaire est proprement scandaleuse car c’est la tenue de telles réunions attisant la haine sur la place publique qu’il faut condamner et non pas celles et ceux qui luttent contre la banalisation des idées racistes et xénophobes.


Le NPA apporte tout son soutien aux militantEs antifascistes et exige leur relaxe. Il appelle au rassemblement unitaire de soutien.


RDV mercredi 9 janvier à 12h45 sur le parvis face au Palais de Justice - Métro Cité 

 

Repost 0
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 13:56

besancenot

Je veux par ce petit mot vous apporter mon soutien en tant que postier.

 

Les réorganisations incessantes que nous connaissons tous ont un seul objectif : faire de l’entreprise une machine à faire des profits, aux dépends de la santé des postiers et du service public.

 

La mobilisation des postiers est déterminante pour stopper les réorganisations et les suppressions d’emploi.

 

Il est possible de faire reculer la direction, si nous réussissons à regrouper les résistances quels que soient les services ou les bureaux.


J'ai vu que vous vous étiez mobilisés mercredi dernier à 100 % contre cette réorganisation mais aussi contre la fermeture programmée de votre bureau. J'ai vu que vous aviez un large soutien de la population mais aussi de différentes organisations politiques et syndicales.


Cette politique de destruction du service public postal, la direction de La Poste finira par la payer un jour.


La Poste a bien changé, mais nous, on ne lâche rien.

Alors courage pour votre lutte, vous pouvez compter sur le soutien du NPA.


Salutations révolutionnaires

 

Olivier Besancenot

Repost 0
NPA QUIMPER - dans NPA
commenter cet article
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 13:38

wayneprice 2

Le patronat français vient de remporter une nette victoire sur la question de la compétitivité.

 

Le gouvernement a fait droit à ses principales exigences en matière de diminution des coûts pour les employeurs, d’augmentation de la TVA pour les consommateurs et de restriction des dépenses publiques pour l’État.

L’offensive a été remarquablement menée :

 

_ fuites organisées autour du contenu du rapport Gallois sur la compétitivité ;

_ bataille sur la Toile des « pigeons » contre le projet d’augmentation (très limitée) de l’impôt sur la plus-value des cessions d’actions au nom de « l’esprit d’entreprise » ;

_ rafale d’interviews et de déclarations du Medef, l’organisation patronale nationale, contre le « racisme anti-entreprises » et le « matraquage fiscal » ;

_ ultimatum des patrons d’une centaine des plus grands groupes, regroupés dans l’Afep (Association française des entrepreneurs privés, défendant leurs propres intérêts sans les mêler aux entreprises plus réduites) ;

_ publication du rapport Gallois, puis

_ annonce des mesures gouvernementales, renforcées par la conférence de presse du président de la République.

 

En moins d’un mois l’affaire était pliée.


Cette victoire en meute est une leçon : le patronat a utilisé tous les leviers pour défendre ses options, se faire relayer (s’il le fallait encore) par les principaux médias, se faire écouter par des oreilles attentives dans les sphères du pouvoir, en n’hésitant pas à brandir des menaces à peine voilées, et finalement imposer sa politique comme la seule possible et légitime (« il n’y a pas d’alternative… »).

 

On se met à rêver que les salariés, avec leurs diverses organisations, soient capables d’en faire autant – même si les moyens sont disproportionnés – par une bataille idéologique, politique et sociale d’ampleur.

 *

Lire la suite

  *

Charles Aubin 

 

Repost 0
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 13:05
  rom-copie-1


Réunion publique

Halles St François (salle n° 1)

20h30.
 
Nous invitons chaleureusement nos amis lorientais d'Urgence un toit pour tous ainsi que nos amis Brestois des Casss papiers à participer à cette journée. Nous leur réservons une place à la tribune s'ils veulent exposer la situation dans leurs villes. Nous parlerons également de la situation quimpéroise et Jean-Baptiste Eyraud nous expliquera l'enjeu que représentent les luttes actuelles sur le logement.
 
Pour préparer cette journée: conférence de presse vendredi 11 janvier à 11 heures au Gavarnie

 

Repost 0
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 12:30

 

cif1.jpg

*

Tout d'abord, pouvez-vous nous faire un petit historique de votre entreprise?

*

Le CIF a 104 ans. Au début il avait pour but, « d'aider les classes laborieuses méritantes à accéder à la propriété ». Jusqu'en 1975, avec le Crédit Foncier, il distribuait les Prêt PAP d'accession à la propriété, aidés par l'état. Puis en 1995, les prêts à taux 0. Il a progressivement perdu son monopole au profit des banques «normales» qui lui grignotent ses parts de marché.


Quelle est sa clientèle?


D'une part, des personnes qui ont des difficultés à se financer ailleurs: on ne leur demande pas d'apport personnel et nous prêtons sur des durées plus longues que les banques traditionnelles. La famille type, ce sont deux SMIC environ. D'autre part des clients institutionnels: collectivités locales, organismes HLM etc...


Le CIF distribue les prêts, et son actionnaire principal SACICAP, qui reçoit les dividendes, les réinvestit dans du financement « très social »: amélioration de l'habitat indigne, logement pour handicapés, réhabilitation de copropriétés dégradées. Nous avons une mission sociale et l'intégralité les dividendes sont redistribués pour des missions "très sociales.


Cela concerne combien de gens?


Ici dans le Finistère, pour la branche sociale, une centaine de familles par an. Ce sont des gens très modestes, mais qui paient rubis sur l'ongle.


C'est une boîte saine?


Oui, on est fortement capitalisés, les ratios de solvabilité sont supérieurs à ceux demandés par Bâle III, la future réglementation européenne des banques et organismes de crédit. Le CIF ne coûte rien à personne et rapporte même de l'argent à la collectivité en faisant à sa place ses missions sociales.


Que s'est-il passé?


On a été « dégradés » par l'agence Moody's qui n'apprécie pas du tout notre financiation de clients atypiques.


Peut-on dire que çà les gêne de faire échapper des emprunts au système privatisé?


Oui, mais ce sont des sommes si dérisoires! On n'est tout petits par rapport aux autres banques de la place mais on dérange car on prend ce créneau !


Qu'a fait Bercy, puisque çà a l'air d'être le centre de l'offensive?


L'état a aussitôt répliqué « pour rassurer les marchés » en ne nous mettant tout de suite en liquidation. La presse a titré: « L'état sauve le CIF»! En fait il donnait sa garantie au delà du 31 août en contrepartie de l'extinction "run off" et depuis on ne prend plus de prêts. Nous avons fait 2 manifs à Paris, 2500 emplois sont en jeu, mais c'est le black out total dans les médias, de gauche comme de droite. Et depuis on est payé à ne rien faire, les commerciaux ne peuvent plus faire les dossiers comme avant (apport personnel, durée). Il est bien précisé que nous avons la garantie de l'état pour nos prêts, à condition d'être mis en extinction.


Est-ce que cela à quelque chose à voir avec les USA et les crédits vendus à des pauvres pour s'acheter des maisons, impossibles à rembourser, entraînant la vente et l'expulsion?


Non, pas du tout ! Nos clients ne sont certes pas « dans la norme », ce ne sont pas les règles « 20% d'apport, 33% d'endettement sur 20 ans ». Et pourtant çà marche! On prend du temps pour préparer les dossiers, (car les clients peuvent être modestes mais doivent être rigoureux dans la gestion de leurs comptes) et ils remboursent! C'est quelque chose d'atypique, tout un savoir faire qui va disparaître.


Est-ce « la faute du nouveau gouvernement »?


Non, l'administration est bien sûr restée la même à Bercy, mais ce gouvernement ne veut simplement pas prendre ses responsabilités en organisant ainsi la mort du CIF. Il prétend nous remplacer par la banque Postale pour rassurer les collectivités et le public. Mais elle n'a surement pas envie de gérer cette clientèle.

 

L'état actionnaire à 100% de la Poste refuse d'imposer l'adossement du CIF à son PDG Walh, ami de Moscovici, alors même que nous avons le savoir faire ! Ces 2 personnes dirigent toute la manoeuvre avec Ramon Fernandez (directeur du Trésor) et 2 500 personnes en dépendent. On est baladé au gré des articles de presse. Un jour, on peut lire que « les banques » vont nous reprendre. Comme si elles n'avaient pas elles-mêmes des problèmes. On prétend un autre jour que c'est la faute à Bruxelles. Bruxelles répond qu'ils n'ont pas demandé la mise en extinction...


La poste a étudié pendant un mois entier les comptes du CIF et a posé plus de 600 questions lors de l'étude d'un éventuel adossement en Septembre pour répondre finalement qu'elle ne souhaitait pas nous reprendre mais en revanche pour éviter d'avoir a reprendre les salariés, elle prétend aujourd'hui avoir le savoir faire de notre activité mais sans reprise des salariés .


Voulez vous ajouter quelque chose?


Nous avons la dent dure contre ce gouvernement qui parlait de « lutter contre la finance folle », « la finance doit être sociale et solidaire », « elle doit servir, non asservir les hommes »...

Pour en savoir plus

Repost 0
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 11:48

 

Women march to Versailles during the French Revolution.

 

Le gouvernement nous avait promis « le changement ».

 

L’année 2013, en tout cas, fait apparaître de sérieux changements concernant les prix.

Le gaz augmente de 2,5% (+ 76% en sept ans…), l’électricité de 2,5%, les prix dans la grande distribution de 1%, les transports en commun d’environ 2,5%.

 

Pour la deuxième année consécutive, le barème de l’impôt sur le revenu est gelé, ce qui, mécaniquement, fait passer des centaines de milliers de salariés dans la tranche supérieure. L’augmentation est en moyenne de 2% mais, surtout, ce sont, comme l’an dernier, environ 200 000 foyers non imposables qui vont payer des impôts. Ce sont donc les plus pauvres qui trinquent le plus.

 

Nos deux poches sont vidées


Globalement, l’augmentation des prix, l’inflation, serait d’environ 2% pour l’année 2012. Peut-être un peu moins si l’on comprend les « baisses » des prix du carburant et des téléphones portables… c’est-à-dire des ventes pour lesquels les patrons nous volent clairement depuis des années.


On nous prend donc d’un côté, mais aussi du côté des salaires.

 

Le SMIC n’a augmenté que de 0,3%, soit 3 centimes de l’heure. Il s’établit à 1 121euros nets pour 35 heures hebdomadaires. Comme s’il était possible de vivre décemment avec de si bas salaires. Les chiffres des salaires moyens semblent même montrer une baisse des salaires pour les ouvriers et une stagnation pour les employés, sans parler des femmes, qui touchent toujours 20% de salaire en moins que les hommes.

 

Combattre le chômage et les licenciements


La baisse de nos revenus, c’est aussi l’augmentation phénoménale du chômage. Il aurait augmenté de 10,8%, à 4,9 millions de demandeurs d’emplois. Le nombre de chômeurs de plus de trois ans aurait augmenté de 20%, ce qui veut dire que certains salariés ont perdu toute possibilité de retrouver un travail.


Les causes sont essentiellement les non-renouvellements de CDD, c’est-à-dire des licenciements déguisés, et les licenciements directs, à l’image du secteur automobile, de Virgin, Sanofi, etc.

 

Des mobilisations existent aujourd’hui contre les licenciements. Les soutenir, y participer, défendre l'idée qu'elles doivent converger est une des priorités pour les militantEs du NPA car il faut inverser le rapport de forces.

 

Pour faire face à la crise, il faut imposer au gouvernement et au patronat des mesures vitales : interdire les licenciements, aligner les salaires sur l’augmentation des prix, 300 euros de plus pour tous immédiatement et créer un million d’emploi dans la fonction publique.

Repost 0
NPA QUIMPER - dans NPA
commenter cet article
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 10:48

*

Social mercredi 09 janvier 2013
*

Les représentants du personnel de Boutet-Nicolas, dont les usines sont menacées de fermeture depuis plusieurs mois, ont tenté de sortir du flou, hier.

 

Ils se sont fixé deux rendez-vous distincts avant la réunion cruciale de 14 h ce mercredi après-midi, pour le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) du groupe Cecab, dont ils dépendent.


À Paris, à 10 h du matin mardi, quatre délégués rospordinois avaient rendez-vous avec leurs homologues des autres branches de la Cecab et le cabinet d’expertise économique Progexa.

 

Ce dernier a été chargé par les comités d’entreprise concernés par les restructurations d’examiner la situation économique du groupe, pour l’instant assez secret. Mais plusieurs membres de la direction n’ont pas pu être rencontrés à l’heure actuelle.

 

Le flou demeure donc sur beaucoup d’aspects.


Vers 15 h, à Rosporden cette fois, c’est avec le maire Gilbert Monfort que d’autres représentants des salariés se sont entretenus. L’objectif ? « Faire le point, avoir plus d’informations après les rencontres entre élus, préfet, et même ministres », expliquait Bruno Levenes, un des salariés présents.

 

Mais là encore, la rencontre n’a pas été l’occasion d’apprendre grand-chose.

 

« L’État ne peut pas prendre certaines décisions à la place de la Cecab. La collectivité va simplement s’occuper de vérifier si la loi est respectée », déplore le maire.

*

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Concarneau.-Les-salaries-de-Boutet-Nicolas-toujours-dans-le-flou_40771-2151222-pere-redac--29232-abd_filDMA.Htm

Boutet-Nicolas : salariés et syndicats durcissent le ton - Rosporden

samedi 05 janvier 2013


Les représentants des organisations syndicales CGT et CFDT des sites de l'entreprise Boutet-Nicolas se sont réunis vendredi matin, au local de l'union locale CGT, aux côtés des représentants départementaux CGT

 

À l'ordre du jour, le bilan des actions menées et celles qui vont être lancées pour poursuivre la lutte pour la défense de l'emploi.


Deux rencontres sont d'ores et déjà programmées, le 8 janvier.

 

Les responsables syndicaux rencontreront Gilbert Monfort, le maire afin de faire le point sur les comptes rendus d'audience que les élus ont obtenus en fin d'année 2012, suite aux rencontres avec le ministre de l'agro-alimentaire et le préfet. Autre rendez-vous essentiel, ce même jour, la rencontre nationale, à Paris, avec les huit comités d'entreprise du groupe Cecab et l'expert-comptable « Progexa».

 

Au cours de cette réunion, plusieurs points seront abordés, à commencer par l'expertise comptable exhaustive, réalisée à la demande des comités d'entreprises concernés par les restructurations et la définition d'organisation d'actions communes à l'échelle nationale. Mais aussi.. Un point au sujet d'une création d'une Unité Economique et Sociale (UES) qui déboucherait sur la création d'un comité central d'entreprise. Cela permettrait d'avoir une vision globale de la stratégie du groupe.


Le 9 janvier est la date de reprise de l'activité de production après les congés. Une réunion aura lieu, à 14 h au sujet du plan de sauvegarde de l'emploi (PSE). Les syndicats appellent les salariés à débrayer, à partir de 14 h et invitent la population à soutenir cette initiative, en se rassemblant devant les grilles de la Rocade Nord, dès 14 h.

*

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Boutet-Nicolas-salaries-et-syndicats-durcissent-le-ton-_29241-avd-20130105-64317479_actuLocale.Htm


 


Repost 0
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 10:40

lorient

*

Social mardi 08 janvier 2013
*

La fin de la grève chez les notaires est signée à Lorient

 

*

Après trois semaines de conflit, le protocole rédigé a été accepté par les deux parties. Le travail reprend aujourd’hui.

Ce mardi soir, dans une salle du tribunal de Grande Instance les 9 salariés grévistes de l’étude notariale Brisset-Le Touze à Lorientont signé un protocole d’accord, avec le représentant de la mandataire judiciaire Me Gautier, chargée de gérer le personnel, compte tenu des différends importants qui sont apparus entre les deux associés Maîtres Brisset et Le Touze. L’accord a failli être signé lundi soir.

*

Le travail reprend ce mercredi

*

Mais il avait achoppé sur un point : le refus de faire bénéficier la salariée sous le coup d’une procédure de licenciement, de bénéficier de la revalorisation rétroactive des salaires. « Les discussions ont été longues, toute la journée » admettent les délégués CGT, qui ont soutenu le personnel depuis le départ. Après entrevues, avec le procureur, le président du tribunal, des discussions avec le mandataire judiciaire, les dernières demandes ont fini par être acceptées. « Le travail reprend ce mercredi. Nous considérons avoir gagné notre combat, mais nous restons solidaires de notre collègue, qui va entamer une action devant les Prudhommes pour licenciement discriminatoire. »

*

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Lorient-La-fin-de-la-greve-chez-les-notaires-est-signee_40811-2151077------56121-aud_actu.Htm

Repost 0
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 12:42

milice.jpg

*

Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 176 (03/01/13)

*

Les derniers jours de 2012 laisseront à toutes celles et tous ceux qui luttent depuis des années pour la régularisation de tous les sans-papiers un goût amer.

*

Celui d’un premier flic de France, soi-disant « socialiste », droit dans ses bottes, assumant de livrer aux autorités algériennes deux grévistes de la faim, arrachés à leurs camarades de lutte, expédiés dans un sinistre camp de rétention puis embarqués de force sur un vol Paris-Alger.

*
Que pouvait-on faire de pire en matière d’affichage de la politique que l’on entend mener en ce qui concerne les plus opprimés, les plus exploités par le patronat que ces expulsions ? Qu'y-a-t-il de différent avec les pratiques révoltantes de la droite que nous n’avons cessé de dénoncer pendant le règne de Nicolas Sarkozy ?

*

Tel un Hortefeux ou un Guéant, Manuel Valls n’est habité que par une obsession, celle de ne pas apparaître comme laxiste par rapport aux exigences de la droite et de l’extrême droite. C’est toute une politique de renoncement qui est en train de se mettre en place, et qui ne concerne pas seulement l’abdication devant la loi du marché, mais aussi l’abandon des promesses timides contenues dans le programme de Hollande.

*

Concentration homophobe et raciste


Devant un tel profil de capitulation, la droite et l’extrême droite se sentent pousser des ailes, et fortes du succès de leur première manifestation contre le mariage pour touTEs, elles entendent faire du 13 janvier une grande journée de mobilisation qui dépasserait la seule question du mariage. Leurs ambitions sont énormes, et d’ores et déjà cette journée est présentée comme un véritable bras de fer avec le gouvernement.

 

Par trois cortèges convergents, la réaction entend nous faire un remake des manifestations en faveur de l’école

« libre » en 1984. Le ban et l’arrière-ban sont convoqués à cette occasion pour participer à une sorte de référendum de rue contre un gouvernement qui représenterait les « valeurs de la gauche ».


L’UMP, pressée de tourner la page du fiasco de l’élection de son président, en fait un élément majeur de sa rentrée politique. Les groupes Nationalité citoyenneté identité, et Égalité réconciliation tentent – seuls pour l’instant – de transformer l’objectif initial de la manifestation pour en faire également un grand raout raciste et xénophobe. Seul le Front national semble aujourd’hui embarrassé par ce qu’il décrit comme un « dérivatif » par rapport à la situation sociale. Peu désireux de se compter face à l’UMP, ses responsables devraient y participer en ordre dispersé.

 

L'égalité vraiment pour touTEs !


De notre côté, la réussite de la manifestation massive et dynamique du dimanche 16 décembre a sans conteste été un formidable moment de mobilisation qui permet d’envisager la suite avec optimisme, et le grand rassemblement du 27 janvier devrait concrétiser l'exigence de ne pas accepter une loi au rabais, dénaturée par la remise en cause éventuelle du droit à la procréation médicalement assistée.

 

Mais, pour cette manifestation du 27 janvier, les anticapitalistes ne sauraient limiter leurs revendications en matière d’égalité au seul droit au mariage,

 

même si cette échéance reste un enjeu central dans l’affrontement avec la réaction.

 

Au-delà du droit au mariage pour touTEs, c’est la question générale de l’égalité des droits qui est posée.

 

Elle englobe la question de la régularisation de tous les sans-papiers, travailleurs ou pas, du droit de circulation, et du droit d’installation. Nous n’entendons pas, en tant qu’anticapitalistes, définir des priorités entre les oppressions, et la question du droit de vote pour tous les étrangerEs, à toutes les élections nous paraît une échéance tout aussi centrale que les autres.


Face à la répression des sans-papiers et à la systématisation des expulsions, face à la montée du racisme et de l’islamophobie, face à la montée de l’intolérance et à l’émergence de groupes ouvertement fascistes, c’est à la reconstruction d’un mouvement unitaire et offensif que nous somme confrontés.

 

Il y a urgence, le NPA en fera une de ses priorités dans les semaines à venir.

Repost 0
NPA QUIMPER - dans NPA
commenter cet article

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg